AccueilGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Becah Ahri [en cours]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité


MessageSujet: Becah Ahri [en cours]   Lun 15 Avr - 22:49



Becah Ahri



Informations

Nom Complet :: Becah Ahri
Âge :: 63 ans
Lieux de vie :: Océan Azuré
Race :: Ondin
Grade/Métier :: Professeur de la maison de l'eau
Capacité ::

Derrière l'écran

Quel âge as-tu ? :: 20 ans
Comment as-tu découvert le forum :: Par Alavahé il y a ... longtemps
Comment le trouves-tu :: Ah, horrible ! =D
Double compte :: Nope
As-tu lu le règlement :: Validé par Sayuri

Physique
"Qu'est-ce que c'est que cet accoutrement jeune voyou ? DEHORS !"

Voilà quelle fut la première réaction du concierge, jadis, lorsqu'il vit Becah arriver pour enseigner. Il est vrai qu'au premier abord, notre plus si jeune Ondin n'a pas l'air d'une personne respectable. Entendons-nous. Des cheveux d'un bleu électrique, coupés à la va-vite, et qui longent doucement le creux de son dos pour finir en broussaille. Des épaules voûtées, un corps plutôt frêle, petit pour un adulte. Tout juste un mètre soixante, pâle comme le cul d'un nouveau né. Pas vraiment le genre d'apparence qu'on attend d'un respectable enseignant.

De dos, on le prendrait même pour un de ces bandits qui veulent se donner un genre mal élevé pour extorquer plus d'argent à ses pigeons. Une veste à épaulettes, et ce casque étrange, qui ne se met que sur les oreilles, au lieu de recouvrir toute la tête. Ce que certains prennent pour un cache-oreille ridicule ou un accessoire à idioties est en réalité son outil de survie. En tant qu'Ondin, Becah a vécu des années durant dans l'eau, là où tous les sons sont atténués par la densité du liquide. La première fois qu'il est sorti du l'eau, en dehors de l'air, des odeurs et des couleurs, ce fut le bruit qui manqua de l'achever. Trop de sons. Trop de personnes qui parlent. Qui s'épanchent. Qui chantent. Qui braillent. Trop d'ambiance pour ses petites oreilles fragiles. Il les a quasiment constamment vissées sur les oreilles. N'allez pas croire qu'il ne vous entend pas, si ces isolants sont très épais, ils le sont juste assez pour lui permettre de vous entendre - et comprendre - comme à travers l'eau.

Physiquement chez lui, tout laisse voir son environnement. Becah n'est pas la plus calme des rivières, ni le plus doux des océans, non. Il a pris de sa vie sous-marine le côté tempétueux et impertinent. Il se faufile comme une anguille, vous bouscule comme un torrent, remue votre quotidien comme un tsunami. Si visuellement il semble incapable de faire du mal à une mouche - ce qui est relativement exact, étant donné qu'il a la force d'un enfant de douze ans tout au plus - il compense cette faiblesse par un esprit aiguisé qui se traduit sur son visage. N'allez pas faire confiance à ce petit sourire en coin, ni à ces yeux hétérochromes qui vous toisent et vous jugent comme le plus petit chiot ayant pissé sur sa moquette.
Les billes curieuses, d'un ambré cerclé de bleu, sont son arme la plus faible et pourtant la plus utilisée. Ils captent votre attention, et, sitôt cela fait, ne vous lâchent plus d'un pouce.

Un grand gamin âgé d'un demi siècle, voilà ce qu'il est. Avec ses tenues d'un goût douteux - tout le monde n'est pas né avec deux jambes, après tout-, son handicapant daltonisme et ses yeux très sensibles à la forte lumière qui l'empêchent de savoir avec certitude si ce qu'il porte est coordonné, il a tendance à en surprendre plus d'un. De visu, il a l'air paumé, dans un autre monde. Comme déconnecté de ce plan et pourtant tellement au courant de ce qui s'y passe. Il observe, beaucoup, de ses grands yeux vifs, et c'est ce qui en fait paniquer plus d'un. Il peut rester, des minutes entières, à vous fixer, pour tenter de vous comprendre. Car, oui. Becah n'a qu'une notion lointaine, légèrement déformée, des conventions sociales. Jusque dans ses attitudes.

Sous sa forme de demi-homme, Becah est une sirène des plus étonnantes. Les branchies qui recouvrent le côté de son cou son recouvertes d'une fine membrane translucide d'un bleu azuré. Sa queue de poisson n'est pas, contrairement à ce qu'on pourrait penser, du même bleu que le reste de son corps, mais d'une douce couleur sable, idéale pour se camoufler lorsque le besoin s'en fait sentir. Contrairement aux clichés sur son épaisse, ce n'est d'ailleurs pas une "simple" queue de thon, ou de poisson quelconque non, Becah sous forme naturelle est un étrange mélange entre un homme et un Pterois Miles. Un poisson aux nombreuses nageoires très fines qui le font ressembler à un bateau d'aviron naturel. Si cet accoutrement ridicule lui valut jadis la moquerie de certains de ses semblables, il lui a également valu le titre de "Torpille", car il lui permet d'être dans les plus rapides de ses congénères. Lorsqu'il se sent en danger, ses artifices se hérissent, durcissent, et suintent alors un venin loin d'être mortel mais très douloureux.

Habitué à vivre en eaux chaudes, Becah est quelqu'un de très frileux, qui s'enrhume et tombe malade facilement. Son corps est aussi agile et insaisissable dans l'eau qu'il est vulnérable à la surface.
Caractère
Becah est quelqu'un de curieux, d'extrêmement ouvert et avide d'aventures et d'expériences sur son environnement. La première fois qu'il a mis le pied sur terre, cela faillit lui être fatal, mais ce fut également la meilleure expérience de sa vie entière. Il aime la découverte, l'inconnu, partir les yeux bandés, et faire des rencontre par dessus tout. Très ouvert d'esprit, c'est quelqu'un qui ne juge personne, et qui cherche toujours l'honnêteté et la vérité sur l'autre. Curieux et intrusif, il est du genre à se mêler des affaires de autres. Il est enchanté lorsque quelqu'un vient lui confier ses problèmes, et aime se placer en arbitre parfaitement neutre pour apporter son point de vue. A vrai dire, cela en devient presque maladif chez lui.

Il lui est arrivé de se retrouver dans des situations très étranges à cause de cette tendance à se mêler de ce qui ne le regarde pas. Les plus fantasques ? Assister au mariage d'un capitaine de bateau au sommet d'une montagne. Faire du bouche à bouche à une grand-mère au fin fond d'une forêt ancestrale. Et échapper de peu à la castration des oenuques d'un bordel royal. Comme vous pouvez le deviner, Becah ne sait pas rester en place, et doit constamment se pencher sur un nouveau problème pour contenter sa soif de connaissance et de savoir.

Un autre trait de caractère que lui attribuent sans hésiter toutes les personnes qu'il rencontre, c'est son franc parlé. Becah n'a pas la langue dans sa poche, et ne manque pas de mots pour exprimer ce qui lui passe par la tête. S'il sait se taire et écouter les autres, il sait aussi réagir et secouer ceux qui le méritent ou qui en ont le besoin profond. S'il a un problème avec quelqu'un, il le lui dira en face. S'il juge que vous agissez stupidement, vous le saurez immédiatement. Il n'a pas l'âme d'un rêveur, pour lui tout est logique, tout s'emboîte, même la magie. Il n'hésite pas à briser quelqu'un pour l'aider à se reconstruire, ou à s'imposer au naturel.

Extrêmement adaptable, comme un liquide entrant dans n'importe quel type de récipient, Becah est profondément Kinéstésique. Il s'impreigne des ambiances qui l'environnent, et sait s'adapter tout en finesse. Sans gêne de nature, cela peut le mener parfois à sa perte, et il est victime des ambiances trop confinées ou des protocoles trop étriqués. L'avoir avec soi lors d'une soirée mondaine est l'assurance d'une catastrophe imminente, il a plus sa place à la table des enfants ou en cuisine, avec les domestiques. Et pourtant, à côté de cela, il peut être d'une douceur et d'un calme à toute épreuve.

Lorsqu'il est en présence d'eau.

L'eau est, indéniablement, son élément. Elle fait partie de lui et il fait partie d'elle. S'il n'a jamais eu qu'une seule amante véritable, c'est elle. Il l'aime, la respecte, fusionne avec elle et y trouve un calme et une sérénité infinie. En présence d'une quantité d'eau suffisante pour s'y plonger, il oublie le fourbi quotidien de sa vie de bipède et redevient l'être de nature douce qu'est l'ondin profondément encré en lui. C'est dans ces moments de solitude et de communion qu'il atteint la félicité absolue. Ceux où rien, pas même une lance plantée en plein coeur ne pourrait lui faire avoir un regret. La raison pour laquelle Becah vit pleinement est qu'il se sait comme tout être l'élément d'un grand cycle sans fin. Il est né dans les eaux et sait qu'à terme il finira dans les eaux, servant de nutriment aux jeunes poissons à naître.

Cela fait de lui quelqu'un d'insaisissable. Nombreuses sont celles qui ont succombé à ses airs paumés, ses attitudes de vaurien légèrement allumé et ses handicaps étranges que sont sa vue et son ouïe, il s'offre à celle qui veut lui ouvrir son coeur, mais cela ne dure jamais longtemps. Il aime remplir le coeur d'une demoiselle un temps, puis se lasse très vite, et s'en va. Sa devise est de vivre, aime, et quitter. Toutes les choses du monde sont pour lui belles et dignes d'obtenir une part de son amour pour la nature et le monde en général. Il est catégorique là-dessus. La vie est belle. La mort est belle. Le cycle est beau. Il ne s'attache pas aux gens, car il veut goûter à toute chose avant de décider laquelle il préfère. Ne lui confiez pas trop vite vos sentiments, il aurait pu déjà partager ceux d'une autre demoiselle entre temps, sans jamais penser à mal.

Aucune convention sociale.
Aucune limite.
Aucune attache.

Comme l'eau qui toujours passe, et jamais ne s'arrête de couler.

Histoire

La lumière était aveuglante, le bruit assourdissant, les odeurs fortes, tellement fortes.

Le soleil lui brûlait la peau, l'air, salé, remplissait ses poumons avec la douceur d'un acide mortel qui le pénétrait de part en part. Sa joue était, lamentablement, posée contre un rocher qui suintait lentement d'un liquide rougeâtre et métallique.

Sa tête n'était plus qu'une immense bombe à retardement, si lourde qu'il ne parvenait plus à la penser sienne. Il ne pouvait plus penser tout court, il ne faisait que ressentir. Le fourmillement de ses jambes. La souffrance de ses poumons, qui se remplissaient et se vidaient en cadence. L'acidité de sa gorge, qui avait régurgité une quantité non négligeable d'eau. La douceur du sable, qui lui ordonnait de fermer les yeux. La lenteur de son poul, qui quittait doucement son corps.

C'était une journée magnifique. Un temps radieux. Autour de lui, tout était d'une harmonie à couper le souffle. Les mouettes riaient avec joie. Les vagues se fracassaient avec langueur sur la berge. Même les algues ondulaient dans le grand cycle de la vie et de la mort. Prêt, il inspira, tourna d'un demi-millimètre la tête sur la droite, et fixa... un orteil.

??? : MONSIEUR ! VOUS M'ENTENDEZ ?

Le coin gauche de ses lèvres se leva suffisamment pour lui faire tirer une grimace. L'oreil était relié à un pied, qui venait de lui appuyer sur le visage avec la douceur d'un cachalot en rut. Le son de sa peau frottant contre le sable lui fit écarquiller les yeux. Il avait l'impression d'avoir l'oreille collée contre une orgie d'épaves métalliques.

??? : MAMAN ! UN MONSIEUR TOUT NU DORT CONTRE UN ROCHER !
??? : OUI MA CHERIE.
??? : SI JE TE DIS ! IL EST TOUT NU. AVEC UNE GROSSE PERLE DANS LA MAIN.

Le pied s'éloigna brusquement, lui envoyant au passage une volée de sable dans les yeux. Becah se sentit lever le regard en direction du rocher. Allez. Il avait fait tout ce chemin pour voir la terre. Il l'avait vue. Il pouvait reposer en paix. Il avait été à deux doigts de s'endormir pour toujours.

Si seulement.

Si seulement les mouettes cessaient de jacasser. Si les vagues cessaient de hurler. Le vent de lui vriller les tympans. Si la lumière avait pu être moins forte, les bruits de pas moins proches. S'il avait pu être recouvert d'eau, et ramené à la mer.

??? : QU'EST-CE QUE C'EST QUE CA ?
??? : UN MONSIEUR TOUT NU ! REGARDE, ON VOIT SES FESSES.
??? : LEAH. ELOIGNE-TOI. VA CHERCHER TON GRAND-PERE.

Becah savait. Il savait au fond de lui que ces humains maladroits et bruyants parlaient à demie-voix. Il savait qu'ils étaient en conversation normale, certes curieuse et paniquée d'une part, mais aussi incroyablement calme dans le ton. Et il savait aussi que ces empêcheurs de tourner en rond allaient le soulever par grandeur d'âme, et le soigner sans autre forme de procès. C'était comme ça que fonctionnaient les êtres humains qui trouvaient un des leurs dans une position délicate.

Par compassion. Ou par dégoût.

??? : C'EN EST UN ?

Il entendit le pas lourd d'un être deux fois plus gros que ne l'était la nouvelle paire de pieds, et vit un visage se pencher à sa hauteur. Sans oser bouger d'un poil, il tourna ses iris en direction d'un gros visage barbu. De rides saillantes, d'yeux clairs, et d'une profondeur sans nom. Les cheveux immaculés, l'être était de la classe la plus âgée des êtres bipèdes. Un "grand-père". Becah lut dans son regard qu'il savait qui il était, et plus encore lorsqu'il suivit son regard en direction de sa main, repliée sur la perle qui lui avait permis d'en arriver là.

??? : Je suis navré que vous ayez à subir les mouvements d'hystérie de ces enfants mon bon monsieur. Je vous en prie ne nous en tenez pas rigueur.
??? : ALORS, PAPA, C'EN EST UN ?
??? : OUI C'EN EST UN. CHUCHOTTE MARIANNE AU NOM DU CIEL, CA A LES ECOUTILLES FRAGILES CES PETITES CHOSES.


Le vieil homme s'éloigna, le pas aussi léger que possible. Becah sentit qu'on le déplaçait. Qu'on l'enroulait, avec toutes les précautions du monde, dans un linge dont le frottement sur ses jambes le fit sursauter.

Ses jambes.

Il les avait presque oubliées.

Elles étaient terriblement sensibles. Le moindre effleurement démultipliait ses sensations à lui en faire tourner la tête. Dieux tous puissants. Il

Il couina, et ce fut le premier son qui sortit de sa gorge, et qui explosa à ses tympans comme le bruit de mille mouettes à la fois.

??? : Vous comprenez, quand nous vous parlons ?

Il faisait des efforts considérables, en le tordant pour le mettre en position assise, et gardait la voix la moins forte possible. Becah l'en remercia intérieurement et hocha lentement la tête, avant de se résoudre à fermer les yeux. Il avait une nausée terrible. Et quelque chose lui disait que cela n'allait pas aller mieux avant un certain moment.

??? : Vous êtes entré en contact avec une perle de Triton mon jeune ami. Vous savez ce que cela provoque ?

Becah haussa une seconde fois la tête, et ouvrit ses yeux terriblement fatigués. Avec maintes précautions, on le déplaçait. Autour de lui, il aperçut une foule d'enfants. Ah. C'était donc ça. Le bruit incroyablement fort des mouettes. Ils le fixaient de leurs yeux incroyablement grands, essayant de ne pas faire de bruit pour ne pas le brusquer. Il tenta un sourire. Et ne réussit qu'à grogner de douleur. Il avait envie que tout cela cesse. Qu'on l'assome un bon coup, et qu'il n'entend plus rien.

Le vieil homme dut se faire la même réflexion, car il banda ses yeux et ses oreilles d'un même tissus, l'empêchant ainsi de se brûler d'avantage les yeux. Le niveau sonore revint à un palier presque acceptable pour ses tympans sensibles. Il s'autorisa à inspirer lentement.

??? : Vous avez pas eu de chance, un gros bateau marchand est passé y'a peu. C'est ça qui vous a balancé sur le rivage aussi sec.

Ah. La vague terrible. Un bateau de marchandises. Il sentit sa tête partir en arrière, et fut rattrapé de justesse. L'anxiété des enfants était d'une force telle qu'il sentit son coeur se serrer. Becah pencha lentement le visage sur la gauche, et décolla ses lèvres gercées par le sel l'une de l'autre.

Becah : M... mer...
??? : Vous me remercierez plus tard. Vous êtes épuisé. Je vais m'occuper de vous. Contentez-vous de me donner votre nom, et de dormir, jeune ondin.

Il aurait pu tomber sur un pirate. Un découpeur de nageoire. Un cuisinier gourmet. Un mesquin trompeur de poisson. Un braconnier. Un esclavagiste.

Mais la mer l'avait rejeté dans les bras d'une autre personne du cycle, pour commencer une nouvelle étape de sa nouvelle vie. Une seconde chance. Une renaissance.

Et toute naissance se terminait avec un nom.

Becah : Be...cah. Ahri...
??? : Bekahyarei. Bienvenue sur terre. Mon garçon.

•••
- en cours -

© FICHE CRÉÉE PAR REIRA DE LIBRE GRAPH'
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Becah Ahri [en cours]   Mer 5 Juin - 13:41

Sans nouvelles de votre part, la fiche sera déplacée dans les fiches sans-suites. Merci de nous tenir au courant.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Becah Ahri [en cours]   Mer 5 Juin - 13:48

Je suis en galère sur mon rapport de stage depuis quelques temps, j'ai à peine le temps de me vider la cervelle une fois par jour pour éviter d'imploser x) Je doute d'être en mesure de fournir quoi que ce soit avant la fin du mois Wink
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Becah Ahri [en cours]   Mer 5 Juin - 16:39

Je me sens moins seule d'un coup !!! Very Happy Mais bon moi j'ai choisi de le faire en une semaine avant que ma prof débarque.
Bon courage en tout cas et reviens nous vite What a Face
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Becah Ahri [en cours]   Sam 13 Juil - 10:06

Bonjour,
Votre fiche ayant été crée depuis un moment, il ne vous reste plus qu'une semaine à compter de ce jour pour la terminer. Ensuite, elle sera envoyée aux fiches-sans-suite.
Merci de votre compréhension.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Becah Ahri [en cours]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Becah Ahri [en cours]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Chroniques de Rëvalïa - Forum RPG dark-fantasy ::  :: Présentation de votre personnage :: Fiches Sans-Suite :: SPA des fiches-