AccueilGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Une prof gentille c'est possible ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité


MessageSujet: Une prof gentille c'est possible ?    Mar 21 Mai - 21:54

Lorsque Lucillda  avait appris que l'académie de magie d'Edalïa allait rouvrir ses portes, elle avait été pour le moins surprise. Ce qu'elle prenait pour une page tournée de son existence se rappelait à elle par la volonté d'un mystérieux magicien. En effet, le jeune femme avait entendu qu'un homme seul avait pris la décision de cette reconstruction de l'ancien établissement scolaire et qu'il était à la recherche d'une équipe pédagogique pour l'aider à faire aboutir son projet. Et bien que l'elfe ne soit toujours pas totalement en paix avec les évènements qui s'étaient passés en ces lieux et plus particulièrement sa conduite et ses conséquences au moment de la chute de l'académie, cette découverte attisa sa curiosité et son envie d'aller de l'avant. C'est ainsi que Lucillda Nobody qui avait  scrupuleusement évité les alentours de l'école durant les cent années précédentes en arriva à postuler au poste de professeur de Terre auprès du magicien. Cette idée venait autant d'une volonté de mettre au service du plus grand nombre les capacités qu'elle avait apprises après sa fuite de l'académie que d'un travail d'hommage aux victimes de la grande bataille et de mise en oeuvre d'un contrôle de la magie basé sur sa maîtrise.
Après une brève missive envoyée à la nouvelle académie pour signaler sa candidature, la jeune elfe, ou du moins elfe à l'apparence jeune, se mit en route pour rejoindre les lieux et passer un entretien avec le nouveau directeur. Elle ne savait pas vraiment à quoi s'attendre et c'est avec un pincement au coeur qu'elle rejoignit la ville de Portua afin de prendre un bateau pour l'académie. Le petit port était autrefois spécialisé dans le transport des élèves et des professeurs mais après une fermeture de cent ans et des rumeurs plus macabres les unes que les autres au sujet de ce qui s'était passé dans l'établissement, il ne fut pas aisé de trouver une personne qui accepte de la mener à destination. Finalement ce fut un jeune pêcheur qui la prit à bord de son bateau, lui promettant de la déposer près de l'académie avant de rejoindre son coin de pêche en échange de quelques pièces. La monnaie échangée, la traversée du lac perlé commença tranquillement avec pour seul bruit celui du bateau fendant les flots et du vent dans la voile. Mais assez rapidement la curiosité de l'elfe prit le dessus sur sa volonté de prolonger ce moment de sérénité et elle s'adressa au marin.

- Excusez moi de vous déranger mais est ce que vous savez quelque chose à propos de la reconstruction de l'académie et de la personne qui l'a entreprise ?

Le jeune homme sembla surpris de sa question mais bien heureux de pouvoir raconter tout ce qu'il savait, se pressa de répondre. Il fallait avouer que les journées de pêche en solitaire le pesait et avoir une passagère n'était pas pour lui déplaire, surtout qu'il n'avait jamais rencontré d'elfe auparavant et qu'il était donc sous le charme de leur grâce légendaire.

- Au village personne ne s'attendait à ce que quelqu'un décide un jour de vivre là-bas, et encore moins d'y rouvrir une école. Parce que oui ma p'tite dame, il y avait déjà une école là bas il y a bien longtemps, avant votre naissance et la mienne. Ca doit faire quoi ? Cent ans maintenant, quelque chose dans le genre. C'est les vieux qui racontaient cette histoire, mais maintenant il n'y a plus personne de vivant pour le faire, je ne peux vous dire que ce que j'ai entendu. On y apprenait la magie et un jour quelque chose a mal tourné et a rasé l'académie. De l'autre côté du lac on voyait des éclats de magie briller, a ce qu'il parait c'était beau, mais moi je crois que ça devait surtout faire peur. Après l'explosion des gens ont bien essayé d'aller trouver des survivants mais ils en ont trouvé aucun, et n'ont même pas pu s'approcher des lieux, y'avais une aura maléfique je vous dis. Depuis, c'est de tradition de ne pas aller de ce côté du lac, c'est pour ça que personne voulait vous y mener. Du coup, je ne sais pas ce qu'on va trouver mais je peux vous dire que celui qui s'est installé là-bas est un fou, ça c'est sûr. Il paraîtrait qu'il s'appelle Myrddin mais c'est tout ce que je sais. D'ailleurs, qu'est ce que vous allez faire là-bas ? C'est pas une place pour une jeune fille comme vous !

Lucillda ne put s'empêcher de sourire lorsqu'elle l'entendit parler de l'ancienne académie et de son existence "bien avant sa naissance". Une fois de plus, son apparence jeune avait dupé l'humain qui n'avait pas l'habitude de côtoyer des elfes. Elle ne pouvait pas lui en vouloir, qui pourrait deviner qu'en réalité elle avait en réalité 117 ans et avait elle-même été élève dans cette académie ?
Mais son sourire s'estompa vite lorsqu'il raconta qu'aucun survivant n'avait été trouvé et qu'une aura maléfique entourait les lieux. Elle ne pouvait s'empêcher de se demander ce qui était arrivé après son départ, regrettant presque de ne jamais être revenue plus tôt sur les lieux, même si cette idée la mettait mal à l'aise. Elle fut aussi quelque peu déçue du manque d'information qu'elle put récolter sur le fameux Myrddin, parce que le fait qu'il soit, selon les dires des villageois, un fou, ne l'aidait guère. Mais il fallait leur accorder que la magie n'avait pas très bonne réputation à cette époque en terre d'Edälia et c'est pour cette raison que Lucillda décida de mentir à son interlocuteur. généralement elle ne supportait pas le mensonge, mais là elle savait que sa sécurité pouvait en dépendre et qu'elle n'avait guère le choix. Elle coupa donc court à la conversation en disant la première idée qui lui passa par la tête et qui lui sembla crédible.

- Oh, c'est de la simple curiosité, je voyage à travers le continent à la recherche de lieux insolites et j'ai entendu parler de cette école du coup je suis venue voir, rien de plus. Je ne pense pas que je resterai longtemps.

Après avoir prononcé ces mots la jeune femme s'éloigna du marin et retourna s’asseoir de l'autre côté du bateau, les yeux dans le vague et son esprit perdu dans ses pensées. Là, si près de sa destination, elle se demandait si cette décision un peu prise sur un coup de tête était une bonne idée. Après tout, serait elle capable d'enseigner quelque chose à des élèves en ayant sans cesse les souvenirs de ses propres années d'étude et de ses anciens camarades disparus pour hanter son esprit ? Et puis même, avait elle les capacités d'enseigner quelque chose ? Certes, depuis son initiation elle maîtrisait la terre presque à la perfection, mais cela suffirait-il ? Et ce Myrddin n'était-il pas dangereux ? A sa connaissance, personne ne l'avait encore rencontré et ne pouvait donc témoigner qu'il ne l'était pas. Peut-être que finalement la jeune fille ne reviendrait jamais de cet entretien...
Mais coupant court à ses pensées morbides, le bateau heurta quelque chose et s'arrêta brusquement : il était arrivé à destination et il était désormais trop tard pour faire demi-tour. L'elfe salua donc le pêcheur qui l'avait conduite et le remercia avant de  descendre à terre et de se diriger vers le lieu où se situait l'ancienne académie. Pour le moment elle ne ressentait pas le moins du monde l'aura maléfique dont on lui avait parlé mais elle restait tout de même sur ses gardes, tous ses sens étant aux aguets. Au fur et à mesure qu'elle s'approchait, ses souvenirs la rattrapaient de plus en plus. Mais elle fit face à cette vague d'émotion et continua sa progression jusqu'à apercevoir enfin le château. Et quel château !  Si l'ancienne académie avait été majestueuse, celle là était indescriptible. Celui qui avait construit ces nouveaux bâtiments était sans aucun doute un architecte et un magicien de talent. Tout inspirait le respect et l'admiration par sa splendeur et sa taille. Devant une telle démonstration de magnificence Lucillda faillit ne pas remarqué l'étrange aura magique qui émanait du parc de l'académie. Mais étant sans doute attendue, la jeune femme ne s'attarda pas, se promettant tout de même de ce renseigner sur cette chose qui n'existait pas auparavant.

Finalement Lucillda pénétra dans le bâtiment, se retrouvant dans un immense hall, face à plusieurs portes. Chacune d'entre elle semblait symboliser un des éléments qui distinguaient avant les maisons auxquelles appartenaient les élèves, comme un signe que ce qui existait avait toujours un sens malgré les années passées. Et au milieu de ce hall se trouvait le transporteur qui devait la mener dans l'aile du bâtiment contenant les bureaux des professeurs et plus particulièrement celui de Myrddin, celui qu'elle était venu voir. La jeune femme se dirigea donc vers celui ci avec un peu d’appréhension, n'ayant jamais utilisé ce genre d'appareil. Mais finalement le transport se déroula parfaitement et à peine arrivé dans le Siège Lunaire, Lucillda se sentit apaisée. La magie qui sommeillait en elle se réveillait doucement, la baignant d'un doux flux énergétique plaisant. Ce flux magique réveilla aussi Miolnir, le gardien présent dans la bague de la jeune elfe depuis sa scolarité. Le lémurien nain apparut aussitôt sur l'épaule de la postulante au poste de professeur de terre qui le caressa doucement avant de frapper à la porte du bureau de Myrddin devant lequel elle était arrivée.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Une prof gentille c'est possible ?    Mer 3 Juil - 14:14

Un entretien d’embauche. Encore et toujours. Même si Myrddin était particulièrement motivé pour trouver des professeurs compétents et dignes de ce nom, il fallait bien avouer qu’il manquait cruellement de temps pour organiser autant de rencontres. Pourquoi n’avait-il pas écouté sa raison qui lui insufflait l’idée d’avoir recours à la magie ? Il suffisait de lire dans le cœur des candidats, mais aussi dans leur passé, et le tour était joué. Pas besoin de rencontres. Mais pourquoi avait-il choisi la voie de la folie ? C’était comme si deux personnes s’incarnaient en lui : d’un côté, le directeur complètement dingue qui s’était juré de rencontrer un par un les différents candidats ; de l’autre, l’homme raisonnable qui avait bien compris la difficulté d’un tel projet. La prochaine fois, il écouterait sa raison (n’est-ce-pas Shitennô ?) ! Le directeur soupira avant de faire un petit tri dans ses papiers, empilant ici et là quelques documents qui semblaient dater de la préhistoire. Autant accueillir son rendez-vous avec les civilités que cela impliquait, non ? D’ici peu, Lucillda Nobody, une ancienne élève de l’académie, se présenterait à lui avec la ferme intention d’obtenir un poste. Professeur de la Terre ? Parfait, c’était l’un des postes les plus importants. Et ancienne élève, en plus. Ça, c’était une occasion à ne pas laisser filer. Car oui, rien n’échappait à Myrddin. Il savait tout, qu’il s’agisse du passé, du présent, ou du futur. Et cette jeune femme-là semblait particulièrement torturée. La rencontre n’en serait que plus passionnante. Non pas que le directeur se réjouisse d’un tel malheur, bien sûr. Mais cela lui permettrait de comprendre quelles sont ses véritables motivations. Il y en a toujours des plus enfouies que les autres. Un bref coup à sa porte le tira de ses pensées.

« Entrez, entrez, ma chère. »

La jeune femme pénétra dans le bureau. Myrddin se leva pour aller la saluer avec un grand sourire :

« Bienvenue à l’académie d’Edälia. Vous n'avez pas eu trop de mal à vous repérer dans ces nouveaux bâtiments ? Prenez place, je vous en prie. »

Il retourna s’assoir et sans attendre davantage fit apparaître quelques biscuits et boissons qu’il gardait dans sa réserve personnelle.

« Une tasse de thé ? »

Sans lui laisser le temps de répondre si oui ou non elle voulait bien de son thé, Myrddin lui en servit quand même une tasse. C’est beaucoup plus convivial ainsi, vous en conviendrez. Le vieil homme en prit également une pour lui-même, qu’il porta à ses lèvres. Chaud, chaud, chaud ! Mais tellement bon.

« Parfait, un thé comme je les aime. Ce petit goût fruité, auquel se rajoute cette pointe de sucre et de caramel, je trouve cela tout simplement délicieux » s’exclama-t-il d’un ton joyeux. « Bien, bien, passons là ce chapitre. Si je vous ai convoqué pour ce petit entretien, ce n’est pas pour vanter les mérites de mon thé – je pourrais y passer des heures – mais bel et bien pour que l’on discute ensemble de votre candidature, voulez-vous ? J’ai cru comprendre que vous aviez été élève ici, il y a fort longtemps. Pourquoi avez-vous décidé de revenir ? De l’eau a coulé sous les ponts depuis ce temps-là, je pourrais aisément comprendre que ceux qui ont survécu aient eu envie de tourner la page. Mais ce n’est pas votre cas, semble-t-il. C’est pourquoi j’en suis intrigué. Racontez-moi, voulez-vous ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Une prof gentille c'est possible ?    Dim 21 Juil - 16:48

Après le coup à la porte, la réponse du directeur ne se fit pas attendre très longtemps et une voix intima à Lucillda de pénétrer dans le bureau. Elle avait été nommée "ma chère" et bien que cette appellation puisse paraître étrange de la part d'un parfait étranger, surtout que celui-ci allait peut être devenir son employeur, la jeune femme s'en amusa. Après tout, on l'avait prévenue que Myrddin était un original, ce ne serait sans doute pas la seule surprise de cet entretien, et de sa vie à l'académie si il se trouvait qu'il y resta en tant que professeur. Au moins les personnes accueillies à l'académie ne pouvaient pas se plaindre du manque de cordialité du directeur. C'et avec une grand sourire qu'il salua l'ancienne élève en se renseignant sur son voyage et en lui proposant un siège, se débarrassant ainsi des formalités d'usage. La postulante à un emploi s’apprêtait à répondre à ses questions lorsqu'elle fut interrompue par le vieil homme.

« Une tasse de thé ? »

C'était une proposition alléchante mais à nouveau Myrddin ne lui laissa pas le temps de répondre et commença à lui servir une tasse. Au moins cela rejoignait ce qu'elle comptait répondre mais l'attitude du vieux directeur était pour le moins déroutante. C'était à finir par se demander si il comptait la laisser prendre la parole durant cet entretien. Mais finalement l'occasion se présenta lorsqu'il se servit à lui aussi une tasse de thé et commença à en boire. Lucillda répondit donc avec un peu de retard aux questions qui lui avaient été posées, tentant de ne pas trop dévisager son interlocuteur.

- Ces nouveaux bâtiments sont quelques peu déroutants mais ils sont vraiment magnifiques, et en cherchant bien, trouver son chemin n'est pas si difficile que ça. A part quelques appréhensions à l'idée d'utiliser le transporteur, mon arrivée ici s'est faite sans encombre.

La jeune femme ne parla pas des mises en garde du pêcheur qui l'avait emmené jusque là, après tout, cela ne concernait en aucun cas les nouveau bâtiments. Puis ce serait sérieusement manquer de tact que de dire à son hôte que selon ce qu'on a entendu, il est un fou furieux. Et pour éviter de dire cela, l'elfe des bois se tourna vers le thé.

- Merci pour le thé, je suis ravie de pouvoir y goûter.

Elle ne savait plus quoi dire, ne sachant vraiment ce qu'on attendait d'elle lors de cet entretien, mais fort heureusement, cette évocation du thé sembla lancer Myrddin dans un monologue à son sujet. Il semblerait que le magicien soit particulièrement friand de son thé et ne tarisse pas d'éloge sur celui-ci. Cependant il paraissait très chaud et Lucillda préféra donc croquer dans un gâteau pour goûter la boisson plus tard et se concentrer d'abord sur ce que racontait le vieillard. En effet, ce dernier après avoir venté les mérites de son thé en arrivant aux choses sérieuses : la candidature de l'elfe au poste de professeur de la terre et plus particulièrement les raison ce cette candidature. Le directeur annonça immédiatement qu'il savait qu'elle avait été élève de l'ancienne académie et il semblait plutôt étonné par son retour, comme s'il ne comprenait pas pourquoi elle voulait revenir sur ses traces. Il parlait d'envie de tourner la page, mais pour la jeune femme c'était une chose compliqué, d'autant plus compliqué tant qu'elle n'aurait pas affronté la réalité en face. Il voulait qu'elle lui raconte, mais le pouvait-elle vraiment ? Si elle lui expliquait son passé, accepterait-il de lui donner un poste dans l'académie ? Après tout, elle avait fuit, ce n'est pas vraiment une attitude digne d'une personne à qui on va confier des responsabilités.
Pesant le pour et le contre, réfléchissant à la réponse qu'elle allait donner aux questions qui lui étaient posées, Lucillda prit sa tasse de thé et en bu une gorgée pour se donner un temps de réflexion. Elle notait mentalement que le directeur avait raison de se venter du goût du breuvage, puisqu'il était réellement délicieux lorsqu'elle sentit remuer sur son épaule. Avec cette arrivée surprenant dans le bureau, qui est lui même surprenant si on s'attarde sur son apparence, la jeune femme avait oublié la présence de son gardien qui était sortit de son anneau. Mais Miolnir était bel et bien là et c'est lui qui lu donna mentalement la réponse de ce qu'elle devait dire.

*Mentir ne te ressemble pas, puis on ne semble pas pouvoir cacher grand chose à cet homme*

C'est donc avec une caresse pour son gardien et un sourire pour son interlocuteur que Lucillda reprit la parole, prête à s'expliquer et à tout faire pour obtenir tout de même le poste qu'elle était venue chercher. De toute manière, ce n'était pas comme si il y avait des dizaines de personnes qualifiées pour enseigner la magie de la terre !

- J'ai bel et bien été élève ici lors de l'ancien âge de l'académie, j'étais en deuxième année d'étude dans la maison de la terre quand la chute de l'école est arrivée. En remarquant la situation, j'ai lâchement fuis l'école et c'est comme ça que je m'en suis sortie, sans doute en sacrifiant beaucoup de mes camarades qui auraient pu être sauvés si ils avaient été prévenus. Cette journée m'a hantée pendant des années, à un tel point que j'ai rejeté la magie pendant très longtemps avant d'apprendre à la maîtriser au niveau qui est le mien actuellement. C'est parce que je sais que cette magie non maîtrisée peut être très dangereuse que je suis ici aujourd'hui, pour apprendre aux jeunes à la maîtriser et éviter que n'arrive à nouveau une catastrophe comme dans le passé. Pour moi c'est autant un travail de mémoire et d'hommage aux victimes du massacre qu'un travail de formation et de protection du futur...

Les derniers mots s'étouffaient dans la gorge de l'ancienne élève qui repensait soudainement à ses anciens camarades. Le vieil homme allait-il comprendre ses motivations ? Ne les trouverait-il pas trop malsaines ? Car créer le futur en pensant au passé n'est pas forcément une bonne chose... Des fois elle-même avait du mal à fait la part des choses, qu'en serait-il de cet étranger qui découvrait son histoire ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Une prof gentille c'est possible ?    Dim 22 Sep - 12:24

La jeune fille qui lui faisait face était particulièrement charmante. Cependant, malgré cette apparence juvénile, la demoiselle était cependant bien plus vieille qu'elle n'y paraissait, c'était quelque chose qu'il fallait noter. L'expérience de la vie rend toujours un peu plus sage, et un professeur jeune est en général plus attachant pour les élèves qui se sentent plus à l'aise en sa présence. Cette jeune elfe cumulait les deux avantages de part sa race, et cela était un gros point positif quant à l'acquisition du poste de professeur. Outre cela, Lucillda semblait apprécier le thé que le vieux directeur lui avait servit, ce qui ravit ce dernier. Cette jeune femme était décidément pleine d'avantages. Mais le passage le plus intéressant de la réponse de son interlocutrice fut sans conteste le récit de sa fuite de l'académie, un siècle auparavant. Elle semblait nourrir de nombreux remords quant à cette époque de sa vie, sa détresse était encore perceptible à l'heure actuelle, et ses motivations semblaient claires. Cependant, elle semblait être assez ignorante quant à la catastrophe d'il y a une centaine d'année : n'avait-elle donc pas entendu parler de l'Abysse ? Ce n'était pas incompréhensible, loin de là, puisque peu de gens connaissait l'histoire exacte de la disparition de l'Académie. Mais la plus grande question restait la suivante : comment allait réagir Lucillda en apprenant que plusieurs de ses anciens camarades sont encore en vie actuellement ? Pire, ils ont encore l'âge qu'ils avaient au moment où ils se sont rencontrés. Malgré ce doute, Myrddin se devait de l'en informer, pour la simple et bonne raison qu'elle allait avoir ses propres camarades qu'elle croyait morts... En élève de seconde année. Et quitte à l'engager, autant qu'elle soit totalement au courant de ce qui s'était passé. C'est donc d'un air grave que le directeur reprit la parole :

« Je comprends, mademoiselle Nobody, vos tourments quant à cette période de votre vie. Cependant, je suis dans l'obligation de vous annoncer quelque chose : la catastrophe d'il y a un siècle n'a pas causé la mort de tout ceux qui ont été pris dans "l'explosion". En effet, ceux ci se sont retrouvés pris dans une dimension parallèle qui leur a fait traverser une centaine d'année pour arriver à notre époque. Vous comprenez donc que certains de vos camarades sont encore en vie, mais ils ont aujourd'hui l'âge qu'ils avaient il y a un siècle. Je pense qu'il est nécessaire que vous le sachiez avant que l'on parle d'une embauche. »

La jeune femme devait déjà encaisser ce qu'elle avait entendu. Mais voudrait-elle encore obtenir le poste qu'elle convoitait en arrivant jusque ici ? Rien n'est moins sûr. Après tout, cette nouvelle était bien plus grave que tout ce qu'elle pouvait s'attendre à entendre en venant ici. Avalant quelques gorgées de thé, le directeur scrutait la réaction de l'elfe avec beaucoup d'attention, mais cru bon d'argumenter un peu plus afin qu'elle puisse peser plus facilement le pour et le contre.

« Il est donc tout à fait possible que d'anciens camarades à vous deviennent vos nouveaux élèves, ma chère. D'un coté la présence d'une figure connue pourrait les rassurer, de l'autre il est tout à fait normal que vous comme eux puissent être déroutés. Après tout, pour eux, vous avez pris un siècle en quelques jours seulement, alors qu'eux ont vécu dix minutes d'enfer dans cette dimension appelée l'Abysse. »

La situation aurait put être embarrassante si Myrddin ne s'y était pas préparé : il savait depuis le début que la catastrophe de l'Abysse était méconnue et qu'il n'y avait absolument aucune chance que Lucillda en ait entendu parler. C'était une nouvelle terrible mais il fallait bien qu'elle le sache. Le simple fait de voir les noms sur les fiches d'appel (ou simplement LE nom, puisqu'un seul élève de la Terre avait été sorti de l'Abysse, mais sur ce point le vieux directeur préférait laisser la rencontre se faire d'elle même) lui aurait fait comprendre que quelque chose d'étrange s'était produit, et elle l'aurait surement bien plus mal pris qu'une annonce directe comme celle-ci. Myrddin conclu alors son annonce par une question cruciale :

« Êtes-vous certaines de toujours vouloir assumer ce rôle ? Ou désirez-vous un temps de réflexion supplémentaire ? »


HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Une prof gentille c'est possible ?    Sam 4 Jan - 19:18

Plus le temps passait, moins Lucillda était sûre d'elle. Le nouveau directeur de l'académie la fixait de manière pensive. Il devait sans doute analyser ce qu'elle venait de dire mais ce temps de réponse semblait mauvais signe pour l'elfe. Elle aurait finalement fait tous ces kilomètres pour rien, jamais elle ne serait professeur, jamais on ne lui confierait des élèves, tout ça à cause d'une erreur qu'elle avait commise un siècle plus tôt. Se rendant compte de cela, son visage commença à se fermer, elle ne pouvait s'empêcher d'être déçue et de regretter une fois de plus ses actes passés. Toute sa vie son erreur la hanterait et on ne lui laisserait même pas l'opportunité de tenter de la réparer. La jeune femme  était sur le point de s'excuser d'être venue et de quitter le bureau du nouveau directeur quand ce dernier pris enfin la parole.
Et ses paroles furent pour le moins bouleversantes. Contrairement à ce qu'elle pensait entendre, il ne fut pas annoncer à Lucillda qu'elle ne convenait pas pour le poste mais que les personnes qu'elle pleurait depuis des années n'étaient peut être pas mortes. L'explosion qu'elle avait vu un siècle plus tôt n'en était visiblement pas vraiment une et les personnes qui s'étaient trouvées dans le champ de celle ci s'étaient juste retrouvés prisonniers d'un espèce de monde parallèle. Enfin, juste est un grand mot car ce monde parallèle était en réalité un enfer dans lequel nombre des prisonniers perdirent la vie durant les dix minutes que dura leur captivité. Myrddin était tout simplement en train d'annoncer à Lucillda qu'il hésitait à lui donner le poste parce qu'elle pouvait être perturbée par la rencontre avec certains de ses anciens camarades de classe.
Le magicien disait qu'elle pourrait être une aide pour eux mais suggérait en même temps qu'elle pourrait ne pas en être capable et qu'elle pourrait préférer abandonner. Ne se rendait-il pas compte d'à quel point elle regrettait de les avoir déjà abandonnés une fois ? Certes la situation ne serait pas facile et faire cours à ceux qui avaient été autrefois des amis serait peut être délicat mais c'était une situation rêvée pour tenter de réparer un peu le mal qu'elle avait fait.
Sur le visage de la jeune elfe les émotions devaient se succéder. De la surprise bien sur, puis de la joie d'apprendre qu'il avait des survivants et même un soupçon de colère à l'idée que le directeur puisse la penser lâche au point de ne plus vouloir du poste simplement parce que cela ne serait pas facile pour elle. Mais il fallait qu'elle arrive à expliquer que la situation ne la gênait pas du tout, et ce en gardant son calme pour ne pas que le directeur se mette à penser qu'elle était trop affectée par la nouvelle pour être capable d'enseigner dans son école. La jeune femme caressa donc son lémurien nain quelques instants avant d'inspirer un grand coup et de répondre avec une voix qu'elle aurait voulu plus calme.

- Je suis d'autant plus sûre de mon choix monsieur. Cette nouvelle pour le moins inattendue me conforte dans la volonté d'enseigner dans cette académie. Je vous parlais de ma volonté de travail de mémoire et d'aide aux générations futures mais vous me dites qu'en fait je pourrais même aider ceux dont je voulais honorer la mémoire. Je suis consciente des difficultés que je pourrais rencontrer mais je pense être capable de passer outre et de remplir correctement le poste de professeur de la terre si vous m'en laissez l'honneur.

Les dés étaient jetés. Et pour l'une des premières fois depuis bien longtemps Lucillda sentait la peur s'insinuer en elle. Elle avait peur de ne pas avoir été convaincante et pourtant elle en avait vraiment envie de ce poste de professeur. Elle avait fait de son mieux pour convaincre Myrddin et lui seul tenait son destin entre ses mains en cet instant.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Une prof gentille c'est possible ?    

Revenir en haut Aller en bas
 

Une prof gentille c'est possible ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Chroniques de Rëvalïa - Forum RPG dark-fantasy ::  :: Edälia, leader économique humain :: L'Académie de magie d'Edälia :: Siège Lunaire :: Bureau de Myrddin-