AccueilGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Premier bobo ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité


MessageSujet: Premier bobo ...   Lun 3 Juin - 16:16

Le soleil était haut dans le ciel. Cela faisait plusieurs jours que la pluie tombait sans relâche, mais aujourd’hui, elle avait décidé de cesser. Pour combien de temps encore ? Personne n’en avait la moindre idée, c’était les mystères du temps, les éléments se comportaient à leur guise, comme ils le voulaient dans le ciel. Pourtant, ici à l’académie d’Edalia, les éléments pouvaient être contrôlés. L’air, l’eau, la terre, l’esprit, l’ombre et le feu… Le feu, sa maison. Le feu, comme ce soleil qui brillait dans le ciel.
Depuis la rentrée, Neita était encore plus épanouie qu’avant. Sa vie, qui n’était pourtant pas si mal déjà avant, était devenue encore meilleure, car maintenant elle pouvait laisser s’exprimer son don en toute tranquillité. Et le fait de connaître sa maison lui donnait un nouveau but : réussir à maîtriser parfaitement son élément. Elle rêvait de pouvoir… Allumer un feu lorsqu’il fera trop froid, ou encore en calmer un en cas d’incendie et tellement d’autres choses. Elle avait pour le moment encore l’impression de rêver.
Ce jour-là, elle se promenait dans le parc du château, finissant de visiter les recoins de l’académie qu’elle ne connaissait pas encore. On était en plein après-midi, et il faisait assez chaud. La jeune femme avait donc opté pour un short, et un débardeur, laissant sa peau prendre le soleil à sa guise. Lassa, son kélérou, marchait tranquillement à ses pieds, repérant lui aussi les lieux.

«  Alors Lassa, qu’est-ce que tu en dis ? Personnellement, je pense qu’on va se plaire ici ! Non ? »
« Oui, cet endroit a l’air plutôt pas mal ! Un peu trop de monde à mon goût mais je devrais m’y faire… Au pire, j’irai me cacher ! »


La jeune femme rigola, semble t-il toute seule aux yeux des autres, et répondit à Lassa, toujours grâce à sa télépathie.

« Espèce de timide trouillard ! Viens ! »


Toujours en souriant, elle venait d’avoir une idée, et se dirigea vers un arbre non loin d’eux. Elle commença à l’escalader, afin d’apercevoir le soleil d’un peu plus près. Et puis, elle avait entendu dire que les arbres étaient plutôt confortables et qu’ils permettaient d’être au calme. Elle était presque qu’en haut lorsqu’elle loupa un appui et tomba tout à coup. Elle se retrouva par terre, quelques mètres plus bas, sur le dos. Lassa se dépêcha de redescendre de l’arbre, allant près d’elle.

« Neita ? Neita est-ce que ça va ?! »
« Humpf… Je crois… J’ai mal au bras droit, mais sinon je crois que ça va… »
Revenir en haut Aller en bas
Nombre de messages : 109
Age : 20
Don / Pouvoir : Dons vampiriques atténués.
Maîtrise de l'esprit.
Année d'étude : - Première Année

Feuille de personnage
Race: Dhampire
Dons Élémentaires:
Perfectionnement:

MessageSujet: Re: Premier bobo ...   Mer 5 Juin - 22:39

Une journée de vagabondage, afin de pouvoir guérir et se calmer, extérioriser les quelques tensions de la semaine.
Theyne profitait du soleil revenu, bien qu'il appréciât grandement la pluie lors de sa marche dans le parc. Il avait décidé d'y faire un tour avant de sortir de l'Académie pour faire une tournée des villages, au cas où. De plus, cet endroit était parfait pour la détente.
Il était difficile de gérer les élèves de seconde année, prisonniers de leurs tourments, qui avaient encore en mémoire tant de souvenirs qu'il avait oubliés. Difficile de rivaliser avec leur ancien professeur, malgré son siècle d'expérience, qui ne les avait quitté pour eux qu'il y a un mois.

Difficile de regarder la ruine qu'était devenue la classe, peuplée de personnes qui n'étaient plus que l'ombre d'elles-même. Il avait jadis trouvé difficile de survivre sans jamais ouvrir la bouche dans la rue, avec une faim toujours grandissante ; il estimait avoir vécu des expériences horribles par moment, et s'y connaissait en souffrance mentale ; son empathie exacerbée par ses facultés criblait ses sens à la fin de chaque cours avec ses anciens camarades. Il surmontait cela sans trop de peine, mais l'expérience était désagréable.
Il était néanmoins heureux de servir dans ce lieu fantastique, bien que l'appel des chemins soit pressant, et se ressente la moitié de la semaine, quand il était libre.

Pour une fois, il se permit de s'ouvrir pleinement au monde qui l'entourait. Il sentit les fleurs, la senteur de l'herbe, avec une acuité nouvelle. Un arôme proche de celui qu'il revêtait en permanence, mais plus agréable, car moins médical. Les insectes sous lui fourmillaient, mais ils ne le dérangeaient pas ; leur conscience superficielle formait un tout, qu'il avait appris à appréhender et à respecter. Il restait ainsi placide devant l'activité de tant de minuscules êtres.
Pour ne pas les déranger, le mage décida de commencer une lévitation, qui l'empêcherait de les écraser ou de les perturber aucunement. Il était dans l'enceinte de l'académie, et il serait vu, soit. Qu'à cela ne tienne, il n'en avait cure. Les élèves pouvaient contempler un usage de pouvoir qui leur semblerait frivole, mais il ne se souciait de leurs regards.

Ses habits de voyages, longs et contenant de nombreuses poches, colorés par la magie aux couleurs de son ordre, touchaient encore l'herbe partiellement. Un vent léger portait ses cheveux et le faisait sourire. Il ignorait la raison de sa présence dans l'académie, mais elle devait être liée à la puissance des éléments qui y siégeait. Il se sentait sensiblement plus puissant ici, et plus attentif, bien qu'il se restreigne à bien peu de choses de ce côté ; il ne souhaitait pas capter la moindre pensée qu'il n'aurait dû connaître. De plus, il n'était pas dans ses habitudes d'utiliser la magie en vain, aussi, il n'avait pas de réelle preuve de ce qu'il avançait.


Une des pensées qu'il ne devait pas capter se profila, justement. Par sa nature, Theyne fut cependant à la fois heureux et triste d'en avoir conscience ; il s'agissait d'un cri de douleur. La joie venait de ne pas s'être limité, qui lui permit d'avoir conscience de la chose, la tristesse de ce qu'elle impliquait. Quelqu'un souffrait en ce moment.

La vitesse de la lévitation augmenta fortement, en direction d'un arbre non loin. Un de ceux que plus jeune, il avait escaladé. Il en avait d'ailleurs chuté de nombreuses fois, et était devenu fort à ce jeu-là ; il faut dire qu'il tenait déjà à sa tranquillité.
Un corps se trouvait en contrebas du majestueux végétal. Une femme humaine, visiblement élève de l'académie.


- Ne t'en fais pas. J'ai entendu ta détresse, et je connais les moyens pour te soigner.dit il d'une voix douce et apaisante.

Son expérience était grande dans le domaine. Il n'avait pas besoin d'interroger la blessée, pouvant cerner le problème avec ses capacités, et évaluer les dégâts avec un mélange de mémoire et de pouvoir.
Rien ne semblait cassé, mais le bras droit était un peu abimé. Ce n'était pas catastrophique, mais cela était douloureux.
Même s'il savait tout, il devait permettre à la jeune femme de se distraire de sa douleur. De plus, en cernant elle même le problème, elle pourrait se calmer.
Il avait tout sur lui pour procéder aux soins nécessaires, et commença à sortir plantes et décoctions.


- Serais-tu capable de me décrire les évènements qui ont précédés ta chute, et ce que tu ressens ?

Il avait bien fait de passer par le parc.
Il se sentait décidément plus fait pour être un guérisseur que pour être un enseignant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniques-revalia.forumactif.com/t1314-sagesse-et-altrui
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Premier bobo ...   Mer 12 Juin - 17:07

« Lassa, la prochaine fois que je veux monter à un arbre pour te faire plaisir, empêche moi ! Je n’ai jamais été douée pour grimper aux arbres ! »

La jeune femme avait tellement mal au bras qu’elle avait l’impression qu’on lui plantait des clous dedans. Elle osa un regard et vit qu’elle s’était ouverte… Elle grimaça rien qu’à l’idée d’imaginer ce que devrait lui faire l’infirmière pour la soigner… Elle avait toujours détesté les façons de soigner… C’était souvent dégueulasse et ça fait souvent mal. Alors tant qu’elle pouvait éviter la médecine, elle le faisait, mais là elle n’aurait pas le choix vu son bras.

Elle vit soudain un jeune homme se diriger vers elle, en lévitant. Il s’agenouilla à ses côtés et examina sa blessure tout en lui parlant calmement afin de la rassurer. Elle se souvint de l’avoir vu à la table des professeurs lors de la rentrée… Quelle veine… A peine l’année commencée, elle s’était déjà fait remarquée par un professeur…

Neita le regarda sortir des plantes, sans rien dire. Puis, il lui demanda de lui raconter comment tout cela était arrivé et ce qu’elle ressentait.

« Euh… J’ai voulu grimper à l’arbre pour avoir un peu de tranquillité… Les kélérous aiment la tranquillité… » Elle fit un signe de tête en direction de Lassa, puis reprit. « J’ai… L’horrible impression qu’on me plante des clous dans le bras… Sinon, tout va bien… »

Elle le regarda à nouveau s’occuper de ses plantes, assez craintive.

« … Qu’allez-vous faire ? Je dois vous dire que… Je déteste être soignée… Enfin, merci à vous de vous occuper de moi, j’apprécie votre aide, mais ce que je veux dire c’est qu’en général, ça fait mal, et je suis plutôt du genre douillette… »

Neita regarda Lassa, qui attendait à côté, l’air de rien. Elle avait envie de s’en prendre à lui parce que c’était pour lui qu’elle était montée à l’arbre, mais elle savait qu’après tout, il n’y était pour rien… Et elle savait qu’il s’en faisait déjà assez pour elle pour ne pas en rajouter.

Elle se souvenait d’un jour semblable à celui-là il y a de ça quelques années. Elle était encore une enfant, elle devait avoir une dizaine d’année, lorsqu’elle avait voulu grimper dans un arbre pour aller voir un nid d’oiseau… Elle avait grimpé seulement quelques branches avant de tout redescendre à une vitesse incroyable. Tout ça à cause d’une branche loupée. Seulement, la dernière fois, elle avait réussi à se casser une jambe. Aujourd’hui, la deuxième chute était moins grave. Qui sait, peut-être qu’à force de grimper, et de tomber, elle arriverait un jour à grimper sans tomber, sans se faire mal… Peut-être qu’elle s’entrainera à grimper aux arbres… Peut-être…
Revenir en haut Aller en bas
Nombre de messages : 109
Age : 20
Don / Pouvoir : Dons vampiriques atténués.
Maîtrise de l'esprit.
Année d'étude : - Première Année

Feuille de personnage
Race: Dhampire
Dons Élémentaires:
Perfectionnement:

MessageSujet: Re: Premier bobo ...   Mer 19 Juin - 12:56

[Bacs d'Histoire-Géographie et de Français finis.]

Theyne semblait tout ouï aux dires de la jeune femme, mais en réalité ne l'écoutait pas réellement. Il comprenait, et lisait dans ses pensées superficielles en même tant qu'il cernait le mal ; la douleur d'un côté l'emplissait, le dégoût de la médecine de l'autre. Étrange sensation, une fois son utilité constatée. Il en comprenait les raisons, bien que déçu face à cette répulsion. La médecine est synonyme d'altruisme ; les guérisseurs de son ordre passaient leur vie à soigner, pour éviter à d'autres de souffrir, et se satisfaisaient de cette vie errante.
    Ce n'était pas tant le concept que la méthode, visiblement. Les herbes ont un goût mauvais, et il arrivait que des maladroits fassent souffrir le patient.

Insensiblement, la magie se déploya, et se transmit dans le corps de la blessée, afin de la calmer, comme en est capable l'Esprit. Les os se remettraient en place aisément, mais il y avait fort à parier que sans douleur, la pauvre oublie que son bras était fragile. Sans indicateur, elle s'userait les muscles et surmènerait son corps, et pourrait en souffrir des années plus tard.


- Je peux te soigner avec de la magie, bien que je n'aime pas l'utiliser lorsque je puis faire autrement. Il ne faut pas oublier les autres méthodes, qui sont parfois plus efficaces. Qui sait comment réagira un mage face à une sortilège extérieur ?
Si tu ne veux pas d'écharpe, de bandage, ne souhaite pas rester immobile, et ne souhaite pas d'herbes pour calmer la douleur, n'aie crainte.
Tu devrais normalement moins souffrir qu'avant, et c'est de mon fait. Aussi, évite de bouger.


Dans sa sacoche, il avait de quoi la soigner. Le guérisseur sortit les composants nécessaires, en repensant à toutes ses chutes, où seuls ses réflexes innés l'avaient sauvé. Il s'agissait d'un exercice plaisant, mais risqué par moment.
    Obstruant le canal qui lui permettait de percevoir les pensées de l'élève, il posa doucement les objets, afin qu'ils soient bien visibles.

Il avait peut être eu tort de calmer la douleur ainsi ; il ne serait pas toujours là pour la soigner si elle se blessait en montant encore, et ce n'était pas lui rendre service que lui proposer la solution de la facilité. Était-il sage de lui permettre de fuir ses peurs ?
    Comment pouvait-il, cependant, ne pas écouter l'appel de cette souffrance qui ne demandait qu'à disparaître, ou les échos de cette crainte telle qui préférait la douleur au dégoût des méthodes traditionnelles ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniques-revalia.forumactif.com/t1314-sagesse-et-altrui
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Premier bobo ...   

Revenir en haut Aller en bas
 

Premier bobo ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Récit du premier voyage de Sa Majesté en Araucanie
» Haiti-Premier ministre :Il s'appelle Ericq Pierre !
» Le premier ministre Michèle Pierre-Louis au mini-sommet économique de Punta Cana
» Le discours du premier ministre J E Alexis
» Le Premier ministre en voyage de santé

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Chroniques de Rëvalïa ::  :: Edälia, leader économique humain :: L'Académie de magie d'Edälia :: L'extérieur de l'Académie-