AccueilGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 1.1 La Nature sous toutes ses formes. [Ancien Cour de Créatures]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jo, ancienne prof
Invité


MessageSujet: 1.1 La Nature sous toutes ses formes. [Ancien Cour de Créatures]   Ven 21 Juin - 19:33

« Chante, rossignol, chante,
Chante, rossignol, chante,
Ah, ah, ah, ah, ah ... dans la nuit !
Chante, rossignol, chante... »


Quelle belle journée que voilà ! Une fois les rideaux ouverts et l’air tiède infiltré au travers de ma chambre, je reste quelques instants appuyée sur le rebord de ma fenêtre, l’air songeur. Une légère brise me caresse le visage. L’été se termine tout doucement, si bien qu’il convient d’en profiter au maximum. Bientôt, les douces températures saisonnières laisseront place à la pluie et à la chute des feuilles, un paysage nettement moins agréable que celui que j’ai actuellement sous les yeux. L’été, c’est le soleil, c’est la fête, c’est la vie ! Je poursuis ma chanson d’un ton enjoué, tout en observant avec un sourire les oiseaux virevolter au-dessus de ma tête. Oh, comme j’aimerais avoir des ailes et pouvoir aller où bon me semble ! Certes, je suis loin d’être malheureuse ici, j’ai tout ce dont j’aurais pu rêver, mais je ne sais pas, ce n’est pas comme avant. Autrefois, j’étais libre de pouvoir parcourir le monde, alors qu’aujourd’hui, je suis quasiment enfermée dans cette académie. Et, je dois avouer que mes périples me manquent, de temps en temps. Ne jamais savoir de quoi notre lendemain est fait, ça c’est l’aventure, je trouve. Et c’est ça que je regrette de ne plus connaître. Le rêve d’une vie ou une vie de rêve, je ne saurais dire. Fin bref. Allez hop, il faut que je me prépare. Aujourd’hui, à 14h précises, aura lieu mon premier cours avec les 1ères années. Normalement, j’aurais dû les avoir mardi, mais je voulais que mon cours d’introduction se fasse en pleine nature, histoire que ce soit plus sensationnel. Surtout qu’il fait beau, alors pourquoi s’en priver ? Oh la la, j’ai tellement de créatures à leur faire découvrir ! J’en suis tout excitée ! Ayant plusieurs heures devant moi, je décide de prendre mon temps afin de tout bien organiser.

Quelques instants dans la salle de bain suffisent à me rendre présentable. Cette fois-ci, j’ai opté pour une tenue classique, celle que je porte lorsque je pars en expédition. Ainsi, un pantalon de cuir et une veste assortie parviennent à faire de moi une jolie aventurière, sans vouloir paraître présomptueuse, bien sûr. Petit brin de nostalgie en l’enfilant, mais ça ne fait rien. Ce sentiment est vite remplacé par l’exaltation et la joie qu’enseigner va me procurer. Au bout d’un moment, la cloche de l’académie se met à sonner 13h30. Bonté divine, je n’ai pas vu le temps passer ! C’est à peine si je suis parvenue à terminer ce que j’ai commencé tout à l’heure. Consciente que mon cours ne va plus tarder à démarrer, j’entreprends de sortir précipitamment de mon bureau et de descendre au rez-de-chaussée. Là, j’aperçois vaguement quelques élèves qui fourmillent avec plaisir dans les couloirs, se racontant les aventures qu’ils ont vécues à travers leurs cours de la matinée. Un sourire et hop, me voilà sortie. Non, non et non. Aujourd’hui, je ne serai pas en retard. Je ne peux pas l’être. Sinon, je doute que le directeur me reçoive avec toutes les grâces la prochaine fois que je l’affronterai dans son bureau. Il est un peu bizarre, cet homme. On dirait qu’il a au moins deux cents ans, et encore, je suis sans doute loin de la réalité. Je ne comprends d’ailleurs toujours pas pourquoi il m’a engagé. Je m’arrête un instant. Euh, où suis-je ? Je marche, je marche, mais pas dans la bonne direction. Je suis partie du côté du Dojo, alors que mon cours se situe à la lisière du petit bois.


« Johanna, tu es une idiote », m’exclamé-je en riant.

Je fais rapidement demi-tour. Ça y est, m’y voici. Soleil éclatant, température agréable, toutes les conditions sont réunies. Quelques élèves se dirigent déjà vers moi. Ouf, je ne suis pas en retard, finalement. Je me recoiffe sommairement et les accueille avec un grand sourire :

« Bienvenue, bienvenue ! Placez-vous en demi-cercle autour de moi. Oui, voilà, comme ça. »

Je suis si heureuse ! Tiens, en voilà d’autres. Oh, et encore là-bas ! Et là aussi ! Plusieurs dizaines d’étudiants se pressent à mes côtés, me dévisageant pour la plupart, m’ignorant complètement pour d’autres. Hum, je ne pensais pas que j’aurais autant d’élèves. C’est bon à savoir pour la prochaine fois. Je me mordille le pouce en songeant aux créatures que j’ai laissé dans le bois. Si j’avais su, je n’aurais pas lésiné sur les moyens. Bon, tant pis. Une fois les éclats de voix atténués, je toussote légèrement. Les regards se tournent vers moi. C’est parti.

« Bonjour tout le monde ! J'espère que vous n'avez pas cherché trop longtemps. J'ai fait parvenir un mot sur le panneau d'affichage pour dire que mon premier cours se situerait à la lisière du bois, mais j'ignore si vous l'avez tous lu. Fin bref, le principal est que vous soyez tous là » conclué-je avec un petit rire. « Mon nom est Johanna Moore et je serai votre professeur de Créaturologie pour les cinq années à venir, si tenté que je ne sois pas morte avant, bien sûr. C'est toujours difficile de faire ce genre de prédictions. »  
Revenir en haut Aller en bas
Lucien d'Elenor
Lindörwin
avatar
Date d'inscription : 30/05/2013
Nombre de messages : 80
Age : 20

Feuille de personnage
Race: Garou
Dons Élémentaires:
Perfectionnement:

MessageSujet: Re: 1.1 La Nature sous toutes ses formes. [Ancien Cour de Créatures]   Lun 8 Juil - 23:33

L'ombre formait un élément dérangeant, et il semblait de plus en plus étrange à Lucien qu'il fasse partie de cette maison si sombre et perturbante. Il ne comprenait pas comment il s'était réveillé, dans cette pénombre quasi-permanente, mais il savait qu'il était à présent temps pour lui d'apprendre.
Apprendre non pas avec un précepteur, mais avec un professeur. Des compagnons de basse extraction, moins savants que lui, et surtout plus nombreux que ses quelques camarades raffinés.

La tour de l'ombre était de toute manière vraiment confuse, et le professeur Bachiatari l'avait mi-fasciné mi-effrayé en lui donnant sa clef. Il s'était perdu bien souvent, et avait découvert que se transformer pour voler dans les escaliers n'aboutissait à rien de spécial. Il n'avait pas pu voir d'autres élèves.
Il avait en permanence envie de chanter, dans ces lieux sombres, ou de sortir son instrument de musique pour combler le vide, et appréciait grandement les cours hors de cette zone de ténèbres. Il avait certes hâte d'apprendre à manier les pouvoirs que la Lune lui avait confiés, mais cela attendrait.

Un petit-déjeuner l'attendait en cuisine, encore formé des meilleurs plats qu'il ait vu depuis son arrivée. Du regard, il chercha Ayla sans la trouver ; sa table était séparée de la sienne, en vertu de leurs maisons rivales et de son ascendance vampirique. A vrai dire, il ne se souvenait pas l'avoir vue manger.
Savourant avec plaisir de la brioche, qu'il trempait dans un liquide étrange venu d'une contrée lointaine de Rëvalia, Lucien Philémon Lewis d'Elenor passait une bonne matinée. Qu'il se soit levé trop tard à cause des décalages dus à la sombre atmosphère de sa maison ou trop tôt, il ne le savait pas, mais il ne vit presque personne, malheureusement. Cela lui laissait cependant bien du temps pour réfléchir.

Il avait beaucoup étudié, les légendes et les sciences. Les courants artistiques et les plantes. Les animaux n'avaient que peu de secrets pour lui, et il se débrouillait bien une rapière à la main, car seuls les d'Elenor avaient négligés pour lui cet entraînement, contrairement aux autres maisons par lesquelles il était passé, selon une coutume vouée à entretenir les liens entre nobles voisins. Cependant, il pouvait apprendre des choses en combat, et se souvenait de rumeurs selon lesquelles la professeur en ce domaine avait des capacités en Ombre. L'alchimie ne lui avait pas été enseignée, naturellement, et il attendait bien des choses de cette matière qui devrait se révéler passionnante.
La création des artefacts magiques devait être extraordinaire. Tant de choses en perspectives, pour pouvoir contenir l'essence de la Lune dans un objet, et être capable de le léguer, de le conserver pour l'utiliser au besoin. Il s'agissait sûrement de la meilleure matière proposée.

Avec le contrôle de soi, éventuellement. Il n'avait pas de problème avec sa transformation en rossignol, et se contrôlait. Elle était discrète, et s'il s'épuisait vite en volant, il ne considérait pas cela comme un grand problème. Sa mère cependant tenait à ce qu'il maîtrise ce pouvoir, pour la Lune sait quelle raison. Il n'y avait pas de garous dans sa famille, et il pouvait par ce pouvoir jeter sur elle l'opprobre, des doutes sur la fidélité de sa mère. Aussi, pourquoi faire en sorte de le développer ?
Car tout atout non utilisé est gâché. Et ceux qui gâchent leur potentiel sont des perdants. Il pouvait utiliser son pouvoir à la cour pour bien comprendre les intrigues. Et puis, être capable de voler plus vite et plus longtemps l'aiderait à ne pas être épuisé après chaque déplacement sous forme aviaire. Le cours surviendrait après celui de l'ombre qui suivrait la fin du repas.

Mais la zoologie et la botanique ? Des matières connues, exploitées sous ses nombreux précepteurs. Il en allait surement de même pour beaucoup de ses camarades. Enfin, il suivrait les cours, dans l'espoir d'apprendre une donnée négligée, jugée inutile pour de jeunes nobles. Dans le pire des cas, il pourrait discuter discrètement avec ses camarades plus savants.


Vendredi. Cours d'Ombre, de maîtrise de soi. Des expériences intéressantes, assurément, et fort instructives, avec ce professeur si inquiétant. Lucien fit de son mieux pour apprendre.

Suivit un autre repas, où il vit plus de monde, sans parvenir à croiser une tête véritablement connue. Le repas était bon, se composant de tout ce qu'il pouvait prendre sur une table variée. Lucien continuait à se faire remarquer en essayant d'avoir des mœurs irréprochables, mais n'arrivait pas à oublier des années passées à apprendre les manières de table pour faire plaisir à quelques élèves. Chez les elfes, soyez elfiques, mais tentez d'appliquer cette règle dans une assemblée si cosmopolite.
Suivait ensuite la découverte d'Edälia. Découverte pour les roturiers ignares, mais pas pour une personne éduquée.

Il valait mieux porter une tenue plus confortable que ses habits raffinés. Moins précieuse, surtout, étant donné l'habitude profonde de Lucien à porter ce type de vêtement. Des habits de repos feraient l'affaire, ceux que sa mère lui avait donné et qui ressemblaient plus à ceux d'un compagnon serrurier, comme en portait son frère qu'à ce qu'il portait d'habitude. Priant pour qu'Ayla ne le remarque pas ainsi, le jeune homme alla finalement à l'heure vers le cours qui devait selon une annonce marquée sur un panneau se passer dans le petit bois.

Les belles senteurs de ce monde, presque inconnues pour un enfant ayant eu une vie bien protégée, ne cessaient de l'étonner. C'était comme si un nouvel univers s'offrait à lui. Cependant, il demeurait lucide et serein, malgré le soleil, les nuages, l'odeur des fleurs et de l'herbe, la vision des branches s'entrelaçant en dessous de feuilles vertes. Malgré les bruits d'oiseaux qui ne demandaient qu'à ce qu'il se joignent à la chorale, la présence de prédateurs et de proies.
Personne n'était à l'orée du bois lorsque Lucien y arriva, qui en eût soupiré si cela n'eût été fort peu élégant. Il était parti trop tôt, pour ne pas commettre de bévue, et en payait le prix.

Pour ne pas se faire trop remarquer, il décida de s'asseoir sous un arbre, pour se remettre au soleil une fois le professeur arrivé. Ceci était également pour profiter de l'ombre, étant donné qu'il n'avait plus d'ombrelle et qu'il n'avait pas pu en trouver. Le lendemain, peut être, alors qu'il aurait le champ libre pour sortir, sans doute ?

Après un moment passé dans l'herbe, le professeur arriva, puis d'autres élèves se montrèrent. Lucien s'assit convenablement, comme on le lui demanda, et écouta la présentation de celle qui devrait lui apprendre quelque chose. Éventuellement.
Passant outre les remarques sur les difficultés à trouver le lieu, et les étranges rires de son institutrice, il demeura calme. Elle n'avait pas le maintien de ses précepteurs, leur calme, et il doutait de ses compétences.
On ne lui avait rien demandé, cependant. Alors, il prit une feuille, une plume, et de l'encre, en espérant qu'il ne devrait pas trop marcher pour ne pas avoir à déboucher et reboucher le flacon toutes les trois minutes, et attendit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniques-revalia.forumactif.com/t1416-lucien-d-elenor-n
Invité
Invité


MessageSujet: Re: 1.1 La Nature sous toutes ses formes. [Ancien Cour de Créatures]   Mer 21 Aoû - 18:47

Inwë se leva et sa première pensée fut pour son emploi du temps...puis pour son réveil. Non elle n'était pas en retard. Elle était même en avance. Ce qui ne signifiait pas pour autant qu'il fallait se prélasser au dodo ! L'étudiante commençait par un cours d'élément, suivi d'une grande pause jusqu'à l'heure du repas puis à 13h30, il y avait le cours de Mlle Moore. Bien que réveillée en avance, elle se leva rapidement pour avoir le temps de se préparer mais également pour pouvoir se repérer dans l'académie. Une robe enfilée sur un collant bleu marine et hop, Inwë était prête pour aller déjeuner puis étudier. La matinée se passa sans encombre, elle fit également ses devoir pendant ses deux heures de pause, puis alla manger. L'étudiante remonta dans le dortoir pour aller chercher ses affaire pour la Créaturologie. Une fois redescendue dans le hall, elle entendit la cloche sonner 13h30.

*Mademoiselle Moore nous avait indiqué que le cours se passait à la lisière du bois. Bon, c'est parti.*

En s'élançant en dehors du bâtiment, elle aperçut une jeune femme marcher mais dans une direction totalement opposée. Elle ne tiqua pas et poursuivit sa route pleine d'entrain. L'étudiante marcha droit devant, en direction de la forêt. Le ciel était clair et une légère brise se faisait sentir. Le temps idéal pour aller faire un cours dehors. L'idée même d'être en extérieur pour un cours excita encore plus la jeune fille qui marcha plus rapidement. Une fois arrivée à la lisière, elle ne vit personne. Inwë décida alors de longer la lisière lorsqu'elle aperçut un jeune homme, sans doute un élève, installé au pied d'un arbre. Elle s'avança, moins rapidement qu'avant et s'adossa à un autre arbre. Elle regretta soudain sa robe car si elle venait à s'assoir par terre, elle devrait faire attention. Tant pis, pas le temps de faire demi-tour pour se changer car la femme qu'elle avait aperçu dans le hall s'avançait. C'était donc elle Mlle Moore.

« Bienvenue, bienvenue ! Placez-vous en demi-cercle autour de moi. Oui, voilà, comme ça. »

Inwë s'exécuta et sortit de quoi écrire. Elle observa sa prof et écouta ses paroles. Elle gloussa un peu. Ce qui déstabilisa Inwë, c'était le commentaire de fin de Mlle Moore. Elle doutait de rester en vie ? Oula, peu vaillante, la jeune fille frissonna. Elle s'imaginait déjà servir de repas à une étrange créature difforme... de ce fait, elle décida qu'elle n'aimerait pas cette matière. Sa décision était stupide elle le savait. Sur quoi se basait-elle pour en conclure une telle chose ? Le cours n'avait commencé que depuis quelques minutes et la prof venait à peine de finir de se présenter. Elle savait qu'elle était stupide mais cette première approche lui fit un peu peur. En fin de compte, elle se surprit à attendre la suite du cours.
Revenir en haut Aller en bas
Francis Dowell
Karnevriath
avatar
Date d'inscription : 15/07/2013
Nombre de messages : 158
Age : 20
Lieux d'influence : Toujours à l'écart des foules

Feuille de personnage
Race: Garou
Dons Élémentaires:
Perfectionnement:

MessageSujet: Re: 1.1 La Nature sous toutes ses formes. [Ancien Cour de Créatures]   Jeu 22 Aoû - 19:51

"Bon..." me dis-je... "13:30. Cours de créature...je devrais me dépêcher".

Une fois ma chambre quittée, je me changeai en tigre et commençai à me promener dans les couloirs. Si je continuais à ce rythme, je serais en retard. Mais une fois sorti de l'enceinte de l'académie, là, je m'autoriserais un petit sprint. Sous mon autre forme, je suis nettement plus rapide pour rattraper un éventuel retard. C'est à ce moment là que je me sens le plus en vie. Quand je cours, face au vent, zigzaguant entre les divers obstacles, ayant l'impression que rien ne pouvait m'arrêter.

En un rien de temps, j'arrivai dans le lieux du cours. Enfin, je pense...après tout, il n'y a pas trois-cents endroits dans cette forêt avec des troupes de jeunes gens...Je suis resté d'abord un peu à l'écart, pour identifier le terrain. Alors... il y avait déjà Inwë, la jeune fille de l'air que j'avais rencontré auparavant. J'avais déjà senti son parfum avant même être arrivé ici. Il y avait aussi un jeune homme, mais que je ne connaissais pas. Enfin, une troisième personne. Elle devait être la professeure, car elle se mit à nous adresser la parole:

« Bienvenue, bienvenue ! Placez-vous en demi-cercle autour de moi. Oui, voilà, comme ça. Bonjour tout le monde ! J'espère que vous n'avez pas cherché trop longtemps. J'ai fait parvenir un mot sur le panneau d'affichage pour dire que mon premier cours se situerait à la lisière du bois, mais j'ignore si vous l'avez tous lu. Fin bref, le principal est que vous soyez tous là Mon nom est Johanna Moore et je serai votre professeur de Créaturologie pour les cinq années à venir, si tenté que je ne sois pas morte avant, bien sûr. C'est toujours difficile de faire ce genre de prédictions. »  

Cela commençait bien... on voyait qu'elle restait positive malgré tout. Mais bon. Elle semble gentille. Et je pense que j'aimerai les cours sur les créatures... l'avenir nous le dira bientôt. Soudain, je me suis rappelé qu'elle nous avait demandé de faire un cercle. Et moi qui restais là, dans les fourrés. Je me rendis près des autres, au bout du demi-cercle. Je me posai, la queue enroulée autour des pattes, ayant hâte de voir à quoi va ressembler mon cours.


Dernière édition par Theyne Myalens le Ven 23 Aoû - 13:55, édité 2 fois (Raison : Conjugaison.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniques-revalia.forumactif.com/t1438-ma-presentation-c
Invité
Invité


MessageSujet: Re: 1.1 La Nature sous toutes ses formes. [Ancien Cour de Créatures]   Ven 23 Aoû - 12:35


Depuis son premier cours de l’Ombre, Scarlett se sentit extrêmement fatigué ces derniers jours. Le professeur Bachiatari lui donna la clé de sa chambre et ce dernier devait trouver la bonne chambre parmi des milliers de possibilités. La Tour de l’Ombre était un vrai labyrinthe, les portes, les couloirs et les escaliers se ressemblaient comme deux gouttes d’eau. Chaque clé correspondait à une porte, si on venait à se tromper, on serait immédiatement retourné à la case départ. Comment savoir laquelle était la bonne ? Une marque était gravée sur la clé que détenait Scarlett et chacune des portes possédait un symbole. Après une dizaine de minutes, le jeune Lightning avait trouvé du premier coup sa chambre.

Le jeune homme prit son bain pendant une quinzaine de minutes et se coucha vers minuit. Le lendemain, Scarlett se leva vers 10h du matin, prit son déjeuner vers midi et se rendit ensuite dans les bois, situé à l'ouest du bâtiment principal, à partir de 13h30. Le cours de la Créaturologie avec le professeur Moore avait eu lieu à 14h précises en pleine nature. Il rejoignit le groupe des premières années, rencontra son camarade de classe Lucien, et les autres élèves ne lui disaient absolument rien.

Le professeur leur annonça ensuite avec enthousiasme : << Bienvenue, bienvenue ! Placez-vous en demi-cercle autour de moi. Oui, voilà, comme ça. >>, puis elle se présenta : << Mon nom est Johanna Moore et je serai votre professeur de Créaturologie pour les cinq années à venir. >>

Le professeur Moore avait une belle chevelure de teinte dorée, des yeux de couleur bleue ciel et une peau blanche mélangée un peu avec du beige. Elle était baignée par la douce lumière du jour et scintillait de mille feux. Contrairement au professeur Bachiatari, le mage de l'Ombre incarnait la nuit, autrement dit les ténèbres, la douleur, le doute, la peur, la mort... Rien à voir avec elle, qui représentait le jour, ou encore la lumière et la nature, la joie, la confiance, la sérénité, la vie...

Scarlett prit une place à côté des deux autres élèves, et vit un peu plus loin Lucien, comme d’habitude, qui restait à l’écart du groupe. Par la suite, il sortit une plume et un cahier de la poche intérieure de sa veste immaculée de rouge. Le professeur prit ensuite la parole et leur expliqua la suite du programme.
Revenir en haut Aller en bas
Date d'inscription : 19/06/2013
Nombre de messages : 55
Age : 23

Feuille de personnage
Race: Garou
Dons Élémentaires:
Perfectionnement:

MessageSujet: Re: 1.1 La Nature sous toutes ses formes. [Ancien Cour de Créatures]   Ven 23 Aoû - 13:52

Il était déjà 13h, le déjeuner a déjà été bien entamé, certains cours avaient déjà eu lieu, des amitiés se forgeaient, des rivalités... tout cela va bien vite, bien trop vite pour Redd. Il pouvait le voir en un simple regard dans la salle de cantine, certains discutaient déjà, se disputaient ou riaient avec plus ou moins de retenue, l'ambiance lui rappelait celle de son orphelinat lors de ces mêmes pauses, elles étaient trop similaires, mais peut-être n'était-ce que parce qu'il s'agissait que du début de l'année, il l'espérait. Car si cela signifiait une ambiance vive, cela signifiait aussi qu'elle était d'autant plus pesante pour lui, toujours seul à sa table, ou du moins, sans personne à qui parler. Comme s'il y avait une gravité particulière spécialement sur les tables qu'il choisissait, après-tout, on ne peut être que le seul touché hein ? Pourtant, il ne quitterait cet endroit pour rien au monde, sa curiosité insatiable et le fantastique de l'endroit ne pouvaient que faire bon ménage, du moins, il l'espérait bien intérieurement. Et tout ce qu'il a pu voir (c'est à dire, pas grand chose encore) le poussait à avancer, à apprendre encore et encore de ce milieu auquel il espérait pouvoir appartenir. 
13h15, le temps passait à une vitesse fulgurante, des étudiants commençaient déjà à se lever, difficile de savoir qui appartenait à quoi. Il n'y avait pas de différences physique entre les maisons, du moins il n'avait pas l'impression de voir de clivages physiques particuliers entre les élèves, mis à par les divers races, et les styles vestimentaires variés (mais sachant qu'au sein même de sa maison élémentaire les styles divergeaient, cela ne le faisait pas réagir plus que cela) il ne semblait pas se former de "groupes", mis à par inter-raciaux, il repérait bien quelques elfes se regroupant entre eux (après tout, il en avait déjà vu, s'aventurant parfois malgré-lui un peu trop près de Lunalis, avant d'entrer à l'Académie). Redd semblait passer plus de temps à dévisager ses camarades qu'à terminer son plat, qui devait avoir bien refroidi depuis qu'il était là... Mais voir la grande salle se vider tour à tour lui imposa de se presser le pas, après tout, le cours devrait commencer à 14h, et il ne manquerait ça pour rien au monde.

13h30, enfin terminé, était-ce seulement possible de passer autant de temps ainsi ? Enfin, quoiqu'il en soit, il lui restait une demi-heure pour trouver le lieu du cours, il pourrait suivre les élèves qui se levaient, mais c'était bien trop aléatoire, étaient-ils de 1ère, ou de 2nde année ? Le risque lui paraissait clairement envisageable, enfin, il risquait une nouvelle fois de se perdre dans l'imposante battisse s'il partait seul... Franchement, "ils devraient mettre des panneaux fléchés !" se disait-il, avec malgré tout une pointe d'ironie, même s'il le pensait vraiment. C'était reparti pour un mauvais jeu du labyrinthe, il devait déjà retrouver l'entrée où se trouvait un certain nombre d'indication, par chance, il se souvenait à peu près de l'endroit où elle se situait, à peu-près. Le temps qu'il mit pour y arriver fût déjà la perte d'un temps précieux, tournant dans le même couloir et essayant chaque direction avant de retrouver celle de l'entrée, il devait déjà s'être écoulé plusieurs minutes, mais il n'avait pas de quoi s'en assurer avant d'être arrivé à l'entrée : 13h40... Il avait passé 10 minutes ?! Pour retrouver un lieu qu'il connaissait ? Et c'était censé être un renard, sans la couleur de ses cheveux et les lunettes qu'il devait porter il pourrait bien l'oublier. Enfin, le temps qu'il a perdu maintenant ne peut qu'être soustrait au temps qu'il aurait mis au total, autrement, non ? Une note semble avoir été déposée au tableau de l'entrée, à l'attention des élèves de 1ère année, et il s'agit bien du cours de la découverte d'Edalia auquel il est censé se trouver, il a de la chance (ou peut être pas ?) de l'avoir vu peu avant le début des cours. Quoi qu'il en soit, il avait aussi une petite idée de l'endroit où il pourrait trouver le petit bois où se déroulerait ce cours, il avait déjà pu voir des portes ouvertes menant sur des zones vertes, mais il y en avait un certain nombre. Après tout, ce n'était pas le moment de jouer les auto-suffisants, d'autant plus que c'est un des cours qui l'intéressaient le plus, il suffisait de demander à d'autres étudiants, avec un peu de chance ils connaissaient déjà mieux l'endroit que lui (ça ne devait pas être bien dur, après-tout). Coup de chance, la 1ère fut la bonne, on lui indiqua directement le lieu du cours, après de courts remerciements il courut directement vers la lisière du petit bois. Question de "précaution" supplémentaire, il prit sa forme canine durant le chemin, après tout de nombreux autres étudiants ne s'en privaient pas, et il avait passé de nombreux mois en forêt, s'il n'était plus capable de retrouver un simple bois par son instinct ou son odorat il serait bien déçu de lui-même. Et au final il mit un peu moins longtemps à atteindre la lisière du petit bois qu'à atteindre l'entrée du bâtiment, le chemin était plus long, c'était facile de s'en rendre compte, il était plutôt content de lui pour une fois, se disait-il avant de reprendre forme humaine.

Un certain nombre d'étudiants était déjà présent, mais pas le professeur, c'était une chance, l'idée d'arriver en retard lui avait traversé l'esprit à plusieurs reprises malgré sa course folle (ou peut être "à cause"), quoi qu'il en soit... il n'était pas dépaysé par l'endroit, et en même temps il se demandait encore comment un tel environnement pouvait se trouver au milieu d'un tel endroit, comme s'il avait été formé magiquement. Plus il y pensait plus il aimait ce mot, "magique", ça allait tellement bien avec l'endroit... Il s’adossa à un arbre et attendit de voir passer les différentes salves d'étudiants de 1ère année avant que l'enseignante ne se montre enfin, l'aire aussi excitée que bon nombres d'élèves. Les enseignants ici semblaient adorer leur métier, et en retour ils retransmettaient leur joie et leur excitation dans leurs cours, à leurs façons, bien hâte de voir à quoi pouvait ressembler ce cour-ci se dit-il avant de se lever et de s'approcher de la dame de sorte à former un cercle autour d'elle, comme demander avant qu'elle n'enchaine dans son monologue.

« Bonjour tout le monde ! J'espère que vous n'avez pas cherché trop longtemps. J'ai fait parvenir un mot sur le panneau d'affichage pour dire que mon premier cours se situerait à la lisière du bois, mais j'ignore si vous l'avez tous lu. Fin bref, le principal est que vous soyez tous là »

« Mon nom est Johanna Moore et je serai votre professeur de Créaturologie pour les cinq années à venir, si tenté que je ne sois pas morte avant, bien sûr. C'est toujours difficile de faire ce genre de prédictions. » 

Il ne pouvait s'empêcher de relever les différences avec son enseignante d'air, elles semblaient appartenir à deux mondes différents, tout en partageant la même excitation à l'idée d'enseigner, le mode d'expression, le ton, tout différait entre les 2 enseignantes, celle-ci prit d'ailleurs bon de terminer son discours par une pointe d'ironie (du moins espérait-il que cela en soit) de sorte de faire baisser une nouvelle fois une tension qui pouvait encore exister à cet instant. L'excitation de la dame était contagieuse, et Redd se sentait dans son élément ici, il ne demandait qu'à voir et écouter ce qui va suivre !


[Oh god je pensais pas écrire autant X) ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniques-revalia.forumactif.com/t1418-redd-mccloud-rena
Invité
Invité


MessageSujet: Re: 1.1 La Nature sous toutes ses formes. [Ancien Cour de Créatures]   Ven 23 Aoû - 22:19

L’ombre que nous procure la cime des arbres est très appréciable en cette fin de saison, même si elle reste assez limitée dans cette partie de l’académie. Notre très aimable directeur devrait songer à aménager un coin tranquille où l’on puisse faire ses cours sans craindre de finir complètement carbonisés à la fin de la journée. C’est limite si les élèves ne se bousculent pas pour mériter ne serait-ce qu’un petit centimètre carré d’obscurité. Une fois que nous aurons pénétré les bois, l’atmosphère sera plus supportable, mais je ne peux pas leur montrer les magnifiques créatures qui les y attendent sans les introduire comme il se doit. Ce serait bien trop intimidant. Ainsi, en attendant, il nous faut malheureusement subir le soleil ardent qui nous éblouit de sa splendeur journalière. C’est un peu gênant de parler dans ces conditions, mais ai-je vraiment le choix ? Je fais faire au plus vite. Même si je fais les cent pas pour éviter de rester en place devant une foule d’élèves avides de connaissances, je ne peux que sentir la chaleur qui s’immisce en moi, de par les rayons brûlants de notre astre bouillonnant. Au moins, nous bronzerons tous durant ce cours, ce qui n’est pas plus mal me direz-vous.

- Durant cette première année, nous étudierons les créatures qui vivent principalement dans les bois et les forêts, repris-je d’une voix chaleureuse. Bien sûr, cette notion est à nuancer, dans la mesure où chaque être vivant a la possibilité de se déplacer comme bon lui semble. Aussi, une créature de la forêt pourra très bien s’aventurer dans les plaines, et vice versa. Cependant, il y a certaines caractéristiques qui font qu’une créature préfère vivre dans un endroit en particulier, plutôt qu’un autre. Nous verrons cela au cours de ces cinq prochaines années. D’accord ?

Les élèves acquiescent à tour de rôle comme des théières. Les autres s’en moquent purement et simplement. Je préfère les ignorer. Après tout, ils ne me connaissent pas, c’est donc tout à fait normal qu’ils se méfient encore de moi. Mais ça viendra et bientôt, nous deviendrons les meilleurs amis du monde ! Bon, peut-être pas, mais l’idée y est.

- Avant d’avancer dans le bois, quelques mots sur le programme qui vous attend au fil de vos études avec moi. Tout d’abord, cette année, vous aurez la chance de partir à la découverte de la forêt d’Astraël, pour ceux qui ne la connaissent pas encore. Les autres seront sans doute ravis de la retrouver. J’ai eu l’occasion d’y vivre un bon moment, donc je puis vous assurer que vous adorerez. Si nous avons le temps, j’aimerais également vous emmener dans un petit bois, à l’ouest d’ici. J’y ai rencontré une drôle de créature et il faut absolument que je vous la présente. Je ne vous en dis pas plus pour le moment. Sinon, la plupart du temps, nous serons dehors, ici même. En cas d’une mauvaise météo, nous resterons en salle, cela va sans dire.

Je balade mon regard afin d’être sûre d’avoir l’attention de la grande majorité des participants. Comme c’est le cas, je continue mon monologue :

- L’année prochaine, c’est le domaine de l’eau qui nous attirera, mais pas seulement, puisque nous nous intéresserons à l’éternel clivage entre cet élément et son contraire, c’est-à-dire le feu. Programme ambitieux, certes, mais qui devrait tenir si nous nous débrouillons bien. De l’océan Azuré, à la banquise du Nord, en passant par le volcan, tout sera exploré. Nous bougerons beaucoup l’an prochain, soyez en sûrs. Puis, la troisième année étudiera un autre duel, celui de la terre et de l’air. Nous nous rendrons certainement dans les marais ! Vous allez adorer patauger dans la gadoue. La quatrième année sera plus théorique, car nous verrons des créatures anciennes et particulièrement dangereuses, qui reposent encore, selon les légendes, aux quatre coins de notre royaume… Enfin, la dernière année sera très stimulante, puisque vous apprendrez à combattre les créatures démoniaques qui peuplent le royaume. Une vraie partie de plaisir, croyez-moi. Voilà pour le programme. Des questions avant de passer à la suite ? Désolé si je fais beaucoup de parlotte, mais c'est nécessaire je pense. La suite sera plus intéressante. Enfin, j'espère.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: 1.1 La Nature sous toutes ses formes. [Ancien Cour de Créatures]   Lun 26 Aoû - 1:46

Le seul point positif qu'Inwë trouvait à ce cours de Créaturologie, c'était l'environnement. En effet, Melle Moore leur faisait classe en extérieur. Le fait d'être en contact avec l'extérieur suffisait amplement à la jeune fille pour se sentir bien. En revanche, la matière ne la rassurait pas vraiment. De nature peu aventureuse, Inwë se laisse très souvent impressionner par tout et n'importe quoi; elle était peureuse et toujours inquiète. Elle aurait dû être rassurée par son professeur, mais elle venait d'annoncer haut et fort qu'elle avait des doutes sur ses chances de survie. Alors oui, Inwë savait pertinemment que cela était une farce de la part de Melle Moore pour "détendre" l'atmosphère quelque peu tendue de ce premier cours, comme toujours. Ceci étant, elle trouvait ces paroles un peu déplacées, et sa tentative d'humour absolument désastreuse.
Décidant d'oublier cela, elle essaya de se concentrer sur les propos de son professeur...mais le simple fait d'être au soleil lui donnait envie de faire d'autres choses, tout sauf écouter. Il y avait peu d'ombre c'est vrai. Mais il ne faut pas oublier que le cours avait lieu à 13h30, autrement dit, trente minutes avant la fin de son ascension. Aussi, l'ombre était quasie-nulle et il commençait à faire un peu chaud, ce qui, ajouté au fait que le cours ai lieu après le repas, favorise l'assoupissement général. Inwë n'y céda pas, car sa curiosité la poussait à écouter. En revanche, elle parcoura l'assemblée du regard...elle était dans une classe apathique, ce qui lui fit ressentir une certaine pitié pour son professeur, même si elle lui avait déplue au début du cours. Inwë se leva pour s'installer contre un arbre, afin de pouvoir écrire plus aisément. Elle attira quelques regards, qui la lâchèrent vite pour retourner somnoler [les élèves pas les yeux!].

"- Durant cette première année, nous étudierons les créatures qui vivent principalement dans les bois et les forêts. Bien sûr, cette notion est à nuancer, dans la mesure où chaque être vivant a la possibilité de se déplacer comme bon lui semble. Aussi, une créature de la forêt pourra très bien s’aventurer dans les plaines, et vice versa. Cependant, il y a certaines caractéristiques qui font qu’une créature préfère vivre dans un endroit en particulier, plutôt qu’un autre. Nous verrons cela au cours de ces cinq prochaines années. D’accord ?"

*Bon, le programme de la journée a l'air pas mal, la prof sait de quoi elle parle...son cas n'est peut-être pas aussi désespéré que ça après tout...*

Après cela, Melle Moore précisa le programme de l'année, en leur expliquant également qu'ils allaient passer pas mal de temps en extérieur, ce qui ravie Inwë et qui finit de la convaincre qu'elle allait finalement apprécier la Créaturologie. Découvrir de nouveaux êtres vivants est une chose excitante, mais d'après la jeune fille, les découvrir de manière théorique c'est nul. C'est comme si vous appreniez à faire de la cuisine sans jamais toucher un fouet ou une casserole : il n'y a aucun intérêt! Or là, elle allait les découvrir dans leur milieu naturel, et en même temps, découvrir Edälia.
A la fin de la présentation du programme, Inwë savait qu'elle allait adorer cette matière. A contrario de son professeur qui, elle, avait des efforts à faire, car la jeune fille la trouvait vraiment...gourde.
Revenir en haut Aller en bas
Francis Dowell
Karnevriath
avatar
Date d'inscription : 15/07/2013
Nombre de messages : 158
Age : 20
Lieux d'influence : Toujours à l'écart des foules

Feuille de personnage
Race: Garou
Dons Élémentaires:
Perfectionnement:

MessageSujet: Re: 1.1 La Nature sous toutes ses formes. [Ancien Cour de Créatures]   Lun 26 Aoû - 11:35

Durant cette première année, nous étudierons les créatures qui vivent principalement dans les bois et les forêts. Bien sûr, cette notion est à nuancer, dans la mesure où chaque être vivant a la possibilité de se déplacer comme bon lui semble. Aussi, une créature de la forêt pourra très bien s’aventurer dans les plaines, et vice versa. Cependant, il y a certaines caractéristiques qui font qu’une créature préfère vivre dans un endroit en particulier, plutôt qu’un autre. Nous verrons cela au cours de ces cinq prochaines années. D’accord ?"

Des randonnées dans les bois. Parfais. Je préfère de loin la forêt que les murs froids d'un bâtiment. Pas que l'Académie est horrible, au contraire. Elle a un charme indéniable. C'est juste que j'ai toujours été habitué aux environnements extérieur et si on doit me laisser le choix entre une chambre et une grotte, je n'hésiterais pas à prendre la grotte. Ce cours se passe mieux que prévus pour moi. Je vais même finir par y voir plus une évasion et une distraction qu'un véritable cours. De plus, si je ne parviens pas à rester à l'académie l'année prochaine, je connaitrais les diverses proies à ma portée ici. Mes pensées furent stoppé par la voix de la jeune professeur:

"Avant d’avancer dans le bois, quelques mots sur le programme qui vous attend au fil de vos études avec moi. Tout d’abord, cette année, vous aurez la chance de partir à la découverte de la forêt d’Astraël, pour ceux qui ne la connaissent pas encore. Les autres seront sans doute ravis de la retrouver. J’ai eu l’occasion d’y vivre un bon moment, donc je puis vous assurer que vous adorerez. Si nous avons le temps, j’aimerais également vous emmener dans un petit bois, à l’ouest d’ici. J’y ai rencontré une drôle de créature et il faut absolument que je vous la présente. Je ne vous en dis pas plus pour le moment. Sinon, la plupart du temps, nous serons dehors, ici même. En cas d’une mauvaise météo, nous resterons en salle, cela va sans dire. L’année prochaine, c’est le domaine de l’eau qui nous attirera, mais pas seulement, puisque nous nous intéresserons à l’éternel clivage entre cet élément et son contraire, c’est-à-dire le feu. Programme ambitieux, certes, mais qui devrait tenir si nous nous débrouillons bien. De l’océan Azuré, à la banquise du Nord, en passant par le volcan, tout sera exploré. Nous bougerons beaucoup l’an prochain, soyez en sûrs. Puis, la troisième année étudiera un autre duel, celui de la terre et de l’air. Nous nous rendrons certainement dans les marais ! Vous allez adorer patauger dans la gadoue. La quatrième année sera plus théorique, car nous verrons des créatures anciennes et particulièrement dangereuses, qui reposent encore, selon les légendes, aux quatre coins de notre royaume… Enfin, la dernière année sera très stimulante, puisque vous apprendrez à combattre les créatures démoniaques qui peuplent le royaume. Une vraie partie de plaisir, croyez-moi. Voilà pour le programme. Des questions avant de passer à la suite ? Désolé si je fais beaucoup de parlotte, mais c'est nécessaire je pense. La suite sera plus intéressante. Enfin, j'espère"

Je me posais une question quand aux cours. Je pense déjà avoir la réponse, mais je préférais être sûr. Je repris ma forme humaine (pas facile de communiquer en félin) et interpella la professeur:

-excusez-moi madame. Nous allons observer des créatures dans leurs milieu naturel? Alors comment être sûr de tomber sur la bonne créature à étudier au bon moment? la forêt est vaste."


Dernière édition par Francis Dowell le Ven 30 Aoû - 17:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniques-revalia.forumactif.com/t1438-ma-presentation-c
Lucien d'Elenor
Lindörwin
avatar
Date d'inscription : 30/05/2013
Nombre de messages : 80
Age : 20

Feuille de personnage
Race: Garou
Dons Élémentaires:
Perfectionnement:

MessageSujet: Re: 1.1 La Nature sous toutes ses formes. [Ancien Cour de Créatures]   Mar 27 Aoû - 15:35

N'existait-il pas le moindre enseignant normal ? Ce n'est pas parce qu'ils enseignaient des domaines liés à la magie qu'ils devaient être excentriques.
Ayla brûlerait ici et serait bien tourmentée par la chaleur du soleil. Il y avait de fortes chances pour qu'il ne la voit pas ici, ce qui était fort dommage ; il aurait préféré être vu dans une tunique plutôt grossière et la voir plutôt que ne pas la trouver de la journée. Enfin, il n'avait visiblement pas le choix.

Parmi les trois élèves qu'il voyait, Lucien en connaissait deux ; entre le monstre de l'Ombre qui partageait la plupart de ses autres cours et le roturier qu'il avait rencontré en même temps qu'Ayla, il ne voyait pas avec qui se lier. De toute manière, les cours n'étaient pas faits pour discuter ; ils exigeaient de l'attention et de la maîtrise de soi, et il faudrait être d'une grossièreté sans nom pour ignorer un professeur et les enseignements qu'il transmettait. Celle qu'il ne connaissait pas était une humaine, assez petite et aux reflets roux.
Un tigre était à l'écart. Un garou certainement, une autre de ces bêtes humaines. Quelqu'un comme lui, en somme, même s'il y avait fort à parier par la forme qu'il revêtait qu'il devait lui accorder sa préférence. N'était-il pas grossier de demeurer transformé pendant le cours ?
Le caractère magique du lieu et l'anatopisme qu'aurait représenté un tigre dans ce lieu montraient en tout cas qu'il ne pouvait être un animal comme les autres.

Il fallait noter ce qui était dit ; une année entière consacrée à un seul cadre semblait cependant assez mal organisée. A raison du nombre de cours qu'il y avait, il y avait certainement des heures qui se perdaient quelque part ; Lucien doutait que les forêts fussent si vastes et si riches, et la méthode utilisée par la plupart de ses anciens maîtres ne lui avait pas donné cette impression.
Tout ceci paraissait enfantin. Enfin, il fallait acquiescer devant la probabilité que quelqu'un n'ait pas saisi les propos de leur professeure.
Néanmoins, il apparaissait maintenant qu'ils allaient marcher, ce qui rendait la prise de note ardue. A moins de partager avec quelqu'un d'autre la tâche ou de tout prendre de manière succincte.
D'autant plus qu'il ne s'agissait pas du petit bois mais de la forêt des elfes, et il y avait de fortes chances pour qu'il leur soit demandé d'observer. Des études devraient avoir lieu à la bibliothèque pour approfondir, dans ces conditions.

Heureusement qu'il partait avec une longueur d'avance.

Et si le noble se demandait ce qu'ils allaient bien pouvoir voir, ses pensées allaient volontiers vers d'autres sujets comme les probabilités que personne ne se perde en route et la nature de leur observation future ; devraient-ils croquer l'animal ? Ou se contenteraient-ils de l'observer ?

Il fallait cependant prendre d'autres notes ; clivage eau-feu => Océan + Banquise + Volcan /!\ ; air-terre => marais.
Théorie : Créature anciennes. Et combat contre les démons.
Ce qui signifiait qu'après des années de randonnée dans des zones inhospitalières et bien éloignées de l'académie, ils auraient des informations intéressantes suivies de quelque chose de visiblement dangereux. Et l'esprit et l'ombre étaient visiblement ignorés. Les montagnes ne seraient pas abordées, et le gouffre de la haine délaissé. On ne parlerait visiblement pas des créatures qui habitaient en dehors d'Edälia.
La pratique et la randonnée étaient parfois intéressantes mais leur association à un cours rendait l'élève de l'ombre sceptique. Cette innovation ne lui plaisait guère.

Le garou posa une question, qu'il trouva en un sens vaine. Il se pouvait que la créature soit enfermée ou simple à pister. A moins qu'elle ne soit très territoriale et qu'une reconnaissance des lieux permette de la localiser. Enfin, elle pouvait être tellement courante qu'il ne faisait aucun doute qu'une troupe bruyante puisse en apercevoir une.
Lui aussi avait une question. Plusieurs même, et devant le caractère de ce professeur, il n'était pas sûr d'avoir les réponses sans les poser. Et puisqu'il était invité à le faire, il n'allait pas s'en priver.

- Professeure, il me semble que certaines zones demeureront inexploitées, comme la chaîne d'Ayalamith ou le gouffre de la Haine. De plus, je ne vois pas comment nous pourrons explorer librement certaines régions et apprendre en même temps ; prendre des notes sera ardu sur la banquise. D'autant plus qu'il y a fort peu d'heures durant lesquelles nous pouvons mener cet exercice.

Il ne parla de l'absence de cours au sujet des animaux courants et de ceux vivant dans les plaines ; il devait s'agir d'un savoir jugé acquis par tous.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniques-revalia.forumactif.com/t1416-lucien-d-elenor-n
Date d'inscription : 19/06/2013
Nombre de messages : 55
Age : 23

Feuille de personnage
Race: Garou
Dons Élémentaires:
Perfectionnement:

MessageSujet: Re: 1.1 La Nature sous toutes ses formes. [Ancien Cour de Créatures]   Ven 30 Aoû - 14:34

Le temps passait au fur et à mesure que les étudiants arrivaient, grossissant le cercle d'élève déjà conséquent qui s'était formé autour de l'enseignante. Au fur et à mesure que le temps passait (et chaque seconde paraissait plus longue que les précédentes minutes à attendre la professeure...) il sentait le poids du soleil grandir sur ses épaules, une véritable chaleur de plomb s'était levée pour ce 1er cours de Créatures. Au moment d'attendre l'enseignante il ne la ressentait pas, il s'était assis à l'ombre d'un grand arbre qu'il n'avait pas tout à fait identifié, mais il était à présent au soleil, et debout, il allait devoir supporter cela pendant le cours même s'il espérait le ressentir un peu moins lorsque le cours en lui même commencerait. Et c'était pour bientôt à en croire l'air de l'enseignante, qui semblait elle même ressentir cette chaleur. D'ailleurs, elle avait un sourire très largement élargi, mais elle semblait l'adresser à elle même plutôt qu'aux élèves... à quoi pouvait-elle bien penser se disait Redd, lui même amusé de cette expression. La dame reprit rapidement ses esprits en enchainant sur un nouveau monologue, présentant ce cours. L'étude des environnements sera donc une priorité, cela parait logique, impossible de comprendre les créatures sans comprendre leur environnement, mais ce qui intéressait Redd, c'était surtout les créatures en elles-mêmes !
La professeure enchaina directement sur le programme de cette année, porté essentiellement sur la forêt d'Astrael à en croire ses dires, lieu que Redd n'approchait que rarement, et cela ne pouvait que le réjouir, ayant déjà entendu le fait que les cours de créaturologie de 1ère année se déroulaient en foret, il doutait de l'enseignement qu'il pourrait en tirer. Même s'il ne découvrirait sans doute pas "tout", ça ne peut qu'être intéressant de voir ce lieu plus en profondeur ! Alors que l'étudiant était encore dans ses pensées, l'enseignante fit un petit détour sur le fait qu'elle ait vu une "drôle de créature"... Qu'est-ce que ça pouvait bien être ? Au lieu de couper court à ses pensées, ça n'a fait que les renvoyer de plus belle, et à force d'imaginer, il risquait d'être déçu, il le savait bien, mais se forcer à ne pas y penser revient à y penser encore plus... Il ne pouvait s'empêcher de se souvenir de l'animal de sa professeure d'Air, pouvait-il s'agir de lui ? Il était banal, mais pourtant tellement intrigant, se disait-il tout en maintenant son regard sur l'enseignante, même s'il regardait davantage dans le vide que l'enseignante elle même avant de se re-concentrer en la voyant s'approcher de lui, un sourire amiable toujours présent. Poursuivant sur la partie suivante de son monologue.


- L’année prochaine, c’est le domaine de l’eau qui nous attirera, mais pas seulement, puisque nous nous intéresserons à l’éternel clivage entre cet élément et son contraire, c’est-à-dire le feu. Programme ambitieux, certes, mais qui devrait tenir si nous nous débrouillons bien. De l’océan Azuré, à la banquise du Nord, en passant par le volcan, tout sera exploré. Nous bougerons beaucoup l’an prochain, soyez en sûrs. Puis, la troisième année étudiera un autre duel, celui de la terre et de l’air. Nous nous rendrons certainement dans les marais ! Vous allez adorer patauger dans la gadoue.


Les années suivantes correspondent aux maisons élémentaires ? La matière parait donc encore plus complète qu'il ne l'avait imaginée ! Ce qui l'intéresse le plus est bien entendu le domaine de sa maison élémentaire, même si "patauger dans la gadoue" ne l'enchante pas autant que l'aurait souhaité l'enseignante, repensant toujours à l'animal de la professeure d'Air, allait-il devoir attendre 2 ans supplémentaire pour en apprendre plus ? Enfin, qui sait aussi quels genres d'animaux peuvent se terrer dans les autres domaines élémentaires...

- La quatrième année sera plus théorique, car nous verrons des créatures anciennes et particulièrement dangereuses, qui reposent encore, selon les légendes, aux quatre coins de notre royaume… Enfin, la dernière année sera très stimulante, puisque vous apprendrez à combattre les créatures démoniaques qui peuplent le royaume. Une vraie partie de plaisir, croyez-moi.

Voila qui était d'autant plus... surprenant, comment pouvait-elle énoncer avec assurance pouvoir nous présenter des créatures mythiques et légendaires, voire même démoniaques ? Qui plus est, très dangereuses, même si d'ici là les étudiants seraient surement bien plus forts dans la maitrise de leur élément, cela n'en restait pas moins risqué, de ce qu'il a lu, certaines créatures ont détruit des villages à elles seules. Elle n'oserait tout de même pas... ? Et pourtant, malgré tout le danger que cela représentait, Redd était fasciné depuis toujours par les créatures légendaires, une partie de lui lui disait de se retirer de ce cours au plus vite, mais l'autre... bien plus forte, le poussait à rester, et ne demandait qu'à voir les années défiler... S'en suivit la traditionnelle séance de questions-réponses, mais cette fois-ci, Redd n'avait rien à dire, il pourrait tout poser en temps et en heure, mais ce n'était pas le cas de tous.

- Excusez-moi madame. Nous allons observer des créatures dans leurs milieu naturel? Alors comment être sûr de tomber sur la bonne créature à étudier au bon moment? La forêt est vaste.

- Professeure, il me semble que certaines zones demeureront inexploitées, comme la chaîne d'Ayalamith ou le gouffre de la Haine. De plus, je ne vois pas comment nous pourrons explorer librement certaines régions et apprendre en même temps ; prendre des notes sera ardu sur la banquise. D'autant plus qu'il y a fort peu d'heures durant lesquelles nous pouvons mener cet exercice.

Il reconnaissait une de ces voix... et tourna le regard vers la personne en question, qu'il n'avait pas remarquée jusqu'à présent, mais il s'agissait du noble qu'il avait vu quelques jours plus tôt, il poussa un léger soupir qu'il voulait discret à sa vue, mais c'était normal, ce cours était ouvert à tous, d'autant plus que les questions étaient intéressantes en soit, mais l'enseignante avait parler de créatures mythologiques et démoniaques. Cela ne correspondait-il pas à ces domaines ? Même si cela restait intéressant à entendre...


Dernière édition par Theyne Myalens le Ven 30 Aoû - 20:26, édité 2 fois (Raison : Correction.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniques-revalia.forumactif.com/t1418-redd-mccloud-rena
Invité
Invité


MessageSujet: Re: 1.1 La Nature sous toutes ses formes. [Ancien Cour de Créatures]   Ven 30 Aoû - 17:52


14h02 - Tous les élèves de première année arrivèrent les uns après les autres, puis s'asseyaient et formaient un demi-cercle autour de l'enseignante de la Créaturologie. Il y avait tout de même une chaleur de plomb en cette fin d'été. Le soleil frappait si fort que tout le monde semblait être fatigué. Certains d'entre eux se cachaient à l'ombre sous un grand arbre d'entre cinq et dix mètres de haut. Scarlett avait connu bien pire que celle-ci avant d'intégrer la nouvelle Académie. Il avait vécu depuis plus d'une année entière dans la prison d'Edälia, se situant dans le Désert des Morts, un endroit où très peu d'aventuriers avaient une chance de s'en sortir vivants. Il existait bien des lieux dangereux dans cette région aride et désertique comme la Colline des Oubliés ou encore le Gouffre de Haine. Son côté démon réagissait durant les nuits, dont on pouvait ressentir une atmosphère hostile et pesante aux alentours du bâtiment.

La professeure Moore annonça la suite du programme : << Durant cette première année, nous étudierons les créatures qui vivent principalement dans les bois et les forêts. Bien sûr, cette notion est à nuancer, dans la mesure où chaque être vivant a la possibilité de se déplacer comme bon lui semble. Aussi, une créature de la forêt pourra très bien s’aventurer dans les plaines, et vice versa. Cependant, il y a certaines caractéristiques qui font qu’une créature préfère vivre dans un endroit en particulier, plutôt qu’un autre. Nous verrons cela au cours de ces cinq prochaines années. D’accord ? >>


*note* 1re année : Étude sur les créatures vivants dans les bois et les forêts. Changement de milieu et adaptation : Plaines > Forêts, et inversement. *note*

Elle continua son discours : << Avant d’avancer dans le bois, quelques mots sur le programme qui vous attend au fil de vos études avec moi. Tout d’abord, cette année, vous aurez la chance de partir à la découverte de la forêt d’Astraël, pour ceux qui ne la connaissent pas encore. Les autres seront sans doute ravis de la retrouver. J’ai eu l’occasion d’y vivre un bon moment, donc je puis vous assurer que vous adorerez. Si nous avons le temps, j’aimerais également vous emmener dans un petit bois, à l’ouest d’ici. J’y ai rencontré une drôle de créature et il faut absolument que je vous la présente. Je ne vous en dis pas plus pour le moment. Sinon, la plupart du temps, nous serons dehors, ici même. En cas d’une mauvaise météo, nous resterons en salle, cela va sans dire. >>

Elle s'arrêta un moment, puis observa chaque élève pour avoir un maximum d'attention de la part des premières, et ensuite reprit son souffle avant de passer sur le programme des années suivantes : << L’année prochaine, c’est le domaine de l’eau qui nous attirera, mais pas seulement, puisque nous nous intéresserons à l’éternel clivage entre cet élément et son contraire, c’est-à-dire le feu. Programme ambitieux, certes, mais qui devrait tenir si nous nous débrouillons bien. De l’océan Azuré, à la banquise du Nord, en passant par le volcan, tout sera exploré. Nous bougerons beaucoup l’an prochain, soyez en sûrs... >>


*note* 2e année : Étude sur les créatures dans le domaine de l'eau et du feu : Océan Azuré, Banquise du Nord, Volcan... *note*

<< Puis, la troisième année étudiera un autre duel, celui de la terre et de l’air. Nous nous rendrons certainement dans les marais ! Vous allez adorer patauger dans la gadoue. La quatrième année sera plus théorique, car nous verrons des créatures anciennes et particulièrement dangereuses, qui reposent encore, selon les légendes, aux quatre coins de notre royaume… Enfin, la dernière année sera très stimulante, puisque vous apprendrez à combattre les créatures démoniaques qui peuplent le royaume. Une vraie partie de plaisir, croyez-moi. Voilà pour le programme. Des questions avant de passer à la suite ? Désolé si je fais beaucoup de parlotte, mais c'est nécessaire je pense. La suite sera plus intéressante. Enfin, j'espère. >>


*note* 3e année : Étude sur les créatures dans le domaine de la terre et de l'air : Marais... *note*
*note* 4e année : Étude sur les créatures anciennes et légendaires. *note*
*note* 5e année : Étude sur les créatures démoniaques. *note*


Un élève leva la main et posa une question au professeure : << Excusez-moi madame. Nous allons observer des créatures dans leur milieu naturel ? Alors comment êtes-vous sûr de tomber sur la bonne créature à étudier au bon moment ? La forêt est vaste. >>

Et une autre main levée, ce fut Lucien, le camarade de Scarlett dans les cours de l'Ombre : << Professeure, il me semble que certaines zones demeureront inexploitées, comme la chaîne d'Ayalamith ou le Gouffre de la Haine. De plus, je ne vois pas comment nous pourrons explorer librement certaines régions et apprendre en même temps ; prendre des notes sera ardu sur la banquise. D'autant plus qu'il y a fort peu d'heures durant lesquelles nous pouvons mener cet exercice. >>


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: 1.1 La Nature sous toutes ses formes. [Ancien Cour de Créatures]   Dim 1 Sep - 13:58


Le cours se passe plutôt bien. J’avais tellement peur que les enfants me regardent avec dédain ou avec anxiété que j’en suis venue à me demander ce que je fabriquais dans cette école. Moi, Johanna, professeur à l’académie d’Edälia ? Mes parents auraient pouffé de rire à cette idée. Qui pourrait les en blâmer ? Non, laissons-là ces vieilles pensées. Ce n’est guère le moment d’y replonger. Aujourd’hui, il faut que je me concentre sur ces jeunes chérubins qui attendent avec impatience la suite de mon cours. Je suis sûr qu’ils m’adorent déjà ! Regardez-moi ces petits visages tournés vers moi, ne sont-ils pas adorables ? La plupart des élèves boivent mes paroles et même si certains semblent plutôt sceptiques quant à la suite du programme, ce n’est pas très gênant. Ils comprendront, au fil des années, que ce que j’ai prévu pour eux ne saurait être sous-estimé. En enseignant ce cours, je savais qu’ils mettraient un petit temps avant de saisir l’opportunité qui se présente à eux. Il faut toujours un moment d’adaptation, j’imagine. Plus qu’à espérer que celui-ci ne durera pas. Fin bref. Au moment des questions réponses, plusieurs élèves lèvent la main. Le premier d’entre eux attire mon attention. Je n’avais pas remarqué qu’il avait gardé son apparence animale. C’est assez perturbant de le voir se métamorphoser sous mes yeux. Je lui adresse mon plus agréable sourire, prête à entendre sa question. Il me demande alors comment je compte faire pour tomber sur les créatures inscrites à l’ordre du jour. Je dois avouer que cette interrogation m’étonne.

- Plusieurs réponses peuvent convenir à votre question. Tout d’abord, il faut savoir que le directeur et moi-même ayons comme compagnons de route de multiples créatures. Celles-ci sont libres, bien sûr, et peuvent aller comme bon leur semble à travers l’académie et le royaume tout entier. Il s’agit des créatures les plus accessibles, si je puis dire, qu’il est plus aisé d’approcher et donc d’apprivoiser. Vous ferez leur connaissance très bientôt, soyez-en sûrs. Pas plus tard que tout à l’heure d’ailleurs, n’est-ce pas excitant ? En ce qui concerne les créatures les plus difficiles d’approche, je puis vous dire que j’ai quelques… talents qui pourraient nous les faire venir jusqu’à nous. Vous les découvrirez en temps voulu.

Je laisse échapper un rire discret, avant de me reprendre aussitôt :

-  Pour le reste, il y aura toujours des traces et des indices qui font qu’on peut tomber sur les créatures que l’on cherche quand on le désire. N’ayez craintes, j’ai tout prévu.

Un deuxième élève intervient. Je le fixe de mon regard bienveillant, avant de me rendre compte qu’il suscite une interrogation bien plus importante que son prédécesseur. Le fixant d’un air grave, je lui réponds d’une voix calme :

- Edälia est bien trop vaste pour être entièrement exploré en cinq années d’études, mon cher. Si j’avais à ma disposition plus d’heures de cours et si l’année scolaire était bien plus conséquente, je suis sûr que nous pourrions découvrir de nombreuses autres créatures. Hélas, le temps m’est compté. Je n’aurai pas le loisir de vous apprendre davantage de choses et croyez bien que je le regrette profondément. Une fois votre cursus terminé, ce sera à vous de découvrir le reste du continent, voire du monde, par vos propres moyens. Partir vers l’inconnu, c’est ça l’aventure non ? Je n’ai pas l’ambition d’être exhaustive. En revanche, je souhaiterais vous plonger dans l’adorable monde des créatures afin de susciter en vous certaines curiosités et, pourquoi pas, certaines ambitions !

Tout en expliquant mon point de vue sur la question, je continue à faire les cent pas sous un soleil de plomb. Il devient urgent de passer à l’ombre, sans quoi le peu de maquillage que je me suis mis va finir par dégouliner complètement sur mon visage. Après le temps que ça m’a pris, ça serait tout de même un peu dommage. Fin, j’exagère. Je n’y ai passé qu’un quart d’heure, ce qui est relativement faible comparé aux autres fois où cet exercice me demande au moins une heure de préparation. De toute façon, cela ne se voit déjà presque plus.

- Pour votre deuxième question, je vous propose de pénétrer dans le bois. Je commence littéralement à fondre et je m’aperçois que je ne suis guère la seule.

Sans attendre d’éventuelles réponses de la part de mes chers élèves, je me dirige vers l’obscurité dégagée par les arbres de l’académie. Je me sens revivre, comme si j’atterrissais dans une toute nouvelle dimension. Libre de tous soucis, où tout est si léger, si fluide. Qu’on est bien ici, à l’ombre ! L’écoulement de la rivière, à une dizaine de mètres de nous, rend l’atmosphère chaleureuse et bien plus supportable. Me retournant vers le petit groupe, je reprends mon monologue d’une voix fluette et joviale :

- Donc. Nous serons amenés à voyager régulièrement durant ces cinq prochaines années, ce qui rend difficile la prise de notes, vous en conviendrez. Cependant, chaque semaine, vous aurez des cours théoriques, qui permettront de revenir sur les sorties en question. De plus, je vous ferai parvenir des résumés, de telle sorte que vous déteniez les informations nécessaires. Cela vous sera utile pour les examens, mais aussi pour votre culture personnelle. Les notes ne sont pas très utiles. A vrai dire, je préfère que vous observiez les créatures, que vous les compreniez et que vous puissiez interagir avec. Ce n’est guère très instructif si chacun griffonne dans son coin. Autant que je fasse cours toute seule, ne croyez-vous pas ? Ai-je répondu à votre question ?

Un hennissement sonore retentit derrière moi. Ah, il est temps de présenter mes deux premiers chouchous. D'un geste, j'intime à mes élèves l'ordre de ne pas bouger, pendant que moi-même me dirige vers la broussaille. Ils sont là. Ils m’attendent. Leur pelage blanc argenté me donne encore des frissons, même maintenant, alors que je les connais depuis plusieurs mois. Ils sont si beaux, si fiers t si gracieux. Je caresse leur flan :

- Venez mes amis, venez.

Les deux animaux me suivent docilement. Rapidement, nous revenons devant la meute d’adolescents :

- Je vous propose de débuter le programme par les deux plus belles créatures qui puissent exister sur Edälia. Deux animaux purs qu'il nous convient de respecter à leur juste valeur. Mes chers, je vous demande d'accueillir Célio, le pégase, et Maë, la licorne !

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Francis Dowell
Karnevriath
avatar
Date d'inscription : 15/07/2013
Nombre de messages : 158
Age : 20
Lieux d'influence : Toujours à l'écart des foules

Feuille de personnage
Race: Garou
Dons Élémentaires:
Perfectionnement:

MessageSujet: Re: 1.1 La Nature sous toutes ses formes. [Ancien Cour de Créatures]   Dim 1 Sep - 18:28

La Professeur répondis à ma question:

- Plusieurs réponses peuvent convenir à votre question. Tout d’abord, il faut savoir que le directeur et moi-même ayons comme compagnons de route de multiples créatures. Celles-ci sont libres, bien sûr, et peuvent aller comme bon leur semble à travers l’académie et le royaume tout entier. Il s’agit des créatures les plus accessibles, si je puis dire, qu’il est plus aisé d’approcher et donc d’apprivoiser. Vous ferez leur connaissance très bientôt, soyez-en sûrs. Pas plus tard que tout à l’heure d’ailleurs, n’est-ce pas excitant ? En ce qui concerne les créatures les plus difficiles d’approche, je puis vous dire que j’ai quelques… talents qui pourraient nous les faire venir jusqu’à nous. Vous les découvrirez en temps voulus.

Celle-ci fit un rire discret. En général, je trouve que le rire est un signe d'insécurité (en tous cas, c'est que mon avis). Avait-elle peur que le cours se passe mal? Qu'elle dise un mot ou un pas de travers qui ruinerais ses efforts pour ses premiers jours de professeur?

Pour le reste, il y aura toujours des traces et des indices qui font qu’on peut tomber sur les créatures que l’on cherche quand on le désire. N’ayez craintes, j’ai tout prévu

Un autre élève posa sa question. Un noble, très certainement. Il y a un moment, lorsque j'était encore sous ma forme féline, j'ai eu l'impression qu'il me dévisageais un peu. Ais-je fait une bêtise? après tout, tout le monde était sous forme humaine sauf moi. Peut-être étai-je le seul garou...Je décidas de faire un effort pour rester sous ma forme bipède pour la suite du cours.

-Professeure, il me semble que certaines zones demeureront inexploitées, comme la chaîne d'Ayalamith ou le Gouffre de la Haine. De plus, je ne vois pas comment nous pourrons explorer librement certaines régions et apprendre en même temps ; prendre des notes sera ardu sur la banquise. D'autant plus qu'il y a fort peu d'heures durant lesquelles nous pouvons mener cet exercice.

- Edälia est bien trop vaste pour être entièrement exploré en cinq années d’études, mon cher. Si j’avais à ma disposition plus d’heures de cours et si l’année scolaire était bien plus conséquente, je suis sûr que nous pourrions découvrir de nombreuses autres créatures. Hélas, le temps m’est compté. Je n’aurai pas le loisir de vous apprendre davantage de choses et croyez bien que je le regrette profondément. Une fois votre cursus terminé, ce sera à vous de découvrir le reste du continent, voire du monde, par vos propres moyens. Partir vers l’inconnu, c’est ça l’aventure non ? Je n’ai pas l’ambition d’être exhaustive. En revanche, je souhaiterais vous plonger dans l’adorable monde des créatures afin de susciter en vous certaines curiosités et, pourquoi pas, certaines ambitions. Pour votre deuxième question, je vous propose de pénétrer dans le bois. Je commence littéralement à fondre et je m’aperçois que je ne suis guère la seule. Donc. Nous serons amenés à voyager régulièrement durant ces cinq prochaines années, ce qui rend difficile la prise de notes, vous en conviendrez. Cependant, chaque semaine, vous aurez des cours théoriques, qui permettront de revenir sur les sorties en question. De plus, je vous ferai parvenir des résumés, de telle sorte que vous déteniez les informations nécessaires. Cela vous sera utile pour les examens, mais aussi pour votre culture personnelle. Les notes ne sont pas très utiles. A vrai dire, je préfère que vous observiez les créatures, que vous les compreniez et que vous puissiez interagir avec. Ce n’est guère très instructif si chacun griffonne dans son coin. Autant que je fasse cours toute seule, ne croyez-vous pas ? Ai-je répondu à votre question?

J'entendis un bruit derrière elle. En général, mon instinct naturel m'aurais demandé de prendre mes pattes à mon coups, mais je me rappelais que j'était en cours de créaturologie. Tout est fait pour que l'on soit en sécurité...même si c'est une jeune professeur qui me semble insécurisé qui doit veiller sur nous. Bah. En cas de problème, je cours à l'académie et je demande de l'aide.

-Je vous propose de débuter le programme par les deux plus belles créatures qui puissent exister sur Edälia. Deux animaux purs qu'il nous convient de respecter à leur juste valeur. Mes chers, je vous demande d'accueillir Célio, le pégase, et Maë, la licorne.

C'était plutôt impressionnant.

Mais j'avais un peu honte de regarder ces animaux là avec tant d'incrédulité. En effet, Dans les chaînes, il y a peu de chevaux sauvage évidement. Et c'est la première fois qu'e j'en vois d'aussi près, alors que c'est sans doute la créature la plus anodine du monde. En plus, ce ne sont pas des chevaux ordinaire. L'une possédait de longues ailes majestueuse, tandis que l'autre, une corne pointu sur le front. Je n'ai jamais goûté à la viande de cheval. Je me demande quel goût ça a.

fixer les animaux de l'académie en les voyants comme des proies. Toute sa vie, il a été question de survie. Trouver un abris, de la nourriture, fabriquer des outils pour ma mère (car elle n'était pas une métamorphe, elle faisais avec les moyens du bord). C'est difficile de changer de monde d'une traite, lorsque l'on a baigné dans le monde de la survie et la solitude toute sa vie.

La licorne sembla stressé en me voyant. Elle à dus sentir le prédateur en moi. Je tournas un peu le regard. J'espère que Johana n'a pas fait attention à ça. Mais en même temps, je ne devrais pas avoir honte de me comporter en animal. J'en suis un.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniques-revalia.forumactif.com/t1438-ma-presentation-c
Invité
Invité


MessageSujet: Re: 1.1 La Nature sous toutes ses formes. [Ancien Cour de Créatures]   Lun 2 Sep - 23:58

La présentation du professeur, du cours, du programme etc...étant faite, Inwë décrocha rapidement, d'autant plus que c'était le moment des questions. Elle vit brièvement que le tigre avait dis...attendez une seconde, il y avait un TIGRE avec eux et ça n'a choqué personne ?! Inwë sursauta soudainement et secoua la tête. Puis, elle réalisa que ce tigre ne lui était vraiment pas inconnu. Et quand elle vit une nouvelle tête dans le cours, elle compris que le tigre était en réalité un garou. Après ces quelques émotions, Inwë décida de céder à la torpeur post-repas. Rêveuse, elle essayait d'imaginer à quoi pourrait ressembler ces prochaines années d'étude à l'Académie. Ou bien encore aux créatures qu'elle allait peut-être rencontrer. Inwë se voyait déjà dompter un dragon ou se battre avec des oiseaux géants. Elle n'avait aucunes connaissances en ce qui concerne les créatures du royaume, c'est d'ailleurs pour cette raison et poussée par la curiosité qu'elle s'était inscrite au cours de Melle Moore. Inwë n'était pas beaucoup sortie de chez elle, elle ne connaissait donc que très peu son environnement. Bien sûre, elle en connaissait les grande lignes comme savoir placer les montagnes, les lacs sur une carte, elle savait qu'il existait des créatures étranges. Lesquelles ? Elle n'en savait rien. Elle vit que plusieurs élèves avaient prit la paroles, dont le tigre. Il y avait également un autre jeune homme, vêtue de façon chic, mais cependant discrète et sobre. Il avait l'air de venir d'une famille noble. Il le portait dans son attitude : droit, le regard sûr de lui, grâcieux dans ses gestes. Inwë le regarda mais ne le considérai pas comme un de ces "bourgeois" qui aiment à se pavaner et à montrer leur richesses. Lui, semblait plutôt se demander pourquoi il assistait à ce cours. Ce que la jeune fille trouva amusant, c'est qu'en posant sa question, on avait le sentiment qu'il le faisait exprès. Lorsqu'il se mit à parler, elle compris que ses impressions sur ses origines étaient confirmées. Elle ne prit même pas la peine d'écouter la question en entier...donc encore moins la réponse. La passivité ne lui ressemblait pourtant pas. Inwë était curieuse de tout et avait l'habitude d'écouter tout ce qu'on lui disait (et parfois même ce qu'on ne lui disait pas). Mais les questions des autres ne l'intéressaient guère. Elle considérait ce moment comme étant un instant du cours où le professeur avait un moment privilégié avec chacun de ses élèves.
Inwë commençait sérieusement à cuire, même si elle n'était pas directement exposée au soleil, il faisait chaud. Elle senti une goutte de transpiration couler le long de sa tempe droite. Inwë la sécha d'un coup rapide mais une autre suivit la première.

"- Pour votre deuxième question, je vous propose de pénétrer dans le bois. Je commence littéralement à fondre et je m’aperçois que je ne suis guère la seule."

Inwë fut absolument ravie de voir que son professeur venait de tous les délivrer de la chaleur infernale du soleil de l'après-midi.  Elle fut la première à se lever, pressée d'aller sous la fraîcheur des arbres, mais aussi pour voir ce que son professeur allait lui réserver...enfin leur réserver. Inwë suivait Melle Moore de très près. Elle se réalisa qu'elle était restée silencieuse au momnt des questions. Elle n'en avait pas eu mais ne voulait surtout pas se faire remarquer non plus. Elle était la seule fille, exceptée Melle Moore et ne voulait pas risquer de passer pour la lèche-botte ou l'intello de service. Bref, plus le petit groupe s'avançait dans la forêt, plus l'air devenait respirable. Inwë se sentait vraiment revivre. L'odeur des arbres, mêlée à celle des plantes était un parfum si...pur ! Elle ne pu s'empêcher de soupirer de bonheur. Décidément, les cours lui plaisaient vraiment parce qu'elle était dehors. Et puis, Melle Moore s'arrêta.

"- Donc. Nous serons amenés à voyager régulièrement durant ces cinq prochaines années, ce qui rend difficile la prise de notes, vous en conviendrez. Cependant, chaque semaine, vous aurez des cours théoriques, qui permettront de revenir sur les sorties en question. De plus, je vous ferai parvenir des résumés, de telle sorte que vous déteniez les informations nécessaires. Cela vous sera utile pour les examens, mais aussi pour votre culture personnelle. Les notes ne sont pas très utiles. A vrai dire, je préfère que vous observiez les créatures, que vous les compreniez et que vous puissiez interagir avec. Ce n’est guère très instructif si chacun griffonne dans son coin. Autant que je fasse cours toute seule, ne croyez-vous pas ? Ai-je répondu à votre question ?"

Inwë rangea alors ses affaires dans son sac de cuir et se concentra. Elle sentait que l'air avait changé. Quelque chose allait se passer...et quelle ne fut pas sa surprise lorsque le professeur présenta au groupe un pégase et une licorne !

*Euh...alors autant c'est fascinant et étrange, autant je voudrais partir vite en courant là...*

Elle observa longuement les deux créatures. En fait, Iwë était assez déçue car elles en avait déjà entendue parler et ses anciennes amies avaient pour habitude de construire des licornes avec des branches pour jouer avec. De ce fait, elle imaginait plus ce genre d'animal comme un...jouet. En réalité non, c'était un animal bien plus noble qu'un vulgaire passe-temps. Quant au pégase...jamais elle n'en avait vu, que se soit dans un livre ou dans la nature. En revanche elle en avait entendu parler par son père, lorsqu'elle était plus petite et qu'il lui racontait des histoires d'aventures passionantes, le soir avant d'aller dormir.
Revenir en haut Aller en bas
Date d'inscription : 20/06/2013
Nombre de messages : 32
Age : 21

Feuille de personnage
Race: Humain
Dons Élémentaires:
Perfectionnement:

MessageSujet: Re: 1.1 La Nature sous toutes ses formes. [Ancien Cour de Créatures]   Mar 3 Sep - 0:41

C’était calmement que s’était passé le réveil d’Aldéas, sortir de son dortoir pour arriver sur un bassin d’eau scintillant aux éclats du petit matin était un spectacle dont il était sur de ne jamais se lasser. Cette contemplation fut malgré tout éphémère, pour sa première journée de cours à l’académie, Aldéas voulait faire bonne impression, il s’empressa de se préparer, et vétu de sa tunique, essaya de remettre ses cheveux en place pour leur donner un effet au moins ordonné. Il va sans dire que comme chaque matin depuis des années, c’était un échec.

La matinée était passé en un éclair, c’était un nouveau monde qui s’offrait a lui, tout juste le temps de manger à midi avec les quelques personnes qu’il avait rencontré dans sa classe, qu’il entendit la cloche de l’académie, le prévenant qu’il devait se rendre a son premier cours de créatures. Aldéas était tout excité, son don lui avait permis une fois par le passé de communiquer d’une certaine manière avec un animal. Depuis, les créatures du monde ont toujours fasciné le jeune blond, avide de pouvoir un jour tisser un lien avec une créature majestueuse.

Se rappelant de l’écriteau faisant mention du lieu du premier cours, Aldéas suivit ses camarades vers la lisière du bois. Le temps était au beau fixe, et l’excitation d’Aldéas se fit de plus en plus palpable au fur et a mesure qu’il rejoignait un groupe d’élève regroupé autour de la plus haute silhouette. C’était celle d’une jeune femme blonde d’une grande beauté. Belle, élégante tout en sobriété pensa-t-il tout en détournant les yeux de peur de paraitre malpoli. C’était bien celle qu’il avait vu au diner de bienvenue. Mlle. Moore.

Apparemment, Aldéas était pile à l’heure. Il eu tout juste le temps d’arriver qu’elle dit :


« Bienvenue, bienvenue ! Placez-vous en demi-cercle autour de moi. Oui, voilà, comme ça. Mon nom est Johanna Moore et je serai votre professeur de Créaturologie pour les cinq années à venir, si tenté que je ne sois pas morte avant, bien sûr. C'est toujours difficile de faire ce genre de prédictions. »

Avec ce rire et cet enthousiasme venant de Mlle. Moore, le peu d’anxiété que Aldéas avait de découvrir ces créatures mystérieuse s‘évapora, il était confiant et n’attendait qu’une chose, de voir la suite du cours.

La première année serait donc consacrée aux créatures de la forêt. Aldéas en avait passé du temps dans les bois. Et il savait bien que tout n’était pas amical dans ces lieux… Mais jamais il ne s’était risqué a se perdre dans les grande foret du monde. Qu’est ce qu’on allait pouvoir lui montrer qu’il n’avait pas déjà vu ? Pensa-t-il avec curiosité. Ils voyageraient apparemment dans la forêt d’Astraël. Ne sachant même pas où se trouvait exactement cette forêt Aldéas se contenta d’acquiescer. Il avait de toute façon requis toute sa concentration pour imaginer la drôle de créature dont parlait le professeur.

Le programme à suivre était tout aussi alléchant, Aldéas rêvait de voyager, et ce depuis toujours, et tout ces lieux, ces créatures a rencontrer…

Des élèves posaient des questions, mais Aldéas était perdu dans son rêve, n’écoutant que d’une oreille, jusqu'à ce que tout le groupe se mettent a avancer. Ils n’auraient pas besoin de prendre de note, juste a écouter et rester attentif. Il se dit que vu son état d’excitation, il allait avoir du mal a tout retenir sans tout enjoliver. Mlle. Moore s’éclipsa un instant puis elle revint.

Et là. Le spectacle fut éblouissant.

Une licorne, au crin soyeux, avec la corne qui surplombait son crane. D’un air calme et solennel, il regardait calmement les élèves. Et à coté un pégase tout aussi majestueux.

Aldéas ne savait que faire devant de telles créatures, il se contenta avec les élèves près de lui de regarder avec insistance les deux créatures.


Dernière édition par Aldéas Stormrage le Sam 4 Jan - 20:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniques-revalia.forumactif.com/t1406-aldeas-stormrage
Date d'inscription : 19/06/2013
Nombre de messages : 55
Age : 23

Feuille de personnage
Race: Garou
Dons Élémentaires:
Perfectionnement:

MessageSujet: Re: 1.1 La Nature sous toutes ses formes. [Ancien Cour de Créatures]   Sam 7 Sep - 14:20

Redd commençait à se sentir étouffer par la chaleur, tenir debout, directement au soleil et non pas à l’abri d'un grand arbre n'aide pas à rester au frais, et même sa tenue plus légère qu'à l'accoutumée ne suffisait pas à se sentir à l'aise, si bien qu'au final il avait tout autant hâte que le cour démarre pour lui même que pour pouvoir penser à autre chose que le soleil de plomb qui les illuminait à l'instant actuel. Si bien que certains de ceux qui pouvaient prenaient une forme animale de sorte à être plus à l'aise. Redd ne s'imaginait pas être plus à l'aise sous forme d'animal à fourrure, d'autant plus que c'était assez dérangeant de se retrouver à côtoyer des tigres et autres animaux plus ou moins exotiques écoutant l'enseignante. Quoi qu'il en soit l'enseignante eu tôt fait de répondre à la 1ère question, et apparemment elle s'est liée à bon nombres d'animaux environnants, ça parait effectivement plus simple malgré le fait qu'ils ne seront pas forcément toujours "là" à attendre, et concernant les plus dangereux... des "talents" ? Quel genre de "talents" permettraient d'adoucir des monstres dangereux, voir démoniaques à en croire son programme, malgré le fait que les étudiants devraient être plus apte à se défendre d'ici là.... serait-ce une forme de magie ? Après tout, difficile d'imaginer que n'importe qui pourrait être engagé dans l'enseignement d'une matière qui pourrait devenir si... dangereuse. Et d'après sa réplique suivante, l'enseignante était effectivement très qualifiée et minutieuse, il devait bien le reconnaitre.
En était venu le moment de répondre à la 2nde question, la réponse est claire, nous n'aurons pas le temps d'étudier en détail absolument tous les habitas, la matière n'est malheureusement pas exhaustive, elle ne donne au final que les principales lignes et bases concernant la "créaturologie" si on peut l'appeler ainsi. Elle permet ainsi d'en découvrir plus par nous même par la suite, même s'il avait encore en tête le fait qu'ils étaient sensés étudier des créatures légendaires et d'autres démoniaques, de quel genre "d'habitats" peut-il s'agir ?!
Enfin il était temps de commencer le cours, et la professeure elle même ne supportait plus cette chaleur, voir peut être moins bien que ses propres étudiants, et elle s'en rendait bien compte. Enfin le cours allait pouvoir commencer ! Pressant le pas en direction des bois, l'intérieur de celui-ci paraissait lui-même à l'écart du monde tant l'atmosphère y était agréable et l'environnement clair, avant qu'elle ne continue son monologue tout en continuant de marcher.


- Donc. Nous serons amenés à voyager régulièrement durant ces cinq prochaines années, ce qui rend difficile la prise de notes, vous en conviendrez. Cependant, chaque semaine, vous aurez des cours théoriques, qui permettront de revenir sur les sorties en question. De plus, je vous ferai parvenir des résumés, de telle sorte que vous déteniez les informations nécessaires. Cela vous sera utile pour les examens, mais aussi pour votre culture personnelle. Les notes ne sont pas très utiles. A vrai dire, je préfère que vous observiez les créatures, que vous les compreniez et que vous puissiez interagir avec. Ce n’est guère très instructif si chacun griffonne dans son coin. Autant que je fasse cours toute seule, ne croyez-vous pas ?

Inutile de prendre des notes donc, cela arrangeait bien Redd, rester debout à écrire était très désagréable, il en savait quelque chose, d'autant plus que ça ne pouvait être que plus intéressant d'observer directement ces animaux ! Et en parlant d'animaux, l'un d'entre semblait déjà les "attendre" à en croire le hennissement qu'il entendu, et le sourire de l'enseignante s'élargissant encore, signe que c'était bien prévu, avant d'annoncer aux étudiants de la suivre encore un instant, avant de dévoiler les 2 premières créatures qu'ils auraient l'occasion d'étudier.... Redd n'en revint pas, il avait devant lui 2 des plus nobles créatures de la forêt, un pégase et une licorne tout 2 colorés du plus pur des blancs et de tailles assez équivalentes. Il avait déjà eu l'occasion d’apercevoir des pégases, mais il ne put jamais s'en approcher, mais les licornes vivaient presque exclusivement en forêt, quoiqu'il en soit c'était la 1ère fois qu'il pu voir ces 2 animaux de si près, et ensembles ! Ils étaient parmi les animaux les plus libres de tous, et rien que de les observer d'aussi près était un miracle en sois. Il oublia alors soudainement toute la gène et toute la chaleur qu'il ressentait jusque là pour se concentrer sur ces 2 créatures.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniques-revalia.forumactif.com/t1418-redd-mccloud-rena
Invité
Invité


MessageSujet: Re: 1.1 La Nature sous toutes ses formes. [Ancien Cour de Créatures]   Ven 20 Sep - 10:14

J’observe avec ravissement les mines étonnées des jeunes élèves présents devant moi, certaine qu’ils ne pouvaient s’attendre à une telle entrée en matière. La plupart de mes collègues préfèrent commencer en douceur, se perdant inutilement dans des informations d’ordre général qui assomment plus qu’elles n’intéressent. Je ne suis pas de ce pain-là. Pour ma part, il est essentiel d’accrocher directement les étudiants, sans quoi le cours est vite catalogué. J’ai été à leur place, un jour, je sais ce que ça fait. Bon, ce n’était pas dans cette académie, bien sûr, mais le principe reste le même. Des profs, des cours, des devoirs. Saria et moi, assises au premier rang, écoutant avec flegme les propos de notre chère madame Pince, la vieille sorcière qui nous postillonnait au visage à chaque fois qu’elle ouvrait la bouche. Nostalgie. Bref. Laissant durer le plaisir des yeux, j’en profite pour caresser la robe de ma chère licorne et la crinière de Célio. Deux amis qui me suivent depuis plusieurs années. J’ai encore le souvenir du jour où je les ai rencontrés. L’un à travers les plaines du royaume, l’autre dans la somptueuse forêt d’Astraël. Celle-ci était emprisonnée dans un piège à ours. Comment aurais-je pu la laisser là ? Un murmure d’élève me ramène à l’instant présent. Je me replongerai dans les limbes de ma mémoire à un autre moment. J’adresse à mes étudiants un sourire chaleureux, avant de reprendre d’une voix chantante :

- Commençons tout d’abord par quelques informations d’ordre général sur ces deux espèces, voulez-vous ? Je ne sais pas si tout le monde a déjà vu un pégase, ils se font de plus en plus rares ces dernier temps. Oui ? Non ? Ils sont si élégants ! D’ailleurs, il faut savoir qu’on ne dit jamais « une » pégase, même s’il s’agit d’une femelle. Ce n’est pas le cas pour la licorne, où l’on peut très bien avoir « un » licorne. C’est étrange, mais c’est comme ça. Bref. Nous allons voir dans un premier temps les licornes, avant de nous pencher ensuite sur les pégases. Et, si le temps nous le permet, vous les chevaucherez.

Un murmure de stupeur s’élève à travers les rangs. De frayeur pour certains, d’excitation pour d’autres. Ravie de mon effet, je leur intime le silence d’un geste apaisant, notamment pour qu’ils n’énervent pas les magnifiques créatures présentes à nos côtés. Lorsque le calme est revenu, je reprends :

- N’ayez pas peur, je vous expliquerai comment faire. Mais nous verrons cela en temps voulu, d’accord ? Donc, d’abord les licornes. Autrefois appelées « unicornes » - du fait qu’elles ne possèdent qu’une seule corne – les licornes ont obtenu l’appellation que l’on connait aujourd’hui il y a une centaine d’années, tout au plus. J’ignore pourquoi les créaturologues ont préféré le terme actuel, mais il devait sans doute être plus commode. Aussi, je ne vous en voudrai pas si vous utilisez les deux termes. Comme vous vous en doutez certainement, les licornes vivent dans la forêt d’Astraël, mais elles y sont particulièrement rares. En effet, elles évitent le contact avec les humains et ne se reproduisent qu’en de rares occasions, ce qui fait que l’espèce en elle-même est en train de disparaître. Il doit en rester, selon certaines estimations, un peu plus d’une centaine dans toute la forêt. Le braconnage est en grande partie responsable de cette extinction massive, puisque la corne, le crin et le sang de licorne sont particulièrement recherchés pour leurs propriétés médicinales et alchimiques.

Je lâche un soupir, refoulant les larmes qui me montent soudainement aux yeux :

- Bref. Les femelles licornes sont toujours plus petites que les mâles, eux-mêmes plus fins et plus gracieux que leurs cousins équestres, comme les chevaux ou les pégases. Leur robe est souvent blanche, symbole de pureté, mais elles peuvent être également teintées d’argent. Certaines légendes font cas d’autres espèces, celles-ci arborant des couleurs bien plus vives. Personnellement, je n’en ai jamais rencontrées. Aussi, je reste prudente à ce sujet. Evidemment, la caractéristique principale d’une licorne reste sa corne frontale. A la naissance, les jeunes poulains – si je puis dire – n’en possèdent pas : elle grandira au fil des années, devenant aussi solide que la pierre. Voilà en ce qui concerne leur apparence physique. Maintenant, passons à leurs pouvoirs. Une licorne est immortelle, c’est-à-dire qu’elle ne décédera pas de vieillesse. En revanche, ce n’est pas pour autant qu’elle ne peut pas mourir. Une violente attaque à son égard peut très bien la faire succomber. Seuls les êtres démoniaques ou sans cœur peuvent s’en prendre à l’une d’elle. De plus, ces créatures sont d’un naturel très sensible. Un puissant chagrin peut les terrasser en quelques jours. Pas une déception amoureuse, bien sûr. Je parle ici de chagrin lié à la nature, aux êtres vivants. Par exemple, si son milieu de vie est complètement ravagé par la guerre, la licorne ne pourra le supporter et elle s’éteindra peu à peu. Tragique…

Je m’arrête un instant. La douceur de la brise qui se lève fait virevolter mes cheveux et me caresse la nuque. Quelle agréable sensation. J’en profite pour nouer mes doigts dans la crinière de Maë.

- Je reviendrai là-dessus dans un prochain cours, d’accord ? En attendant, j’aimerais que chacun de vous essaye de s’en approcher afin de la chevaucher. Vous passerez à tour de rôle. Sachez, avant toute chose, qu’en temps normal, il est presque impossible d’approcher une licorne. Lorsque vous aurez la chance d’en croiser une, souvenez qu’il ne faut pas l’obliger, qu’elle est libre de vous accepter sur son dos, ou non. Tout dépendra de votre cœur, mais aussi de la manière dont vous l’approcherez. Voyons-voir qui d’entre vous aura ce privilège.
Revenir en haut Aller en bas
Francis Dowell
Karnevriath
avatar
Date d'inscription : 15/07/2013
Nombre de messages : 158
Age : 20
Lieux d'influence : Toujours à l'écart des foules

Feuille de personnage
Race: Garou
Dons Élémentaires:
Perfectionnement:

MessageSujet: Re: 1.1 La Nature sous toutes ses formes. [Ancien Cour de Créatures]   Lun 30 Sep - 20:08

"Commençons tout d’abord par quelques informations d’ordre général sur ces deux espèces, voulez-vous ? Je ne sais pas si tout le monde a déjà vu un pégase, ils se font de plus en plus rares ces dernier temps. Oui ? Non ? Ils sont si élégants ! D’ailleurs, il faut savoir qu’on ne dit jamais « une » pégase, même s’il s’agit d’une femelle. Ce n’est pas le cas pour la licorne, où l’on peut très bien avoir « un » licorne. C’est étrange, mais c’est comme ça. Bref. Nous allons voir dans un premier temps les licornes, avant de nous pencher ensuite sur les pégases. Et, si le temps nous le permet, vous les chevaucherez."

Les chevaucher? Voilà une occasion inoubliable que de chevaucher avec ces deux créatures. D'un coté, ce doit-être un honneur de pouvoir chevaucher l'une des créatures les plus sacrés et indomptable d'Edalïa, de l'autre, la possibilité de pouvoir voler sur le dos d'un cheval volant. Même si je n'ai jamais chevauché de ma vie, l'idée de commencer aujourd’huis m'était envisageable. Je regardais autour de moi, voyant les diverses élèves chuchoter. Je ressentait de la peur chez certains, même si la plupart semblais accueillir cette nouvelle avec joie. La professeur demandas le silence dans les rangs.

"N’ayez pas peur, je vous expliquerai comment faire. Mais nous verrons cela en temps voulu, d’accord ? Donc, d’abord les licornes. Autrefois appelées « unicornes » -du fait qu’elles ne possèdent qu’une seule corne – les licornes ont obtenu l’appellation que l’on connait aujourd’hui il y a une centaine d’années, tout au plus. J’ignore pourquoi les créaturologues ont préféré le terme actuel, mais il devait sans doute être plus commode. Aussi, je ne vous en voudrai pas si vous utilisez les deux termes. Comme vous vous en doutez certainement, les licornes vivent dans la forêt d’Astraël, mais elles y sont particulièrement rares. En effet, elles évitent le contact avec les humains et ne se reproduisent qu’en de rares occasions, ce qui fait que l’espèce en elle-même est en train de disparaître. Il doit en rester, selon certaines estimations, un peu plus d’une centaine dans toute la forêt. Le braconnage est en grande partie responsable de cette extinction massive, puisque la corne, le crin et le sang de licorne sont particulièrement recherchés pour leurs propriétés médicinales et alchimiques. Bref. Les femelles licornes sont toujours plus petites que les mâles, eux-mêmes plus fins et plus gracieux que leurs cousins équestres, comme les chevaux ou les pégases. Leur robe est souvent blanche, symbole de pureté, mais elles peuvent être également teintées d’argent. Certaines légendes font cas d’autres espèces, celles-ci arborant des couleurs bien plus vives. Personnellement, je n’en ai jamais rencontrées. Aussi, je reste prudente à ce sujet. Evidemment, la caractéristique principale d’une licorne reste sa corne frontale. A la naissance, les jeunes poulains – si je puis dire – n’en possèdent pas : elle grandira au fil des années, devenant aussi solide que la pierre. Voilà en ce qui concerne leur apparence physique. Maintenant, passons à leurs pouvoirs. Une licorne est immortelle, c’est-à-dire qu’elle ne décédera pas de vieillesse. En revanche, ce n’est pas pour autant qu’elle ne peut pas mourir. Une violente attaque à son égard peut très bien la faire succomber. Seuls les êtres démoniaques ou sans cœur peuvent s’en prendre à l’une d’elle. De plus, ces créatures sont d’un naturel très sensible. Un puissant chagrin peut les terrasser en quelques jours. Pas une déception amoureuse, bien sûr. Je parle ici de chagrin lié à la nature, aux êtres vivants. Par exemple, si son milieu de vie est complètement ravagé par la guerre, la licorne ne pourra le supporter et elle s’éteindra peu à peu. Tragique…


Je vis pleins de personnes prendre des notes. Comme un idiot, je me retrouvait sans rien pour écrire. De toute façon, je n'ai jamais appris à lire. Et ma mémoire est le seul bloc-note en ma possession.

"Je reviendrai là-dessus dans un prochain cours, d’accord ? En attendant, j’aimerais que chacun de vous essaye de s’en approcher afin de la chevaucher. Vous passerez à tour de rôle. Sachez, avant toute chose, qu’en temps normal, il est presque impossible d’approcher une licorne. Lorsque vous aurez la chance d’en croiser une, souvenez qu’il ne faut pas l’obliger, qu’elle est libre de vous accepter sur son dos, ou non. Tout dépendra de votre cœur, mais aussi de la manière dont vous l’approcherez. Voyons-voir qui d’entre vous aura ce privilège".

Personne ne semblais vouloir ce privilège. Un petit moment passas sans que personne ne s'approche. D'une certaine manière, moi non plus je ne voulais pas y aller. Non seulement, je ne sais pas chevaucher, mais en plus, ce serait l'occasion de ce ridiculiser devant les autres élèves. Et voilà pourquoi je reste souvent derrière tout le monde: la peur de autres. Mais j'ai surmonté cette peur. Cette occasion ne sera pas présente tout le temps. Je fut donc, contre toute attente, et moi-même surpris, le premier à m'avancer devant la licorne.

celle-ci tressailli en me voyant m'approcher. Mon tigre intérieur ne semblais pas la rassurer. J'avança tout de même, lentement, mais surement. J'était à cinq mètre de la licorne. L'espace d'un instant, je tourna la tête vers notre professeur, n'étant pas rassuré non plus. Mais je tourna à nouveau ma tête vers la créature. Pas d'hésitation en si bon chemin.

Je savais qu'il ne fallait pas être brusque. Aussi, je ne tendis pas ma main tout de suite. à trois mètre de la licorne, je m’arrêta à ce moment, et la fixa dans les yeux. Je lui chuchota quelques mots

-tu t'inquiète? je ne suis pas là pour te manger. à toit de voir. Si tu ne veux pas de moi, fait-le moi savoir et je te laisserai tranquille.

à ce moment là, je leva doucement la main près d'elle, et présenta ma paume. La licorne eu un moment d'hésitation, mais elle commença à la renifler. à ce moment là, je posa la main sur sa crinière. J'étai heureux. Heureux d'avoir pu faire un pas en avant, sans avoir de honte, ni de peur. Avoir sauté sur une occasion, alors que j'en ai loupé des tonnes dans ma vie.

-ça ne te dérange pas si je grimpe sur ton dos? lui ai-je demandé en chuchotant.

La licorne ne bougeais pas. J'ai pris ça pour un oui. Et d'un bon gracieux (des années d'entraînement de saut entre les rochers sous ma gracieuse forme féline eut des effets sur mes capacités humaines), je grimpas sur son dos.

D'ici, je surplombais évidement le reste de l'assemblée. C'était un beau moment. Pas forcément car j'était sur le dos d'une créature rare et sacrée, mais car j'ai passé une étape importante dans ma vie. Mais je ne me sentai pas réellement à l'aise. Quand à l'idée de chevaucher...et je ne sais même pas comment faire. Voyant toute les regards (ou presque) posé sur moi, je me décida de ne pas trop m'attarder. Je caressa une dernière fois la crinière de la licorne et me pencha pour la remercier de ce moment. Après ça, je descendis et regarda Johanna

-Je ne...pense pas être prêt pour chevaucher.

Après ces mots là, je reparti vers les élèves, d'un pas pressé. Être autour d'une foule, petite ou grande...brrr...Une fois dans les derniers rang, à l'abris des regards, je me détendis un peu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniques-revalia.forumactif.com/t1438-ma-presentation-c
Lucien d'Elenor
Lindörwin
avatar
Date d'inscription : 30/05/2013
Nombre de messages : 80
Age : 20

Feuille de personnage
Race: Garou
Dons Élémentaires:
Perfectionnement:

MessageSujet: Re: 1.1 La Nature sous toutes ses formes. [Ancien Cour de Créatures]   Dim 13 Oct - 20:58

La professeure, malgré son air fantasque, semblait plus compétente qu'au premier abord. Pour officier ici, il fallait de toute manière l'être, mais cela n'avait pas empêché Lucien d’émettre des doutes, partiellement dissipés par les réponses formulées aux questions posées. Pour celle du tigre, celles subodorées s'étaient révélées exactes, seulement renforcées par la mention d'une capacité spéciale. N'eut été la brève expérience qu'avait pu avoir l'élève de son mentor, la méfiance aurait pu s'infiltrer au sujet de cette capacité qui pouvait n'être que de la poudre aux yeux. Même à l'académie de magie, pour une personne élevée dans la crainte des dons et un scepticisme relatif il y avait matière au doute. Un appeau pouvait faire l'affaire pour appeler beaucoup d'oiseaux et autres animaux.
Mais une personne qui s'était montrée si tête en l'air ne pouvait jouer sur le mystère sans qu'il y ait quelque part une fausse note.
Le rire incongru qu'elle venait de pousser renforçait cette théorie. Pour un plan basé sur la mystification et les apparences, il ne pouvait y avoir de tels actes qui détruiraient l'effet escompté.

Mlle. Moore se calma cependant au moment de lui répondre, indiquant qu'ils ne pourraient tout visiter, ce qui était en un sens déplorable. Mais comment lui en vouloir, avec un programme basé sur l'exploration ? Elle aurait déjà bien du travail.

Le groupe se déplaça. Qu'aurait subi Ayla dans un tel lieu, à la merci du soleil ? Et où était-elle, par ailleurs ?
Il fallait se reconcentrer, le cours continuait.

Et les notes étaient déclarées inutiles pour cette journée-ci, car tout serait évoqué un autre jour. La moitié des cours serait consacrée à la randonnée, l'autre à l'explication de la randonnée précédente.
La perte de temps lui apparaissait flagrante, surtout avec les déplacements. Mais que pouvait-il y faire ? En tout cas, l'idée d'aller jusqu'à la banquise pour revenir en moins de deux heures le faisait doucement sourire.

Un hennissement retentit. Habitué des chevaux, Lucien fut surpris de constater que les bois étaient leur repaire, ne s'attendant pas à ce que certains se retrouvent ici. Et alors que la professeure allait les chercher, il spécule sur les motifs qu'elle peut bien avoir. N'y a-t-il pas des écuries ?

Et puis, la magnificence des animaux lui coupa le souffle.


Blancs et altiers, ils avaient visiblement leur place au couvert des arbres. La licorne tout du moins, car le pégase... Comment pouvait-il voler ici, gêné par la végétation ? Il ne s'agissait pas d'un moineau.
Coinçant ses instruments d'écriture sous le bras gauche, il les contempla, figé. Les plus beaux pur-sangs qu'il avait vu avaient bien du mal à rivaliser avec ces chevaux dans certains domaines. Ils demeuraient vaguement supérieurs dans certains domaines, mais...
Il était difficile d'exprimer ce qu'il ressentait. De la peur et de la joie, certainement.

Et fascinant de voir qu'il ne s'agissait pas que de contes. Il avait entendu parler de ces animaux, s'était renseigné, mais n'avait jamais cru pouvoir en voir de son vivant.
Les muscles fins mais puissants que cachait la beauté pure de ces animaux étaient remarquables. Les crins de ces équidés étaient fins et semblaient faits de lune plus que de poils.

Les informations qu'il avait eues par le passé étaient complétées par celles qu'il venait d'avoir. Il n'y avait pas réellement de contradiction, mais tout ceci était plus concret, avec la mention du nombre de licornes en vie et de leur lieu d'habitation.
Comment pouvait-on les approcher et les convaincre de se déplacer si loin ?
Il n'y avait pas d'appeau là-dedans...

Tous étaient fascinés. Et puis, une proposition inattendue eu lieu, celle de la chevauchée, qui fit naître trois questions dans l'esprit de l'élève de l'ombre : Pourquoi ? Était-ce pas une blague ? A cru ?
Ils allaient les blesser, certainement. Combien ici étaient habitués à chevaucher, qui l'avait déjà fait ? Comment feraient-ils pour monter sans aide, sans blesser la licorne involontairement ?

Ainsi, Lucien regarda son professeur dans les yeux, un air d'incompréhension sur le visage. Il entamait un geste, ouvrait un peu la bouche avant de la refermer, incapable de parler.
Il ne pouvait se permettre de commencer ce geste, de le faire. C'était trop dangereux, en un sens. Et puis, pourquoi donc faire ça ? Pourquoi proposer ça à des élèves alors qu'elle ne savait pas s'ils étaient capables de bien traiter les animaux ?
Lui-même qui ne s'était jamais vraiment intéressé à leur soin jugeait ça dingue. Il se contentait de galoper, de marcher... de les seller aussi. Mais il montait avec l'aide d'étriers et aidé.

Personne ne s'avançait.

Lucien articula silencieusement la question "Pourquoi ?" en regardant celle qui les avait invité à monter, n'osant rompre le silence qui avait fait suite.

Et puis le tigre-humain s'avança, et le noble détourna la tête, ne voulant pas voir ce qu'il ferait mais sachant ne pouvoir interrompre comme ça le cours. Il aurait pu... peut-être...
La licorne semblait passive. Trop passive, même. Pourquoi ne fuyait-elle pas celui qui lui avait paru si sauvage ? Pourquoi n'entendait-il pas de cris ?
Il se pouvait qu'il soit cavalier émérite... Après tout...

La déclaration du tigre mit fin à cette hypothèse. Il l'avait approchée gentiment, sans geste brusque et avait décidé de mettre fin à tout ceci avant que cela tourne mal.
Quelqu'un pourrait ne pas le faire ; une personne dans l'assemblée pouvait blesser la licorne avec es meilleures intentions du monde, devant laquelle elle ne fuirait pas. Il fallait faire quelque chose.

- Monter à cru ? Comment pouvez-vous savoir que nous ne ferons pas de mal à la licorne, ou même... si nous savons monter ? Nous risquons de la blesser involontairement !

Ces animaux étaient sacrés. Comment les confier à des adolescents comme eux ?
Lucien ne s'avancerait pas. Il pouvait peut-être ne pas lui faire du mal, mais s'avancer vers elle ruinerait ses paroles et pourrait donner confiance à des maladroits.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniques-revalia.forumactif.com/t1416-lucien-d-elenor-n
 

1.1 La Nature sous toutes ses formes. [Ancien Cour de Créatures]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Chroniques de Rëvalïa - Forum RPG dark-fantasy ::  :: Edälia, leader économique humain :: L'Académie de magie d'Edälia :: L'extérieur de l'Académie :: Le Petit Bois-