AccueilGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Lullaby Bones • Adorable croque-mitaine[U.C]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité


MessageSujet: Lullaby Bones • Adorable croque-mitaine[U.C]   Mar 25 Juin - 18:31



Lullaby Bones

 

Informations

Nom Complet :: Lullaby Bones
Âge :: 37 ans
Lieux de vie :: À l'académie
Race :: Nòchtgròbbe (Croque-mitaine)
Grade/Métier :: Concierge de l'Académie
Guilde :: /
Capacité :: Hans Trapp • Croque Mitaine
Hans Trapp est le nom du croque-mitaine. Oui, Lullaby n'est pas réellement une croque mitaine, non la vérité est en elle et comme tous ses frère elle cohabite avec une petite voix, une volonté à l'intérieur d'elle. Très puissant, Hans Trapp a une nature mauvaise et cynique. Il n'hésite pas à émettre son avis sur tous les faits et gestes de sa "protégé". Son but ? La corrompre et la transformer en bête avide de sang et de chair. Mlle Bones est un cas à part dans les gens de sa race.

Derrière l'écran


Quel âge as-tu ? :: 15 ans
Comment as-tu découvert le forum :: Grâce à un vieux monsieur qui a des bonbons dans sa poche et une trotinette blanche
Comment le trouves-tu :: Il m'inspire ! *O*
Double compte :: Nan
As-tu lu le règlement,
si oui la preuve ::
Validé by Shishi
Autre :: Euh... Kamoulox ?

L'habit ne fait
"Attention, sois sage sinon..."


La bêtise humaine conduit bien des gens à se fier aux apparences, à ne garder en tête qu'un physique et se faire dessus une idée parfois fausse. Lullaby est une victime de ces erreurs. Beaucoup pensent qu'elle n'est qu'un clown cadavérique qui cherche a sortir du lot grâce a un maquillage loufoque. Mais la vérité est bien ailleurs.

"Mais revenez enfin! Je voulais juste vous rendre votre... Ho eh puis zut ! C'est toujours la même ! Et vous ? Vous voulez aussi vous... Ah non, c'est juste un miroir. C'est vrai que tu me veux aucun mal toi, reflet. Tu es le seul qui veut bien me regarder dans les yeux, qui veut bien fixer mes noirs iris dans lequel j'ai l'impression de ne voir qu'une mer de chagrin. Mais pourtant, pourtant ! Je pensais que mon grand sourire suffirait à cacher ce regard plein de tristesse. Mais il faut croire que ce n'est pas suffisant. Toi au moins reflet, tu ignore mes défauts. Mes tempes et mes joues creusés, mon grand front insolent, mes petits yeux, mes cheveux ternes et en bataille. Tu ne vois pas non plus ce que le temps a inscrit sur mon visage. Ces marques que tout le monde pense être du maquillage ou un tatouage né dans une folie créatrice. Non, toi tu t'en fiche de ça. De voir ce crâne dessiné sur mon visage, qui est apparut sur ma peau. C'est pas très joli joli. De grands ovales noirs sur mes orbites, un peau plus blanche que celle d'un cadavre, des lèvres tranchés par des traits sombres. Et mon nez, couvert de cet horrible pigment, il ne ressemble plus a rien ! J'étais pourtant fière de mon nez ! Il avait une si jolie forme. Bon, il possède toujours cette jolie forme, certes, mais il est tant gâché par cette immondice que sont ces marques. Leur origine ? J'aime pas trop trop en parler..."

Elle s'était approché du miroir pour s'observer puis brusquement, comme si elle y avait vu une menace elle se recula de deux pas, les yeux rivés sur son reflet, les mains paralysées.

"Je suis effrayante ! J'ai beau m'habiller de robes bustiers et de jolis décolletés rien ni fait, je ne suis qu'un monstre. Pourquoi ? Parce que quelqu'un avec cette tête là ne peut être que ça. Ah ! Si ils savaient, il serait heureux de me connaitre. Depuis toute petite je suis plus grande que les enfants de mon âge et cette différence n'est pas disparue avec le temps. Il n'est pas chose aisé que de se décrire physiquement. Quand je me vois, comme ça... Je ne sais pas vraiment ce que je dois dire. Bon il faut bien avouer que ma poitrine pourrait en faire chavirer quelques un... Bon peut être plus que quelques un d'ailleurs ! Mais si c'était aussi simple que ça. Entre ma silhouette maigre, mes doigts on un aspect presque squelettique. D'ailleurs ! Les marques ne s'arrêtent plus à mon visage. Plus le temps passe et plus ma nuque commence à se teindre de noir, des os blancs se dessinent alors. Pour le moment c'est très léger mais qu'en sera t'il pour plus tard. Mes cheveux d'ailleurs sont aussi un mystère. Il repoussent à une vitesse qui dépasse l'entendement. En une semaine leur longueur peut passer de ma nuque à mes hanches. Il est donc difficile de me définir une longueur de cheveux. Tout comme la couleur d'ailleurs. Je préfère les porter courts question de pratique mais parfois il leur arrive de pousser blanc. Blanc, noir... Rien que cette couleur, partout. Les croque-mitaine sont comme ça, blanc et noir et pas autre chose. Et leur métabolisme est un petit peu un lancé de dé, totalement aléatoire. Du coup, ma santé en prend souvent un sacré coup. Un rhume peut me clouer au lit et un maladie grave me passer dessus sans même m'effleurer, qu'elle tare. Mais je ne suis pas faite que de défauts. Bon, il faut admettre que j'ai de jolies gambettes et une taille fine. Mais ça n'aide pas à passer pour autre chose qu'un macchabée."

Elle retourna à sa chambre, se déshabilla sans grande précaution et se mit face à son armoire, son petit plaisir, sa garde-robe. Là dedans elle pouvait enfin avoir accès à la... couleur !

"Pour travailler, faut bien un uniforme non ? C'est ce que j'ai lu un jour dans un livre. Mais je n'ai jamais bien compris pourquoi est ce qu'il fallait s'habiller. C'est un truc qui m'échappe encore chez les humains, le concept de beauté, de vêtements de... Rooooh ! Avec quoi je m'habille donc ? Eh bien... En tant que concierge je me dois d'être prête à intervenir, me déplacer vite je préfère donc l'utile à l'agréable et donc j'enfile un bermuda cintré qui s'arrête aux genoux, une paire de ballerines confortables, un haut quelconque. Tout dépend bien évidement du temps. Lorsque le vent froid souffle dans les couloirs de l'académie je préfère mettre sur mes épaules ma grande cape noire. Hm... Vous me direz, c'est surement à cause de ça que beaucoup me prenaient pour un fantôme. Mais de toute façon dès que le soleil pointe le bout de son nez c'est pour moi une excuse pour en porter le moins. Rien de trop dénudé... Pas trop trop. Mais lorsque le travail est finit...ou plutôt, lorsque j'ai le droit à une pause je préfère me déplacer dans une robe coloré et fleurie. Parfois courte, parfois longue, cintrée ou ample, c'est selon l'envie. Après tout, il faut changer un peu ! Enfin je crois. J'ai vraiment rien compris à l'intérêt de tout ce bazar."

Elle se choisit une tenue pour le moins banale et alla s'installer sur son petit bureau pour fixer ce qu'elle avait dernièrement écrit dans son cahier à la reliure bleu nuit.
pas le monstre
"...il va venir te manger !"


"Trouble Obsessionnel Compulsif. Un jour quelqu'un m'a dit que j'en étais atteinte et à vrai dire, ça ne me fait ni chaud ni froid. Que sont des mots au final ? Roh, des broutilles ! Ces fameux TOC comme il dit, j'en ai plein ! Je crois même en faire la collection. Peur de marcher sur les lignes, peur des nombres impairs, peur d'être en avance, peur d'être folle, peur de mal prononcer les mots, peur de faire du mal aux autres, tout compter que ce soit lettres, objets ou personnes. Oh, la meilleure, peur du rejet. Peur de faire peur, peur d'être un monstre, peur de prononcer de blesser à cause de mes mots, peur de briser des choses. Les tocs, ce n'est pas rien. Les tocs, c'est un truc qui se passe dans ta tête et tu y peux rien. C'est très frustrant de se rendre compte que tu ne fais pas ça pour le plaisir ou pour te rendre intéressante mais que c'est par pulsion, ça dépasse ta volonté. Mais faut faire avec ! Personnellement je le vie vraiment bien ! Je ne fais plus de crises quand quelque chose qui va à l'encontre de l'une de ces peur se produit. On m'a dit que j'étais malade. Malade non pas physiquement mais dans ma tête. Quelque chose qui dépasse les livres d'étude de la psychologie humaine. C'est dans un grand soupir que j'avais répondu que j'étais au courant. Ha oui ! Je suis malade mais lucide !"

Elle rigola toute seule et se leva pour aller se poser à la fenêtre, s'installant sur le rebord. Le soleil ne s'était pas encore levé mais le matin commençait à pointer son nez.

"Je suis quelqu'un de franc, ça, personne ne pourra le nier. Je n'aime pas tourner autour du pot, j'aime dire ce que je pense mais je ne suis pas bête non plus. Je sais garder pour moi assez de choses pour ne blesser personne. Altruiste, c'est aussi une de mes qualités. Je fais passer le bien être des autres avant le mien, j'ai les bras grands ouverts malheureusement personne ne veut s'y mettre. C'était pas comme ça avant, mais ici ma différence est un handicap. Je fais peur aux élèves, je suis un peu trop solitaire et ça n'aide pas. C'est rarement moi qui fait le premier pas mais... Je suis rarement invité à le faire. Quoi d'autre ? J'aime bien parler de moi aux autres, leur montrer une facette de moi qu'ils ne pensaient pas existante. Je suis fière de ce que je suis et non fière de ce que je sais faire. Pas mégalo' mais bien dans ma peau. Enfin... Ce sont de grands mots pas tout à fait vrais. Etre croque-mitaine, c'est pas un cadeau. En plus de ta tête, il faut que tu subisse mentalement. Car dans ta tête, ce n'est pas comme dans la tête d'un humain. Tu n'es pas seul. Il y a quelqu'un, quelqu'un qui te parler, et qui te pousse à être monstrueux. Aucun de mes pairs n'a jamais cherché à repousser sa vraie nature comme je l'ai fait. Ce n'est pas pour autant qu'elle a disparue cette petite voix. La mienne se nomme Hans Trapp. C'est elle qui me fait avoir des moments d'absence mais c'est aussi elle qui me pousse à faire des choses que je pensais impossible. Mais quoi qu'il arrive, c'est elle que je ne dois jamais écouter."

Histoire
"It hurts to set you free
But you'll never follow me"
The End by The Doors on Grooveshark


Si seulement tout était aussi simple. Les gens ne comprennent rien à ce que l'on est  ! Ils nous traquent, nous chassent, nous tuent... Pourquoi... ? Pour satisfaire leurs désirs de vengeance ! Protéger leurs peuples ?! Pauvres cons ! Je connais la vérité sur nous. Les Nòchtgròbbe, ou plus couramment appelés Croque-mitaine sommes installé sur ce continent depuis tellement d'années. Raconter des histoires n'est pas notre fort, des choses se perdent avec le temps. Nous vivons en tribu dans la forêt profonde, loin des autres peuplades. Nomades, nous nous déplaçons au gré du temps, des intempéries, des migrations et des chasseurs. Tout une hiérarchie au sein des groupes a été instauré depuis la nuit des temps. La loi du plus fort domine notre tribu. Nu, nous nous nourrissons de ce que nous trouvons végétaux comme animaux. Nous communiquons grâce à une langue qui nous est propre. L'écriture ne fait pas parti de nos capacité mais nous savons dessiner et utiliser des symboles essentiels comme "attention" ou "piège". Lors de l'hiver nous nous couvrons de peau de bête. Tout allait bien, nous servions de mythe aux elfes pour interdire aux enfants de pénétrer dans cette foret. Mais un jour, tout changea pour nous. L'un des notre s'emporta, prie d'une grande folie, il quitta le bois et courut sans s'arrêter. Deux jeunes créatures sylvaines se mirent sur sa route et furent décapiter sur le champ. Le sang éclaboussa les plantes aux environs et leurs têtes roulèrent sous les yeux de leur parents qui, par vengeance l’exécutèrent sur le champ. Il ne fallut pas longtemps pour identifier l'origine de la créature. Un Nòchtgròbbe, facilement identifiable par son dos voûte, son aspect animal et négligé, la longueur de ses ongles et surtout les tatouages en forme d'os sur la plupart de son corps. Ses iris jaunes orangés sur une rétine noire... La chasse était désormais ouverte. Leur objectif ? Traquer, capturer et exécuter chacun de mes frères et sœur. Leur réaction ne fut pas qu'une simple fuite ou une déclaration de guerre. La vraie nature des croques-mitaine se réveilla en eux, leurs voix s’exclamèrent au travers de leurs esprits. Tout changea dans la forêt. Plus personne ne raisonnait, tous fuyait les chasseurs et lorsque l'un d'entre eux les trouvait, ils se jetaient sur lui pour le dévorer. Plus mes frères laissaient leur voix les posséder, plus les marques sur leurs corps se développaient. Cela a eu lieu il y a déjà deux bonnes centaines d'années et c'est la seule histoire que les mères racontent à leurs enfants dans notre peuple.



J'ai donc vu le jour, petite dernière d'une fratrie de cinq garçon j'ai passé les dix première années de ma vie dans la quiétude du clan, me comportant comme un homme et tenant tête à mes frères. Ma mère avait l'unique rôle important de la tribu que l'on accordait aux femmes, guérisseuse. C'était elle qui avait pour lourde charge de prévoir les déplacements du groupe et soigner les malades. Pour elle, la forêt était une immense pharmacie à ciel ouvert. J'étais voué à devenir comme elle, elle devait me transmettre son savoir mais à mon âge, je pensais plus à me battre, à laisser exploser mon pouvoir qu'à écouter des cours sur les plantes curatives. Je l'ai d'ailleurs regretté. J'avais douze ans quand l'alerte fut sonné, en pleine nuit, ils nous avaient trouvé. "Mais qui maman ? Qui ?". Elle n'eu même pas le temps de me répondre qu'une flèche vint se ficher dans sa poitrine, la faisant tomber à la renverse. Je n'eu même pas le temps d'amortir sa chute, elle était déjà partie pour les plaines de lumière. Tous les croque-mitaine pensent qu'après la mort c'est là bas qu'ils iront, vivre une vie paisible et pacifique. Mais rien dans ma tête ne laissait le temps à la rêverie. C'était un réel carnage. Certains fuyaient, d'autres chargeaient et plus l'affrontement durait, plus les morts se faisaient nombreux. Les flèches des elfes faisaient mouche à chaque fois mais de l'autre, les déchaînés réduisait en un tas de chair inerte toute créature à longue oreille qui se mettaient sur la route de leur folie. C'est là qu'il se réveilla.

"Hans ! HANS ! SORS DE LA !!"

Moi qui avais conservé une peau humaine depuis tout ce temps, moi qui avais observé la transformation de mes frères sans pour autant y participer. Moi qui m'étais promis de pas faire de bêtises avec ça, de ne jamais l'utiliser il a fallut que je cède. Hans, un homme immense aux cheveux fins couleurs corbeau tombant jusqu'à ses pieds. Il n'a pas de visage, toujours masqué par les ombres et par sa chevelure  geai. Il ouvrit ses yeux, j'entendais son petit rire sarcastique résonner dans ma tête. Ce léger murmure se changeant peu à peu en un hurlement, une cacophonie dans mon crâne. J'ai même pensé, l'espace d'un instant que mon cerveau allait exploser. Nous sommes des animaux et nos croque-mitaines n'hésite pas à nous le rappeler. Succomber à eux ce n'est pas que l'apparition de marques... C'est enfin libérer le pouvoir enfermer en chacun d'entre nous. Mais cela à un coût, notre liberté. Pour quelques minutes de toute puissance nous sacrifions des parties entières de nos esprits. C'est à peine âgé d'onze ans que je fit la découverte de ce que tous appelaient "le fou". Une intense rage parcourut chaque vaisseau de mon être, je sentais la force grandir dans mes muscles. Mais c'était différent, différent des autres. Je ne devenais pas un immense monstre... Mes yeux brûlaient, je voyais le monde différemment, en rouge désormais brillait le sang des autres. Un rouge vif et profond qui brûlait ma rétine. Une flèche fut décoché avec pour but de me planter, elle siffla si fort qu'elle faillit perforer mes tympans. Ce fut un massacre. L'archer en question fut démembré sous le regard figé de ses pairs. Ils tirèrent sur leurs rênes, ils avaient de toute façon terminé le travail. Hans hurlait ! Il en voulait plus ! Il voulait les bouffer. D'un "non" autoritaire je lui clouait le bec. La paix revint en moi, mon visage était marqué désormais. Tous mes frères et sœurs étaient morts, seuls quelques survivants avaient survécut et avaient fuit si loin que les chercher serait vain. A onze ans d'enfant j'étais passé à tueuse. Mes mains couvertes de sang me dégouttaient. Apeuré je me mis en quête d'un abris, loin du carnage. C'est en bordure de cette obscure forêt que je pus installer un campement de fortune avec quelques branchages.


Et pendant six ans je vécut ainsi, me nourrissant de la chasse ou de la pêche, dormant dans un abris aménagé en haut d'un arbre centenaire. Je passais mes journées à étudier ce qui m'entourait, observer, tester. Je parlais beaucoup aussi. Avec Hans. Il disait que j'aurais du brûler les cadavres plutôt que de fuir mes responsabilité. Il faisait des paris sur combien de temps il me restait à vivre. "Tu sais chérie, tu pourrais être si heureuse si tu m'écoutais un peu pour une fois. Non ?". Hans n'est pas une simple voix, il a son propre vocabulaire, ses propres manière, son caractère. Flambeur, dragueur, menteur, cynique, foncièrement méchant et cruel, avide de liberté et de puissance. Dans notre clan, il est normal pour nous de céder au croque Mitaine en nous... Troquer la puissance contre les chaîne. Il arrive à un âge ou chacun d'entre nous cède complètement, on appelait cela la maturité. A ce moment là, la personne en question quittait la quiétude du clan pour rejoindre ses semblables dans la meute et s'enfoncer plus loin encore dans la forêt. Mais un jour le calme de ma vie fut brisé. Un filet s'abattit sur moi, quelques heures plus tard je me réveillait ligoté. Il faisait nuit, mes ravisseurs était autour d'un feu à rire grassement et à parler fort. De libre je venais de devenir une marchandise. Mes geôliers ? Des espèces de chasseurs de tête. Ils parlaient, parlaient mais je ne comprenais rien. Ils étaient... quatre. Deux qui se ressemblaient comme deux gouttes d'eau, un troisième à qui il manquait un bras et au regard lubrique et le quatrième, un homme calme et un peu en recul de ses compagnons. J'avais beau me débattre le métal était bien plus résistant que moi et je me suis vite résolu à abandonner la fuite. Je n'étais pas si mal traité pendant ces mois à les suivre, baillonée et attachée. Ils me nourrissait, tentait de m'apprendre leur dialecte et... se servaient de moi comme d'un objet. Un appât pour la chasse, un joujou sexuel, une table basse et j'en passe. Aujourd'hui je peux en parler avec détachement mais c'était... une horreur pour moi. Imaginez vous passer de votre vie paisible au sein de votre famille à ça ! Un calvaire, j'aurais préféré mourir que de continuer à être un esclave. Mais une porte de sortie apparut, un voyage. Je n'avais aucune idée de notre destination et malheureusement

XXX


XXX

© FICHE CRÉÉE PAR REIRA DE LIBRE GRAPH'
Revenir en haut Aller en bas
L'Ankou
Edälia
avatar
Date d'inscription : 12/02/2009
Nombre de messages : 147
Age : 23
Lieux d'influence : Et si t'arrétais de poser des questions bètes, hum?
Activité : Toi, ton job, c'est de me poser des questions inutiles...

Feuille de personnage
Race: Humain
Dons Élémentaires:
Perfectionnement:

MessageSujet: Re: Lullaby Bones • Adorable croque-mitaine[U.C]   Jeu 1 Aoû - 14:52

Tu es la première victime de ma nouvelle fonction Twisted Evil 

J'ai pas l'impression qu'il manque grand chose, mais je suppose que les XXX dans l'histoire c'est pour dire que t'as encore quelque chose à écrire. Je me trompe ? Sinon pour le reste j'ai pas l'impression qu'il y ai de problème mais je compte encore lire plus précisément, là j'ai juste survolé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniques-revalia.forumactif.com/t1304-l-ankou-tremblez-
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Lullaby Bones • Adorable croque-mitaine[U.C]   Ven 2 Aoû - 14:26

En effet l'histoire et le mental sont innachevé, je me suis un peu perdue dans l'histoire et je n'arrive donc plus à avancer aussi rapidement que je le voudrais. J'y bosse chaque jour un peu, je fais mon possible pour pas trop trop prendre mon temps x)
Revenir en haut Aller en bas
L'Ankou
Edälia
avatar
Date d'inscription : 12/02/2009
Nombre de messages : 147
Age : 23
Lieux d'influence : Et si t'arrétais de poser des questions bètes, hum?
Activité : Toi, ton job, c'est de me poser des questions inutiles...

Feuille de personnage
Race: Humain
Dons Élémentaires:
Perfectionnement:

MessageSujet: Re: Lullaby Bones • Adorable croque-mitaine[U.C]   Ven 23 Aoû - 15:49

Deux choses, ma chère Lullaby Smile

D'une part le règlement stipule que quand on prend plus d'un mois pour compléter sa fiche on se fait jeter. Bon là elle est quand même bien conséquente donc je n'agirais pas dans ce sens (et puis Shitennô m'enverrai paitre Razz) mais je viens quand même te mettre un coup de pied aux fesses : ça traine, ça traine, et faudra p'tet finir par s'y mettre (surtout que, j'adore, dans le commentaire, le "Il m'inspire" très paradoxal xD ).
D'autre part vu que t'es pas validée tu n'es pas recensée, donc hâte toi d'avancer et d'aller le faire. Si Milo se met à faire le tri, il se peut bien que tu passes à la trappe à ce moment ^^

Voilà voilà.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniques-revalia.forumactif.com/t1304-l-ankou-tremblez-
Myrddin
Directeur de l'Académie
avatar
Date d'inscription : 10/12/2008
Nombre de messages : 385
Age : 25

Feuille de personnage
Race: Humain
Dons Élémentaires:
Perfectionnement:

MessageSujet: Re: Lullaby Bones • Adorable croque-mitaine[U.C]   Ven 23 Aoû - 16:45

Surtout que Milo, il adore supprimer les gens.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniques-revalia.forumactif.com/t1854-myrddin-en-cours
Date d'inscription : 28/04/2010
Nombre de messages : 314
Age : 26

Feuille de personnage
Race: Célestin
Dons Élémentaires: Ombre
Perfectionnement: Voie du Sage ~ Ombre

MessageSujet: Re: Lullaby Bones • Adorable croque-mitaine[U.C]   Ven 23 Aoû - 18:43

Donnons lui une semaine et si il n'y a pas de réponse d'ici là, on appliquera le règlement.

~~~~


I still want to stay here...
I dont want to die...


Thème Musical
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniques-revalia.forumactif.com/t1322-votre-chapelier-e
 

Lullaby Bones • Adorable croque-mitaine[U.C]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Chroniques de Rëvalïa - Forum RPG dark-fantasy ::  :: Présentation de votre personnage :: Fiches Sans-Suite-