AccueilGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Attention mesdames et messieurs, dans un instant ça va commencer ! [Cours d'Ombre 1, 1ères années] [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nombre de messages : 299
Age : 26
Don / Pouvoir : Maîtrise de l'Ombre

Feuille de personnage
Race: Célestin
Dons Élémentaires: Ombre
Perfectionnement: Voie du Sage ~ Ombre

MessageSujet: Attention mesdames et messieurs, dans un instant ça va commencer ! [Cours d'Ombre 1, 1ères années] [Terminé]   Mar 9 Juil - 12:10

Interlude II: Into The Shadows by Vernian Process on Grooveshark

- Bien, bien, bien, bien et bien ! One, two...one, two, three, four !

Tapant sa canne sur le sol d'obsidienne de l'espace élémentaire d'ombre, Shitennô se mit à bouger doucement sa tête de gauche à droite, comme si il entendait un léger rythme provenant d'une musique se situant dans son esprit. Lentement, très lentement, jusqu'à finir par partir en transe et en relevant légèrement ses manches, commença les préparatifs de son premier cours, mais en rythme je vous prie ! Bougeant sa canne dans tous les sens, il créa une immense table noire via la cristalisation, puis la détruisit, hésitant entre une table ronde ou une table carrée, hum choix difficile...Mais non ! C'est simplement trop mainstream ! Va pour une table en forme de losange, histoire d'innover un peu nom de nom ! Pour les chaises ? Ovales ? Carrées ? Hum le cristal ne se marie pas toujours bien avec le cristal, il manquait un petit quelque chose de peu ordinaire. Et pourquoi pas un cours où tu es à l'aise quand tu poses tes fesses pour écouter ? Cela changerait de d'habitude non ? Faisons donc ceci ! Il claqua des doigts et les canapés noirs se trouvant dans ses propres appartements firent leur apparition. Quelques coups de pieds désinvoltes pour les pousser et hop le tour est joué ! Well...Si on passait aux choses sérieuses ? Se téléportant en prenant à chaque fois une pose différente, il plaça à chaque endroit de cette table, des petites assiettes, disposées stratégiquements, exactement au bon endroit et pas quelques centimètres en plus ou en moins, non monsieur ! Et il ne vous met pas de la bouse de dragon le professeur, de la porcelaine venant tout droit des plus grands fournisseurs de la noblesse je vous prie ! Du chinois, oui, du tinois de tine, avec de formidables motifs d'oiseaux s'envolant, car...c'est poétique ! Vient ensuite les tasses, toujours dans ce même motif, transportées dans une immense colonnes de tasses, comment les tenir ainsi en équilibre, mystère ! C'est Shitennô, ne posez pas de questions ! Les plaçant avec un plaisir non dissimulé dans cette transe étrange, il ne manquait plus que la théière dans ce même genre et il la sortit...de son manteau. Oui, c'est normal, tout le monde possède une théière dans son manteau, c'est la mode des chapeliers voyez vous. Une petite téléportation de présentoir à patisseries et ce sera parfait. Un présentoir en forme de pyramide à degrés et les patisseries parfaitement adaptés à la saison actuelle, hum...Perfect !

Remettant ses manches en place, cessant de danser, reprenant sa canne bien en main, il était temps de commencer. Fermant les yeux un petit moment, il se concentra sur les différentes auras présentes dans l'académie et téléporta sur ce magnifique canapé, toutes les premières années d'ombre. C'était l'heure après tout ! Sourire en coin comme à son habitude, il se présenta en s'inclinant respectueusement, malgré son air totalement...disons original, il avait une certaine élégance.

- Bienvenue à votre premier cours chers amis. Il est vrai que vous auriez pu savoir à l'avance où aller, mais ça aurait été moins amusant. Mettez vous à l'aise, prenez une patisserie, du thé, j'ai un excellent Darjeeling ou du karkadé pour les amateurs de thé rouge !

Sortant une autre théière, mais dans un style beaucoup plus oriental, il la posa sur la table dans un sourire, avant de se servir une tasse et de la boire cul sec dans un sourire...oui cul sec, comment ça c'est brulant ? Détail ! Reprenant, comme si de rien n'était, il continua les présentations.

- Pour ceux qui ne se rappellent pas de moi, je suis le professeur Shitennô Bachiatari, votre professeur d'ombre et donc votre référent. Ensemble, nous allons apprendre les voies de l'ombre et bon sang ce qu'il y en a. L'ombre est puissante et polyvalente, mais également très dangereuse. Si vous n'avez pas la maitrise suffisante, y compris au niveau du mental, vous serez autant un danger pour vos ennemis, que pour vous et vos amis. La première personne se transformant en démon sera exécutée ♥

Regard effrayant, sensation de terreur provoquée par cet unique oeil visible, ce type avait un certain don pour détruire toute forme d'assurance ou de courage, après tout...il n'était pas professeur d'ombre pour rien. Fermant les yeux, il se mit à sourire avec un air amusé et fit parler sa poupée posée sur son épaule.

- T'as fini de raconter des horreurs ?!
- Oh ? Pardonnez moi de vous avoir effrayée mademoiselle Sayuyu !


Pas encore de crises de folies ? Bon signe, il leur faudrait un certain mental pour avancer après tout.

- Plus sérieusement, l'ombre est très dangereuse et plus vous avancerez, plus votre discipline devra augmenter. L'ombre est tel votre frère jumeau ou votre soeur jumelle, elle vit en vous et est née avec vous. Apprenez à la comprendre et entrer en symbiose avec elle et vous gagnerez en puissance. Comprenez là et vous découvrirez bien plus que vous ne le croyez sur votre élément. Imposez lui des limites et elle ne vous dévorera pas. L'ombre peut vous apprécier, mais c'est un requin, à vous de montrer votre volonté pour ne jamais être considéré comme un esclave. Soyez le manieur de l'ombre, pas son instrument.

Shitennô laissa un peu de temps aux autres pour assimiler tout ce qui avait été dit, puis se jeta d'un bond sur le canapé en face des élèves. Il attrapa dans ce même saut, une tasse, une théière et sans en renverser une goutte, se servit du karkadé, en le dégustant cette fois ci. Puis, une fois son délice fini, il attrapa une patisserie et la goba sans plus de cérémonies, avant de continuer ses explications.

- Cette année, nous apprendrons les bases de l'ombre, à savoir la matérialisation, en commençant par la défense, car la meilleure attaque c'est la défense...ou l'inverse ? Bref, des questions avant de commencer à nous amuser ? ET BON SANG ! Mangez ces fichus gateaux, ils ne sont pas là pour la décoration !

Matière particulière, professeur particulier, ce type n'avait rien de commun, rien de prévisible et rien de logique. Le genre de personne vous mettant mal à l'aise, surtout quand on ne sent pas sa présence dans la pièce. Mais malheureusement pour eux ou heureusement, qui sait, ils n'étaient pas au bout de leurs surprises.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniques-revalia.forumactif.com/t1322-votre-chapelier-e
Nombre de messages : 80
Age : 20
Don / Pouvoir : Rossignol philomèle
Année d'étude : - Première Année

Feuille de personnage
Race: Garou
Dons Élémentaires:
Perfectionnement:

MessageSujet: Re: Attention mesdames et messieurs, dans un instant ça va commencer ! [Cours d'Ombre 1, 1ères années] [Terminé]   Mar 9 Juil - 14:40

Dédale immense dans une obscurité infinie. D'où vient la lumière là où les géodes d'obsidienne sont légion ? Où est le jour, et où est la nuit ? Où suis-je censé dormir ? Les sens n'obéissent plus à leur propriétaire, et nul ne peut croire en son voisin.
Si tant est qu'il y en ait.
Lucien était bien seul dans la tour de l'ombre, perdu entre des portes et sa clé. Un escalier infini et alambiqué lui faisait face, et il ne se souvenait plus de la manière à laquelle il avait eu recours pour déposer ses affaires.
Se transformant en rossignol, le garou tenta de trouver un raccourci, pour se perdre dans l'étrange géométrie de la tour qui avait sa propre logique. La géométrie pourrait elle ne pas être euclidienne en ce lieu ? En tout cas, il n'y avait pas le moindre sens dans cet endroit.

La fatigue commençait à prendre les ailes du métamorphe, qui abandonna vite sa forme en trouvant un appui. Alors, regardant la serrure, il soupira et commença à tenter de la crocheter, par dépit. Il en avait marre de tourner en rond dans cet univers chaotique, et doutait de la santé mentale du professeur qui avait mis ça en place. Une journée passée dans la tourmente, soit. Un autre moment où rien n'allait, non. Pourquoi devait il passer son temps dans un tel lieu, alors qu'il pourrait fort bien avoir mieux ? Et puis, il n'avait pas vu le moindre autre élève dans sa maison. D'un côté, cela lui rappelait l'époque où son précepteur s'occupait de lui seul, et il ne devrait pas être dépaysé. Mais là, il ne voyait pas pourquoi il y avait besoin de tant de portes. Une seule à son nom suffirait, pas avec un symbole dont la seule différence avec les autres portes tenait à un détail minuscule.

Après tout, si tenter d'entrer de manière normale conduisait à retourner en bas, il doutait que ces portes disposent d'un bon système de sécurité contre les rossignols. Ses outils de crochetages lui ouvriraient la voie pour qu'il puisse se reposer un petit moment, non ?
La porte s'ouvrait finalement, et Lucien allait quitter les ténèbres pour un bon lit.


Soudain, la fumée se densifia et une odeur nauséabonde se forma. La porte s'arrêta en chemin, et semblait soudain faite d'une texture humaine mais suintante. Ses instruments se cassèrent, et la température descendit d'un coup. Des chuchotements fous emplirent l'air, et une immense force d'attraction se fit sentir, portant les pieds de l'inconscient vers l'ouverture qu'il avait créé. Incapable de crier, il s'approcha d'une zone visiblement brûlante, qui n'avait pas été créée pour qu'un noble comme lui y aille.
Une terre dévastée lui faisait face, en bas. Il tombait à présent vers la mort, dans un torrent de lave où des geysers de magma dansaient autour de pierres calcinées par la chaleur ambiante. Les cheveux de Lucien se collèrent à sa peau rougie, et ses vêtements moites devinrent très rapidement inconfortables.

Lentement, son corps rétrécit et se couvrit de plumes, dans une opération familière mais épuisante et désoriente. En perdant ses repères, il pouvait mourir aisément dans cet enfer mais cela valait mieux que le trépas par chute et calcination. L'oiseau tomba, et se redressa au dernier moment, pour ne subir que des dommages partiels, mais tout son corps souffrait. La chaleur était bien plus intense sous cette forme aviaire, et sentir sous lui cette terre brûlante était exténuant.

Que faisaient donc ces portes ? Où était il ? Quels pouvoirs avaient elles ?
Il demanderait à ses parents un sac de couchage et trouverait surement un bon lieu pour dormir près du dojo. S'il n’emménageait de manière permanente à l'infirmerie à cause de sa curiosité.

Annulant la transformation, et souffrant encore à cause de celle-ci, Lucien se redressa, gémissant. Au loin, il croyait voir un pilier de pierres rouges.
Qu'il soit encore en vie et que les geysers ne l'aient pas atteint était un miracle.


L'errance de l'élève ne fut cependant pas bien longue, car il sentit une nouvelle fois l'action d'une étrange magie sur lui, qui arrachait son corps à son emplacement prévu, pour atterrir sur un magnifique canapé noir. La différence de luminosité l'assomma un moment ; il était passé de l'éclat des flammes à la pénombre impénétrable. Une voix aux accents fous résonnait, et emplissait tout l'espace. Son premier cours d'Ombre était finalement arrivé.
Des pâtisseries et du thé, pour le brave aventurier qui avait échappé à l'enfer, semblaient comme une manne inespérée. Attendant un peu que ses yeux s’accommodent, il se servit un thé brûlant, le trouvant à la température idéale. Il avait encore froid, à cause du changement de température qui avait faillit le terrasser, et était finalement content d'avoir quelque chose d'aussi chaud, qu'il avala donc sans véritablement sourciller. Le karkadé était bon, les gâteaux aussi. Son professeur providentiel l'avait sauvé d'une mort certaine et en plus, il savait recevoir !

Il ne demeurait pas moins fou, et effrayant. Le spectacle de ce borgne, une poupée sur l'épaule le faisait tressaillir. Sa sœur avait eu des poupées, mais toutes étaient plus belles que cette horreur. Il avait maîtrisé l'élément le plus dangereux et était finalement sorti de son apprentissage vivant, mais en avait payé le prix.
Puisque la Lune lui avait attribué de tels pouvoirs, liés à l'ombre, il devrait faire avec et se montrer prudent. Sa curiosité et son envie de travailler ses capacités risquaient cependant de ne pas faire bon ménage avec la discipline exigée.
Se transformer en démon était un résultat peu enviable. Les d'Elenor n'aimeraient pas que leur benjamin deviennent le premier démon-rossignol connu au monde.
Il se retint de rire à cette pensée au moment où la poupée parla ; le pauvre avait les nerfs à vif, à cause de son aventure dans le feu et dans la tour de l'ombre.

Il reprit un gâteau, veillant à paraître agréable à l'hôte en n'étant point glouton. Sa famille avait bien veillé à ce qu'il soit irréprochable. Le thé était bien bon, et il était étonné de plus en plus par son professeur si particulier.

L'ombre était dangereuse. Il devrait la maîtriser, ou il ne serait plus.
Ils commenceraient par la défense, un bon choix assurément, pour pouvoir pallier les prochains sorts offensifs et pouvoir s'entraîner sans grand danger. Derrière sa folie apparente, le professeur était sensé. Il valait sans doute mieux le laisser parler, même s'il donnait une opportunité pour des questions.

Il se souvenait que ses précepteurs n'avaient jamais apprécié d'être interrompus. Il ne commettrait pas de bévue et resterait coi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniques-revalia.forumactif.com/t1416-lucien-d-elenor-n
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Attention mesdames et messieurs, dans un instant ça va commencer ! [Cours d'Ombre 1, 1ères années] [Terminé]   Ven 12 Juil - 0:08


Le premier cours de l'ombre débuta enfin. Le jeune homme entendit une musique douce et apaisante, et vit cette pièce remplie d'accessoires et de meubles de luxe. Tout son stress partit d'un seul coup comme par magie. Pas étonnant, ce devait être la magie de l'art. Pour compléter le tout, des gâteaux et du thé étaient posés sur chacun des tables. Pourtant, presque toutes restaient encore inoccupées, et Scarlett trouvait que c'était du gâchis de les laisser comme ça. Le professeur nous fit signe de nous asseoir et de déguster ces bons petits plats tout en écoutant ce qu'il avait à dire sur la maîtrise de l'ombre.

Lightning se souvenait parfaitement du visage et de la voix de cet homme comme s'il avait rencontré cette personne le jour précédent. Comment pouvait-il oublier celui qui lui avait sauvé la vie ? S'il n'était pas venu à son secours à ce moment-là, Lightning ne serait pas à l'Académie d'Edälia à l'heure qu'il est, mais encore dans cette prison... Oui, dans cette prison... Lightning se faisait frapper tous les jours et dormait contre le mur, accroupi et enchaîné des bras jusqu'aux jambes. Le pain pourrissait et l'eau s'évaporait à une vitesse phénoménale à cause de la chaleur. Des rats et des insectes lui volaient son unique repas du soir. Il préférait mourir tout de suite que de souffrir davantage mais le démon l'en empêchait à chaque fois qu'il tentait de mettre fin à sa vie donc il décida de ne plus se nourrir jusqu'à ce que le mage de l'ombre arriva dans sa cellule pour sceller son démon.

Il lui dit avant de reprendre sa route :
<< Attends l'annonce de l'ouverture de l'Académie d'Edälia ! Une fois ce jour viendra, rends-toi là-bas et certains d'entre eux sont des mages très expérimentés. Ils vont t'apprendre à maîtriser ton pouvoir ! >>

Le jeune homme l'arrêta et lui demanda pourquoi faire tout ça alors que tous les deux c'était la première fois qu'ils se rencontraient. Lightning était persuadé que tout le monde ne pensait qu'à utiliser les autres pour leur propre profit mais cela n'avait aucun sens pour lui qu'un parfait inconnu viendrait en aide à un meurtrier de son espèce sans rien lui demander en retour.

L'homme à la canne se justifia qu'il était venu uniquement pour le démon qui était en lui, puis répliqua par la suite :
<< Si tu tiens vraiment à ne plus blesser personne, arrête de te plaindre et commence par devenir plus fort ! Sache que tu es le manieur, et non son instrument, n'oublie jamais cela ! >>

Après ces mots, Lightning faisait la promesse de vivre, de combattre le mal, de parfaire son pouvoir. Ses souvenirs prirent fin au moment où le professeur Bachiatari expliqua aux élèves la matérialisation défensive et leur demanda de manger ces fichus gâteaux. Lightning n'hésita pas à engloutir un panier entier de sucreries : cela faisait longtemps qu'il n'avait plus manger de telles délices. Bien qu'il n'aime pas trop le thé, il buvait tout pour faire descendre le reste dans son estomac.

Après ce petit goûter, Scarlett leva la main et posa une question au professeur :
<< Professeur, pourriez-vous nous expliquer comment nous sommes censés faire pour créer quelque chose à partir de rien ? >>

Notre cher professeur ne faisait que de sourire depuis un moment, et Scarlett sentait déjà que cela ne va pas être un simple cours comme les autres...



Dernière édition par Lightning XXI Scarlett le Lun 29 Juil - 20:20, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Nombre de messages : 299
Age : 26
Don / Pouvoir : Maîtrise de l'Ombre

Feuille de personnage
Race: Célestin
Dons Élémentaires: Ombre
Perfectionnement: Voie du Sage ~ Ombre

MessageSujet: Re: Attention mesdames et messieurs, dans un instant ça va commencer ! [Cours d'Ombre 1, 1ères années] [Terminé]   Ven 26 Juil - 20:25

Sourire mauvais en coin, le professeur jouait parfaitement le rôle du parfait mage noir. Son seul oeil visible créait une sensation de panique, il avait des airs digne d'un sadique profond, mystérieux, puissant...et pourtant, penser ceci serait trop simple. Shitennô Bachiatari était un Célestin et de ce fait, il ne réagissait, ni ne pensait, comme les humains. Ses expressions, ses grimaces, ses sourires, ses postures, tout ceci n'était qu'un masque pour sembler "normal" aux yeux de ses élèves. Il a l'air d'un taré profond vous dites ? Et bien c'est déjà plus normal selon lui, ce qu'il était vraiment. Comment réagiriez vous si vous ne pouviez pas comprendre les réactions d'une personne ? Si il n'était que glace, ne possédant ni ying, ni yang ? Vous vous demanderez si il existe vraiment, surtout qu'aucun être sur ce monde ne pouvait sentir sa présence, à se demande si il était réel. Mais si vous pensiez que ce professeur n'est que rêve ou cauchemars, vous vous mettez le doigt dans l'oeil chers élèves ! Votre vie est liée dés à présent à la sienne et vous connaitrez bien des joies...comme des horreurs.

C'est une excellente question Lord Scarlett, en réalité on ne peut rien créer...à partir de rien. C'est connu, prouvé et véridique, même moi je suis d'accord avec cette logique et seule la lune sait à quel point la logique est barbante à mes yeux ! Mais l'ombre n'est pas rien mes agneaux, l'ombre est tout et rien, nuance ! Je m'explique.

Tapant sur le sol avec son baton, il déplaça soudainement toutes les ténèbres d'une zone, pour en faire un gigantesque mur qui l'entourra, lui et ses élèves, avant de les replacer exactement au même endroit. Puis il tendit la main et fit sortir de sa propre peau, une sphère noire, qu'il laissa léviter pendant un moment, avant de la faire exploser en refermant sa main. Le professeur observant ensuite les réactions avant de sourire comme à son habitude et reprendre son explication.

L'ombre se trouve tout autours de vous, c'est ce que l'on nomme...les ténèbres. Un coin sombre peut vous dissimuler, mais vous pouvez aussi faire venir cette noirceur créée par la lumière pour en faire une arme ou au contraire, une protection. Amusant de se dire que l'on considère la lumière comme contraire aux ténèbres, après tout...l'obscurité est créée par ce qui est lumineux, la nuit vient après le jour, il n'y a pas de négatif sans positif et inversément. Ceci est de la manipulation chers enfants, donc créée à partir d'une ombre...visible. Aujourd'hui nous allons créer à partir de rien, donc de l'ombre invisible, c'est à dire...votre ombre. Si vous pensez que l'ombre n'est qu'énergie, vous faites erreur, comme passablement d'êtres humains. L'ombre ou n'importe quel élément, est entité ! Elle vit en vous, la matérialisation demande donc que l'on puise dans cette force qui vous fait vivre, car sans cet élément, chers surdoués...vous ne survivrez pas. Un don ou une malédiction ? A voir.

Il fit une pause, puis observa tour à tour ses élèves, analysant chacune de leurs réactions et observant leur élément se réveiller très lentement. Lightning, comment vas tu depuis la dernière fois ? Hum, amusante petite histoire qu'est la tienne, tu as tout perdu mais tu t'accroches ? Qu'est ce donc ? De l'espoir ? De la naiveté ? Du courage ? De la stupidité ? Le Célestin avait encore beaucoup à apprendre des humains et ce jeune garçon serait merveilleux à étudier. De loin bien entendu, Myrddin tenait à l'intimité de ces chers petites têtes blondes. Il observa un petit moment le colier se trouvant autours du cou du jeune homme, dire qu'il avait improvisé un sceau sur le moment alors que Myrddin trouvait que cette création était un chef d'oeuvre. Un simple petit bijou qui allait parfaitement à un noble et il avait simplement rajouté un sceau moyen pour contenir ce démon, pas comme si c'était un monstre majeur après tout...mais il devrait peut être prendre ça plus au sérieux. Après tout, l'ombre renforce ce genre de créatures et il ne voulait pas que son élève soit un esclave. Un jour, il devrait choisir entre sa propre force et celle de cet être, cédera t'il à la facilité ou deviendra t'il un élément plus que prometteur ? Que de questions, si peu de réponses, motivant !

Ce cher Lucien d'Elenor, un vrai petit oisillon tout perdu dans cet immense océan sombre. Et pourtant, il n'avait rien d'un garou, c'était un noble, un vrai de vrai, un pur, de la vieille école. Pourtant il avait quelque chose, un pouvoir immense, du potentiel en ombre, le faible ne l'est jamais en réalité. Il avait déjà séduit la vampire la plus dangereuse de cette académie après tout, malgré son côté si innocent. Peut être était ce sa naiveté et sa blancheur, voir noblesse d'âme, qui feraient la différence dans ces temps sombres, ces périodes de choix et de décisions qui changeraient l'avenir du royaume. Un grand destin ? Il n'était pas un devin, mais il savait reconnaitre les auras et le potentiel. Lucien, sais tu seulement qui tu es ? Il devrait avoir une petite discussion avec lui, le moment venu bien entendu.

Vous allez devoir utiliser l'ombre vivant en vous, vous aurez deux solutions, soit arriver à découvrir cette entité et communiquer avec elle pour obtenir sa force de son propre gré, donc un pret de puissance. Soit vous allez devoir la forcer à vous donner sa force, ce qui n'est guère conseillé. Vous entrediendrez, pour les plus sensibles à cet élément, une véritable relation avec l'ombre, donc il vaudrait mieux être amis, même si elle vous testera en permanence, qu'ennemi. Soyez digne de l'ombre et elle vous respectera, soyez faible et elle vous détruira, soyez trop fort et irrespectueux et elle vous trahira, un jour. N'oubliez pas, l'ombre est un requin, non un simple ami. Je peux vous proposer plusieurs solutions, voulez vous y arriver par vous même ? Ou voulez vous une méthode plus rapide ? Ou voulez vous que je vous montre ce qu'est cette entité ?

Le choix mes amis, le choix, ce sera la première fois que vous devrez en faire et ce ne sera absolument pas la dernière. Qui aime la facilité ? Qui veut aller de l'avant par ses propres moyens ? Et surtout, qui peut croire en l'existence de cette fameuse entité ? Nous allons voir cela...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniques-revalia.forumactif.com/t1322-votre-chapelier-e
Nombre de messages : 80
Age : 20
Don / Pouvoir : Rossignol philomèle
Année d'étude : - Première Année

Feuille de personnage
Race: Garou
Dons Élémentaires:
Perfectionnement:

MessageSujet: Re: Attention mesdames et messieurs, dans un instant ça va commencer ! [Cours d'Ombre 1, 1ères années] [Terminé]   Dim 28 Juil - 17:51

La confusion due à la téléportation passée, Lucien se mit à pleinement réaliser la nature de son mentor. Il semblait dangereux, à travers les signaux que lui envoyait son cerveau ; ceci dépassait la folie que pourrait avoir contracté un ermite dans les bois seul, il semblait malade. Il ne s'agissait pas d'un grand enfant jouant à la poupée avec un jouet hideux. A travers lui, il avait peur de ce que l'ombre pouvait lui faire et ce en quoi elle pourrait le transformer. Pour un habitué de l'étiquette, tout ceci était contre-nature. Il pouvait sentir un peu de sur jeu, mais ne percevait derrière cela qu'une folie qu'il croyait réelle.

Mais après l'enfer qu'il venait de traverser, cela n'avait pas beaucoup d'importance. Cet homme, ses camarades, tout lui semblait préférable aux geysers de flammes. Malgré son apparent désordre mental, il lui avait offert du thé et des biscuits.
D'ailleurs, un autre élève s'était rué dessus. Sûrement un autre de ces rustres, comme il en avait croisés. Après tout, quoi de plus normal ? Ils étaient plus nombreux que les nobles, et il y avait donc des chances pour qu'il y ait plus de roturiers dotés de pouvoirs magiques que de gens bien éduqués, proportionnellement.
Cette personne était la plus active du cours pour le moment, entre l'évanouissement des gâteaux qui lui était du et la question qu'il avait posé. Une des questions que la majorité de ses précepteurs aurait jugée inepte, car la réponse venait naturellement dans la pratique. De plus, le professeur n'avait jamais parlé de "rien" et la magie était une chose.
Malgré sa fatigue, Lucien tourna la tête subrepticement et dévisagea cet importun.

Quelle surprise l'attendait ; l'héritier des Lightning, une maison assez connue. Plus noble que la sienne, à vrai dire, mais qui était à présent en déchéance.
Il était au courant qu'il avait tué ses parents et qu'il était un monstre ; dans les cercles qu'il fréquentait, c'était de notoriété. Il n'avait d'abord pas cru aux rumeurs selon lesquelles il aurait été libéré, et était à présent abasourdi.
Il était noble. Il aurait du avoir été mieux éduqué, et être plus digne en mangeant les gâteaux. Et que faisait-il ici ?
Il avait réduit à néant l'honneur d'une maison, et on ne le croirait guère lorsqu'il dirait qu'il avait cette personne pour camarade de classe. Il espérait que les portes qui séparaient leurs dortoirs étaient éloignés, même s'il avait bien vu qu'il était a priori impossible de les forcer.

L'ombre avait-elle si mauvaise réputation ? Pourquoi y était-il, en même temps que cet individu ?
Entre le professeur qui était excentrique, et avait sûrement un sens du spectacle trop aigu, et cet adolescent dont il connaissait les actes et qui apparaissait si inoffensif, il craignait le second, aussi étrange que cela puisse paraître aux yeux des autres.
Le "Lord" - à son avis immérité à cause des actes de celui qui ne méritait même plus, selon lui, le nom de Lightning - acheva de lui assurer qu'il s'agissait bien de cet individu.

Entre l'enfer, le professeur dément et ce camarade, la journée était vraiment une des pires qu'il ait vécues.
La démonstration de magie acheva de l'effrayer, et Lucien était au bord de la crise de nerfs. Trop d'événements en moins d'une heure le brisaient peu à peu. Fermant les yeux, il ne fit plus attention à son environnement. Cependant, la voix de son mentor le poursuivait, et il n'osait se boucher les oreilles, acte inélégant qui le désignerait comme le mouton noir du groupe.
D'un groupe qui contenait un monstre. Belle affaire.

Des paroles qui ne se démarquaient pas vraiment de son premier discours, et qui énonçaient des évidences. Pour lui, tout du moins.
Le silence vint, et avec lui le repos. Inquiet cependant, il rouvrit les yeux et vit que le professeur le dévisageait. Inconscient des pensées qu'il pouvait avoir dans son crâne, il se ressaisit et se recomposa. Cependant, on ne lui dit rien.

Il devait rester digne, et espérait que fermer les yeux n'avait pas trop déformé ses traits. Il s'était efforcé de se donner un air serein, mais était-ce la réalité ?

Il reprit, lui laissant du répit. Cette fois, son discours était intéressant. Il expliquait comment utiliser la magie... d'une certaine façon. Pour lui, il était évident de ne pas chercher à forcer cette énergie, mais à s'allier avec elle. D'autant plus qu'il avait vu ce que pouvait faire une simple porte enchantée. Il refusait cependant d'expliquer la démarche, du moins pas avant de leur laisser un choix.

Lucien sentit vite les pièges derrière ces propositions. Si il demandait à ce que cette entité leur soit révélée, il risquait d'avoir la peur de sa vie. Et il ne voulait pas cela, loin de là.
La méthode rapide pouvait consister en une mauvaise méthode, pour leur recommander ensuite de ne pas prendre la voie la plus simple. Au mieux, cela le mécontenterait et lui donnerait une mauvaise opinion de ses élèves.
Ses précepteurs étaient plutôt aptes à leur apprendre une leçon toute faite, mais lui avaient enseigné qu'il devait essayer de comprendre par lui même. Il leur ferait honneur.

Ainsi, d'une voix qui cachait sa peur, et pleine des tournures respectueuses, il dit à son professeur qu'il voulait entrer par ses propres moyens en contact avec l'Ombre, étant donné qu'il devrait vivre avec. Il ne lui fit pas mention de ses craintes de pièges néanmoins, et se remit à sa place dès qu'il eut fini de parler.


Dernière édition par Lucien d'Elenor le Lun 29 Juil - 7:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniques-revalia.forumactif.com/t1416-lucien-d-elenor-n
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Attention mesdames et messieurs, dans un instant ça va commencer ! [Cours d'Ombre 1, 1ères années] [Terminé]   Dim 28 Juil - 21:49


Lorsque le professeur Bachiatari termina son discours, Scarlett leva la main, après avoir terminé les derniers restes du gâteau et ingurgité le thé encore chaud d’ailleurs, puis demanda au mage de l’ombre :
<< Professeur, pourriez-vous nous expliquer comment nous sommes censés faire pour créer quelque chose à partir de rien ? >>

Celui-ci lui répondit par la suite :
<< C'est une excellente question Lord Scarlett, en réalité on ne peut rien créer... à partir de rien. C'est connu, prouvé et véridique... Mais l'ombre n'est pas rien mes agneaux, l'ombre est tout et rien, nuance ! Je m'explique. >>

Une petite démonstration vaut mieux qu’un long discours. Il fit un léger mouvement avec son bâton et toutes les ténèbres provenant d'une zone d'ombre se mirent à se déplacer soudainement pour en faire un gigantesque mur qui encercla tout le monde avant de reprendre leurs places habituelles. Ensuite il tendit la main et fit sortir une sphère noire de sa peau, qu'il laissa léviter pendant un moment, avant de la faire exploser en refermant sa main. Comment expliquer tout ça avec de simples mots ?

Le professeur prit avec le plus grand soin de choisir les bons mots pour structurer une nouvelle fois son discours pour qu’il ne soit pas trop compliqué pour les élèves :
<< L'ombre se trouve tout autour de vous, c'est ce que l'on nomme... les ténèbres. Vous pouvez vous dissimuler dans un coin sombre ou encore faire venir cette noirceur pour obtenir une arme ou au contraire, une protection. L'obscurité est créée par ce qui est lumineux, la nuit vient après le jour, il n'y a pas de négatif sans positif et inversement. Ceci est de la manipulation chers enfants, donc créée à partir d'une ombre... visible. Aujourd'hui nous allons créer à partir de rien, donc de l'ombre invisible, c'est à dire... votre ombre. Si vous pensez que l'ombre n'est qu'énergie, vous faites erreur. L'ombre ou n'importe quel élément, est entité ! Elle vit en vous, la matérialisation demande donc que l'on puise dans cette force qui vous fait vivre, car sans cet élément, chers surdoués... vous ne survivrez pas. Un don ou une malédiction ? A vous de voir. >>

Il fit une pause, puis observa ses élèves les uns après les autres. Ce fut maintenant au tour de Lightning. Il n’avait même pas réussi à déplacer ces maudits ombres ou encore déployer une sphère noire de sa paume de main. Les exercices les plus simples sont toujours les plus difficiles à exécuter lorsqu’on débute à peine.

Le professeur déposa un nouveau sceau sur le collier de Lightning pour s’assurer que le démon ne fasse un nouveau carnage. On pouvait dire que l’ombre c’était la friandise préférée des êtres maléfiques pour devenir encore et encore plus fort. Il n’y avait aucune limite dans la manipulation des ténèbres, c’était l’élément le plus difficile à maîtriser, et surtout le plus dangereux d’entre tous. Deux voies s’offraient à nous : soit découvrir cette entité et communiquer avec elle pour obtenir sa force de son propre gré, soit la forcer à nous prêter son pouvoir, ce qui est la plus risquée des deux. La manipulation de l’ombre, c’est la relation entre le manieur et l’épée, sans savoir la connaître, elle refusera de nous prêter sa force et nous trahira, sans savoir la comprendre, elle nous blessera, voire elle nous tuera. Encore un choix… des chemins différents à prendre : pas besoin d’aide et le faire tout seul, avoir une astuce pour aller plus rapide que les autres ou voir en action notre cher professeur l’entité qui sommeille en lui ?

Scarlett n’arrivait toujours pas à communiquer avec son démon, ne voulait ni choisir la première ni la seconde donc décida de prendre la troisième et dernière solution :
<< Professeur, montrez-nous cette fameuse entité ! Je veux… Nous voulons la voir de nos propres yeux, et cela pourrait nous permettre d’avoir une petite idée sur à quoi nous allons nous attendre ! >>

Cette année semble pour le professeur une année vraiment intéressante… Lightning n’était pas le seul élève « spécial » par ici, bien évidemment Lucien, qui s’asseyait un peu plus loin des autres pour mieux se concentrer sur son ombre. C’est à partir de ce moment-là que la partie devenait la plus amusante… supposer l'être pour nous ou le professeur ?

(Pour Shitennô) : Les phrases ont été raccourcies, voire légèrement modifiées, mais le sens reste le même, si quelque chose te dérange, je peux ré-éditer mon rp ! C'est corrigé tout ça !
(Pour Lucien) : Mon nom c'est Lightning et mon prénom c'est Scarlett ! Je sais que c'est un peu bizarre de placer mon nom avant le prénom mais j'aime bien c'est tout ! Je pense que tu as juste deux mots à modifier Wink


Dernière édition par Lightning XXI Scarlett le Lun 19 Aoû - 16:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Nombre de messages : 299
Age : 26
Don / Pouvoir : Maîtrise de l'Ombre

Feuille de personnage
Race: Célestin
Dons Élémentaires: Ombre
Perfectionnement: Voie du Sage ~ Ombre

MessageSujet: Re: Attention mesdames et messieurs, dans un instant ça va commencer ! [Cours d'Ombre 1, 1ères années] [Terminé]   Lun 19 Aoû - 15:55

Se relevant, posant sa canne sur ses épaules, il regarda ses élèves avec attention, amusé des réactions de ces derniers. Le premier semblait décidé à éviter les pièges tendus par Shitennô, tandis que le second avait un peu de mal à se lancer, désirant un petit coup de pouce de la part du Célestin. Ce qui était risible, c'est que notre cher professeur n'avait absolument pas tendu de pièges, il ne faisait que tester leur motivation, jusqu'où ils étaient prêts à aller et qu'est ce qu'ils étaient capable d'accepter pour découvrir cette formidable puissance. Mais les actes valent mieux que les longs discours, si nous passions à la vitesse supérieure ?

- Kurai, montres toi, ne les effraient pas trop et surtout sois visible pour eux je te prie.

S'inclinant respectueusement, il se posa sur le canapé par mesure de sécurité, sans ses pouvoirs il risquait de perdre connaissance et il ne voulait pas tomber comme une pierre devant ses élèves. Même dans cette académie, il valait mieux garder un statut fort, pour mériter le respect des autres ou créer suffisament de crainte pour éviter le moindre affrontement. Il ferma doucement les yeux, tandis qu'une forme noire fit son apparition petit à petit sur la table, juste en face des élèves. Lentement, mais sûrement, la forme prit une certaine silhouette, plutôt agréable, une forme féminine. Des cheveux blancs firent peu à peu leur apparition, tout comme ses vêtements, donnant une allure de majordome des familles les plus nobles. Vint ensuite l'apparition de ses mains et des gants sans doigts en cuir qui s'y trouvaient, de même que les inquiétant couteaux en acier si sombre, qui entouraient chacun de ses doigts, lui donnant une allure plutôt effrayante. Puis vint ensuite le final, elle ouvrir doucement ses paupières, laissant apparaitre des yeux d'un bleu glace magnifique, lui donnant une véritable allure de Célestine. Elle était magnifique, désirable, mais également effrayante et dangereuse, la personnification même de l'ombre. Pour le moment, ce serait elle qui donnerait cette partie du cours, montrant ainsi la symbiose parfaite qui l'unissait à son maître. Ouvrant finalement la bouche, ce fut étrangement une voix des plus envoutante et nullement menaçante qui sortie de ses délicates lèvres.

- Ce sont elles tes fameuses recrues ? Et bien, pour une fois que tu me matérialises, tu as envie de me faire bosser hein ? Soit.

Elle les fixa un bref instant, dans un sourire des plus charmeur, mais ce n'était, malheureusement pour eux, que pour les distraire un moment avant de se retrouver en un instant, telle une téléportation derrière eux. Elle caressa la gorge du jeune Scarlett avec sa lame froide, bien qu'elle ne puisse rien faire techniquement parlant contre des personnes autres que son maitre, l'illusion qu'elle pouvait lui trancher la gorge était particulièrement bien faite, bien qu'elle ne fasse que s'amuser en l'effleurant pour le moment. Elle glissa ensuite ses lèvres vers son oreille et lui murmura quelques mots dans un souffle.

- Quelle dommage, tu possèdes une si grande force, mais tu la détruis, tu l'étouffes et tu l'ignores. Ce démon n'est rien à côté d'elle, mais tu le laisse agir à sa guise, rassuré que ce petit sceau ne le fera pas venir sur le plan physique. Mais toi qui te repose sur cet objet, tu ignores qu'il dévore ta puissance et finira par te détruire le moment venu. Du gaspillage...hum...dommage...

Kurai retira sa lame et la planta directement dans la table, juste à quelques milimètres de la main du jeune homme et se rapprocha de son visage d'un air provocateur et murmura une simple phrase pour le faire bouger.

- Voila, tu ne peux plus l'ignorer, a toi de voir si tu préfères dormir ou te battre Scarlett.

Elle se téléporta ensuite juste devant Lucien, assise devant lui, l'observant doucement, sans aucune lame cette fois ci. Ses yeux de glace plongés dans ceux du jeune garou, elle ne faisait que le sonder et le perturber au passage, sachant parfaitement que son éducation avait beaucoup trop d'importance pour lui et donc qu'il tenterait d'éviter son regard. Cependant, elle ne le laissait pas faire, le forçant à la fixer, comme si il était hypnotisé.

- Si faible...Heureusement que ton pouvoir ne s'est pas encore éveillé, sinon il n'aurait vu en toi qu'un simple repas. Tu as la capacité de dépasser les limites de tout être humain, mais pourtant tu es si attaché à ces valeurs, que tu oublies ce qu'il y a en toi.

Continuant à l'observer, elle finit par sourire d'un air mauvais et lui murmura une autre phrase pour le réveiller un minimum, sur un ton on ne peut plus provocant.

- Elle a beau être noble, elle se bat pour ses capacités, tu veux vraiment qu'elle te considère comme un déchet gamin ?

Riant, elle sauta sur le canapé où se trouvait le professeur d'ombre et devint peu à peu transparente, jusqu'à disparaitre totalement et redonner des couleurs et énergie à Shitennô, qui se releva lentement. Visiblement, faire tout ceci lui avait demandé beaucoup plus que ce qu'il avait prévu.

- Elle a son caractère n'est ce pas, mais c'est l'entité qui m'accompagne depuis ma naissance en ce monde. Tout le monde possède des dons uniques, garous, vampires, psychiques, élémentaires, ils sont propre à votre être, mais il existe quelque chose de beaucoup plus puissant qui sommeille en vous. Votre élément, certains sont dans la même mentalité que ce dernier, d'autres se demandent pourquoi ils sont si différents. Tout dépend de la relation que vous aurez avec cette entité. Au départ, vous ne distinguerez que mumure et ombre dans votre esprit, puis avec le temps, vous verrez un véritable être, tout comme moi. Mais je doute fortement que vous puissiez y arriver avant votre cinquième année. Chaque entité est différente, la forme change, la race également. Me concernant, il était normal de tomber sur une personne de ma race, mais tout dépend de la personne encore une fois.

Il fit une pause avant de quitter son habituel air amusé, pour laisser apparaitre son véritable visage, un être ne possédant pas le moindre ressenti, aucune émotion ne pouvant se lire sur son visage. En tant que ses élèves, ils méritaient de voir de temps en temps leur professeur son son vrai jour.

- La leçon d'aujourd'hui se déroulera en deux parties, la première se fera sans mon aide. Kurai vous a mis sur la voie, à vous de décider si vous serez sourd et aveugle ou éclairés. Vous allez méditer, prenez le temps qu'il faudra, nous ne sommes pas pressés. Vous devez réfléchir sur vous même, vous plonger dans un état de transe et donc vous laisser aller dans cet élément qui vous entoure. Vous allez tenter d'entrer dans votre propre esprit, dans ce monde créé uniquement par votre volonté et royaume de votre pouvoir. Vous devrez le toucher pour enfin le réveiller et pour cela il faudra le convaincre de votre propre force ou alors le soumettre, mais encore une fois...je vous le déconseille. Vous ne verrez qu'ombre et forme floue, vous n'entendrez que murmures, mais c'est ainsi que tous ont commencés, du moins tous les êtres n'ayant pas échangé un trésor contre un autre. Peut être devrez vous combattre, je vous aiderai dans ce cas de figure, mais je préfère éviter de forcer votre esprit. Tout au long de votre séjour dans cette académie, vous apprendrez à être de plus en plus en phase avec votre élément et vous découvrirez vraiment ce qu'est la puissance. Vous ne serez jamais seuls, quoi qu'il se passe, du moins si vous réussissez. Je tiens à vous préciser que si vous échouez, vous risquez d'être dévorré et votre voyage s'arrêtera ici.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniques-revalia.forumactif.com/t1322-votre-chapelier-e
Nombre de messages : 80
Age : 20
Don / Pouvoir : Rossignol philomèle
Année d'étude : - Première Année

Feuille de personnage
Race: Garou
Dons Élémentaires:
Perfectionnement:

MessageSujet: Re: Attention mesdames et messieurs, dans un instant ça va commencer ! [Cours d'Ombre 1, 1ères années] [Terminé]   Mar 20 Aoû - 8:41

En entendant la demande de son camarade, Lucien ne put s'empêcher d'être ébahi et de le regarder en coin. Il n'oubliait pas ses manières, mais il s'en fallut de peu qu'il ne le regarde bouche béante et sourcils relevés.
Ce "Scarlett" était vraiment imprudent. La découverte de l'Ombre par une telle voie arrivait en bas de l'échelle de la prudence selon lui, derrière "ouvrir une porte qui mène à un lieu auquel vous n'êtes pas censé aller". Et après avoir vécu de tels soucis avant d'avoir été téléporté, sa curiosité avait tendance à céder à un sentiment de peur.
Tout ceci ne pouvait que très mal finir, et son optimisme était bien émietté. La perspective de découvrir son ombre intérieure par lui même était pareille au bonheur ressenti après avoir ouvert une porte résistante qui menait à de nombreux trésors. Il ne voulait pas qu'on lui donne la clé de chez lui ; il voulait la forger lui-même. Ou plutôt entrer par ses propres moyens.

Il devait fermer les yeux assez rapidement et commencer avant que tout ne bascule. Sinon, il ne serait pas protégé quand viendrait cette créature des ténèbres. Était-il sceptique ? Pourquoi voulait-il voir cette... chose qui existait certainement ?
Et puis qu'il ne mette pas sa demande au pluriel ! Que savait-il des volontés des autres ?


Cependant, perdu dans ses pensées, le benjamin d'Elenor mit bien trop de temps avant de commencer son exercice. Il s'imaginait méditer sur son souffle jusqu'à sentir en lui une force étrangère, éveillée par cet espace élémentaire, - se pouvait-il qu'il ne soit que faiblement prédisposé et que les graines de son pouvoir viendraient de ce lieu ? - mais il n'en eut pas le loisir.
Le professeur les considéra d'un air grave avant. A moins qu'il ne s'agisse d'autre chose ?
Cela était difficile à dire, tout comme il était difficile de juger les intentions de quelqu'un entouré par un voile de folie.
Mais pour faire court, il agit d'une manière qui capta l'attention de ses élèves. Ou tout du moins de Lucien, qui pourtant ne voulait pas faire attention.
Kurai. Ce nom sonnait comme une arme, et s'il évoquait par quelque facétie un linceul à l'esprit fatigué d'un être épuisé, il était évident qu'il n'envelopperait pas le corps de ceux qu'il tuerait. Il les laisserait à-même le sol, baignant dans leur sang, les lèvres crispées dans un dernier mouvement d'effroi.

Reste serein.

Un mot d'ordre qu'il s'infligeait, qu'il faisait tout pour appliquer. Venu des tréfonds de sa conscience, pour empêcher la peur de faire agir le corps d'un garçon éprouvé.
Mais face à l'apparition, comment faire pour garder son calme ? Face à l'être venu d'ailleurs, qui défie la logique ? Qui décidait de bouleverser un ordre accepté pour y poser sa marque ?
Des couteaux. Des yeux surnaturels. Un habit de majordome, pourtant. Se considérait-elle comme employée ? Il doutait de pouvoir faire porter de tels habits à son lui intérieur.
Et puis... une femme ? Comment l'ombre pouvait-elle donner un résultat féminin en tentant d'incarner un homme ? Hormis le féminin du nom "Ombre" ou l'aléa des choses, il n'avait pas d'idée. A moins que la nature magique des choses ne tente de lui intimer le silence devant cet évènement.

Et puis, elle se téléportait. Comment ?
L'ombre. Ils en étaient entourés. Cette zone traitresse. Comment faire confiance aux ténèbres ? Elle avait le champ libre pour leur trancher la gorge.
Une curiosité malsaine s'était installée en lui, et il ne pouvait qu'être témoin de ce que subissait celui qu'il considérait comme un monstre quelques secondes plus tôt. Menacé par ce qui devait en être un réel. Ou imaginaire ?
Une illusion, peut-être.
Mais dans quel but ? Leur faire craindre que leur double finisse par avoir des couteaux et un habit de servant pour les tuer ? Ça n'avait pas de sens. L'entité devait être réelle.

Et il ne pouvait comprendre les mots glissés à l'attention du pauvre curieux qui avait demandé son tourment. Il devait sûrement s'attendre à une entité faite de brume noire aux reflets pourpres, pas à ça. Et surtout pas à ce qu'elle bouge, laisse leur professeur derrière elle, parle, menace.

Car le célestin avait été quelque peu éclipsé par la célestine.

Danger. Elle venait d'apparaître.

Ne regarde pas ses yeux. Ne l'écoute pas. Ton épée n'est pas à ton flanc, tu ne peux la saisir et l'embrocher. De plus, elle t'arrêterait. Ferme les yeux, idiot !
On ne frappe pas les dames. Cette entité est une demoiselle, soit prévenant. Si elle sait que tu la crains, tout est perdu ! Reste droit.


A son sens, ses conseils perdaient de leur valeur dès qu'il les formulait intérieurement. Il ne pouvait faire autrement que la voir, car elle maintenait le contact et le cherchait. Il ne pouvait l'écouter, car ses paroles entraient en lui sans difficulté aucune. Le conseil sur l'épée avait du sens. Mais se montrer poli envers une créature comme ça ?
D'un autre côté, il s'agissait de leur professeur.
Aussi, il se contenta de sourire, en pensant à Ayla. Il aurait bien des choses à lui raconter. Et pas seulement l'aventure de la porte.

De plus, les mots qu'elle formulaient n'avaient pas le moindre sens. Pourquoi même parlait-elle ?
Un pouvoir latent ? Un autre don, peut être, qui viendrait remplacer celui du rossignol. A moins que ce ne soit celui de l'ombre. Plus probable. Il ? Son père ? Non. Son camarade ? Pourquoi penser à lui ? Le professeur ? Absolument pas.
Lui-même ?

Valeurs ? Quelles valeurs ? Et de quoi parlait-elle, pour le fond de lui-même ? De son refus à endosser sa nature de garou, à laquelle il préférait une existence publique de "sans-don", ou encore une fois de son pouvoir élémentaire ?
Que faisaient les élèves de l'esprit à cette heure-là ? Ils avaient leurs cours élémentaires. Et il doutait qu'Ayla subisse la même chose que lui en ce moment.

Elle ? Ayla ? Sa mère ? Ayla ? Ayla. Elle se battait ? Déchet ?
Que l'ombre se taise !

Il ne souriait plus. Crispé, il refermait la main sur une poignée invisible, mais il ne portait pas d'épée au côté.

Et elle partit, laissant le professeur revenir après une sortie peu gracieuse.


Encore une explication du professeur. Il devait donc chercher une entité endormie qui ne serait que murmure dans son lui intérieur. Dans un monde qu'il aurait créé de toutes pièces.
Charmant.
De plus, l'idée d'avoir à partir de maintenant pour toujours une voix intérieure le perturbait au plus haut moins. Ça arrivait dans des contes. Parfois les garous avaient en eux une voix animale. Mais être accompagné à jamais de quelqu'un, qui partagerait toutes ses expériences ? Qui aurait son propre caractère et pourrait vouloir entrer en conflit avec lui, tout ça pour du pouvoir ?

Ceci n'avait à première vue rien de tentant. Mais il ne pouvait revenir au duché les mains vides. Et il ne pouvait laisser derrière lui une formidable occasion d'apprendre.
De plus, les mots de Kurai, même s'ils n'étaient que flatterie - lui, plus puissant que n'importe quel humain ? Que Milo Oracle, le fondateur de légende ? Quelle plaisanterie ! - le poussaient, par curiosité. Pour voir jusqu'où il pouvait aller, pour découvrir quelque chose de nouveau en lui, il pouvait risquer ça.


Ainsi, Lucien, nonobstant l'absence d'émotions du professeur dans sa confusion, sa peur et son excitation, se mit en quête de son royaume et de son lui. Or, il n'est pas aisé de se concentrer sur une notion nouvelle dans un état d'anxiété et d'impatience. La volonté était bien là dans les efforts du noble, mais non pas la maîtrise.
Il écoutait sa respiration, et tentait de trouver un lieu à la lisière de sa conscience où une part de lui même aurait pu aménager un foyer paisible, et y dormir pour l'éternité.
Et lui tenait à bouleverser son repos, par curiosité, dans un état fort peu enviable. Heureusement que les cours finissaient bientôt et qu'il pourrait se reposer après.


Dernière édition par Lucien d'Elenor le Mar 20 Aoû - 14:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniques-revalia.forumactif.com/t1416-lucien-d-elenor-n
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Attention mesdames et messieurs, dans un instant ça va commencer ! [Cours d'Ombre 1, 1ères années] [Terminé]   Mar 20 Aoû - 13:50



Le professeur Bachiatari appela son ombre d’apparaître devant les élèves et prit place sur le canapé. Quelque chose sortait de la table, puis prenait la forme d’une ravissante jeune femme habillée en majordome, avec des couteaux d’argent sur ses mains, douces, fines et petites. Par la suite, la servante ouvrit ses jolies paupières et laissa apparaître un bleu parfaitement pur dans ses yeux. Scarlett sentit l’adrénaline lui monter au cerveau, rien qu’en observant le regard de cette belle créature. Il n’arrivait plus à retenir son calme, puis détourna brièvement son regard pour ne pas se laisser envoûter par la jeune demoiselle. Elle disparut tout à coup, puis refit son apparition derrière Scarlett, et le frotta doucement et délicatement à la gorge avec l’une de ses lames, particulièrement tranchantes et dangereuses.

Scarlett reprit enfin ses esprits et vit le véritable visage de l’Ombre. Kuraï posa ses lèvres à côté de l’oreille du jeune homme et lui souffla : « Quelle dommage, tu possèdes une si grande force, mais tu la détruis, tu l'étouffes et tu l'ignores. Ce démon n'est rien à côté d'elle, mais tu le laisse agir à sa guise, rassuré que ce petit sceau ne le fera pas venir sur le plan physique. Mais toi qui te repose sur cet objet, tu ignores qu'il dévore ta puissance et finira par te détruire le moment venu. Du gaspillage...hum...dommage... »

Le jeune homme ne pouvait s’empêcher de la dévisager du regard, du courage ou de l’inconscience ? Provoquer l’Ombre pouvait s’avérer dangereuse, mais d’une part, la belle et ravissante Célestine ne se laissa pas intimider par le jeune Lightning, et d’autre part, le professeur pouvait lui demander d’arrêter avec de simples mots. Donc Scarlett n’avait rien à craindre d’elle. Ce regard rempli de colère, de haine et de rage… La femme majordome avait rarement vu un humain lui manquer de respect, par contre, les autres étaient tous morts de trouille, à part Lucien qui restait à l’écart du groupe.

Kuraï transmit un dernier message à Lightning : « Voila, tu ne peux plus l'ignorer, à toi de voir si tu préfères dormir ou te battre Scarlett. »

Etait-ce un conseil ou une menace ? Peu importe, le jeune homme savait bien que ces temps-ci, le démon tenta de lui vider petit à petit son essence vitale jusqu’à par le posséder complètement un jour ou l’autre. Après, la jeune demoiselle retourna dans les ténèbres et le professeur se leva, puis reprit son discours : « Tout dépend de la relation que vous aurez avec cette entité. Au départ, vous ne distinguerez que murmure et ombre dans votre esprit, puis avec le temps, vous verrez un véritable être, tout comme moi. Mais je doute fortement que vous puissiez y arriver avant votre cinquième année. Chaque entité est différente, la forme change, la race également. Me concernant, il était normal de tomber sur une personne de ma race, mais tout dépend de la personne encore une fois. »

Le professeur Bachiatari devait se montrer plus sérieux pendant que les élèves commençaient à entrer dans leur subconscience. Voici le véritable visage du Célestin, aucune expression lui paraissait sur le visage, d’autant plus terrifiant que celui de son Ombre. Scarlett voulait le voir lui aussi et Shitennô expliqua la suite du programme aux élèves : « La leçon d'aujourd'hui se déroulera en deux parties. Pour commencer, vous allez méditer. Prenez le temps qu'il faudra, nous ne sommes pas pressés. Vous devez réfléchir sur vous-même, vous plonger dans un état de transe et donc vous laisser aller dans cet élément qui vous entoure. Vous allez tenter d'entrer dans votre propre esprit, dans ce monde créé uniquement par votre volonté et royaume de votre pouvoir. Vous devrez le toucher pour enfin le réveiller et pour cela il faudra le convaincre de votre propre force ou alors le soumettre, mais encore une fois... je vous le déconseille. Vous ne verrez qu'ombre et forme floue, vous n'entendrez que murmures, mais c'est ainsi que tous ont commencés, du moins tous les êtres n'ayant pas échangé un trésor contre un autre. Peut-être devrez-vous combattre, je vous aiderai dans ce cas de figure, mais je préfère éviter de forcer votre esprit. Tout au long de votre séjour dans cette académie, vous apprendrez à être de plus en plus en phase avec votre élément et vous découvrirez vraiment ce qu'est la puissance. Vous ne serez jamais seuls, quoi qu'il se passe, du moins si vous réussissez. Je tiens à vous préciser que si vous échouez, vous risquez d'être dévoré et votre voyage s'arrêtera ici. »

Scarlett ferma les yeux, tenta d’entrer dans son esprit et de rencontrer son lui intérieur et son démon. Quelques minutes s’étaient déjà écoulées, rien ne se passait pour le moment. La méditation demandait de la patience et du sang-froid. Hmm… Scarlett vit un monde complètement noir et vide autour de lui, puis s’avança encore et encore, se fatigua, s’épuisa. Il n’y avait absolument rien, était-ce la fin de son périple ?

- Tu abandonnes déjà ? Tu es vraiment pathétique !
- Non… Je ne peux mourir maintenant…
- Regarde la réalité en face ! Tu as tout perdu ! Tu es l’unique responsable… Tu as ruiné ta maison !
- Non, c’est faux ! C’est la faute du démon !
- Dis-moi… Ce n’est pas toi qui as voulu obtenir ce pouvoir… Tu veux les voir tous disparaître, non ?
- Tais-toi ! Tais-toi ! Tais-toi !
- Mon fils… A partir d’aujourd’hui, je ne te considère plus comme membre de la maison de Lightning.
- Non, père… attendez, laissez-moi vous expliquer…
- Pourquoi Scarlett ? On avait mis toute notre confiance en toi, pourquoi as-tu fait ça ?
- Mère, je vous en prie… écoutez ce que j’ai à vous dire…
- Jeune maître… Vous avez déshonoré la maison de Lightning…
- Non, pas vous aussi... Professeur...
- Oh oh oh… mais ce n’est pas le jeune Lightning…
- Oui, le fils indigne…
- C’est vraiment terrible… Que va bien devenir la maison de Lightning ?
- Taisez-vous ! Je vous demande à tous de vous taire.

Un œil s’ouvrit sur le revers de sa main droite et lui répondit : « Parfait ! Je vais tous les exterminer ! »

Revenir en haut Aller en bas
Nombre de messages : 299
Age : 26
Don / Pouvoir : Maîtrise de l'Ombre

Feuille de personnage
Race: Célestin
Dons Élémentaires: Ombre
Perfectionnement: Voie du Sage ~ Ombre

MessageSujet: Re: Attention mesdames et messieurs, dans un instant ça va commencer ! [Cours d'Ombre 1, 1ères années] [Terminé]   Mar 3 Sep - 18:49

HRPG : Tout le long de votre "méditation", le rp sera divisé en deux, donc évolution individuelle, ne vous souciez pas des actions de l'autre.

Observant ses deux étudiants, le professeur ne pu s'empêcher de soupirer dans un sourire, il n'avait pas de surdoués dans ses rangs, mais n'avait pas non plus de moins que rien. Il allait devoir mériter son titre d'enseignant et leur forcer un peu la main, chacun connaitrait la souffrance, mais il ne laisserait aucun élève de l'ombre...affronter cette obscurité...seul. L'ombre pouvait être une véritable traitresse et dans le cas de figure de ces deux étudiants, le risque était énorme. L'un avait un démon qui tentait en permanence de prendre le contrôle, afin de se réincarner dans son corps et l'autre avait totalement bloqué son ombre, coincé dans des valeurs juste humaines et sans la moindre capacité magique. L'ombre de Scarlett serait explosive pour avoir osé se laisser dominer par un démon, tandis que celle de Lucien n'hésiterait pas à broyer son esprit pour l'avoir emprisonnée ainsi. Décidément, il n'avait pas les cas les plus faciles du monde, mais bon, rien d'insurmontable pour lui. Un petit combat mental en somme, il n'avait plus qu'à espérer qu'il n'avait pas trop perdu la main. D'un geste rapide, il posa ses mains sur les visages de ses étudiants, un pentacle aveuglant se dessinant au même moment sur ses paumes et tous perdirent connaissances, bienvenue dans les limbes chers élèves.

Monde de Scarlett

De véritables ténèbres, un lieu vide, sombre, sans rien, du moins en apparence. Et des voix qui hurlaient des reproches à Scarlett, qui finirait par craquer vu la tournure que prenaient les choses. Comment se faisait il qu'il n'avait aucune image, simplement un voile noir, peut être était ce la faute du chapelier ? Un double sceau était risqué pour l'esprit, il limitait beaucoup trop les capacités de l'ancien duc, peut être devrait il en créer un unique, spécialisée pour ce jeune homme. Mais pour cela, il devait d'abord éliminer ses propres protections et affronter le fameux Arthas, pour lui faire connaitre la peur et ainsi donner un avantage certain à Scarlett. Bien...au boulot !

S'avançant rapidement, il saisit Scarlett avec une rapidité déconcertante et lui faisant perdre son équilibre, le poussa contre une sorte de mur invisible. Rien de bien méchant, mais cela forçait le démon à se concentrer sur lui et non sur son élève. Il prit ensuite sa canne, pressa sur un bouton en or dissimulé dans les décorations qui ornaient l'outil et retira le haut de la canne, dévoilant une lame d'une blancheur spectaculaire, une véritable canne épée, l'outil parfait du noble. Il la fit tournoyer dans sa main en défiant l'oeil présent dans la main de Scarlett, puis d'un simple geste découpa le mur invisible qui explosa en milles morceaux, laissant apparaitre tout ce que l'ancien noble se reprochait, des visions à profusion et un murmure au loin, étouffé, écrasé. Son ombre sans nul doute, mais elle ne viendrait à la rencontre de Scarlett que si le démon perdait son influence, autant dire que Shitennô allait devoir montrer en avance une magie que son élève ne verrait qu'en dernière année. Sa main droite devint noire, des griffes poussèrent, un pentacle se dessina sur sa paume et une étrange odeur de sang envahit la pièce. Attrappant la main de son élève, il l'arracha sans le moindre mal et l'envoya voler plus loin, avant qu'elle ne se transforme en ce fameux démon, Arthas. Certes, il avait toujours sa main dans le monde réel, mais la douleur était bien présente dans son esprit. La main du professeur redevint normal et il fit face à ce célèbre chevalier déchu, le saluant comme il se devait dans les coutumes de l'escrime, montrant bien qu'il connaissait les usages de la noblesse.


Ce que je peux détester la démonologie, Seigneur Arthas, je vous prierai de laisser mon élève, votre descendant si je ne m'abuse, se concentrer sur ses études, je ne voudrai pas qu'il rate son année.

Le rire du démon confirma les craintes du professeur, la discussion n'existait pas avec cet être, pourquoi diantre est ce que ces créatures devaient toujours se battre et parler après ? Haussant les sourcils, il observa l'ancien chevalier venir sur lui avec une vitesse inhumaine, aucune chance de résister avec une parade avec une telle puissance, autant la jouer fine. Esquivant d'un mouvement élégant de côté, il entailla la joue du démon avant de se téléporter devant Scarlett, il ne pouvait pas permettre au garçon de dormir e t observer ce combat.

Vous ne pouvez pas l'affronter dans votre état, du moins pas tout seul. Quelque part dans cet endroit, entre vos doutes et vos regrets, se trouve une forme floue qui vous donnera la force de résister à ce démon, vous devez la trouver et la convaincre de vous aider. Elle vous en voudra sûrement, vous traitant de faible, mais prouvez lui la force de votre volonté. Sinon tout ceci ne sera qu'une perte de temps. Ah...et encore une chose, marchez sur votre passé pour construire votre avenir...ou mourez.

Il ne pouvait pas rester sur la défensive, Arthas finirait par le battre à ce jeu là, il devait mener l'attaquer et lui montrer la puissance qu'il avait accumulé jusqu'à présent. Ce type avait maitrisé l'ombre, mais il était loin d'avoir le même niveau que le Célestin, il n'était qu'un humain, faible, qui n'avait pas accepté sa propre nature et était devenu autre chose. La facilité...il en avait une sainte horreur, pourquoi s'amuser à faire une joute avec un monstre pareil ? Autant y aller franco. Il attendit que le démon attaque à nouveau, puis dégagea sa mèche, dissimulant son oeil en moins. Immédiatement, Arthas et Shitennô se trouvèrent dans une immense flaque de sang et un gigantesque oeil rouge apparut derrière le mage d'ombre, stoppant immédiatement le démon dans sa course, il devait lutter contre une peur surnaturelle en cet instant, lutter contre le plus puissant pouvoir du mage. Un manteau et un chapeau haut de forme vinrent entourer et se poser sur l'oeil, créant un inquiétant personnage. Il n'était pas à pleine puissance, donc il ne montrerait pas tout de cette apparence, il n'avait pas envie de perdre connaissance après ce combat...par contre le retour dans la réalité serait pénible.

Je suis navré pour vous Seigneur Arthas, mais vous avez échoué, du moins pour le moment. Scarlett ne sera pas votre et vos pouvoirs vont être détruits pour un moment, tandis que lui reviendra avec un pouvoir qui vous dominera un jour ou l'autre. Vous auriez pu accomplir de grandes choses chevalier, vous aviez une maitrise de l'ombre intéressante de votre vivant, mais vous avez abandonné votre humanité, au lieu de devenir bien plus. Et c'est pour cela, que tant que je serais professeur de ce jeune duc déchu, vous ne gagnerez jamais. Finissons en, je n'ai pas l'intention de m'éterniser avec un être tel que vous.

Le Célestin cracha une certaine quantité de sang, puis l'oeil gigantesque fixa le démon et le fit tomber lourdement sur le sol, dans un hurlement de douleur de la part de l'ancien chevalier. Privé de tous pouvoirs pour quelques minutes, il ne pouvait plus rien faire contre Scarlett. Remettant sa méche devant son oeil manquant, le professeur fit disparaitre cette inquiétante apparition, ainsi que la flaque de sang au même moment et poussa un soupire de soulagement. Il n'aurait jamais utilisé un tel pouvoir contre un démon, mais Scarlett avait besoin de temps pour trouver son ombre et là il ne pouvait pas l'aider. Une fois que ce serait fait, Arthas reprendrait la place de son bras et entrerait en dualité avec l'ombre de Scarlett, mais plus le jeune homme avancerait, plus l'ombre deviendrait puissante et le démon devrait lui aussi être sur la défensive. Jusqu'au moment où Scarlett aurait le choix entre détruire ou utiliser ce fameux démon. Mais il le chemin jusqu'à ce stade n'était même pas encore découvert par le jeune noble. Pour le moment, le plus difficile serait de calmer et convaincre son ombre...qui risquerait d'avoir fortement envie de le tuer.

Monde de Lucien

Dans le cas du rossignol, Shitennô découvrit le jeune homme un peu perdu, attendant simplement sur un banc, dans une immense pièce, meublée à la façon des nobles, mais ne comportant que trois portes. Une porte d'une excellente facture, une autre d'un bois totalement blanc et une autre fissurée et visiblement condamnée, vu les chaines qui empêchaient son accès. La première devait représenter l'importance de la noblesse dans l'esprit de Lucien, la seconde...sans doute ses envies et ambitions, tandis que la dernière, ce qu'il avait refoulé, conditionné et enfermé. Et bien, il ne resterait plus qu'à découvrir tout cela ensemble.

Intéressant, les mondes créés par les esprits liés à l'ombre sont souvent très sombres ou chaotiques, tandis que chez vous, tout est relativement bien structuré. Vous avez divisé ce qui est dans votre esprit en trois zones bien distinctes. Il serait temps pour vous, d'explorer tout ceci et de sortir ce que vous avez conditionné. A trop mettre la bête en cage, elle ne demandera qu'à sortir et vous détruira. Agissez tant qu'il est temps.

Il tendit sa main au noble avec respect, puis attendit qu'il se lève de lui même ou la prenne, avant de le conduire jusqu'à la première porte de cet étrange monde. Le laissant l'ouvrir et se retrouvant avec lui dans une immense salle de bal ou se trouvait la noblesse qu'il avait sans doute du cotoyer tout au long de son enfance. Observant Lucien avec un haussement de sourcils, il remarqua qu'il se trouvait avec de tous nouveaux habits, tenue de soirée mondaine on dirait. Quand avait il changé ? Jettant un coup d'oeil à ses pieds, il constata avec surprise que lui aussi se trouvait avec une tenue différente, comme à l'époque où il cotoyait des nobles. Veste noire reliée avec de petites chaines en argent, pantalon noir également, gants blancs, foulard blanc sur lequel on pouvait voir une pierre violette incrustée, le tout posé sur sa chemise noire. Sa poupée s'était évaporée et même ses cheveux étaient parfaitement peignés, on peut dire que notre ami rossignol tenait vraiment à l'étiquette dans son esprit. Quelque chose était surprenant tout de même, on pouvait reconnaitre sans problème les membres de la noblesse, mais pas ceux de la haute noblesse, la classe dirigeante. Peut être était ce un sentiment de vouloir plus ou de vouloir absolument en rencontrer, il lui poserait la question le moment venu. Pour le moment, il ne faisait que suivre Lucien, qui semblait beaucoup plus à l'aise qu'avant, dans ce rôle qu'il connaissait si bien. Shitennô salua chaque membre de la noblesse avec respect, toujours ayant ce même petit sourire, derrière son air de dément, il dissimulait un véritable passé dans ce genre de milieu.

Impossible de dire combien de temps ils restèrent dans cette salle, ni combien de temps Lucien discuta avec les autres membres de la noblesse, y compris sa propre famille, peut être avait il oublié que tout ceci n'était que dans sa tête ? Mais au bout d'un moment, la salle s'effaça, les faisant revenir dans cette fameuse pièce aux portes. La première porte, ayant déjà été ouverte, s'effaça et ne fut plus qu'un autre morceau du mur, tandis que la porte blanche sembla se débloquer. Mais le professeur voulait savoir quelque chose d'autre avant.


Dites moi mylord, pourquoi l'étiquette vous importe à ce point ? Je sais que ça fait partie de votre éducation, mais vous semblez prendre cela particulièrement à coeur.

Ils franchirent ensuite la porte, pour découvrir de vastes terrains, vides de toute présence, s'étendant jusqu'à perte de vue. Une envie d'explorer ce qui était inconnu sans aucun doute. Un soleil léger, quelques nuage, un air frais, une ambiance agréable en somme, ni trop fraiche, ni trop chaude, le genre de moments que l'on ne voit que rarement. Avançant progressivement dans cette vaste étendue, Shitennô découvrit petit à petit des personnes au loin, des hommes et femmes qui semblaient avoir une certaine influence, qui saluaient avec plaisir le jeune homme, comme si elles avaient été charmées par sa manière d'être. Les hommes étaient impressionnés, les femmes charmées, mais pourtant, on ne voyait aucun visage, juste des formes qui montraient leur richesse de par leur style vestimentaire et leur manière de se déplacer et de saluer. Encore un besoin du jeune noble sans aucun doute, qu'est ce qui le motivait autant ? Il se le demandait, ce garçon semblait si simple, mais était assez intéressant dans le fond, son évolution serait agréable à suivre. Cependant, il fut surpris de voir que dans tout ce décor, il n'y avait qu'une chose qui semblait vraiment attirer son attention, une personne sous l'ombre d'un arbre. Cheveux roses, habits rouges, une chauve souris se posant sur sa main et se faisant caresser, inutile de demander le nom de cette personne, Shitennô la connaissait bien...mieux qu'elle même d'ailleurs. Pourquoi semblait elle si importante pour ce jeune homme ? Elle était de loin la vampire la plus dangereuse que pouvait connaitre ce monde et il semblait la voir...comme une fille sans le moindre danger. Ce type était vraiment surprenant, mais si les deux étaient liés, il avait de quoi en tirer un avantage, le moment venu.

Il fit quitter cet endroit à Lucien, bien qu'il n'était clairement pas motivé à ouvrir cette dernière porte, pour se trouver derrière ce fameux endroit, ce qu'il avait emprisonné, conditionné, il était temps pour lui d'affonter son ombre et son animal. A peine la porte fut touchée par le jeune garçon, les chaines tombèrent et la porte explosa, attirant à l'intérieur les deux êtres. Se retrouvant dans une obscurité totale, jusqu'à ce que des torches vertes illuminent une espèce de caverne, où se trouvait un immense oiseau noir, sa forme animale fusionnée avec l'ombre. Un double refoulement des plus dangereux, si Lucien ne faisait pas attention et ne tentait pas de calmer son ombre et son animal et gagner ainsi leur pardon, il serait sans doute mort assez rapidement. Et en cet instant...Shitennô ne pouvait strictement rien faire. C'était à Lucien d'accepter ce qu'il avait toujours rejetté...avant qu'il ne soit plus que l'instrument de ce pouvoir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniques-revalia.forumactif.com/t1322-votre-chapelier-e
Nombre de messages : 80
Age : 20
Don / Pouvoir : Rossignol philomèle
Année d'étude : - Première Année

Feuille de personnage
Race: Garou
Dons Élémentaires:
Perfectionnement:

MessageSujet: Re: Attention mesdames et messieurs, dans un instant ça va commencer ! [Cours d'Ombre 1, 1ères années] [Terminé]   Lun 9 Sep - 22:59

Trois portes dans une immense pièce sans fenêtre. Des portes pouvant mener à un labyrinthe, alors qu'il était dans un lieu paisible et fort bien meublé. Toute personne prudente ne songerait pas à découvrir ce qu'il y avait derrière ces portes. Pouvait-on se perdre dans son esprit ? Et bien, quand on le voyait si réel, la réponse était oui.
D'un autre côté, s'il y avait bien un support physique, Lucien n'était pas rentré par les portes, autant qu'il s'en souvienne. Il pouvait sûrement partir dès qu'il le souhaitait, ce qui serait une bonne chose.
Dans le pire des cas, son professeur l'aiderait ; lui ou un autre. N'était-il pas là pour ça ?
Mais il réussirait sans lui. Après tout, n'était-il pas Lucien Philémon Lewis d'Elenor, le benjamin de sa maison ? N'avait-il pas réussi avec brio la plupart des tests de ses anciens précepteurs ?
S'il n'avait pas la clé d'une porte, il la passait quand même en utilisant connaissances et dextérité. Son pouvoir n'était pas dans sa force brute, mais il était grand.

Il pouvait être dans une antichambre dans laquelle il devrait attendre que son lui l'invite. Si tel était le cas, il était déjà sur un banc ayant été préparé spécialement pour lui ; dans le choc du à l'arrivée dans ce lieu si spécifique et imaginaire, il s'y était assis.

S'il n'allait pas être appelé, alors, il faudrait choisir une porte. Rester à ne rien faire serait totalement idiot, d'autant plus que cela remettrait totalement en cause sa venue qui en deviendrait inutile.
Il oscillait entre les trois ; celle élégante semblait faite sur-mesure dans le décor et il y avait des chances pour qu'elle débouche sur d'autres choix. De plus, il y avait des chances pour qu'il s'y trouve ; quoi de plus normal que d'habiter dans un lieu qui avait été conçu pour une partie de lui ? La noblesse était son terrain de prédilection et cette porte devait déboucher dans leur monde. Son ombre pouvait peut-être s'y trouver, endormie dans la vague des us de la cour.

Celle blanche était différente. Classique, sobre et visiblement pure. Il ne se sentait pas tellement en phase avec la noirceur de l'élément auquel il était lié,  et il se pouvait que ce qu'il avait laissé endormi y soit. A moins qu'il ne s'agisse d'autre chose ; un lui enfantin, gai. Son côté optimiste, son amour des connaissances et de la vie.

Enfin, il y en avait une sombre. Il doutait de vouloir habiter ici, mais il s'agissait d'une réponse à la fois idiote et trop évidente. L'ombre après tout était ce qu'il avait refusé, ce qui était hors de sa portée. Avec son éducation dans la crainte de la magie lors de ses neuf premières années, il avait pu refouler au fond de lui son pouvoir. Et puis, l'ombre était associée aux ténèbres. Or, cette porte en suintait presque.

Le professeur arriva alors, à la plus grande surprise de l'élève ; n'avait-il pas dit qu'il les laisserait méditer ? Pourquoi venir alors ?
Et surtout, de quel droit pouvait-il faire ça ?
Ses commentaires étaient étranges en un sens. N'était-il pas normal que les esprits soient ordonnés et clairs ? Comment pouvait-on laisser libre cours au chaos ?
Mais tout ceci menait à une question : pourquoi était-il dans cette maison ?

Respectueux de l'attention qu'il lui accordait en lui tendant la main, Lucien la prit dignement, trouvant futile de dédaigner l'aide proposée, et en remerciement sourit et fit un geste de la tête.

- Allons, professeur. Je doute moi-même d'être pleinement lié à cet élément, mais je ne conçois pas comment un esprit peut être indompté. N'est-il pas normal que tout soit trié et rangé ? L'anarchie risque de se produire sinon.
Quoi qu'en dise votre amie, puis-je ne pas la vexer, rien en moi ne prouve mes prédispositions à cette maison.


Il décida de ne pas relever les paroles portant sur la perte de contrôle ; qu'est-ce qui pourrait l'attaquer en ce lieu ?
Y avait-il une volière, d'ailleurs, quelque part ? Il pourrait sans doute y rencontrer son rossignol. Il n'avait rien vu qui puisse s'apparenter à lui. Il s'agissait tout de même de son don, il pourrait le trouver en son fort intérieur.

Puisqu'il fallait choisir, Lucien se dirigea vers la porte la plus à gauche, celle des nobles. Il pourrait y découvrir d'autres choix. Ici, il n'était plus fatigué, la joie de la découverte s'opposant à la peur et la lassitude passées, et il était prêt à fouiller de fond en comble son esprit à la recherche de ses pouvoirs.
Cependant, ce ne fut pas un couloir qui l'attendit, mais une salle de réunion mondaine. Un lieu fantastique où il n'avait pu aller qu'une ou deux fois.
Se hâtant, il alla à la rencontre de la foule, s'y mêlant. Après tout, il pouvait découvrir bien des choses sur lui. Et puis, n'était-ce pas fantastique ?
Parfaitement bien habillé à présent, déchargé de ses soucis, il alla à la rencontre de comtes des terres avoisinantes ; ils étaient âgés mais connaissaient assurément le benjamin d'Elenor.

"Mylord, nous parlions justement de vous. Ne trouvez vous pas cette fête exquise ? Tous ici sont surpris de savoir que vous avez décidé d'aller trouver votre voie dans la magie. C'est un noble art, depuis que Myrddin a pu agir en faveur de l'abolition du décret anti-magie, mais de là à voir un membre de la maison d'Elenor y aller."
"Oui, j'ai d'ailleurs proposé à ma fille de la rejoindre, mais elle ne supporterait pas le voyage. Vous souvenez vous d'elle ?"
- Mais bien sûr, Philomène est si adroite à la harpe. Je me souviens des moments où nous jouions ensemble. Je serai ravi qu'elle nous rejoigne ; il y a cependant beaucoup de personnes grossières là bas, et je ne sais si elle pourra les supporter. Il ne prit pas la peine de mentionner le précepteur de musique qui les avait accompagnés ; ceci n'aurait pas été très poli.
"Pourriez vous nous parler de ce lieu ?" "Oui, nous avons grand hâte d'en savoir plus."
- Cet endroit est exquis, et le directeur a fait des merveilles. Nos professeurs sont savants, et celui qui m'enseigne la magie a des manières de gentleman. Il est là-bas.

Heureusement que monsieur Bachiatari avait pris la peine de se changer. La discussion se poursuivit quelque peu, et Lucien évoqua à moult reprises les nouvelles en provenance du duché d'Elenor avant qu'il ne leur faille se séparer ; il y avait d'autres invités à honorer, et il ne pouvait se montrer grossier en accordant à ceux-là trop de temps et en dédaignant de ce fait les autres. Il alla vers un groupe de jeunes gens de son âge avec qui il avait croisé le fer et appris de nombreuses choses.

"Oh, Lucien. Nous sommes ravis de te revoir. Qu'y a-t-il de nouveau ?"
- Je suis à l'académie d'Edälia. Un lieu bien intéressant, et en bien des points différents des cours que nous avons suivis ensemble.
"Nous crûmes qu'il s'agissait de rumeurs infondées. Se pourrait-il que ton père t'ait envoyé dans une école de magie ?"
"Ce n'est point bon pour toi, pourtant. Quel bien peut ressortir de ce genre de lieu ?"
Une personne au fond, Guillaume, demeurait silencieuse. Lucien savait qu'il n'était pas d'accord avec ses amis, mais il ne lui appartenait pas de parler maintenant.
- Allons, qu'y puis-je ? Le duché sera bien gardé par les prières et le commandement de mes frères, et mon père n'a point de mal à gérer les affaires qui se déroulent. Mais vous, comment allez vous ? Pensez donc que vous n'êtes pas les seuls qui veulent en savoir plus sur leurs amis.
"Nous allons bien. Le tournoi d'escrime que tu as manqué l'année dernière fut flamboyant."  
"Guillaume a raison ; tu t'y serais démarqué, mais je crois que Gontran t'aurait vaincu. De toute manière, tu as cessé de pratiquer depuis un moment."
"Allons, Philibert. Comment peux-tu dire ça alors que tu m'as battu sans heurt ? Ta maîtrise de la botte de notre maître fut éclatante."
"Ce ne fut pas grand chose. Tu avais l'esprit embrumé par la présence de dame Josiane."
Lucien sourit.

Il alla ensuite à la rencontre d'autres personnes, remarquant tout de même qu'il n'y avait pas de plus haute noblesse que les ducs. Il faisait partie de l'élite ce soir, mais demeurait ignorant par rapport aux plus vieux courtisans intrigants. Et il aurait apprécié voir l'entourage du roi ; un jour, peut-être, le ferait-il.
Il parla de ce que faisaient ses frères, que les nobles n'avaient pas eu le privilège d'encore rencontrer.
Puis il changea de position, allant voir ses parents qu'il savait par la bouche de ceux qu'il venait de voir près du tableau représentant la mort des brumiens.
Durant tout ce temps, l'étiquette avait été respectée au pied de la lettre : le dos était resté droit lorsqu'il le fallait, les gestes avaient été parfaits, lorsqu'il s'était incliné la bonne hauteur avait été atteinte.

Son père ne lui ressemblait pas tellement ; Il tenait plus de sa mère ; ses cheveux d'or venaient d'elle, ainsi que ses yeux émeraudes. Sa taille fine avait été celle de son père un jour, mais il était bien plus petit que lui qui était presque un géant.
Il semblait soucieux, et ne fut guère heureux de voir son fils. En partant pour l'académie, il avait fortement bouleversé les chances de voir se réaliser un mariage arrangé avec un domaine moindre, mais qui disposait de champs fertiles et dont les ports fluviaux étaient fort actifs. Une opportunité très intéressante pour Lucien qui pourrait avoir un bon domaine qu'il pourrait éventuellement léguer à son frère ainé s'il devait mourir sans héritier, et qui leur donnerait une alliance éternelle avec cette famille qui détestait cependant la magie.

Il avait compté sur les pactes et avait négocié. Mais tout demeurait compromis ; la famille de Coloïne ne souhaitait pas donner leur fille née il y a fort peu à un mage. Ils attendraient de voir comment évoluerait le benjamin d'Elenor avant qu'elle puisse se marier, dont le père devait déployer des trésors de diplomatie pour calmer cette maison de chasseur de sorcières, regrettant d'avoir cédé aux instances de sa femme, qui souhaitait plus que tout caser leur dernier-né dans un milieu où il pourrait briller sans entraver le chemin de ses frères et sœurs.
Aussi, il fut froid.
Lucien demeura cérémonieux et respectueux. Il n'eut pas de nouvelles des siens, son paternel les éludant. Oublieux qu'il s'agissait de sa tête et qu'il ne pouvait inventer les réponses, il n'en prit cependant pas ombrage.
Un compte-rendu détaillé de sa vie à l'académie ne satisfit visiblement pas celui qui l'avait mis au monde. L'énoncé de l'élément auquel il avait été assigné lui fit voir rouge, et il ne se contint qu'à grand peine, à cause de sa présence dans une assemblée. De plus, le professeur de son fils semblait derrière lui, avec un drôle d'air. Il semblait cependant respectable, alors il se contenta de l'ignorer, en vertu de sa qualité de "percepteur".

Alors, il fallut quitter cette personne aussi.
Et puis, tout s'effaça.

____________________________________________

Deux portes dans une immense pièce sans fenêtre. La première avait disparu dès que le benjamin avait quitté son père. Désorienté par ce changement de place, il avait été cependant revigoré par cette expérience ; évoluer dans un univers familier avait pu chasser pour un temps les horreurs de la journée.
Tout était dans sa tête visiblement. Lucien ne put retenir une grimace à cette pensée. Jamais son père n'avait expressément mentionné devant lui le nom "de Coloïne".  C'était en cherchant dans ses affaires par curiosité qu'il s'était vu promis à leur première fille, qui serait alors bien plus jeune que lui. Les souvenirs des jours passés chez eux avaient fait le reste, et beaucoup savaient l'aversion qu'avait toujours eu cette famille pour les mages.
Il avait donc un moyen de briser ce mariage arrangé.
La porte blanche eut un déclic. Il était donc prévu qu'il aille d'abord dans celle ouvragée.

Son professeur ne lui posa qu'une question pour l'instant, demeurant silencieux sur le reste de ce qu'il avait vu et entendu. Grande Lune ! Avait-il pu tant se révéler devant lui ?
Sous peu, il risquait de le savoir "cambrioleur".

- Cette étiquette représente mes chances de réussir. Vu ma position, jusqu'à présent, je ne pouvais espérer dépasser en renom mes frères mais ne pouvait leur faire honte. De plus, la société est ce qui nous sépare de la bête. N'est-il pas normal que je fasse tout pour demeurer celui que je suis en longeant ce fil ?

La seconde porte s'ouvrit alors au couple élève-enseignant. Il n'avait toujours pas vu de perchoir.
Ce lieu était étrangement vide, mais la liberté y semblait omniprésente. Plus qu'un jardin, il s'agissait d'une sortie sur l'extérieur, sur le monde. L'expérience de la première porte lui servit pour se souvenir qu'il s'agissait d'évènements dans sa tête, et il ne perdit pas pied cette fois-ci.
L'atmosphère était parfaite, la température excellente. Le vent soufflait légèrement, et malgré des bonnes résolutions il était difficile de ne pas courir dans cet environnement, s'ébattre dans l'herbe. Il fallait marcher calmement, savourer chaque pouce d'herbe franchie et chacune des sensations que le corps enregistrait. Écarter légèrement les bras pour les tendre vers le soleil.
Il n'y avait pas de fin dans cette contrée imaginaire, et la promesse intérieure de la remplir se fit ; un océan de verdure peut devenir triste s'il est vide.

Des personnes nobles apparurent, dans des habits fins. Leur démarche était assurée, mais ils ne semblaient pas en territoire conquis, ce qui était chose rare au vu du rang qu'ils avaient. Leurs coiffures élaborées témoignaient de leur grandeur, et leurs saluts étaient pleins de grâce. Seule l'absence de visage, remplacé par des couleurs floues, témoignait de leur fausseté. Cette fois, il n'y avait pas le moindre besoin d'aller parler ; ils semblaient en avoir une envie dévorante mais demeuraient intimidés.
Ici, on l'aimait et le respectait profondément. Plus qu'un bon élève ou qu'un épéiste qu'on pourrait qualifier d'habile, ici il était un noble accompli et digne de haut-faits. Il pouvait se trouver des appuis, et être content.
Cette éventualité surprit Lucien ; habitué vivre dans le besoin de provoquer ces sentiments, pour ne pas discréditer ses ancêtres et pour trouver une place, il n'avait pas pensé à ce qu'il ferait s'il l'obtenait.
Il pourrait poursuivre ses efforts. Il le ferait. S'arrêter à ce stade permettrait à d'autres de le dépasser, et son aura s'affaiblirait.

L'académie lui avait montré qu'avec la magie, certains pourraient le redouter. Il se pouvait que ses efforts se poursuivent dans cette direction-là. Il pouvait ne pas se soucier de la cour et revenir un jour, grandi. Il ferait le compte de ses exploits, et démontrerait ses capacités. Alors, il pourrait aider le roi, ou repartir pour protéger le royaume, peut-être.

Un arbre au loin se découpait. Sa forme semblait faite pour protéger sur soleil, et il s'agissait d'un magnifique saule pleureur. Sa couleur était splendide, et il abritait parfaitement toute personne souhaitant de l'ombre dans ce pays si vide. Il demanderait un jour au professeur de Terre, ou au garou de cette maison s'il pouvait en faire pousser un comme sans dans l'académie ; Ayla y trouverait le repos dans l'herbe, et tous les vampires pourraient en profiter.
Une personne y était justement. Elle était sans défauts ; son visage était doux, et possédait un charme qui n'est propre qu'aux plus belles dames. Son nez avait la taille parfaite et était des plus jolis. Ses lèvres se fondaient parfaitement dans la forme générale de sa tête, et étaient d'une couleur exquise. Sa carnation pâle était protégée en tout point de la morsure de l'astre.
Et partout où les yeux se posaient, seule la perfection était vue. Il ne servait à rien de la décrire : elle était belle. Ses cheveux avaient la couleur des doigts de l'aurore, ses yeux des plus beaux pétales roses.
Il était difficile de ne pas se jeter à ses pieds, de partir à sa rencontre ; mais elle n'était que dans sa tête, et il ne permettrait pas à monsieur Bachiatari d'en apprendre plus sur lui. Il l'avait encore suivi, et il était dérangeant de savoir son esprit fouillé.
Puisse le professeur de l'Esprit ne pas en faire de même pour Ayla. Comment pourrait-il seulement oser ?

Sur les instances de celui à qui il devait attention et respect, le noble quitta ce lieu avec regret. Son rossignol devait se trouver ici quelque part, à moins qu'il ne représente cette dimension.
D'un autre côté, ces oiseaux ne sont pas de grands voyageurs. Ils sont parmi les plus poétiques, avec leurs chants complexes et mélodieux. Audibles mais invisibles, ils correspondaient bien à cette partie de lui qui n'était jamais réellement surprise.

____________________________________________

Une porte dans une immense pièce sans fenêtre. Barrée de chaînes et fissurée, il s'agissait de la dernière solution. Nulle porte n'avait été trouvée dans la soirée mondaine, et il n'y avait pas de constructions humaines dans l'infinie contrée.
Comment son ombre pouvait-elle choisir d'habiter dans un tel lieu ? Se pouvait-il qu'elle n'ait pas eu le choix ?
Le pouvoir lui tendait les bras mais cette porte suscitait un malaise instinctif ; il n'était pas bon de la franchir. Elle était un peu comme celle de l'ombre. Gorgée de magie, ne semblant pas appartenir à ce monde.
Voulant s'assurer de cela, le curieux effleura la porte, mêlant envie et dégoût dans son geste. Alors, les chaînes se rompirent sans qu'il y ait eu besoin de rossignol, et l'attraction eut lieu. Comme ce matin, il ne pouvait se dérober à ce qu'il y avait derrière cette barrière.

Là où le feu et le sang l'attendaient naguère, ce fut l'obscurité qui le saisit. Plus profonde que celle de l'espace de l'ombre, insondable en toute part. Il fallait vraiment qu'il apprenne à faire de la lumière.
Le sol était rugueux, et l'odeur indescriptible. Agressive, elle portait des traces qui n'évoquaient rien de particulier. La surdité semblait avoir saisi son corps également, car il n'entendait rien et espérait confusément pour une fois avoir été suivi.
Des torches s'allumèrent, et en balayant les ténèbres renforcèrent l'impression lugubre du lieu. Cette dimension était une caverne, au sol et aux murs de rocs. Ici, tout devait dépérir.
Et son épée n'était toujours pas à son flanc.

Un oiseau messager de mort trônait au fond. Plus sombre que le rossignol, il était immense ; les flammes ne se reflétaient pas sur ses plumes, et toute lumière qui passait à ses côtés semblait s'éteindre. Il n'avait pas de couleur, et le noir d'espace qui le teintait prenait ses racines dans le néant. Sous sa forme d'oiseau qui disposait d'une meilleure vue, il aurait peut-être pu distinguer des reflets qui ne provenaient pas de la lumière visible ; des reflets d'ombre, incohérents sur le plumage et attestant de l'anormalité de cet être.
Son oiseau se trouvait dans cet habitat inadapté, et il avait pactisé avec son ombre. Inconscients, ils s'étaient alliés dans leur douleur et avaient évolués en se fondant l'un dans l'autre, sortant de leur état d'animal et de brume magique.

Lucien se leva. Si la peur était dans son cœur, il s'efforça de n'en rien laisser paraître. Il ne savait pas se battre à mains nues, et il était vain d'imaginer pouvoir défier en combat cet animal au bec acéré et aux pattes robustes ; mais ne rien tenter menait à se montrer faible, et il ne devait pas laisser l'animal prendre le dessus. L'ombre devait le respecter, et une telle menace ne laisserait pas un couard prendre le dessus sur elle.
Non. La solution était de communiquer avec elle, pas de passer une épreuve de force. Il devait desserrer ses poings et relâcher ses bras.

- Comment se fait-il que vous soyez ici ? Non. Je crois savoir.
Je ne vous ai pas refoulés, contrairement à tous ceux de ma famille. J'ai développé un don, qui n'a pas eu de précédents chez mes ancêtres, dans une période où ceci aurait pu être une cause de mort. Conscient de cela, je t'ai laissé te développer en moi au lieu de t'enfermer totalement, m'épuisant parfois en vols et en transformation la nuit.
Me reproches-tu de ne pas m'occuper assez de toi, de ne pas te laisser t'exprimer ? Je n'ai jamais su que tu avais une conscience. J'ai utilisé mon pouvoir comme j'utilise toute partie de moi ; dans un but. J'étais seul, et ce corps devait me servir. Mes bras me servent à écrire, mes jambes à parler. Ma voix peut charmer, ma beauté séduire. Si j'ai une épée, je m'en sers pour frapper et pour me défendre. Lorsque j'ai eu un don, sans précepteur pour m'enseigner comment m'en servir, j'ai agi de même.
Je n'ai pas révélé ton existence au grand jour, car cela aurait signé notre mort. Même après l'abolition du décret anti-magie, j'aurais été traité en paria, et notre ascension dans le monde n'aurait plus eu de suite. Si je ne t'ai pas accordé assez de temps, je l'ai également fait pour mes autres plaisirs ; une vie d'étude et de travail m'attendait, et je n'avais pas le temps pour ça. A l'académie, j'ai jugé nécessaire de cacher cette capacité car elle aurait pu m'être utile. Secret, tu m'accorde l'accès à de nombreux secrets que je ne pourrais découvrir autrement.

Je suis venu chercher mon ombre, et je te croyais en sécurité quelque part chez moi, heureux de vastes étendues imaginaires si tu devais avoir une personnalité. J'aurais pu la laisser dépérir, refuser la magie. Mais je suis venu à l'académie, avant de venir à toi. N'ayant pas reçu la moindre éducation dans ce domaine, je t'ai laissée derrière des verrous dont j'ignorais l'existence.

Mais à présent, je vous sais vivants et conscients. Je vous propose de sortir et de m'accompagner, pour que nous puissions réussir. Si tu me dévores, notre existence se terminera ici à cause d'une colère aveugle. Si tu m'accordes ton pouvoir, je le ferai éclore, et nous pourrons choisir notre destinée. Sans vous, je suis condamné à une existence sans issues. Sans moi, vous ne pourrez survivre. Je vous accorde la liberté, pour peu que vous compreniez ce qui m'a poussé à faire inconsciemment cet acte.


Debout, Lucien croyait à ses paroles. Il ne savait pas, et ne pouvait croire qu'il était trois. S'il avait eu une épée, il l'aurait dégainée sans la brandir. Il ne pouvait s'attendre à ce qu'il comprenne ses paroles, et n'était sûr de rien.
Il savait qu'il ne pourrait se permettre de mourir d'ici.


Dernière édition par Lucien d'Elenor le Lun 16 Déc - 19:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniques-revalia.forumactif.com/t1416-lucien-d-elenor-n
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Attention mesdames et messieurs, dans un instant ça va commencer ! [Cours d'Ombre 1, 1ères années] [Terminé]   Ven 4 Oct - 22:10



Le professeur Bachiatari sauva une nouvelle fois Scarlett des griffes d’Arthas, lui qui était autrefois le plus fort des chevaliers d’Edälia lors de son vivant, devenait ni plus ni moins un démon désirant d’avoir un corps parfait pour compléter son pouvoir démoniaque. Le mage de l’Ombre tenta alors de convaincre le chevalier déchu de laisser tomber son projet machiavélique, mais sa soif de puissance l’aveuglait à tel point que ce dernier perdit complètement l’usage des langues, la compréhension et la raison.

Le Chapelier se téléporta devant Lightning et lui expliqua brièvement la situation de manière très détaillée : << Vous ne pouvez pas l'affronter dans votre état, du moins pas tout seul. Quelque part dans cet endroit, entre vos doutes et vos regrets, se trouve une forme floue qui vous donnera la force de résister à ce démon, vous devez la trouver et la convaincre de vous aider. Elle vous en voudra sûrement, vous traitant de faible, mais prouvez-lui la force de votre volonté. Sinon tout ceci ne sera qu'une perte de temps. Ah... et encore une chose, marchez sur votre passé pour construire votre avenir... ou mourez. >>

Le jeune homme partit immédiatement à la recherche de son ombre alors que le professeur devait s’occuper du monstre sanguinaire en face de lui. Arthas frappa de nouveau, et Shitennô sortit sa carte maîtresse pour en finir rapidement avec ce combat. Il invoqua une entité bien différente de celle de son ombre, quelque chose qu’on ne pouvait le caractériser.

Le Célestin annonça : << Je suis navré pour vous Seigneur Arthas, mais vous avez échoué, du moins pour le moment. Scarlett ne sera pas votre et vos pouvoirs vont être détruits pour un moment, tandis que lui reviendra avec un pouvoir qui vous dominera un jour ou l'autre. Vous auriez pu accomplir de grandes choses chevalier, vous aviez une maitrise de l'ombre intéressante de votre vivant, mais vous avez abandonné votre humanité, au lieu de devenir bien plus. Et c'est pour cela que, tant que je serais professeur de ce jeune duc déchu, vous ne gagnerez jamais. Finissons-en, je n'ai pas l'intention de m'éterniser avec un être tel que vous. >>

De son côté, Scarlett se retrouva devant une immense porte en roche, garnie avec des lianes, de la mousse et des ronces. Son ombre se trouvait probablement derrière cette porte mais pour l’ouvrir, la force ne lui suffisait pas. Le garçon rendit vite compte de son incompétence et hurla désespérément : << Ouvres-toi, bon sang ! Pourquoi je ne suis même pas fichu d’ouvrir cette maudite porte ?! Est-ce que je suis condamné à rester ici pour toujours ? Réponds-moi ! Si tu m’entends, viens à moi ! >>

Et puis soudain, son alter ego apparut, en le regardant de haut, et lui dit par la suite : << Seul face à ton destin, tu n’es rien qu’un vulgaire rat ! Tu désires, encore et encore, plus de pouvoir, tu t’en empares, tu le dévores, tu le consumes, tu continues à t’en approprier ! Voilà ce qu’est l’homme… >>

Le Malheureux l’interrompit et reniât ce qu’énonce la voix de la Raison, puis celle-ci reprit là où elle s’est arrêté il y a un instant : << Ai-je tort ? Vous vous servez de nous autant de fois que vous le désirez, mais est-ce que vous avez pensé, ne serait-ce qu’une fois dans votre vie, ce que nous avons dans notre cœur ? Non, vous nous considérez comme des domestiques, des esclaves, des instruments. Vous ne pouvez pas comprendre ce que nous avons pu ressentir. Cependant, nous sommes, nous pensons, et nous ressentons comme vous, les hommes. De ce fait, nous sommes pris dans une peur extrême envers votre suprématie, voire nous sommes envahis par la haine et la rage de vous faire payer un jour ce que nous avons dû subir depuis tout ce temps ! C’est notre heure maintenant ! >>

Son double lui se déplaça aussi vite que le vent, posa sa main sur son épaule et lui chuchota à l’oreille avant de disparaître : << Ressens cette peur, crains-nous, soumets-toi à notre puissance, haïs-nous, tue-nous si tu veux vivre sinon tu meurs ! >>

La porte s’ouvrit ensuite, et Scarlett avança dans l’obscur total et observa au loin une flamme bleue, devenant au fur et à mesure une couleur beaucoup plus sombre. C’est l’œil de son ombre véritable qui est pris d’une flamme de couleur magenta. Le rouge de la colère et le bleu de la tristesse donna ainsi cette couleur, signifiant l’état de la folie pure. L’épéiste discerna difficilement les attraits de son ennemi, et encore moins ses mouvements lorsque ce dernier le blessa à l’abdomen avec son épée camouflée dans l’obscurité. La douleur lui vint directement au cerveau, et il en souffrait énormément car son esprit était déjà assez fragile, et son corps ne pouvait supporter une telle pression psychologique. Il n’avait en sa disposition aucune arme, pas même un simple outil pour se défendre. Le jeune homme sacrifia son bras gauche pour pouvoir s’approcher de son opposant et lui saisir l’arme qu’il détient.

<< Je ne suis pas venu pour me battre… Je veux juste te parler… >>, lui dit-t-il, << Je sais… je m’en veux de t’avoir abandonné. Je suis faible, en effet… et c’est pourquoi le Diable s’en est pris à ma personne. Je ne te demande pas de me pardonner… mais saches que si tu mets fin à mon existence… la tienne et la sienne de même, et tout s’achève. Cependant, si tu me laisses la vie sauve… il nous est encore possible de combattre Arthas. >>

Scarlett serra la lame dans sa main gauche, puis répliqua par la suite :  << Cela peut te paraître égoïste de ma part. Tout ce que je trouve à dire, c’est de te demander de l’aide alors que tu as dû te sentir seule depuis tout ce temps. Je me sens coupable… de la mort de mes parents… d’avoir sali le nom de ma lignée… d’avoir trahi ta confiance et d’avoir même maudit mon existence comme une nuisance à l’humanité. Tout de même… Est-ce que ma mort pourrait résoudre tout ce dont j’ai pu commettre jusque-là ? >>

Le jeune garçon laissa une longue pause avant de reprendre : << Non ! Mourir c’est comme renier ses propres erreurs… et de ce fait, je dois vivre en portant ce lourd fardeau en moi. Je vais repartir de zéro… je vais redresser le flambeau de ma famille… Je veux que le monde entier me reconnaisse, non comparé à un monstre, mais à ma juste valeur. Je vais leur prouver à tous. Je vais faire payer à ce démon au centuple. Je vais vivre comme je l’entends. Pour cela, nous devons nous unir pour un nouvel avenir. J’ai besoin de ta force ! Donc dis-moi ton nom ! >>

<< Suzu ! >>, lui répondit son ombre.



Dernière édition par Lightning XXI Scarlett le Sam 22 Fév - 15:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Nombre de messages : 299
Age : 26
Don / Pouvoir : Maîtrise de l'Ombre

Feuille de personnage
Race: Célestin
Dons Élémentaires: Ombre
Perfectionnement: Voie du Sage ~ Ombre

MessageSujet: Re: Attention mesdames et messieurs, dans un instant ça va commencer ! [Cours d'Ombre 1, 1ères années] [Terminé]   Sam 7 Déc - 20:50

Il était temps, les présentations avaient été faites, nos chers élèves devaient dés à présent rentrer dans le monde réel. Fermant doucement les yeux, le professeur Bachiatari réussit à offrir un sourire aux esprits de ses étudiants, un souvenir qui resterait gravé dans leur mémoire. Le Célestin, symbole de puissance élémentaire, mais privé de ressentiment, ne pouvait s'épanouir affectivement, qu'avec les capacités magiques des autres. Il avait réussit une chose merveilleuse, créer une relation entre ses élèves et leurs entités, de leur faire prendre conscience de leur existence et le fait qu'ils aient réussis ce paris, le rendait incroyablement fier d'eux. Sans dire un mot, il frappa le sol des mondes créés par leurs esprits et tous furent comme aspirés, sans la moindre violence, jusque dans l'espace élémentaire de l'ombre. Comme si ils quittaient leurs foyers et rentraient à l'académie, observant le paysage défiler lentement sous leurs yeux rêveurs. Sauf que dans ce cas de figure, ils pouvaient revenir chez eux quand ils le désiraient, ils n'avaient besoin que de fermer les yeux. Un simple geste pour un si long voyage, la puissance de l'esprit était remarquable.

Le silence continua de planer dans l'espace Magnae Tenebrae, les laissant gentiment encaisser et emmagasiner tout ce qu'ils avaient appris, Shitennô essuya une discrète larme coulant le long de sa joue, avant de revenir à ses affaires. Sa voix était assurée, comme si la "faiblesse" témoignée lors des récents événements n'étaient que des hallucinations, il avait reprit sa prestance habituelle, avec un air légèrement moins fou que d'habitude cependant.

- Bien, maintenant que vous avez pris conscience de votre potentiel et de celui de votre élément, j'aimerai que vous fassiez un simple exercice pratique. Différencier vos compétences de celles de votre élément et savoir quand lui demander son aide ou non. Vous êtes liés à l'ombre, mais vous n'êtes pas l'ombre, pas encore. Mes paroles seront comprises plus tard, quand vous avancerez dans votre relation élémentaire, vous verrez alors que l'obscurité ne vous rendra plus jamais aveugle. Vous quittez dés à présent votre condition de simple être humain, soyez bien plus que cela, tout en sachant rester à votre place. Enfin...je m'égare, la leçon d'aujourd'hui donc !

Tendant la main, il ferma lentement les yeux et visa les deux étudiants, sans que rien ne se passe pour le moment. Il voulait qu'ils analysent parfaitement le pouvoir utilisé, il ne leur apprenait pas qu'un sort, mais également une capacité toute bête. Les forcer à analyser les pouvoirs d'une autre personne transformerait n'importe quel novice en mage accompli. Quelque chose de sombre surgit soudainement de la main du professeur, l'ombre bien évidemment, mais pas n'importe quelle ombre, celle qui dormait en lui. Ce n'était pas entièrement de son fait, il n'avait fait que demander de l'aide à son élément, aide qui ne fut bien évidemment pas refusée. La forme quitta donc sa main et vint se matérialiser droit devant les élèves, sous forme d'un léger mur, mais qui semblait tout aussi résistant que celui de l'académie. Il prit ensuite sa canne épée et frappa avec violence la protection qu'il venait de fabriquer, laissant la lame vibrer sous une telle défense. Le bruit du métal ayant rencontré un réel obstacle résonna pendant longtemps dans la salle, jusqu'à ce que Shitennô range son arme et caresse le mur avec amusement. Il n'était pas indestructible, cependant il pouvait protéger de quasiment n'importe quelle attaque non magique et cela permettrait aux jeunes disciples de faire la différence dans ce monde cruel et violent. Le mur fut ensuite aspiré et entra tout simplement dans la peau du Célestin, comme si il faisait partie intégrante de son être.

- Premier cours, apprendre à fabriquer une défense basique en appelant à vous votre élément, prenez votre temps et repassez vous en tête ce que je viens de faire. La théorie ne vous servira à rien, vous devez comprendre ce que je fais pour pouvoir avancer sur cette voie. Pour commencer simplement, pensez à un bouclier, un mur, une orbe de protection, demandez la protection de votre élément. En fonction de vos résultats, nous parlerons de votre relation avec votre pouvoir et comment l'entretenir. Du thé ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniques-revalia.forumactif.com/t1322-votre-chapelier-e
Nombre de messages : 80
Age : 20
Don / Pouvoir : Rossignol philomèle
Année d'étude : - Première Année

Feuille de personnage
Race: Garou
Dons Élémentaires:
Perfectionnement:

MessageSujet: Re: Attention mesdames et messieurs, dans un instant ça va commencer ! [Cours d'Ombre 1, 1ères années] [Terminé]   Lun 16 Déc - 20:29

Lucien souriait.

Il avait vaincu un oiseau d'ombre, s'en était fait un allié alors qu'il n'aurait du trouver que murmures et brume. Pour l'instant, les idées d'une personnalité associée à un pouvoir étaient au second plan devant l'ivresse de la victoire. Son palais était douceur, la lassitude était presque oubliée. Son professeur était capable d'émotions, et son sourire valait bien le sien.
Tout finirait cependant par retomber, et alors la peur de la mort, les efforts de persuasion, ce qu'il avait découvert sur lui-même : tout l'accablerait de plus belle. Il devrait certainement profiter du temps qu'avaient les élèves non pas pour approfondir ses connaissances mais pour se calmer et se reposer, ce qui était une façon comme une autre d'expliquer pourquoi son emploi du temps était si peu rempli.

Et puis, il revient à lui, dans un lieu sombre qui était aveuglant de clarté en comparaison des abîmes d'où il venait. La transition s'était effectuée sans heurt, mais le décalage en demeurait saisissant.

L'élève récapitula les événements qui avaient suivi le cours : son professeur avait découvert certains de ses secrets, dont son amour pour Ayla. Il avait découvert qu'un rossignol ne l'aimait pas et que l'ombre lui en voulait jusqu'à présent à mort, ce qui en faisait des entités plus intelligentes qu'il ne l'avait cru mais rancunières.
Il pensait accuser son professeur sur le champ de les avoir trompés quant à la nature des dangers qu'ils encouraient, mais l'ombre devait bien être périlleuse, à un moment ou à un autre. Cette aventure devait sûrement lui apprendre la prudence, ce qui ne fonctionnerait que par moment.
Cela avait eu au moins le mérite de dissiper ses doutes sur son appartenance à cet élément ; exit la Terre, l'Air ou l'Esprit, il ne s'agissait pas d'une erreur d'appréciation.
Plus il pensait à ce que ce voyage immobile lui avait appris, plus il brûlait d'en parler au professeur. Il lorgnait de temps à autre sur le démon, se demandant s'il avait lui aussi réussi, avant de décider que ça devait être le cas : s'il avait déjà fait un pacte comme les on-dit le circulait, il pouvait fort bien en faire un autre, et son visage n'avait pas l'air déçu ou désespéré qu'il aurait eu autrement.

La voix qui dissipa le silence ne fut pas la sienne, cependant, mais celle du professeur qui leur indiquait le début de travaux pratiques, attirant par ses paroles l'attention de Lucien. La seule chose visible de l'exercice était une main tendue, sans plus d'explications. Et puis, une chose sombre en sortit, ce qui ne fit que faiblement sursauter l'étudiant déjà bien bouleversé au cours de la journée. Un mur se forma à partir de cette chose, et derrière lui le professeur le frappa, laissant pour seule réponse un bruit métallique attestant de la solidité de la création magique.
Le mur revint alors en lui.

Comment devaient-ils s'en tirer avec ces explications ?
Est-ce que l'oiseau aurait la réponse ? A l'idée qu'un rossignol fut meilleur magicien que lui, Lucien fit la grimace, jugeant cela insultant. Mais à la lumière des événements passés, il était indéniable qu'une alliance s'était établie entre les deux, et s'il voulait recourir au pouvoirs de l'un il devrait apaiser l'autre.
Et tant pis pour le regard méprisant de l'animal sanguinaire qu'il avait pour camarade !

Aussi, le thé proposé fut gracieusement refusé, tandis que le futur sorcier réfléchissait à une tactique lui permettant de réussir l'exercice demandé. Tendre le bras ne devait pas suffire, mais l'expérience fut néanmoins tentée. Suivit une demande polie, formulée en ces termes "Pourrais-tu expulser ton pouvoir et former une protection ? Un peu d'exercice nous ferait du bien."
Se sentant ridicule devant l'absence de réponse, hormis un léger engourdissement, il décida alors de se transformer. Tendant alors l'aile, bien qu'inconscient de la capacité des animaux à la magie, il réitéra son essai, en s'adressant cette fois-ci à l'animal et à l'élément.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniques-revalia.forumactif.com/t1416-lucien-d-elenor-n
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Attention mesdames et messieurs, dans un instant ça va commencer ! [Cours d'Ombre 1, 1ères années] [Terminé]   Sam 22 Fév - 15:58


Lightning parvint enfin à ranger son ombre de son côté pour pouvoir un jour combattre Arthas et faire changer le cours de leur destinée. Elle lui révéla son nom, ainsi le pacte fut signé. Le professeur Bachiatari tapota légèrement le sol avec sa canne pour faire revenir les élèves dans le monde réel.

Pour une première fois, Scarlett s’en sortait plutôt bien pour un jeune novice. Cependant, le jeune homme avait encore beaucoup de choses à apprendre sur son terrible pouvoir que lui confère Arthas mais aussi sur sa maîtrise de son ombre.

Le professeur leur fit signe de ne pas s’emporter trop vite et se déconcentrer pour si peu. Ce n’est que le commencement, leur adressa-t-il, le plus dur reste à faire :

« Bien, maintenant que vous avez pris conscience de votre potentiel, j'aimerai que vous fassiez un simple exercice pratique. Différencier vos compétences de celles de votre élément et savoir quand lui demander son aide ou non. Vous êtes liés à l'ombre, mais vous n'êtes pas l'ombre, pas encore.

Mes paroles seront comprises plus tard, quand vous avancerez dans votre relation élémentaire, vous verrez alors que l'obscurité ne vous rendra plus jamais aveugle. Vous quittez dés à présent votre condition de simple être humain, soyez bien plus que cela, tout en sachant rester à votre place.

Enfin... je m'égare, la leçon d'aujourd'hui donc !
»

Le mage de l’ombre sortit de sa main une sphère imprégnée de sa magie, le fit matérialiser sous forme d’un mur. Il dégaina son épée de sa canne et frappa violemment le bouclier qu'il venait de fabriquer. La lame vibra et résonna dans toute la salle durant une dizaine de secondes, dévoilant ainsi la dureté de cette protection presque infaillible face aux attaques mineures. Cela pourrait s’avérer extrêmement utile dans la vie de tous les jours, au moins avec un sort défensif dans leur artillerie, ils peuvent faire face à des brutes ou à des mages de leur niveau.

Le Célestin sourit après avoir assisté à un public sans voix pour une technique de base et reprit la parole par la suite :

« Premier cours, apprendre à fabriquer une défense basique en appelant à vous votre élément, prenez votre temps et repassez vous en tête ce que je viens de faire. La théorie ne vous servira à rien, vous devez comprendre ce que je fais pour pouvoir avancer sur cette voie.

Pour commencer simplement, pensez à un bouclier, un mur, un orbe de protection, demandez la protection de votre élément. En fonction de vos résultats, nous parlerons de votre relation avec votre pouvoir et comment l'entretenir. Du thé ?
»

Non, ce n'est pas le moment de prendre du thé.

Scarlett voulait absolument progresser et maîtriser son pouvoir dans les plus brefs délais. Le professeur prenait une pause-goûter, peut-être s’il tenta de s’appliquer davantage et de former du premier coup une défense plus imposante et résistante, le professeur pourrait bien se lever de son siège et voir de plus près le jeune élève mi-démon.

Lightning décida alors de prendre de l'avance par rapport aux autres élèves pour donner une bonne impression au reste de la classe et se faire peut-être des amis. Le professeur pourrait bien lui donner quelques cours d'approfondissement pour voir jusqu'à où son potentiel peut-il aller.

Reste à voir s'il est déjà capable de maîtriser parfaitement cette technique !
Revenir en haut Aller en bas
Nombre de messages : 299
Age : 26
Don / Pouvoir : Maîtrise de l'Ombre

Feuille de personnage
Race: Célestin
Dons Élémentaires: Ombre
Perfectionnement: Voie du Sage ~ Ombre

MessageSujet: Re: Attention mesdames et messieurs, dans un instant ça va commencer ! [Cours d'Ombre 1, 1ères années] [Terminé]   Ven 28 Fév - 20:10

HRPG : Yeah deuxième page !

L'ombre est de par sa nature, l'élément le plus dangereux et le plus effroyable. Il tente, séduit, détruit, consume et n'offre que rarement le pouvoir tant recherché, mais toute règle comporte des exceptions, des anomalies. Afin de ne pas sombrer dans la folie, de ne pas se faire contrôler, il faut apprendre à se limiter et donc découvrir où se trouve la frontière entre nos désirs et le réalisable. Certains noms figureront à jamais dans les livres racontant la puissance de cet élément, d'autres seront effacés par crainte. Mephiles, dieu de la mort, sage de l'ombre, incarnation même du destin, émissaire de la lune, un mythe, une légende, mais qui a su apposer sa signature dans le l'immense registre qu'est l'histoire de Rëvalïa. Revan, professeur d'ombre de la première académie, directeur adjoint, futur sage de l'ombre, vampire, démon, créateur de l'abysse, difficile de faire pire, difficile de faire plus impressionnant. Shitennô Bachiatari, Célestin surdoué, pilier de la nouvelle académie, entraîné par le frère du grand sage Fujiin, créateur du seul pouvoir pouvant effrayer l'Abysse, une légende en devenir. Lewis Thaddeus D'Elenor, oublié, effacé, le plus grand mage de l'ombre de son temps, nécromancien hors catégorie, nemesis de Mephiles, son amour entraînant sa folie, ayant tenté de fusionner le monde des morts et celui des vivants, monstre souriant, abomination joyeuse, horreur attirant notre confiance. Tous ces noms sont gravés, sont connus des érudits, des étudiants, des hommes et femmes de savoir et de pouvoir. Pourquoi ? Car ils doivent le savoir, car il en est ainsi, ils ne font que suivre la règle, la loi. Mais dites moi, connaissez vous tous ces noms ? Il en manque un n'est ce pas ? Pourquoi ? Car il est l'exception, l'incohérence, l'anomalie. Et c'est cette anomalie, qui va bouleverser le cours donné par le professeur Bachiatari, montrant que de simples élèves, peuvent avoir un terrible potentiel.

Lucien s'était transformé en rossignol, pensant que faire appel à son don et à son élément serait la meilleure manière d'invoquer la puissance de l'ombre. Ambitieux, le noble était trop gourmand, sa magie allait s'échapper de son corps et risquait de le tuer. Shitennô s'était élancé pour le sceller, mais il était déjà trop tard, le mal était déjà fait, Lucien D'Elenor allait s'éteindre...

- Garde les yeux ouverts, observe ce dont tu es capable. N'ignore jamais ton ambition.

Le garou cessa immédiatement sa transformation et força son professeur à se téléporter afin de ne pas être blessé. Ouvrant doucement les yeux, il venait de créer un mur titanesque, faisant toute la largeur et la hauteur de l'espace élémentaire de l'ombre. Le Célestin se laissa tomber sur le sol et observa avec une surprise à peine dissimulée cet immense rempart, ce n'était pas tous les jours qu'un élève battait son propre record de matérialisation...avec si peu d'énergie. Lucien venait de faire quelque chose de grandiose, même si il ne s'en rendait peut être pas compte. Le rossignol qui sommeillait en lui avait accepté celui qu'il haïssait il y a à peine une heure, son élément s'était réveillé et quelque chose d'autre avait réunit le tout, l'améliorant, l'amplifiant. Shitennô ne savait pas comment une telle chose avait pu se produire, mais il avait dés à présent une certitude, Lucien D'Elenor était bien un enfant de l'ombre et il avait ça dans le sang. Sourire intéressé apparaissant sur son visage, le professeur venait de recevoir une invitation. Dites moi cher Célestin, avez vous déjà dansé avec le diable au clair de lune ? Avez vous envie de jouer ? Il n'y avait aucune hésitation dans ce sourire, il avait envie de jouer et de découvrir d'où provenait cette puissance exceptionnelle. Certains auraient eu peur de Lucien en cet instant, mais ce n'était pas le cas de son professeur. Il n'y avait ni crainte, ni effroi dans son regard, mais une fierté et un intérêt qu'il ne dissimulait pas le moins du monde.

Shitennô était loin d'être au bout de ses surprises, un deuxième prodige allait sortir de la masse qui composait les élèves de son cours. Bien que moins imposant, le jeune Scarlett ici présent fit apparaître un mur des plus conséquent. Dix mètre de diamètre, ni plus, ni moins, même si l'opération venait de lui coûter beaucoup plus d'énergie que prévue. Son élément réagissait à ses besoins, ses envies et ses ambitions. Il voulait qu'on le remarque, qu'on s'occupe de lui, afin que son art se perfectionne, jusqu'à marquer à jamais les mémoires. L'ombre était tout aussi présente dans ce garçon, que dans le cœur du noble. Le professeur pouvait enfin voir l'humain qui se trouvait derrière le démon, ainsi que tout son potentiel.

- Je dois dire cher duc, que même après un siècle d'existence, je n'ai jamais vu une telle perfection, surtout pour une première fois. J'ignore comment vous avez su entrer dans une telle harmonie avec votre élément, mais je suis impressionné. Même mes propres compétences ne permettent pas à l'heure actuelle de faire une telle défense avec si peu d'énergie. Quant à vous cher Scarlett, je ne vous oublie pas. Vous pouvez vous tenir fièrement, car vous avez prouvé que vous étiez digne d'en savoir plus. N'oubliez pas, votre élément n'est pas un outil, c'est une entité, votre frère ou votre sœur, votre ami, sans doute la seule personne qui ne vous trahira jamais...si vous le respectez. L'ombre suit vos désirs, mais vous devez apprendre à modérer vos propres envies. Il y a votre ambition et vos capacités, Scarlett, essayez à nouveau, mais avec un peu moins de pression. Il ne sert à rien de vous presser, sans quoi votre énergie fondra comme neige au soleil. Ne pensez pas non plus que votre création est minime, peu de gens arrivent à dépasser les cinq mètres, sans compter que votre résistance est tout bonnement parfaite. Lucien...êtes vous certain de ne pas avoir de mage dans votre famille ? Cette facilité ne peut provenir que d'un talent inné, donc un héritage d'une prestigieuse lignée...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniques-revalia.forumactif.com/t1322-votre-chapelier-e
Nombre de messages : 80
Age : 20
Don / Pouvoir : Rossignol philomèle
Année d'étude : - Première Année

Feuille de personnage
Race: Garou
Dons Élémentaires:
Perfectionnement:

MessageSujet: Re: Attention mesdames et messieurs, dans un instant ça va commencer ! [Cours d'Ombre 1, 1ères années] [Terminé]   Mar 4 Mar - 20:19

Un rossignol amassait le pouvoir, se liant à celui qu'il détestait il y a peu.

Lucien était un garçon arrogant qui avait tendance à négliger celui qui n'aspirait qu'à la liberté. Pire, il lui arrivait de le sceller loin du vent et de l'air libre pour de longues périodes.
Il avait de bons côtés, cependant, et l'appel de la nuit savait le prendre là où la voix du pauvre animal était incapable de se faire entendre. La curiosité le poussait souvent à lui voler son aspect pour aller ici et là et écouter d'autres.

Il avait imposé sa marque sur son esprit, transformant jusqu'à son chant, le faisant refléter les musiques qu'il jouait à la flûte. L'oiseau se rendait compte de l'aspect anormal de telles musiques, tellement ordonnées et complexes. Elles manquaient de la fraîcheur des chants des animaux qu'il avait inévitablement entendu d'une manière étouffée, comprimé dans l'esprit de Lucien dans une petite pièce sombre, mais disposaient d'une harmonie toute humaine.
Étonnamment, cela ne dérangeait pas tellement le Rossignol. Souvent, lorsque le garou prenait sa forme, il se mettait à chanter les airs appris par sa contrepartie humaine, s'échappant dans le seul acte plus que dans son contenu.

Il se nourrissait de sensations, du contact avec un élément qu'il connaissait mieux que l'humain avait conscience d'eux. Il s'échappait plus que l'humain lorsque celui-ci croyait pouvoir fuir les responsabilités que sa maison lui imposait en revêtant sa forme aviaire.


Aujourd'hui, l'humain s'était décidé à les voir, unis comme ils l'étaient devant sa persistance à les ignorer. Aujourd'hui ils auraient du pouvoir pour la première fois se venger de celui qui avait fait de leur vie un enfer.
Il n'avait pas tremblé, il était resté relativement calme devant le spectacle surnaturel qu'ils offraient, sans pleurer pour implorer le pardon ni tenter d'utiliser leurs capacités contre eux.

Il leur offrit son repentir d'une langue habile et montra la futilité d'une vengeance qui mettrait fin à leur vie. Tous trois ensembles, le monde pourrait un jour leur appartenir, car alors leur véritable potentiel pourrait éclore.
Le rossignol et l'ombre comprirent Lucien et décidèrent de s'allier à lui tant qu'il ne ferait pas d'erreurs. L'élément ne serait jamais un compagnon d'une loyauté inébranlable pour le noble, et l'animal tenterait de le submerger s'il tentait encore de le barricader.


Les promesses de Lucien ne furent pas tout de suite respectées, et ceux qu'il avait pris pour des outils ne pouvaient pas encore parler avec lui, aussi talentueux qu'il puisse être. Son esprit ne leur était plus hermétiquement fermé, mais il lui était impossible d'utiliser leur plein potentiel. Impossible d'effacer ce que la rancune avait construit, d'autant plus qu'il n'avait pas relâché des mécanismes de défense.

Lorsqu'il revêtit la forme animale, il ouvrit la porte au pouvoir.
Cependant, il n'avait pas la maîtrise du pouvoir qu'il voulait faire sortir et qui ne demandait que ça. Déjà, sous la demande polie de l'humain il commençait à fuir par toutes les pores de la peau du rossignol qui véhiculait son pouvoir, prêt à tuer Lucien dans la manœuvre. Sa première erreur serait la dernière.
Cependant, une force extérieure le redirigeait, une volonté qui ressemblait vaguement à celle de son hôte, mais plus gaie et plus puissante. Cette ressemblance n'était qu'intuitive tant le fossé était grand entre le rachitique humain et cette sorte de liche qui dirigeait son pouvoir d'un main de maître, se riant des volontés du pouvoir élémentaire.

____________________________________________________________________________________

Lucien se sentait tiraillé par le pouvoir de l'Ombre brute qu'il souhaitait amener à lui. Cette force qu'il sentait à peine et ne pouvait pas faire obéir sous forme humaine affluait à présent dans le petit corps de l'oiseau, et les picotements désagréables annonçant son passage n'étaient pas localisés uniquement dans l'aile. Il s'agissait d'une sorte de présence rampant sous la peau, sillonnant par des chemins connus d'elle seule.
La perspective de grossir les rangs des démons en mourant après être allé si loin remplit Lucien d'effroi et le poussa à se concentrer sur l'Ombre, demandant de l'aide au rossignol, plus que jamais. Il évoqua des nuits d'étés passées en vol pour se calmer et se concentrer sur la création du mur sans mourir, sachant qu'il ne pourrait forcer cette force à revenir là où elle était et qu'il valait mieux la diriger.

- Garde les yeux ouverts, observe ce dont tu es capable. N'ignore jamais ton ambition.

Une force nouvelle l'emplit, et quelqu'un le guide. Une présence froide et rassurante qui renvoie l'Ombre dans son corps qui redevient celui d'un humain. L'impression d'avoir été confronté à une personne sage qui lui ressemble.


Une muraille infinie lui fait à présent face, et Lucien ne peut s'empêcher de sourire d'un air béat devant sa réussite exemplaire, qui dépasse l'exemple du professeur. Autour de lui, personne n'a réussi à faire une telle chose, et le lien entre l'animal et l'élément l'a bien servi.
L'Ombre apparaît très robuste comme l'atteste la main qu'il pose sur le mur avant de le cogner doucement de la paume. Froid au contact, il est en même temps très rassurant, et l'étrange impression de toucher sa propre peau prend le mage.
Et pourtant, cet exercice avait été infiniment moins fatiguant que simplement courir à pleine vitesse pendant une minute. Lucien n'éprouvait pas le moindre épuisement, contrairement à d'autres qui soufflaient comme des bœufs devant des murs de deux mètres, ce qu'il ne comprenait pas.


Cela plus que l'expérience devant l'animal d'Ombre finit par le convaincre qu'il était un véritable fils de cet élément et le remplir d'orgueil devant ses prouesses. La seule inconnue dans cette équation était la voix qui lui avait sauvé la vie, qui devait appartenir à la personne qui avait guidé ses gestes.
Le visage fier du professeur était assez rassérénant mais montrait bien qu'il n'était pas responsable de ce qui venait de se passer. Il ne s'agissait pas non plus de la voix de l'Ombre.

Lucien regarda avec attention son professeur, sans fausse modestie mais sans pouvoir s'empêcher d'avoir un air incompréhensif. Lorsqu'il lui annonça qu'il n'aurait pas fait mieux, le sourire qu'il avait déjà sur son visage s'épanouit encore plus, et il ne vit pas comment il aurait pu être plus heureux.
À part en sachant qui était cette personne qui devait lui ressembler un peu.

- Professeur, je ne sais pas comment je pourrais vous répondre. Suite à la chasse aux sorcières, toute trace d'un potentiel ancien mage a certainement été rangée hors de ma portée si la mention de ses aptitudes n'a pas été détruite. Il se peut cependant que ma maison ait été très anciennement fondée par des mages, et que leur noms aient été transmis à travers le temps avant que l'on oublie l'ancêtre originel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniques-revalia.forumactif.com/t1416-lucien-d-elenor-n
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Attention mesdames et messieurs, dans un instant ça va commencer ! [Cours d'Ombre 1, 1ères années] [Terminé]   Ven 14 Mar - 15:34



Pas mal pour un premier essai ! Scarlett forma une protection frontale d’une grande envergure mais qui l’épuisa plus vite qu'il aurait espérée. Le jeune homme garda le bouclier trois secondes au plus avant qu’il disparaisse. Malheureusement, l’apprenti sorcier n’avait pas pu tester la rigidité du mur d’ombre avec son épée. De plus, cette technique semblait être incomplète puisque la relation entre l’utilisateur et son ombre se résumerait à un garçon et une fille qui ne savaient pas comment s'y prendre pour interagir entre eux. Cependant, tous les deux ressentent de l’affection pour l’autre mais il leur est difficile de l’exprimer ouvertement, ce qui résulte d’un manque de communication et une distanciation entre les deux êtres.

Pensant que Lightning avait atteint ses limites, les élèves avaient tort et avaient pu assister seulement à une centième du potentiel de ce dernier. L’épéiste devra débloquer les quatre-vingt-dix-neuf cadenas restants. Moins il y aura de cadenas, plus la relation avec son ombre grandit. S’il parvint à crocheter le dernier cadenas, il lui sera possible d’invoquer son ombre comme l’avait fait M. Shintenno il y a une dizaine de minutes. Il lui faudra faire au moins cinq années de formation pour maîtriser parfaitement sa magie de l’Ombre.

« Cher Scarlett, je ne vous oublie pas. Vous pouvez vous tenir fièrement, car vous avez prouvé que vous étiez digne d'en savoir plus. N'oubliez pas, votre élément n'est pas un outil, c'est une entité, votre frère ou votre sœur, votre ami, sans doute la seule personne qui ne vous trahira jamais... si vous le respectez. L'ombre suit vos désirs, mais vous devez apprendre à modérer vos propres envies. Il y a votre ambition et vos capacités, Scarlett, essayez à nouveau, mais avec un peu moins de pression. Il ne sert à rien de vous presser, sans quoi votre énergie fondra comme neige au soleil. Ne pensez pas non plus que votre création est minime, peu de gens arrivent à dépasser les cinq mètres, sans compter que votre résistance est tout bonnement parfaite. », lui expliqua le professeur.

« Je comprends. Merci pour votre conseil, professeur ! », lui remercia le jeune mage.

Scarlett ferma ses yeux délicatement et souffla calmement. Ses pouls diminuaient au fur et à mesure jusqu’à par atteindre les soixante battements. L’héritier maudit n’avait jamais été aussi serein et semblait être en harmonie avec l’Ombre. Scarlett appela son ombre pour lui prêter main forte.

« Suzu ! Pourrais-tu me donner un peu de ton énergie ? », lui demanda-t-il.

« » *coup de vent*

« Heu… Suzu ? »

« » *coup de vent*

« S’il te plait ? », répliqua le mage de l’Ombre.

« Bien ! », lui répondit son entité.

Le deuxième et le troisième cadenas se brisèrent en même temps. Scarlett réussit à former cinq murs de deux mètres au lieu d’un mur de dix mètres. Ce n’est pas la taille qui est important mais la rigidité. Il dégaina son épée et tenta maintenant de passer à l’offensive.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Attention mesdames et messieurs, dans un instant ça va commencer ! [Cours d'Ombre 1, 1ères années] [Terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Attention mesdames et messieurs, dans un instant ça va commencer ! [Cours d'Ombre 1, 1ères années] [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs, Lord Voldevie arrive.
» CHAPITRE1. les 76th hunger games, la moisson
» Discussion dans les cieux
» La philosophie dans Harry Potter
» Mesdames et Messieurs, un tonnerre d'applaudissement pour Le Petit Dragon D'or BANINGU!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Chroniques de Rëvalïa ::  :: Edälia, leader économique humain :: L'Académie de magie d'Edälia :: Bâtiment Principal :: Espace Élémentaire :: Ombre : Magnae Tenebrae-