AccueilGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 ♦ ~ Ornórä Riveris | Aux portes de l'Académie ~ ♦

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ornórä Riveris
Invité


MessageSujet: ♦ ~ Ornórä Riveris | Aux portes de l'Académie ~ ♦   Dim 29 Déc - 22:33



Nom et Prénom

 

Informations

Nom Complet :: Ornórä Riveris.
Âge :: 15 ans.
Lieux de vie :: Ornórä a vécu ces quinze dernières années dans un petit village de mineurs, au flanc des montagnes d'Ayalamith.
Maisons souhaitées (x2) :: Eau / Esprit.
Maison la moins souhaitée :: Feu.
Matière préférée :: Alchimie.
Matière souhaitée :: Découverte.
Capacité :: Contrôle de son propre sang > Son pouvoir pourrait lui permettre de métamorphoser son sang en réels objets physiques. Son pouvoir ne fonctionne par ailleurs qu'à condition que son sang reste en contact avec sa peau. Dès qu'elle perd sa concentration, les objets disparaissent et son sang rentre à nouveau dans son corps. Toutefois, Ornórä tombe la plupart du temps dans les pommes dès qu'elle voit une goutte de son propre sang jaillir de son corps. La demoiselle n'use donc qu'en cas d'ultime nécessité ce pouvoir qu'elle juge atroce (enfin, ceci quand elle parvient à rester consciente).

Derrière l'écran


Es-tu un garçon ou une fille ? :: Je suis une fille. ♥
Quel âge as-tu ? :: 23 ans.
Comment as-tu découvert le forum :: Par le biais d'un annuaire de forums rpg fantastiques (sawen.net).
Comment le trouves-tu :: Pour le moment, j'apprécie le contexte : j'aime jouer dans ce genre d'univers. J'attends de voir le design final du forum et de jouer pour donner mon avis.
Double compte :: Aucun et je ne projette pas d'en créer ; un personnage me suffit.
As-tu lu le règlement, si oui la preuve :: Droit de passage accordé par le Grand Roi Arthurien !
Autre :: ... Un cookie ? ~♥

Physique
Everything has beauty, but not everyone sees it

"Suis-je jolie ?"
"Suis-je intéressante ?"


Ce sont des questions qui me traversent parfois l'esprit. La réponse me paraît toujours être à la négative quand je perçois les regards des autres sur moi.

Petite et aux doigts boudinés, le visage flanqué de lunettes et entouré d'un casque de cheveux d'une couleur plus qu'indéfinissable, je ne me considérerais vraiment pas comme étant une personne sur laquelle quiconque puisse se retourner (ou alors pour se moquer). Bien sûr, ma démarche et mes attitudes trahissent mon manque de confiance en moi, je le sais, on me le dit souvent, mais je ne crois pas que cela soit ma gestuelle ou ma voix fluette qui me rendent plus moche ou plus insignifiante.

Oui, mon visage et mon corps ont encore les qualificatifs que l'on pourrait donner à un enfant : je suis joufflue, mes formes sont rondes et l'on me qualifie de mignonne, d'adorable plutôt que de séduisante. Alors qu'il devrait s'épanouir et évoluer - comme les autres filles de mon âge - mon corps reste le même et refuse de grandir. Et ma poitrine, mes jambes, mes fesses, ... N'en parlons pas. Une vraie planche à pain maintenue par des jambons...

Seul mon regard aux teintes noisettes, caché toutefois derrière une monture de lunettes rouge peu valorisante, me semble digne d'être complimenté. Ainsi, mon cerveau bouillonne de questions. La première question et la principale, est si redondante que parfois elle me troue le crâne et me revient sans cesse chaque matin quand je m'observe et m'analyse dans le miroir de ma chambre (elle me semble chaque jour plus familière que la veille).

Et ce vieux refrain me chantonne : "Quand poussera t-il ce corps, vilain corps, qui ne me semble pas être le mien ?".

Caractère
We can easily forgive a child who is afraid of the dark; the real tragedy of life is when men are afraid of the light

Je ne suis pas belle, je ne suis pas douée dans les activités artistiques, ménagères ou manuelles et je ne brille pas non plus pour mon intelligence. Et dans mon milieu, une fille médiocre, ni douée pour la couture, ni pour la cuisine, n'est pas digne d'intérêt. Et si je ne suis pas la fille parfaite aux yeux de ma famille, je n'ai même pas eu la décence d'hériter de qualités plus viriles, comme la force, le courage ou l'agilité.

J'ai toujours eu le sentiment en un sens d'avoir déçu mon père, cet homme si brusque, sévère, parfois violent. Quand je le regardais, mon père, une peur indescriptible me tordait les boyaux. J'avais peur qu'il me frappe, encore et encore, ou pire qu'il me dise que je n'étais pas digne de lui. Je me suis toujours sentie très lâche et insignifiante en sa présence.

Aujourd'hui encore, quand quelqu'un cherche à me faire du mal ou que je vois du sang couler, je ne peux m'empêcher, viscéralement, de ressentir une telle terreur que la seule pensée qui peut me venir serait celle de me terrer, de disparaître, quelque part, n'importe où. Dans ces moments-là, il y a comme un poing dans mes entrailles, qui ne s'en va pas, qui demeure sur mon estomac même parfois plusieurs jours d'affilée.

Ma mère, elle, était bien trop occupée : elle avait la lourde tâche de devoir s'occuper de mes quatre autres grands frères, brillants, énergiques et vigoureux. Elle n'avait pas le temps de s'enquérir des états d'âme de sa petite dernière, inutile et un peu fantasque selon elle. J'ai eu le sentiment d'avoir grandi comme une mauvaise pousse, non désirée, et que mes parents auraient bien voulu arracher s'ils en avaient eu la possibilité.

Je suis ainsi animée par la recherche perpétuelle de ce qui me rendra meilleure demain. Je voudrais pouvoir changer ; devenir n'importe quoi qui ne soit pas moi. Me métamorphoser ou disparaître me tenterait bien... En apprenant la magie, j'aimerais me découvrir un talent, une qualité, j'aurai ainsi le pouvoir de dire à mes parents que grâce à cela, mon existence a de la valeur dans ce monde, que je ne suis pas insignifiante comme ils le pensaient.
 

Histoire
Yesterday is history, tomorrow is a mystery


1. Si je vous parle de ma famille :

J'ai grandi dans un petit village éloigné de l'agitation des grandes cités d'Edälia. Iklésias, mon village, est placé aux flancs de la chaîne de montagnes d'Ayalamith. C'est là que je suis née, dans une maison à trois étages à l'allure plus que modeste. Mon père est un homme robuste, fort et fier. J'aime le comparer à un ours, car quand il se met en colère, mieux vaut se tenir loin de ses mains gigantesques. Il travaille à la mine, comme presque tous les hommes du village. Les femmes, dans mon village, tiennent les petits commerces. Ma mère, originaire de l'Île du Diable, était la poissonnière d'Iklésias avant de devenir mère. Quand j'étais petite, je la voyais égorger les poissons avec un sourire radieux inscrit sur les lèvres : cela m'effrayait au plus haut point. Mais elle a vite rendu son tablier pour pouvoir s'occuper de mes quatre grands frères, tous plus insupportables les uns que les autres. Ils font la fierté de mon père ; tout le contraire de moi en somme.

Mon père se nomme Artus, ma mère Elöra, et mes frères : Nickair, Malwin, Todd et Samwell. Chacun de mes frères a une spécialité. Nickair, grand et fort, est le plus grand coureur du village. Il a fini par en devenir le messager, car il était trop grand pour travailler à la mine. Plus trapus, Malwin et Todd sont devenus mineurs, comme mon père. Ils sont tous les deux très musclés et ils me font un peu peur parfois car ils ont développé une sorte de véritable amour pour les petits couteaux et les lames aiguisées (ils ne savent pas s'en servir toutefois). Enfin Samwell... Samwell est l'artiste de la famille. Il a refusé de devenir mineur et s'est rendu à la capitale pour devenir musicien. Je l'envie, cela doit être chouette d'être ainsi animé d'une passion. Mes parents ne l'ont pas rejeté pour autant, je crois même que mon père est assez fier de lui.

Toute ma famille a un don héréditaire qui est celui de réussir à arrêter le temps à volonté. Je trouve ce don vraiment génial !! Longtemps, j'ai cru que j'avais moi aussi ce don mais qu'il ne s'était pas encore révélé à moi (ou alors que j'étais trop nulle pour l'utiliser). Et puis un jour, j'ai fait une bêtise et mon père m'a battue si fort que du sang a giclé de mon nez et de ma bouche. J'étais si en colère que mon sang n'a fait qu'un tour et s'est transformé en gros poing sombre et gluant. Ce poing a frappé mon père qui s'est retrouvé avec la même tête que moi. Je m'en suis aussitôt voulue ; j'ai culpabilisé. Mon père m'a traitée de monstre. Au fond de moi, je me suis sentie... minable. Ensuite, j'ai réalisé que ce n'était pas mon vrai poing qui avait frappé mon père mais mon sang. Mon SANG !! Et là... Je me suis évanouie. Quand je me suis enfin réveillée, je me suis promis de ne plus jamais refaire appel à mon "don" (si l'on peut appeler cela un "don"). Plus jamais...

Mes frères sont prodigieux, on ne cesse de me le répéter. Et ils ont un don qui n'est pas monstrueux, comme le mien. Je ne fais la fierté de personne et je ne suis douée pour rien. Tout le monde m'ignore au village et je n'ai pas d'amis. Je passe mon temps à vadrouiller ou la tête dans ce bouquin, que j'ai trouvé sur la place du village. J'ai de plus en plus hâte (et je suis très effrayée dans le même temps) de partir d'ici. Je me dis qu'à l'Académie, une nouvelle vie s'offre à moi, plus riche, plus passionnante et, je l'espère, moins solitaire...

---

2. Un secret, une passion :

Un jour, j'ai découvert un livre sur la place du marché. Je me suis dit qu'un noble l'avait peut-être fait tomber et je l'ai ramassé afin de le rendre à son propriétaire. Le livre était plein de poussière et en piteux état : les chariots des commerçants et les passants, l'avaient piétinés si fort que sa tranche s'était complètement aplatie. Les caractères au creux de l'ouvrage n'étaient même plus visibles. N'apercevant pas son propriétaire à l'horizon, je l'ai pris avec moi. Je savais que si mon père ou l'un de mes frères tombaient sur ce livre, lui et moi ne ferions pas long feu. Je l'ai caché sous mon matelas et la nuit, le plus discrètement du monde, je le contemplai, le feuilletai, comme un trésor.

J'étais sa seule propriétaire et il était l'objet le plus précieux que j'avais en ma possession. Personne n'avait jamais pris le temps de m'apprendre à lire et je ne connaissais que sommairement l'alphabet, pour l'avoir vu plusieurs fois écrit sur un panneau dans la chambre de mon frère cadet. J'ai essayé d'apprendre moi-même la lecture grâce à ce livre sans savoir vraiment comment la lecture fonctionnait. Je passais alors mes journées à tenter de déchiffrer ces mots compliqués, à les tourner dans tous les sens. J'en dissociais chaque caractère pour les analyser et les retracer sur du papier-parchemin que j'achetais avec mes petites économies. Il me fallut près d'un an pour apprendre, toute seule ; et cela resta mon secret.

Nous en reparlerons plus tard, mais grâce à cette histoire, j'espère que vous comprendrez ô combien mon émerveillement fut grand quand j'appris que j'étais reçue à l'Académie d'Edälia : tout un pan de savoir et de littérature m'attendait en ces lieux sacrés. Quoi qu'il en soit, la lecture, je crois, me sauva. Je découvris enfin une activité qui me faisait vibrer, qui me donnait un aperçu du sentiment que l'on ressent quand on a un but dans l'existence.

---

3. L'Académie :
 
Croyez-le ou non, quand j'ai appris que j'étais reçue à l'Académie pour devenir magicienne - ou sorcière, appelez cela comme vous le voudrez - et bien au début, j'ai vivement rejeté l'idée ; oui, de tout mon être !! J'ai grandi dans un village reculé, où la magie est très mal vue malgré les lois qui ne l'interdisent plus. Mes parents, le grand sage du village, les petites gens de ma contrée, ils ont tous toujours eus deux grands ennemis à combattre dans leur existence : les riches... et puis les mages.

Quand ma famille a su, j'ai reçu l'interdiction d'y aller et même moi, je ne savais pas ce que je désirais. J'étais dévorée par l'ambition : je me disais que je pourrai enfin trouver une vocation et éviter le destin qui attendait toutes les filles de ce village (devenir la femme d'un mineur et lui faire une tripotée de bambins, puis mourir, soit à cause de la pauvreté et soit à cause la maladie, soit à cause des deux). Mais j'avais en horreur la magie, on m'avait appris dès mon plus jeune âge à l'exécrer et à abominer tout ce qui y touchait de près ou de loin. Finalement, mon père s'est laissé convaincre par l'un de ses cousins, le plus riche et le plus cultivé, qui lui disait qu'ainsi je pourrai peut-être "élever" le rang social de la famille. Je crois surtout que mon père était ravi d'avoir une bonne raison de se débarrasser de sa fille.

Je pense que je suis un peu stupide car, quand mon père m'a annoncé que j'allais aller étudier à l'Académie, je me suis sentie emplie d'un sentiment de fierté que je n'avais jamais ressenti auparavant. Or, oui, je suis certainement complètement idiote, puisqu'il était évident qu'aucun membre de ma famille ne me considérait comme meilleure ou du moins différente, pour avoir obtenu le droit d'accès à la connaissance et la pratique des arcanes magiques.

Je suis pleine d'appréhension pour mon entrée à l'Académie. Je sais que je suis en général quelqu'un de très peureux et j'ai peu confiance en moi, mais là, je sais que mes peurs sont justifiées : je n'ai jamais étudié la magie, je ne sais même pas à quoi cela peut ressembler. Bien sûr, j'ai déjà vu quelques mages faire des tours de passe-passe, mais à chaque fois, mon père m'éloignait et j'ai toujours dû regarder cela de loin, en cachette. J'espère tellement que mon ignorance ne m'empêchera pas de réussir à me faire des amis ; je n'en ai jamais vraiment eu.

Mon plus grand souhait serait de trouver une matière pour laquelle je serai douée et qui rendrait mon père fier de moi. Oui, c'est tout ce que je désire : pouvoir faire l'honneur de ma famille. (Ornórä, mon prénom, veut d'ailleurs dire "Honneur" dans mon patois local).  


© FICHE CRÉÉE PAR REIRA DE LIBRE GRAPH'


Dernière édition par Ornórä Riveris le Jeu 2 Jan - 16:53, édité 27 fois
Revenir en haut Aller en bas
L'Ankou
Edälia
avatar
Date d'inscription : 12/02/2009
Nombre de messages : 147
Age : 23
Lieux d'influence : Et si t'arrétais de poser des questions bètes, hum?
Activité : Toi, ton job, c'est de me poser des questions inutiles...

Feuille de personnage
Race: Humain
Dons Élémentaires:
Perfectionnement:

MessageSujet: Re: ♦ ~ Ornórä Riveris | Aux portes de l'Académie ~ ♦   Lun 30 Déc - 13:09

Déjà, bienvenue à toi.

Il se trouve que tu es la 3e personne à faire une erreur sur les matières obligatoires xD La Maitrise de Soi est une matière obligatoire, donc ne doit pas figurer dans tes choix de matière. Pour rappel, tu as 4 matières au total : l'élément, la maitrise de soi, qui sont obligatoires pour TOUT LE MONDE, et deux autres matières au choix parmi celles qui restent.
Je te laisse poursuivre, évidement. Bon courage !
(Et je valide évidement le code. Et le don me semble un peu horrible, mais je vois pas particulièrement d'objection à ça. Même si ça me donne des frissons rien que d'imaginer xD )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniques-revalia.forumactif.com/t1304-l-ankou-tremblez-
Date d'inscription : 28/04/2010
Nombre de messages : 314
Age : 26

Feuille de personnage
Race: Célestin
Dons Élémentaires: Ombre
Perfectionnement: Voie du Sage ~ Ombre

MessageSujet: Re: ♦ ~ Ornórä Riveris | Aux portes de l'Académie ~ ♦   Lun 30 Déc - 13:34

Le souci c'est que ça ressemble au contrôle du sang en ombre, sauf que cela semble beaucoup moins puissant^^

~~~~


I still want to stay here...
I dont want to die...


Thème Musical
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniques-revalia.forumactif.com/t1322-votre-chapelier-e
Invité
Invité


MessageSujet: Re: ♦ ~ Ornórä Riveris | Aux portes de l'Académie ~ ♦   Lun 30 Déc - 15:01

Bonjour Shitennô et Oswin ! Merci pour vos messages de bienvenue.

En effet, j'ai mal lu hier soir ; j'avais compris que ce n'était que le cours d'éléments qui était obligatoire. Merci pour la remarque, c'est corrigé ! ;D

Pour ce qui est du don... Et bien, je me dis qu'une fois sa phobie du sang maîtrisée et son gros blocage pour tout ce qui concerne la violence (j'en parlerai dans la description de son caractère) mis de côté, Ornórä pourrait évoluer de manière amusante si elle parvient à développer son mental. Je suis comme ça, j'aime mettre des bâtons dans les roues de mes personnages. Toutefois, je peux en changer si cela pose un problème de quelque sorte que ce soit. Par ailleurs, Shitennô, pourrais-tu développer ce que tu disais à propos de la maîtrise de l'ombre ? Je n'ai pas entièrement compris ton propos.

Par ailleurs, je me suis questionnée cette nuit (oui j'y ai réfléchis en dormant XD) mais le Royaume d'Edälia est-il dans une ère que l'on pourrait comparer à notre Haut Moyen-Âge ? Ainsi des textiles réalisés dans des matières synthétiques (que l'on peut voir dans mon avatar ou celui de Milo et vêtus de coupes particulièrement contemporaines) ne pourraient pas exister dans un monde (soit-il parallèle et doué de magie) qui n'a que 406 ans, n'est-ce pas ? Alors dois-je changer mon avatar pour y mettre un personnage de style plus médiévale, à l'image de celui d'Oswin ? Et ainsi la voilà, ma véritable question (ou plutôt mes questions) : Ou en sommes-nous, intellectuellement, technologiquement, psychologiquement ? Le peuple, même venu des terres les plus reculées, est-il analphabète ? Les pauvres ont-ils accès à la connaissance ? Savent-ils que leur planète est ronde ? Et enfin, comment la maladie est-elle soignée ? Ah oui, aussi, y a t-il des Dieux (ou un Dieu) que les humains vénèrent ?

Merci par avance pour vos réponses.

Edit : J'ai édité car j'ai trouvé certaines de mes réponses en relisant une énième fois le contexte ^^ ♥


Dernière édition par Ornórä Riveris le Lun 30 Déc - 15:58, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Date d'inscription : 28/04/2010
Nombre de messages : 314
Age : 26

Feuille de personnage
Race: Célestin
Dons Élémentaires: Ombre
Perfectionnement: Voie du Sage ~ Ombre

MessageSujet: Re: ♦ ~ Ornórä Riveris | Aux portes de l'Académie ~ ♦   Lun 30 Déc - 15:51

Que de questions !

Comme tu le sais, chaque être possède un don, un pouvoir unique pour le départager de cette maudite foule ô combien banale. Mais toute personne entrant à l'académie est affiliée à un élément, ombre, esprit, air, feu et terre. Au fil des années, tu apprends à utiliser cet élément et tous les domaines qui y sont liés. Le contrôle du sang est un des nombreux perfectionnement de l'ombre. Tu l'apprends en quatrième année, autant dire que ce n'est pas une magie facile d'utilisation, cependant elle est beaucoup plus complète que ton don. Tu parles de créer uniquement des objets, tandis que cette technique permet...

Citation :
Contrôle du sang
Permet de manipuler le sang pour en faire une arme, augmenter la gravité des blessures, stopper les hémorragies, créer des projectiles de sang, mur de sang, etc. Les attaques offensives et défensives, excepté la gravité des blessures et l'annulation de l’hémorragie demandent votre propre sang, du coup...vous savez ce que vous risquez.

Donc, bien que cela possède certains points communs, le côté plus "limité" de ce don n'entre pas en conflit avec un tel pouvoir. Donc pour moi c'est bon x)

Ma science de spécialiste de l'ombre étant étalée, méritant mon misérable salaire, je peux répondre à tes autres questions. Nous sommes actuellement dans une ère très proche du Moyen Âge, cependant tu vas rapidement te rendre compte que la recherche et l'évolution des technologies est beaucoup plus rapide que sur la terre. Il existe une pile chimique, qui est un procédé simple d'alchimie, mais ne permettant pas de faire grand chose. Certes nous n'avons pas des textures comme le diabolique polyester, mais devons nous changer pour autant nos avatars ? Absolument pas. Il suffit d'imaginer une autre matière, adaptée à l'époque, bien que si on me sort un laser ou un téléphone portable, je risque légèrement de piquer de l’œil. Une liste des technologies sera prochainement postée.

Donc non, tu n'as pas besoin de changer ton avatar, technologiquement nous sommes au Moyen Âge avec quelques inventions qui viennent bien plus tard, comme l'impression pour nos charmants livres, ainsi que beaucoup de magie. Les Edäliens ne savent lire que depuis très peu de temps, le roi Probus Kyte n'ayant offert des écoles accessibles aux pauvres depuis peu. Leur connaissance est limitée, l'académie étant le seul lieu de savoir digne de ce nom, mais tout dépend de la race.

En effet, les humains ont une évolution très lente, mais ce n'est pas le cas des autres espèces. Les elfes ont une énorme connaissance des technologies liées à la nature et la magie. Les Célestins sont avancés dans la magie, l'astrologie et autres domaines liés aux éléments et au ciel. Ainsi, si on veut résumer, les humains sont une bonne bande d'ignares analphabètes, excepté les nobles qui ont accès à certaines connaissances. Mais le meilleur moyen d'apprendre est d'aller à l'académie, ce qui offre donc un savoir à toute personne ayant un pouvoir et délaissant les personnes normales.

Et pour la religion, il n'y a qu'un seul dieu, la lune. Elle est créatrice de plus ou moins tout, ce qui fait qu'elle possède une importance capitale sur cette planète. Cependant, il n'y a pas vraiment de culte à proprement parler, excepté chez les elfes et les Célestins. Les humains voient plus le côté légende, les démons détestent cette "créatrice" et les vampires préfèrent leurs fondateurs.

Question psychologie, je ne comprends pas vraiment le sens de ta question^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniques-revalia.forumactif.com/t1322-votre-chapelier-e
Invité
Invité


MessageSujet: Re: ♦ ~ Ornórä Riveris | Aux portes de l'Académie ~ ♦   Lun 30 Déc - 21:20

Ah super, merci beaucoup pour toutes ces réponses d'une grande précision (et d'une rapidité !!), Shitennô ! ♥ *offre une montagne de cookies faits maison* Pour ce qui est de ma question sur la psychologie, je me demandais simplement si les humains (ou les autres races) étudiaient, à la manière de Jung ou Freud, ce qui se trame dans nos esprits conscients et inconscients. Mais ton résumé sur le niveau de connaissance et de culture de chacune des races répond à ma question. Ces nombreuses informations me permettent d'avancer sur ma fiche ; je m'y remets donc instamment ! =^.^=
Revenir en haut Aller en bas
Date d'inscription : 16/04/2013
Nombre de messages : 20
Age : 23

Feuille de personnage
Race: Humain
Dons Élémentaires:
Perfectionnement:

MessageSujet: Re: ♦ ~ Ornórä Riveris | Aux portes de l'Académie ~ ♦   Mar 31 Déc - 12:17

(Double compte d'Oswin, histoire de pas me faire traiter d'imposteur xD )

Niveau psychologie, j'avoue qu'on a pas été poussé jusqu'à décrire toutes les recherches que peuvent faire les habitants d'Edalia, surtout dans cette matière là xD En tout cas on l'a pas encore fait. M'enfin les humains restent humains, c'est à dire curieux de tout et toujours à chercher à comprendre ce qu'ils ne comprennent pas. Donc ya surement deux trois tordus du même genre que ceux que l'on connait qui l'ont fait quoi. Je pense pouvoir donc te dire que oui, cela a existé ^^
De toute façon, je pense que la supériorité de la religion dans les rapports des humains de notre monde (le notre, j'entends, IRL donc) a considérablement ralenti les recherches, qu'elles soient psychologiques et scientifiques. Alors que sur Edalia, la seule "religion", c'est la Lune qui a donné la magie au continent. C'est pas comme nos religions, puisqu'elle est unique et surtout avérée et prouvée. Ce que la Lune a fait est connu, tout le reste est à connaitre, donc il y a évidement des chercheurs dans tout les domaines. C'est ma vision sur la chose, et étant le seul membre du staff présent pour les 2-3 jours qui suivent, les absents ayant toujours tort, je pense que tu peux suivre cette voie là Smile

Edit de l'AUTRE membre du staff présent : Theyne Myalens est également présent. Non mais.
EDIT de moi même : Admin* ça va mieux ? è_é

J'ai lu ton physique que je trouve bien rédigé et plutôt rigolo. J'aime pas du tout lire de la première personne en général, mais là c'était assez amusant pour que ça ne me gène pas trop. Bonne continuation à toi Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniques-revalia.forumactif.com/t1354-leonard-alchimist
L'Ankou
Edälia
avatar
Date d'inscription : 12/02/2009
Nombre de messages : 147
Age : 23
Lieux d'influence : Et si t'arrétais de poser des questions bètes, hum?
Activité : Toi, ton job, c'est de me poser des questions inutiles...

Feuille de personnage
Race: Humain
Dons Élémentaires:
Perfectionnement:

MessageSujet: Re: ♦ ~ Ornórä Riveris | Aux portes de l'Académie ~ ♦   Mer 1 Jan - 23:19

Question : ... C'est fini ? xD
Non parce que tu conclues l'histoire en parlant de l'entrée à l'académie, donc bon ça pourrait l'être. Et franchement à part le fait que le caractère soit plus rempli en histoire que l'histoire elle-même, j'ai pas grand chose à redire sur ce que tu as fait. Mais j'aime autant demander x)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniques-revalia.forumactif.com/t1304-l-ankou-tremblez-
Invité
Invité


MessageSujet: Re: ♦ ~ Ornórä Riveris | Aux portes de l'Académie ~ ♦   Mer 1 Jan - 23:27

C'est mon premier jet. J'aimerai me relire et réécrire quelques trucs. J'éditerai ce message quand j'aurai fini (mais je ferai ça demain car il commence à se faire tard).

Et puis j'ai retransvasé des éléments de la description du caractère dans l'histoire pour que cela soit plus homogène et j'ai réécris un paragraphe dans la description pour conclure le tout. Comme dit, je finirai demain. Bonne soirée ^^

Edit-1 : Si tu veux, je te mp quand j'ai fini ? Ca t'évitera d'avoir à repasser plusieurs fois sur ma fiche pour voir quand j'ai édité ?

Edit-2 : J'ai fini ! Smile
Revenir en haut Aller en bas
L'Ankou
Edälia
avatar
Date d'inscription : 12/02/2009
Nombre de messages : 147
Age : 23
Lieux d'influence : Et si t'arrétais de poser des questions bètes, hum?
Activité : Toi, ton job, c'est de me poser des questions inutiles...

Feuille de personnage
Race: Humain
Dons Élémentaires:
Perfectionnement:

MessageSujet: Re: ♦ ~ Ornórä Riveris | Aux portes de l'Académie ~ ♦   Jeu 2 Jan - 11:51

Bon. Vraiment juste pour être chiant : tu ne parles jamais de ton don dans l'histoire ou dans le caractère. Du coup j'aimerais savoir : Onora l'a t'elle déjà utilisé, ou alors elle ne l'a pas encore découvert, ou autre ? Si tu pouvais juste en parler quelque part histoire de poser, sur papier, ce qu'il en est, ça serait je pense très bénéfique pour toi.

Une fois cela fait... Ben j'ai beaucoup aimé ta fiche au final, alors que je déteste habituellement lire de la 1ere personne, c'était plutôt léger et agréable. Donc tu seras validée sans problème. Juste ce petit détail à rajouter quelque part. Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniques-revalia.forumactif.com/t1304-l-ankou-tremblez-
Invité
Invité


MessageSujet: Re: ♦ ~ Ornórä Riveris | Aux portes de l'Académie ~ ♦   Jeu 2 Jan - 12:05

Ah oui, pas c**, j'ai complètement zappé ça. Haha. En fait, je n'en ai aucune idée ; je vais y réfléchir. Je te re-mp quand j'ai ajouté ça.
Revenir en haut Aller en bas
L'Ankou
Edälia
avatar
Date d'inscription : 12/02/2009
Nombre de messages : 147
Age : 23
Lieux d'influence : Et si t'arrétais de poser des questions bètes, hum?
Activité : Toi, ton job, c'est de me poser des questions inutiles...

Feuille de personnage
Race: Humain
Dons Élémentaires:
Perfectionnement:

MessageSujet: Re: ♦ ~ Ornórä Riveris | Aux portes de l'Académie ~ ♦   Jeu 2 Jan - 12:23

Ou alors tu postes juste après ce message, car j'ai autre chose à dire xD
Ta matière souhaitée va changer du coup, parce qu'on a vraiment trop de monde en créature par rapport à la découverte. Navré, mais tu vas être reversée là dedans. Par contre l'alchimie ça va, c'est moins plein donc tout va bien.



EDIT : Ben du coup ce sera bon. Tu es prise en alchimie et découverte, et validée en tant qu'élève.
Pour la maison, vu que ton personnage semble perdu au milieu du monde et chercher à se frayer un chemin, malgré sa faiblesse, et les nombreux obstacles qui se dressent devant lui, ça me fait plutôt penser à un ruisseau qui ruisselle dans une forêt. Le chemin à suivre est imposé par son entourage, quel qu'il soit. Et d'un autre coté, dans d'autres conditions, tu peux te transformer en un véritable torrent, avec un don qui peut être plutôt destructeur.
Bienvenue dans la maison de l'Eau, très chère.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniques-revalia.forumactif.com/t1304-l-ankou-tremblez-
 

♦ ~ Ornórä Riveris | Aux portes de l'Académie ~ ♦

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Chroniques de Rëvalïa - Forum RPG dark-fantasy ::  :: Présentation de votre personnage :: Fiches Validées :: Fiches Académie :: Fiches Elèves-