AccueilGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 1.1 Escapade dans les bois [Cours de créatures, Première année]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Date d'inscription : 12/11/2013
Nombre de messages : 72
Age : 20

Feuille de personnage
Race: Humain
Dons Élémentaires:
Perfectionnement:

MessageSujet: 1.1 Escapade dans les bois [Cours de créatures, Première année]   Sam 25 Jan - 22:41

Une belle journée s'annonçait. Et c'était tant mieux, car ça aurait perturbé les plans de Léandra. Pour son premier cours sur les créatures, elle avait préparée aux premières année un premier cours qui, elle espérait, allait les fasciner. Ce qu'elle ne voulait pas faire était des cours théoriques simples et basiques où l'on parle des diverses créatures de ce monde sans jamais les observer, autre que part un croquis inintéressant. Non, non et non. Pour apprendre des choses sur les animaux, il faut les voir de ses yeux, les observer, les admirer, parfois même prendre un contact avec eux si c'est possible. Aussi, Léandra prévoyait beaucoup d'excursions pour cette année là. Etant donné que les créature qu'elle leur fera étudier ne seront pas dangereuses.

La jeune femme avait donné rendez-vous aux élèves près de l'entrée de l'académie. Un peu stressée, elle faisait les cents pas. Son premier cours. Les élèves allaient t'il aimer ce qu'elle fera? Fera-t'elle bien son rôle de professeur? Des questions qu'elle se posait, et qui évidement, ne la rassurait pas. Pour se calmer, Léandra aurait bien jouée un air au violon. Un petit morceau lent, mais doux et apaisant, qui l'aurait calmée en un rien de temps. Mais elle avait laissée son violon dans ses appartements, et de toute manière, il n'était pas convenable de jouer du violon lorsqu'on attendais ses élèves. Ce serait presque se donner en spectacle.

Léandra s'arrêta un instant de marcher et se posa sous un arbre à proximité. Elle ferma les yeux et inspira à fond. Elle fit le vide dans sa tête et tenta de se détendre un instant. Du calme...du sang-froid...de la tranquillité. Léandra se laissa mentalement porter par l'infini, et le vide. Elle mit en arrêt tout ses sens. Plus de temps, ni d'espace, ni de bruit. Elle décida d'abord de ressentir. Ressentir les quelques rayons de soleils traversant le feuillage, la terre en dessous de ses mains...Ensuite arriva le bruit des feuilles et  des oiseaux. Et enfin, elle ouvrit les yeux. Elle était maintenant calmé. Mais en ouvrant les yeux, elle trouva quelques élèves près de l'entrée. La plupart semblait la regarder d'un air surprit. Elle ne comprenait pas pourquoi cette mine étrange, jusqu'à ce qu'elle vit que petits cailloux et graviers flottaient légèrement autour d'elle.

Léandra avait oubliée qu'elle n'avait que peu de contrôle sur son don. Lorsqu'elle était distraite ou rêveuse, les choses autour d'elle avaient tendance à flotter. La violoniste n'avait pas prévue de voir les élèves une fois s'être calmée. Elle se sentit mal à l'aise devant eux, n'ayant aucunement voulus leur offrir le spectacle d'une professeur incapable de contrôler ses pouvoirs. Elle tenta d'ignorer cet événement et de paraître naturelle. Léandra s'approcha d'eux avec un sourire:

-Bonjour à tous. Mon nom est Léandra de Karélïs. Suite à la malheureuse disparition de votre ancienne professeure de créature, Johana Moore, j'ai demandée à Myrrdin si je pouvais prendre les rennes. Pour ce premier cours, je vous propose une excursion dans le petit bois à proximité pour étudier quelques créatures connus de ce vaste monde. Je tiens à vous informer également que mes cours seront organisé par thèmes: nous étudierons plusieurs animaux par apport à leur environnement et leur biodiversité -autrement dis, si une espèce est nombreuse ou peu nombreuse- . Le thème d'aujourd’hui étant "les bois et les forêts", nous allons donc observer les surprenantes créatures peuplant ces lieux-là, et qui peuvent être facilement abordable. Pour ceux qui attendaient à un cours décoiffant, j'ai le regret de vous dire que vous allez devoir patienter avant d'étudier les dragons, car la plupart des créatures que vous allez étudier tout au long de l'année sont plus ou moins inoffensif. Mais, même si les créatures que je compte vous présenter ne sont pas les plus magnifiques, nobles ou mystérieuses, j'espère que vous prendrez du plaisir à les découvrir.

Au final, Léandra se rendit compte qu'elle était angoissée pour se premier cours pour rien. Après tout, si des élèves étaient inscrit au cours de créature, c'est car ils voulaient apprendre des choses sur les espèces de ce beau monde. Et Elle-même avait pris un plaisir fou à les découvrir lors de ses escapades près d'Astraël, accompagnée de son guide, lorsqu'elle avait à peu près leur âge. Non. Aucune raison qu'ils soient déçu.

-Avant de se mettre en route, quelqu'un aurait t'il une question?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniques-revalia.forumactif.com/t1534-la-violoniste-mau
Date d'inscription : 19/06/2013
Nombre de messages : 55
Age : 23

Feuille de personnage
Race: Garou
Dons Élémentaires:
Perfectionnement:

MessageSujet: Re: 1.1 Escapade dans les bois [Cours de créatures, Première année]   Mar 28 Jan - 14:02

Les cours de créatures reprenaient, le directeur Myrddin n'avait pas mis bien longtemps avant de trouver une remplaçante à Mme Moore, à tel point que ça en devenait presque curieux. Il semblerait que les gens se bousculent pour enseigner dans cet établissement, celui-ci avait déjà accueilli une légende vivante (à ce qu'on lui a dit) en artefact ainsi qu'un des plus célèbres comte vampirique qui était déjà le professeur de Redd à la découverte d'Edalia. Il se demandait un peu, y'avait-il une raison qui poussait à faire se réunir les plus grands maitres de chaque domaine ici ? En même temps, c'était le seul établissement du genre, et sûrement un extraordinaire espoir pour le futur de ce monde, mais ça restait surprenant pour lui qui ne vécut et n'étudia que dans des environnements clos, très modestes et étrangement isolés... Enfin, il faudrait bien qu'il lâche cet ancien monde un jour ou l'autre, d'autant plus qu'il ne demande que ça en réalité.

L'heure tournait on dirait, cette pause lui avait fait du bien, il allait bientôt être temps de reprendre les cours, en commençant par ce tout nouveau programme de créature qu'il n'avait pas eu l'occasion de lire jusqu'à présent (normal puisqu'il n'était pas encore affiché...). Il ne savait pas du tout à quoi s'attendre, et cette nouvelle enseignante allait devoir démarrer fort pour surclasser les 2 créatures fantastiques qui leur avaient étés présentées la dernière fois. Bon il s'agit de cours, pas d'une épreuve ou d'un duel mais c'était un raisonnement assez basique pour n'importe qui de hiérarchiser chaque chose, consciemment ou pas. Pas bien difficile de retrouver l'entrée de l'académie cette fois-ci, quelques élèves attendaient déjà devant celle qui semblait être leur nouvelle enseignante à l'air un peu gêné. Maintenant qu'il y pensait il était arrivé à chaque fois relativement en avance à ses cours, cette pensée lui décrocha un léger sourire. Des cailloux étaient répartis autour d'elle en cercle même s'il ne comprenait pas vraiment pourquoi. La professeure prit rapidement la parole et prit un instant pour parler de leur ancienne enseignante. Disparue ? Elle n'était pas sensée être "juste" partie pour causes personnelles... ? Une expression d'incompréhension se dessina sur le visage de l'étudiant alors qu'elle continuait son discours. Les bois allaient de nouveau être leurs premiers sujets d'étude, même si elle ne semblait pas prendre la même direction que Mme Moore.
La seule question qui lui venait à l'esprit était à propos de la "disparition" de celle-ci, mais il se tût, considérant qu'il ne valait peut être pas mieux demander ça... Ce n'était qu'une façon de parler après-tout, hein ? Et puis, concentrons-nous sur les créatures, le programme a l'air moins reluisant que le précédent de l'aveu de la professeure mais ça restait un domaine qui intéressait beaucoup Redd. Ca sera peut être l'occasion de voir un peu plus de paysage...


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniques-revalia.forumactif.com/t1418-redd-mccloud-rena
Date d'inscription : 26/09/2013
Nombre de messages : 53
Age : 20
Lieux d'influence : Loin de tout.

Feuille de personnage
Race: Garou
Dons Élémentaires:
Perfectionnement:

MessageSujet: Re: 1.1 Escapade dans les bois [Cours de créatures, Première année]   Sam 15 Fév - 23:37

Je marchais d'un pas las et lent, longeant les murs des couloirs. Le soleil s'était levé depuis quelques heures déjà, mais il me restait pas mal de temps devant moi avant ma première heure de cours de la journée. Je suivais les autres élèves qui se dirigeaient vers la salle à mangé. En marchant, j'observais les étudiants, les cours n'avaient pas débuté depuis longtemps mais déjà plusieurs groupes s'étaient formés et les couloirs étaient remplis de rire et de piaillements enfantins. Je me laissais emporter par la vague d'élève qui pénétrait dans le réfectoire et je cherchais quelques instants si quelqu'un que je connaissais se trouvais dans les parages. Quelques personnes me bousculèrent dans leur hâte et comme aucune tête ne me paraissait familière dans cette immense salle, je me trouvais une table vide dans un coin et m'installai pour manger. J'avais l'habitude de manger seule, mais je ne pouvais m'empêcher de continuer de chercher autours de moi si je croisais quelqu'un de mon cours d'élément ou encore d'alchimie. Je ne m'étais pas fait réellement d'ami, seulement échangé quelques phrases par-ci par là, sans grand résultat.
Je n'avais pas vraiment faim, a aucun moment de ma vie je n'avais eu de la nourriture en abondance comme ici. Et il m'arrivait parfois d'avoir envie de vomir face à tous ces aliments qui ne cessaient jamais de sortir de ces cuisines. Après avoir grignoter quelques morceaux de pain et bu un peu de lait, mon ventre était déjà plein.
J'étais rapidement sortie, voir toutes ces personnes rire et ne se soucier seulement de l'instant présent m'agaçait et je me sentais seule.

J'étais en avance. Personne ne se trouvait à l'endroit prévu et c'est simplement parce que plusieurs cailloux volaient autour d'elle que je remarquais  notre nouvelle professeure. Elle était adossée à un arbre les yeux fermés, se laissant sûrement emporter par les bruits de la nature environnante. Sa respiration était posée et quelque pierres lévitaient étrangement à ses côtés. Je ne savais pas vraiment quoi faire, il n'était pas encore l'heure et j'étais la seule ici. Je tournais les talons pour revenir sur mes pas et m'installer près de l'entrée pour attendre les autres élèves. Je reportais mon attention sur notre professeure, elle paraissait très jeune. Ses cheveux attachés étaient brun et elle avait l'air plutôt gentille au premier abord.
Quelques élèves arrivèrent enfin, ils regardaient étrangement la femme près de l'arbre se demandant bien pourquoi plusieurs pierres flottaient autour d'elle. Je reconnaissais quelques visages qui m'étaient maintenant familiers. Je me relevais et elle ouvrit les yeux. La professeure nous regarda pendant quelques seconde cherchant à comprendre pourquoi plusieurs élèves la fixaient, une vague de gêne la traversa quand elle comprit. Pour le cacher, elle se mit à parler pour attirer l'attention sur autre chose.

- Bonjour à tous. Mon nom est Léandra de Karélis. Suite à la malheureuse disparition de votre ancienne professeure de créature, Johanna Moore, j'ai demandé à Myrddin si je pouvais prendre les rennes. Pour ce premier cours, je vous propose une excursion dans le petit bois à proximité pour étudier quelques créatures connues de ce vaste monde.

A ces mots, elle capta toute mon attention, nous n'allions pas être dans une salle avec des cours théoriques mais en pleine nature, la où tous mes sens servaient réellement à quelque chose. Puis elle continua à expliquer son programme et sa façon de fonctionner. J'avais hâte de commencer son cours et de voir les différentes créatures qu'elle allait nous faire découvrir en plus de celles que Madame Moore nous avait déjà montré. Je m'inquiétais pour notre ancienne professeure. Je venais d'apprendre qu'elle avait disparu et cela ne me plaisais guère.
Madame de Karélis demanda finalement si quelqu'un avait une question, mais je me surpris à espérer que non, voulant partir dans les bois, pour me perdre dans mes souvenirs.

~~~~
Couleur:
 


Dernière édition par Nora Redbird le Lun 28 Avr - 19:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniques-revalia.forumactif.com/t1505-nora-redbird
Invité
Invité


MessageSujet: Re: 1.1 Escapade dans les bois [Cours de créatures, Première année]   Mer 26 Fév - 14:20

Une fois son déjeuner avalé, Tarik descendit rapidement les marches le séparant du hall d'entrée de l'académie. C'est avec un empressement assez inhabituel chez lui que le garou se dirigea vers l'extérieur du bâtiment, pour se rendre au point de rendez-vous convenu pour son premier cours de découverte des créatures. Dès qu'il avait eu l'opportunité de s'inscrire à ce cours, il l'avait fait avec enthousiasme. En effet, Tarik adorait ce qui pouvait toucher à la nature, que cela soit la faune ou la flore. Il regrettait d'ailleurs qu'il n'existe pas de cours spécifique aux plantes à l'académie, ou du moins pour les premières années.

Il se retrouva en compagnie de deux autres élèves qui lui étaient inconnus. Il se demanda furtivement dans quelle maison pouvaient-ils bien être. Aucun détail extérieur ne laissait le moindre indice sur leur maison d'appartenance.

N'étant pas d'un naturel très avenant, il se contenta d'observer ses camarades en silence, n'osant évidemment pas leur adresser la parole. Une fois son examen visuel destiné à tenter d'en savoir plus sur eux terminé, il porta son attention sur son professeur. C'était le premier membre féminin de l'équipe pédagogique de l'académie avec qui il allait avoir cours. Elle était pour l'instant adossée contre un arbre, les yeux fermés, l'air indéchiffrable. Les rayons du soleil révélaient un visage charmant aux yeux de Tarik qui ne resta pas insensible à son apparence et à sa visible jeunesse. Un détail le perturba pourtant : comment étaient ses yeux ? Étaient-ils d'un brun semblable à celui de sa chevelure ? D'un vert vif comparable aux siens ? Ou encore d'un bleu tout comme celui du ciel au-dessus de lui ?
Ce questionnement taraudait son esprit quand soudain, il vit les petits cailloux qui parsemaient le parterre de l'entrée de l'académie se soulever lentement et rester en suspension au-dessus du sol. Surpris dans un premier temps, l'adolescent esquissa un petit sourire. Sa nouvelle enseignante devait certainement exécuter un petit tour de passe-passe révélant ses capacités afin de les épater ou peut-être de les amuser, ou encore était-ce le moyen qu'elle avait trouvé pour entrer en matière et débuter son cours. Il ne devrait désormais plus être étonné par ces démonstrations de magie étant donné qu'il en avait chaque jour sous les yeux.

Enfin, l'enseignante ouvrit les yeux, signe qu'elle avait senti leur présence ou simplement décidé de débuter son cours. Attentif à ce moment, Tarik observa précisément le regard qu'il avait en face de lui. Ses yeux étaient d'un bleu clair, pur, qui lui rappelait l'azur d'un ciel sans nuage. Cependant, alors qu'il s'attendait à y percevoir une lueur d'amusement ou d'entrain, il y décela de la gêne, voire même de la peur. En effet, son regard n'était pas franchement dirigé vers ses nouveaux élèves comme on aurait pu logiquement s'y attendre, mais balayait le sol, comme si elle cherchait quelque chose. Cette attitude quelque peu étrange ne dura qu'une poignée de secondes, mais Tarik était attentif et peu de choses échappaient à son sens inné de l'observation. Cependant, la jeune femme se reprit rapidement et affichait à présent un magnifique sourire. Perplexe, Tarik se demanda dans quelle intention la jeune femme avait réalisé cette petite démonstration de son pouvoir qui était sans aucun doute celui de la télékinésie.

Cependant, l'élève oublia bien vite cela, écouta avidement le petit discours introductif de sa nouvelle enseignante.
Le garou fronça les sourcils lorsqu'il apprit la «malheureuse disparition» de la précédente professeure de créature. Il ignorait qu'il eu un autre enseignant auparavant et aurait aimé en savoir davantage sur les circonstances de sa mésaventure. S'il se sentait d'humeur sociable à la fin du cours, il irait poser quelques questions à ses camarades pour tenter d'en apprendre plus....
Il eu en revanche une bouffée de ravissement lorsqu'il apprit que le cours d'aujourd'hui serait essentiellement de nature pratique. L'adolescent adorait pouvoir bouger, manipuler et observer des éléments concrets. Étant lors de son enfance un petit explorateur, il ne doutait pas avoir déjà rencontré certaines des créatures pouvant peupler les bois aux alentours. Curieux, le garou pressentait qu'il allait apprécier ce cours, même s'il n'étudiait pas tout de suite les dragons comme l'évoquait le professeure De Karélis. D'autres créatures moins connues pouvaient se révéler tout aussi surprenantes et intéressantes.

Hum, avait-il une question en tête ? Oui, effectivement une interrogation lui traversait l'esprit et s'assurant que ses camarades n'en avait pas, il la posa à voix haute.

Est-ce que nous aurons toujours des cours pratiques comme celui d'aujourd’hui ?

Et il ajouta presque malgré lui, comme pour se justifier, d'une voix un peu moins audible : «C'est juste que je préfère l'observation pratique plutôt que les cours théoriques....»
Revenir en haut Aller en bas
Date d'inscription : 08/09/2013
Nombre de messages : 46
Age : 24
Lieux d'influence : Sur la banquise.
Activité : Glisser sur le ventre

Feuille de personnage
Race: Humain
Dons Élémentaires:
Perfectionnement:

MessageSujet: Re: 1.1 Escapade dans les bois [Cours de créatures, Première année]   Mer 26 Fév - 20:25

- Enfin un peu d'aventure!

Même si les cours ont été jusqu'à présent très intéressants, être cloitré dans une salle n'est décidément pas une chose des plus agréables.
Je déambule de couloir en couloir, zigzaguant entre les élèves, les faisant parfois trébucher. Il est stupide de courir pour aller à un cours, mais je déborde de motivation lorsqu'il s'agit de découvrir les paysages et créatures de ce monde.
La gigantesque porte de l'académie est à seulement une centaine de mètres de moi. C'est la première fois que je la vois ouverte depuis mon arrivée. Quelques élèves sont déjà là. Il faut croire que je n'ai pas pris la route la plus rapide pour atteindre le point de rendez-vous.
Je ralentis le pas et reprends mon souffle. Une fois la porte franchie, je balaye la zone du regard.

Une nuée d'arbres formant une minuscule forêt si l'on compare avec celle d'Astraël. Rien de bien impressionnant. La mer, bien que masquée par cette étendue boisée, reste visible en certains endroits si l'on y prête attention.
Les élèves semblent se regrouper autour d'un arbre proche de l'entrée. Leurs jacassements m'empêchent de profiter pleinement de ce moment. Je m'approche pour observer ce qui peut bien causer ces bavardages.


~~~~~

Encore une personne dotée d'un pouvoir étrange.
Adossée à un arbre, entourée de gravillons et d'autres résidus terrestres, une jeune femme parvient à les faire léviter sans esquisser le moindre geste. Comme en pleine méditation, elle ne prête aucune attention à nous et les réflexions des autres élèves sur ce phénomène commencent à se faire nombreuses. Elle ouvre lentement les yeux et tout ce qui flottait autour d'elle retombe à présent au sol. J'hésite à applaudir la performance, mais je pense qu'il vaut mieux éviter de me faire remarquer par tout le monde. La demoiselle se décide enfin à ouvrir les yeux et nous approche. Je détache mon regard d'elle pour chercher le professeur qui devrait arriver d'une minute à l'autre.
Le brouhaha cesse, une voix claire et féminine fend l'air. Je reporte mon regard sur la personne qui en est à l'origine.

Léandra de Karëlis, c'est donc comme ça que s'appelle notre professeur, qui n'est nulle autre que la jeune fille qui fait voler des cailloux. Elle semble plus jeune que moi, c'est assez perturbant.
Elle nous explique progressivement en quoi consiste le cours et j'avoue être un peu déçu de devoir attendre pour observer les dragons, phénix ou autres animaux impressionnants qui peuplent ce monde. En attendant, je vais devoir me cantonner à des animaux que j'ai dû sans doute croiser à de multiples reprises lors de nos exercices de traque.
Bah, tant pis. Après tout, les balades en plein air, c'est déjà très distrayant en soi. Je pourrais peut-être ramener deux trois trucs dans l'académie pour bricoler quelque chose!

Encore une fois, la même question que chaque professeur pose à la fin de ses explications...
Un jeune homme se lance d'abord, et pour une fois je me dis que je pourrais sans doute faire de même. Mais dans la précipitation , ma question sonne comme la supplique d'un enfant capricieux et excité de partir à l'aventure:

- Quand est-ce qu'on part?

~~~~



La véritable puissance réside dans les sentiments que les gens éprouvent pour les autres. La véritable force, c'est notre cœur. Si quelqu'un tient à moi, cela me rend plus fort. L"union de nos cœurs, voilà d'où vient ma force!

Kingdom Hearts


Code couleur:
 


Dernière édition par Zéphyr Farore le Lun 7 Avr - 15:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniques-revalia.forumactif.com/t1500-presentation-de-z
Date d'inscription : 12/11/2013
Nombre de messages : 72
Age : 20

Feuille de personnage
Race: Humain
Dons Élémentaires:
Perfectionnement:

MessageSujet: Re: 1.1 Escapade dans les bois [Cours de créatures, Première année]   Mar 4 Mar - 21:54

Tandis que Léandra regardait la petite assemblée du regard, un des élèves lui posa une première question. C'était un petit brun, probablement d'une quinzaine d'année:

-Est-ce que nous aurons toujours des cours pratiques comme celui d'aujourd’hui ?
C'est juste que je préfère l'observation pratique plutôt que les cours théoriques....


Une question intéressante et avec du sens. Un autre élève leva aussi la voix pour lui poser sa propre question:

- Quand est-ce qu'on part?

Elle fût posée par un élève qui, contrairement au précédent, possédait une carrure plutôt imposante. Il semblait être l'un des plus vieux du cours, et Léandra aurait bien pu lui donner quatre ou six ans d'écart avec elle-même. La professeur ne s'était pas rendu compte à quel point elle était jeune lorsqu'elle avait choisit de travailler ici. Elle aurait presque pu se faire passer pour une élève si elle le voulait.
La question, sonnait presque comme une supplique. Une question plutôt enfantine, dite par probablement l'un des élèves les plus âgé. La situation plaisait à Léandra qui laissa échapper un sourire amusé.

-voyons, cher ami. Patience est mère de vertus. Laissez-moi juste répondre à la question de votre ami et nous partirons dans les bois juste après. Je suis toutefois heureuse de voir qu'il y a quelques impatients.

Léandra se tourna ensuite vers le premier élève et lui répondit avec tranquillité:

-Quant à ta question, J'ai prévue de faire uniquement des cours pratique. Ensuite, tout dépendra du temps: si il pleut ou qu'il y a d'autres inconvénients, les cours se passeront  dans le dojo, et je me limiterai au théorique à l'aide de multiples croquis. C'est moins excitant qu'une sortie je l'avoue, mais ce sera nécessaire en cas d'empêchement. Aussi, je vous conseille de profiter de ces sorties là, car plus les années vont passer, plus les créatures seront soit trop dangereuses, soit trop peu nombreuses pour les étudier. Vous aurez quelques sorties encore si vous restez à l'académie pour la seconde année, mais cela deviendra rapidement difficile à organiser. Mais bon. Tout ça pour dire que les cours vont rester pratique jusqu'en fin de seconde année à peu près.

Après lui avoir répondu, Léandra attendit encore quelques instants, pour voir si tout le monde était au point coté questions. Plus de questions? D'accord. Alors le cours pouvait commencer. Elle s'apprêta à se lancer à l'assaut du petit bois, lorsqu'elle se rendit compte qu'elle avait oubliée quelque chose. Elle sortit plusieurs papiers de son sac et regarda les élèves:

-Ah oui, j'ai failli oublier. Avant de partir, je dois vous informer de quelque chose à propos des cours. Nous sommes nombreux, et je pense que dans ces conditions, l'observation en milieu naturel est difficile. Aussi ai-je décidé de faire des groupes de cinq ou six élèves dont je m'occuperai séparément à des moments différents. Une fois m'être occupé du premier groupe, je m'occuperai du second juste après etc...Bien évidemment , nous allons faire ce premier cours tous ensemble, mais au prochain cours, ce sera comme ça. Je vais donc vous distribuer un petit mémo qui désignera votre groupe et les horaires auxquels vous allez venir dorénavant.

Elle prit donc ses papiers et demanda aux divers élèves de récupérer leurs mémos. Elle pris sa liste des élèves et les appela.  

-...Et le dernier groupe sera composé de: Zéphyr, Aldéas, Redd, Inwë, Nora et Tarik. Veuillez prendre vos mémos pour vous en souvenir. Donc. Maintenant que c'est fait, et que personne ne semble avoir de questions, nous pouvons commencer notre cours. Veuillez me suivre.

Léandra commença donc à marcher en direction du petit bois, avec les élèves sur les talons. Il faisait bon, il y avait quelques rayons de soleil qui apparaissaient par-ci par-là à travers le feuillage des arbres, une toute petite brise légère chatouillait la nuque: C'était effectivement une belle journée. Cela faisait tellement plaisir à la violoniste de marcher à nouveau dans la nature. C'était un moment où elle pouvait rêvasser, observer, imaginer et se laisser porter dans un autre univers que celui où elle avait grandit et vécu. En général, les excursions la transformait. Ce n'était jamais la vraie Léandra que l'on pouvait rencontrer lors d'une discussion autour d'une tasse de thé, mais une Léandra plus libérée, plus naturelle et tout autant réelle que la Léandra qu'elle était lors de sa vie de tous les jours. Toutefois, La jeune professeure devait rester concentrée sur son cours. Après tout, elle n'était pas venue pour profiter du bon temps, mais pour présenter des bestioles diverses et variées à des élèves qui devaient être aussi impatiens que le grand brun de tout à l'heure.

Elle profita donc d'un moment pour observer un peu tout ce qui se trouvait devant elle. Le petit groupe se retrouva  dans une grande clairière. Un lieu parfait pour commencer. Elle demanda donc au groupe, d'un geste de la main de s'arrêter là.

-tâchez de faire le moins de bruit possible.

Léandra prit son sac, le posa par terre, et commença à fouiller dedans, pour ressortir une petite cage d'à peu près vingt centimètres de longueur sur dix centimètres de largeur et de hauteur. Elle se tourna vers L'une des élèves, Nora, et lui tendit la cage.

-Tiens-moi ça s'il-te-plaît.

Après lui avoir installé la petite cage entre ses mains, Léandra marcha un peu plus loin, et observa lentement les alentours de la clairière. cinq bonnes minutes passèrent avant qu'elle ne fixe son regard sur un coin particulier. Un trou. Une petite tanière? Parfait, c'est ce qu'elle cherchait. Elle se concentra sur le trou, et continua de fixer son regard dessus. Concentration maximum..... et soudain, elle entendit des couinements. Elle vit sortir l'animal qu'elle voulait exactement présenter en premier. Elle continua de se concentrer sur elle, en tendant le bras. La petite bête lévita, affectée par les pouvoirs de la professeure. Elle se débattit en l'air en poussant des petits couinements désespérés. Léandra continua de la fixer et l'apporta plus près des élèves. Lorsqu'elle fut suffisamment près de la cage de Nora, elle fit tomber la bestiole entre ses mains et la posa vivement dans la cage avant de fermer l'entrée. Elle se fit mordre en même temps, mais rien de réellement grave. Une goutte de sang sortit de la petite plaie.

-voici notre premier volontaire pour notre cours: Le Terrocel



Léandra commença à décrire l'animal tout en arrachant un petit morceau du tissus rouge qu'elle portait autour de sa taille et en faisant un nœud autour de sa main.

-Le terrocel, aussi appelé "souris triclope" est une créature qui pullule dans les sous-bois et les clairières. La plupart d'entre vous en a certainement déjà vu. Ils font évidemment partis de la même famille que les souris: ils ont le même régime alimentaire, le même style de vie, et une forme physique plutôt similaire à leurs cousines. Mais c'est justement par leur physique qu'on peut les différencier des autres souris. En effet, non seulement ils sont plus massifs, mais possèdent aussi trois yeux: un au milieu de la tête, et deux autres situés sur les cotés. Cette particularité lui permet d'échapper plus facilement aux divers prédateurs. C'est aussi pourquoi ils sont plus nombreux que les simples souris.

Le pauvre terrocel apeuré restait figé dans sa petite cage, regardant avec de grands yeux les élèves. Pour ce cours là, il était impossible d'observer directement les animaux dans leur milieu naturel, étant donné leurs nombre. Aussi, il était nécessaire de les mettre en cage le temps de les étudier. Certains élèves se bousculaient un peu pour regarder la bestiole emprisonnée derrière les petits barreaux de fer.

-Si vous avez des questions sur cet animal, n'hésitez pas à me les poser, je tenterai de répondre du mieux que je peux. Je vous conseille bien évidemment de prendre des notes. Une fois que tout le monde sera au point, je la relâcherai et nous pourrons continuer. Je conçois qu'une souris à trois yeux n'est pas forcément le plus intéressant pour commencer, mais il faut bien passer par-là. Et de toute manière, nous continuerons après avec quelque chose d'un peu plus intéressant

Croquis du terrocel :
 


Dernière édition par Léandra de Karélïs le Dim 15 Juin - 22:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniques-revalia.forumactif.com/t1534-la-violoniste-mau
Date d'inscription : 19/06/2013
Nombre de messages : 55
Age : 23

Feuille de personnage
Race: Garou
Dons Élémentaires:
Perfectionnement:

MessageSujet: Re: 1.1 Escapade dans les bois [Cours de créatures, Première année]   Sam 8 Mar - 22:49

La séance de questions-réponses n'avait pas duré tant que ça finalement, il faut croire que la majorité des questions avaient déjà étés posées à Mme Moore lors de son ancien cour. La plupart énoncées ici étaient l’œuvre de nouveaux élèves du groupe ou tout simplement des questions d'ordres pratiques liées à l'enseignante. L'une d'elle était intéressante notamment, c'est vrai, il préfèrerait nettement des séances en extérieur comme celle là ou la précédente plutôt que des longs textes à écrire et apprendre comme il avait dû le faire jusque là... c'était une de ses 1ères inquiétudes d'ailleurs une fois arrivé dans l'académie. Bon la professeure a pu y répondre sans difficulté, finalement les seules fois où ce ne serait pas le cas seront exceptionnelles, si le temps ne le permet pas ou les créatures trop dangereuses... Une moue discrète se dessina sur son visage, autant sortir en pleine pluie ou autre n'était surement pas des plus agréables en plus de diminuer les chances de croiser des animaux, mais dans le second cas ça aurait été... intéressant. Ils seraient bien plus fort d'ici là, non ? Enfin, le temps paraissait plus lent ici, d'ici là cela semblait une éternité, mais bon... Il tourna le regard vers l'impatient, cette voix lui était familière, et pour cause, il s'agissait d'un des élèves de sa maison élémentaire ! Il le fallait bien après-tout, surtout qu'il se souvenait bien du petit retardataire du groupe, ils pourraient faire connaissance peut être ?
C'était l'heure de partir !... Ou presque... Il manquait une dernière précision, ah il ne demande pourtant qu'à commencer, mais cela restait de la plus haute importance. Elle avait bien raison même, rester grouper comme ça pour tous les cours ferait fuir n'importe quelle créature... comment cela a-t-il été possible pour le dernier cour, d'ailleurs ? Il se retrouve au dernier groupe, en compagnie de son camarade, et bien, c'était justement une bonne occasion de faire connaissance. Enfin il est temps d'y aller.

L'enseignante paraissait tellement à l'aise maintenant, pas qu'elle n'ait pas l'air de l'être devant les étudiants, mais elle semblait... libérée, comme si elle venait d'oublier qu'elle était enseignante. Tous les enseignants ici sont de sacrés numéros il faut croire, laissant échapper un sourire amusé en même temps qu'il y pensa. Leur incitant à faire le moins de bruit possible, pour Redd ce n'était pas bien difficile, il avait l'habitude d'aller ici et de débusquer des animaux. Pas tant par instinct animal que par pur plaisir personnel, après tout, il était déjà nourri. Il se demandait d'ailleurs s'il pourrait se transformer ici... Regardant autour de lui, il y avait trop de monde pour que ça n'ait un quelconque intérêt, il risquerait de ne plus rien voir. Peut être pour les prochaines fois.
De toute façon, il est temps de s'arrêter, et d'admirer la nouvelle créature. Enfin, cela dépendait pour qui, le nouvellement nommé Terrocel qui se tenait désormais dans une cage adaptée, il avait déjà pu voir de nombreux animaux de ce type déjà, sans y faire vraiment attention. La description en constituait malgré tout une découverte pour lui, l'animal avait une bien étrange tête, mais il est vrai que cela devait bien être pratique de posséder 3 yeux... Quel genre de vue pouvait-il avoir ? Ce n'était pas vraiment une question à poser, à moins d'être "dans" la créature il est difficile de le savoir. Redd devait se faufiler parmi les hordes d'élèves curieux pour avoir un point de vu net de la créature. Elle avait l'air plutôt imposante vu de près, plus grosse qu'une souris, plus proche d'un rat à ce niveau là, elle se contentait d'observer les élèves en ayant l'air effrayée. Après-tout, elle était cernée et n'avait aucun endroit pour se cacher...
Malgré qu'il l'ait déjà vu son intérêt pour les animaux le poussa à poser plusieurs questions sur le sujet, même s'il avait hâte de voir la suite, plus intéressante d'après l'enseignante, mais il leva la main et entama ses questions.


- Ces terrocels, leur odorat est-il développé ? Et de quoi se nourrissent-ils ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniques-revalia.forumactif.com/t1418-redd-mccloud-rena
Date d'inscription : 26/09/2013
Nombre de messages : 53
Age : 20
Lieux d'influence : Loin de tout.

Feuille de personnage
Race: Garou
Dons Élémentaires:
Perfectionnement:

MessageSujet: Re: 1.1 Escapade dans les bois [Cours de créatures, Première année]   Lun 7 Avr - 20:00

A mon plus grand regret, un élève posa une question. Elle était certes pertinente mais il me tardait de retrouver la forêt où mon élément était le plus présent. Je m'étais toujours sentie mieux entourée d'arbres et de végétation. Ils m'apportaient un sentiment de sécurité qui ne m'habitait que très rarement depuis de nombreuses années maintenant. Le paysage autour de moi me rappelait vaguement mon ancienne vie nomade, voyageant sur les routes avec ma famille. A l'époque, tout allait parfaitement bien. Longtemps, j'avais eu l'habitude de vivre au grand air, et les murs de l'académie m'oppressaient déjà par moment. J'avais besoin de sortir et ce cours répondait parfaitement à mes attentes.

Le garçon qui avait posé la question paraissait à peine plus jeune que moi et son visage m'était inconnu. Un léger pincement au cœur se fit ressentir lorsque je me rendis compte que je ne connaissais quasiment personne. La solitude demeurait ma seule alliée.
Le regard toujours posé sur le nouveau visage qui se trouvait devant moi, je fus agréablement surprise d'entendre une voix qui m'était familière. Elle était grave et posée, avec une teinte d'impatience dans son timbre. Lentement, je me tournais vers son propriétaire. Zéphyr Farore. Mon voisin d'alchimie venait de montrer son impatience de façon infantile et je ne pus empêcher un léger sourire de s'installer sur mes lèvres. Sa présence me rassurait plus que je ne l'aurais imaginé. Pendant une brève seconde, je ne me méfiais plus. Je ne me sentais plus complètement seule, il m'aidait à me détendre. Je ne savais pas qu'il faisait parti de ce cours. Une vague de soulagement traversa tout mon corps. Je regardais autour de moi pour repérer si d'autres personnes que je connaissais étaient présentes, mais personne ne semblait assister aux même cours que moi. Je reportais mon attention sur Mlle Karélis quand cette dernière reprit la parole un petite sourire sur son visage.

- Voyons, cher ami. Patience est mère de vertus. Laissez-moi juste répondre à la question de votre ami et nous partirons dans les bois juste après. Je suis toutefois heureuse de voir qu'il y a des impatients. Quant à ta question, j'ai prévue de faire uniquement des cours de pratique. Ensuite tout dépendra du temps : si il pleut ou qu'il y a d'autre inconvénients, les cours se passeront dans le dojo, et je me limiterai au théorique à l'aide de multiples croquis.

Avant qu'elle ne finisse, je ne prêtais plus vraiment attention à ce qu'elle disait. J'étais contente. Les cours théoriques ne dépendaient que de la météo et avec de la chance, ces derniers se feraient rares. Il fallait que j'apprenne à écrire et rapidement. C'était tellement handicapant... La professeur avait fini son explication et je me préparais à partir. Cependant, elle s'arrêta dans son élan et reprit :

- Ah oui, j'ai failli oublier. Avant de partir, je dois vous informer de quelque chose à propos des cours. Nous sommes nombreux, et je pense que dans ces conditions, l'observation en milieu naturel est difficile. Aussi ai-je décidé de faire des groupes de cinq ou six élèves dont je m'occuperai séparément à des moments différents. Une fois m'être occupé du premier groupe, je m'occuperai du second juste après etc... Bien évidemment, nous allons faire ce premier cours tous ensemble, mais au prochain cours, ce sera comme ça. Je vais donc distribuer un petit mémo qui désignera votre groupe et les horaires auxquels vous allez venir dorénavant.

Mon sang se glaça à ses mots. J'allais peut être finalement me retrouver seule. Les noms défilaient sans que je n'en connaisse aucun. Ni Zéphyr ni moi n'avions été cité et je commençais à sentir un brin d'espoir naître en moi. Elle appela finalement le dernier groupe. Je me détendais tout en laissant échapper un long soupir, qui sonnait comme une délivrance en entendant la confirmation que j'étais dans le même groupe que lui. Nous ne nous connaissions pas vraiment, mais c'était la seule personne avec qui j'avais échangé plus de deux phrases. Je le regardais discrètement. Je ne savais pas comment je devais agir. Mlle Karélïs commença alors à s'enfoncer dans le petit bois. Mécaniquement, je lui emboîtais le pas ainsi que ceux des autres élèves tout en réfléchissant à comment aborder mon voisin de cours.
Une légère brise se glissait dans mes cheveux, caressant doucement ma nuque et laissant quelques frissons parcourir mon corps dus à la fraîcheur soudaine. Sentir ce léger souffle était apaisant je me laissais guider sans prêter attention aux élèves autour de moi. Je prenais de grandes bouffées d'air, cherchant à m’imprégner de chacune des sensations qui s'infiltraient peu à peu dans tout mon être. Doucement, j’effleurais l’écorce d'un arbre, puis laissais glisser une fougère dans ma main. Je sentais les faibles rayons du soleil passer à travers les feuilles. Chaque inspiration était rempli d'odeurs qui me plongeaient dans une nostalgie profonde. Les bruits me parvenaient clairement, mon ouïe étant légèrement plus développée grâce à ma forme féline. Je la sentais s'activer en moi. Comme si la nature l'appelait, j'avais soudain envie de partir loin, très loin. M'éloigner de toutes ces personnes qui ne m'inspiraient pas vraiment confiance. Mon cœur se serrait dans ma poitrine, je ralentissais et finissais par m'arrêter complètement. Quelques élèves me passèrent devant sans me prêter aucune attention. Le visage fermé, je regardais autour de moi. Mon regard croisa alors celui de Zephyr et je me figeais. Un halo de lumière explosa dans mon esprit, qui laissa finalement apparaître une image que je ne connaissais que trop bien. Ma mère, se faisant transpercer violemment par un être sanguinaire. Une douleur, sûrement irréelle, me parvint alors en plein milieu du thorax, comme si j'avais été à sa place. Puis, par flash, je me voyais sur le dos de mon frère, esquivant les corps qui jonchaient le sol au camp. Les arbres défilaient à une vitesse folle. Je pleurais.
Quand Zéphyr reprit alors forme dans mon champ de vision. Je sentais que tout mon corps était crispé et que j'avais un atteint un état de panique totale. Mon cœur battait à tout rompre et je tremblais légèrement. Mes yeux étaient encore rempli de la frayeur de mes souvenirs douloureux et mon souffle était court et saccadé. Pourtant je savais que ce que je venais de voir n'avait duré que quelques secondes. Cette vision s'était passée différemment, mais je ne devais pas me laisser avoir. Je serrais les poings, pris une longue inspiration tout en fermant les yeux. Quand je les rouvris, j'avais retrouvé ce regard perçant, semblable à une muraille enfermant mes émotions. Fuyant mon voisin de cours, j’accélérais le pas pour rattraper les premiers. J'avais peur qu'il ne pose des questions. S'était-il au moins rendu compte de ce qu'il s'était passé ? Tout s'était déroulé très vite mais je ne pensais pas que mon comportement étrange lui ait échappé. Quand seulement deux personnes me séparaient de notre professeur, cette dernière nous demanda de nous arrêter ainsi que de faire silence. Elle fouilla dans ses affaires et sortit une petite cage. Elle se tourna vers moi et sans que je ne puisse dire quoi que ce soit me la donna.  

- Tiens-moi ça s'il-te-plaît.

J'étais surprise, mais je tenais fermement la cage, heureuse de pouvoir me changer les idées.  J'observais la jeune femme chercher quelque chose puis se concentrer. Mon regard fut alors attiré par une sorte de petit animal qui se débattait dans les airs. Habilement, elle l'attrapa et le posa dans la cage. Étant assez proche, je remarquais que la petite bête, qui ressemblait fortement à une souris, avait mordu notre professeur qui ignora complètement sa blessure.

- Voici notre premier volontaire pour notre cours : Le Terrocel

Le terme de volontaire me paraissait faux, mais je ne relevais pas, elle devait en être parfaitement consciente. Tout en parlant, elle déchira un morceau de tissu et se pansa la main. Elle expliqua rapidement le régime alimentaire de cette petite bestiole dont je sentais presque le cœur battre tellement elle paniquait dans cette petite cage. L’afflux d'élèves autour de moi commençait aussi à m'oppresser et je comprenais la peur de ce terrocel. Quelques fois bousculée, je gardais mon regard fixé sur la cage, prenant soin d'amortir chaque coup, pour ne pas effrayer encore plus cette petite souris.  
Finalement mademoiselle Karélïs demanda s'il y avait des questions tout en conseillant de prendre des notes. Une longue expiration traversa mes lèvres à ces mots et mon regard s’assombrit. Je n'avais pas de question pour le moment, mais je souhaitais qu'on relâche vite cette petite bête. Cependant, un garçon posa une question et je ne pus m'empêcher de le foudroyer du regard.

~~~~
Couleur:
 


Dernière édition par Nora Redbird le Lun 28 Avr - 19:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniques-revalia.forumactif.com/t1505-nora-redbird
Date d'inscription : 08/09/2013
Nombre de messages : 46
Age : 24
Lieux d'influence : Sur la banquise.
Activité : Glisser sur le ventre

Feuille de personnage
Race: Humain
Dons Élémentaires:
Perfectionnement:

MessageSujet: Re: 1.1 Escapade dans les bois [Cours de créatures, Première année]   Ven 25 Avr - 5:02

La balade est agréable, l'air pur, les sons mélodieux. Une harmonie totale qui n'a jamais été altérée par l'homme. Avançant en petit groupe, nous arpentons les coins et recoins du bois.
Les cours prodigués par les professeurs de l'académie possèdent tous ce petit quelque chose qui les rend captivants. Mais celui-ci à l'avantage de procurer une vraie liberté. On ne sent à aucun moment cette impression de claustration qui depuis des années me ronge de l'intérieur.

Chaque membre de notre petite compagnie entame sa propre observation du lieu. Pour ma part, mes yeux ne parviennent pas à se poser sur un endroit en particulier, en majeure partie à cause du nombre de détails et le fourmillement d'éléments de ce "petit coin de paradis".
J'exagère sans doute en utilisant ce terme, mais bon... Rien à faire !
Après m'être dévissé le cou à force de vouloir tout analyser et fouiner, je décide finalement de regarder devant moi, histoire de ne pas me retrouver face contre terre en trébuchant sur une racine ou en percutant un arbre accessoirement.

De petits yeux marrons croisent les miens. Nora, ma chère voisine et camarade d'alchimie, à qui j'avais promis d'apprendre les rudiments de l'écriture se trouve donc dans mon groupe. Je lui adresse un sourire avenant afin de me préparer à un début de conversation.
Cependant et à ma grande surprise, alors que son expression semblait neutre, le visage de Nora se crispe soudainement tandis que son corps commence à trembler légèrement. Son regard, si empli d'émotion et de dureté se transforme en une vacuité infinie mélangée à une peur indescriptible.
A quoi pense-t-elle pour être dans cet état? Je ne sais pas vraiment quoi faire.

-Nora... Ça ...Ça va?


Elle ne semble pas m'entendre. Alors que je tente de lui toucher l'épaule pour la faire réagir, elle s'anime de nouveau. Je n'ose rien dire, de peur d'avoir fait quelque chose de déplacé. Quelques secondes plus tard, la voilà partie en direction de l'emplacement où se trouve une masse d'étudiants, agglutinée autour du professeur Karélïs.
Ai-je mal agi? Ou même lui ai-je fait peur? Je ne pense pas... Ou alors mon sourire est vraiment terrifiant.
Je me décide finalement à rejoindre tout le monde et à observer les faits et gestes de notre chère enseignante. Après tout, malgré les apparences, nous sommes tout de même dans un cours officiel de créatures.
Je garde tout de même un œil sur Nora, espérant pouvoir en savoir plus sur son comportement. Malheureusement pour elle, la professeur compte bien la mettre à contribution en lui faisant tenir une cage qui recueillerait prochainement un animal de petite taille.
Un petit rongeur s'y retrouve coincé, assailli par les regards des curieux. Une expérience sans doute traumatisante pour ce petit animal, habitué à une tranquillité permanente.
Mlle Karélïs nous donne de multiples explications sur les habitudes de vie de ce "Terrocel".
Nora ne semble pas vraiment à l'aise avec la cage dans les mains. Elle semble se débattre au mieux pour éviter que l'on ne brutalise plus la petite bestiole, à cause des chocs occasionnés par les élèves qui se battent pour pouvoir être à proximité de notre sujet d'étude.
Notre enseignante nous propose de lui poser des questions, voulant nous permettre de parfaire notre connaissance sur le sujet.
Tandis que les questions commencent à se poser, je m'approche de Nora en me faufilant discrètement entre les élèves et une fois arrivée à côté d'elle, je lui prends la cage des mains sans lui demander son autorisation.

-Je pense que ce petit animal en a assez vu pour aujourd'hui !

J'ouvre la cage et laisse la pauvre petite créature se réfugier dans son trou avant de me tourner vers notre professeur.

-Ça ne pose pas de soucis, étant donné que tout le monde l'a vu n'est-ce-pas? De toute manière, je pense que vous êtes largement capable de nous informer au mieux sur cet animal sans être pour autant contrainte de le garder enfermer des heures je me trompe?

J'accompagne mes paroles d'un grand sourire pour éviter tout conflit et rendre ma bonne humeur communicative. Après tout, elle ne va pas en faire tout plat!

~~~~



La véritable puissance réside dans les sentiments que les gens éprouvent pour les autres. La véritable force, c'est notre cœur. Si quelqu'un tient à moi, cela me rend plus fort. L"union de nos cœurs, voilà d'où vient ma force!

Kingdom Hearts


Code couleur:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniques-revalia.forumactif.com/t1500-presentation-de-z
Invité
Invité


MessageSujet: Re: 1.1 Escapade dans les bois [Cours de créatures, Première année]   Sam 26 Avr - 17:05

Aerin attendait avec impatience le cours de Créatures, d'autant plus que leur professeur, , Léandra de Karélïs, avait prévu de donner ce premier cours dans le petit bois. Et pour cette simple et unique raison, la jeune élève n'avait pas rechigné à se rendre en cours ce matin là. En effet, bien qu'elle soit depuis peu dans l'Académie, la forêt d'Astraël lui manquait. Alors, l'idée d'avoir un cours pratique, et en plus dans la forêt, lui plaisait énormément. Elle avait été parmi les premiers élèves à se présenter devant la professeur de Créatures pour ce premier cours mais s'était montrée pour le moment extrêmement discrète et attentive.
Au moment de la répartition des groupes, la première année n'avait ressenti aucune inquiétude ni même la moindre espérance. Elle s'était contentée de récupérer le petit mémo contenant la liste des membres de son groupe ainsi que leurs horaires de cours. L'idée de leur fournir cet enseignement en petit groupe était une idée brillante et très respectueuse de l'environnement et des créatures qu'ils partiraient explorer. En effet, l'observation en trop grand groupe aurait été inutile. Elle écouta donc les questions posées et les réponses apportées par leur professeur et suivit le petit groupe dans les bois.

Très vite, leur enseignante captura un petit animal qui n'était pas inconnu à la jeune femme. Néanmoins, elle observa chaque étape avec beaucoup d’intérêt et prit en note chacune des informations donnée par Mademoiselle de Karélïs. La petite souris aux trois yeux, le Terrocel, était enfermée derrière les petits barreaux en fer de sa cage et, rien qu'à cette vision, le cœur de Aerin se serra. Elle n'avait jamais vu d'animaux en cage, sauf lorsque les guérisseurs elfes devaient les soigner. Néanmoins, elle savait que l'attente pour l'animal ne serait pas longue et qu'elle serait lâchée très rapidement. Et puis, sans cela, il n'aurait jamais pu l'étudier convenablement. Elle plissa toutefois le nez mais se dirigea vers la cage, devant laquelle elle s’avança pour réaliser un rapide croquis de l'animal sous les notes qu'elle avait déjà prises. Pendant ce temps, d'autres élèves posèrent des questions. L'un d'eux posa des questions sur l'odorat et la nourriture. Aerin connaissait en partie les réponses grâce à son éducation dans la forêt mais attendait quand même de savoir ce que leur professeur pourrait leur apprendre.

C'est ainsi, qu'elle continua l'oreille attentive et toujours en train de réaliser son croquis face à Nora Redbird qui tenait la cage entre ses mains. L'enfant des elfes s'était placée à une distance raisonnable pour ne pas effrayer l'animal et ne remarqua pas la malaise de la jeune femme en face d'elle. Après tout, Nora était une élève de la Terre et une garou. Elle devait donc d'autant plus souffrir de voir un animal en cage.
Ce n'est que quand la cage disparut finalement des mains de sa camarade qu'Aerin releva brusquement la tête pour découvrir que Zéphyr Farore, élève de l'Air, était en train de libérer le petit Terrocel, objet de leur étude.

« Ça ne pose pas de soucis, étant donné que tout le monde l'a vu n'est-ce-pas? De toute manière, je pense que vous êtes largement capable de nous informer au mieux sur cet animal sans être pour autant contrainte de le garder enfermer des heures je me trompe? »

« Des heures » ? N'exagérait-il pas un peu ? Léandra de Karélïs avait précisé qu'il n'en aurait pas pour longtemps et Aerin trouvait la réaction de l'autre élève légèrement démesurée. Si Madame de Karélïs était enseignante de Créatures, cela signifiait qu'elle aimait les animaux et se comportait comme s'il elle avait l'intention de les garder enfermés était quelque peu insultant. En remarquant finalement l'expression sur le visage de Nora, Aerin haussa les sourcils puis se recula avant de refermer son carnet. Qui ne contenait qu'un croquis inachevé. Pourtant, elle n'avait pas à intervenir. Non, c'était à leur professeur de le faire. Mais, elle trouvait la réaction de son camarade, certes louable, mais impulsive.

Coupée dans son élan, elle se retint donc de poser la moindre question et se tourna vers son professeur avant de ramener son attention sur Zéphyr qui paraissait, étrangement, fière de lui. Le sourire aux lèvres.
Ne pouvant dissimuler son expression renfrognée,  Aerin ne pouvait cependant contenir ses pensées et ce qu'elle aurait dit si elle ne se trouvait pas au milieu d'un cours. *Comment veut-il que nous observions des créatures aussi petites et aussi effarouchées que les Terrocels pendant quelques minutes sans les capturer ! * Certes, la créature avait eu peur. C'était même normal; mais son calvaire n'aurait pas duré longtemps.

Madame de Karélïs savait parfaitement ce qu'elle faisait et leur avait prouvé lors de la capture. S'il avait attendu cinq minutes de plus, l'animal aurait été libéré sans user d'une telle force. Finalement, en attendant la réponse de leur professeur à cette intervention, certes inattendue, Aerin jeta un regard aux alentours pour voir si elle ne voyait pas un deuxième Terrocel ou au moins le trou de l'un d'eux. Elle avait l'habitude de la forêt, et les créatures telles que les Terrocels que l'on trouvait partout, comme l'avait précisé leur professeur.
L'expérience avait été traumatisante pour le petit animal mais si à chaque fois qu'ils capturaient pour un temps limité  une créature un élève se hâtait de le libérer, ils n'auraient jamais fini et ce cours resterait incomplet.

L'air était pur et frais et l’ambiance de la forêt dégagée un sentiment de sérénité et de tranquillité. Seule l'ambiance conviviale du cours venait d'être perturbée par Zéphyr. Aerin, qui ne prêtait pourtant pas attention aux autres depuis son arrivée, guetta la réaction de Nora, qui devait être soulagée maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
Date d'inscription : 12/11/2013
Nombre de messages : 72
Age : 20

Feuille de personnage
Race: Humain
Dons Élémentaires:
Perfectionnement:

MessageSujet: Re: 1.1 Escapade dans les bois [Cours de créatures, Première année]   Dim 27 Avr - 12:44

- Ces terrocels, leur odorat est-il développé ? Et de quoi se nourrissent-ils ?

Les deux questions avaient été posées par Redd Mc Cloud. Les réponses étaient évidentes (ou du moins, pour ceux qui en savaient un minimum sur les souris). Aussi, Léandra répondit presque immédiatement:

-Rappelle toi que le terrocel est une souris. Si elle se différencie d'une souris "typique" par le physique, elle reste une souris de part les habitudes et le caractère: elles mange comme sa cousine, c'est à dire presque tout. Les fruits, les légumes, les graines, le maïs. La plupart des individus pensent que c'est une espèce végétarienne, mais elle est tout autant capable de déguster un aliment végétal que certains insectes. Et il possède aussi un odorat très développé qui l'aide à repérer des proies et autre.

Léandra laissa de coté un commentaire de sa part qui lui aurait rappelé qu'elle avait déjà parlé de la différence entre souris simple et terrocel. Elle préféra ne pas  se prononcer. Après tout, peut-être qu'il ne savait pas grand chose sur les souris en général. Mais d'une certaine manière, en répondant à sa question évidente, la professeure pouvait être maintenant sure que chaque élève (qui aurait écouté, du moins) avait enregistré ses propos là-dessus.

-Une autre question avant que je le laisse filer?

Tandis qu'elle regardait dans l'assemblée d'élève si quelqu'un levait la main, Léandra vit soudainement Zephyr se faufiler jusqu'à la cage, avant de la prendre des mains de Nora.

-Je pense que ce petit animal en a assez vu pour aujourd'hui !

La jeune femme regarda le jeune homme, surprise, lorsqu'il ouvrit la porte pour laisser le terrocel s'enfuir. La petite bestiole couina et resta figé un court instant, avant de détaler comme une folle vers sa maison.

-Ça ne pose pas de soucis, étant donné que tout le monde l'a vu n'est-ce-pas? De toute manière, je pense que vous êtes largement capable de nous informer au mieux sur cet animal sans être pour autant contrainte de le garder enfermer des heures je me trompe?

Léandra regarda quelque instants l'antre de la bestiole, avant de tourner la tête vers l'élève de l'air. Pour qui se prenait t'il? Quel culot. Ce n'était pas de son devoir de définir ce qu'il fallait faire et ne pas faire. Irrité, elle se rapprocha de lui, et lui répondit sur un ton agacé:

-Pour votre gouverne, monsieur Farore, ce que vous pensiez être des heures n'était simplement qu'une affaire de seconde, car j'allais m’apprêter à la faire sortir. Et ne pensez pas que vous êtes autorisé à faire n'importe quoi dans mon cours pour simple motif le fait que vous avez vos raisons, qu'elles soient justifiées, personnelles, logique où quoi que ce soit d'autre.

Du coin de l'oeil, Léandra vit le carnet d'une des élèves, Aerin, commencer à léviter très légèrement en dehors de sa main.

Nononon. Pas maintenant, Léandra. Respire un coup, et c'est repartit.

Sa légère frustration commençait à activer le pouvoir en elle. Bien sûr, elle n'était pas capable de faire bouger des meubles ou déraciner des arbres à ce stade là, mais plus elle ne garderait pas son calme, plus les objets autour d'elle risquent de voler. Elle ferma les yeux un court instant et respira une petite bouffée d'air avant de reprendre la parole:

-Je comprend toutefois les raisons qui vous on poussé à le faire. Vous semblez avoir une certaine empathie envers les animaux, et je ne peux pas vous reprocher ça, mais ne pensez pas que je n'ai pas cette empathie aussi. Je ne suis pas une sorte d'experte biologiste qui a toujours appris par la théorie et les livres: j'ai ajouté à ce que j'ai appris de multiples séances d'escapades dans la nature qui m'a largement sensibilisée et mis au contact avec les animaux, et jamais je ne suis indifférente à la peur ou la souffrance d'une créature. Nous utilisons la cage aujourd'hui car il est impossible d'observer des créatures dans leur environnement, du à notre nombre. Mais dés le prochain cours, ceci ne nous sera d'aucune utilité. Faites-moi juste confiance d'accord?

Elle fit cette réponse avec une voix bien plus calme que la précédente. Elle vit d'ailleurs que le carnet de la jeune élève ne flottait plus dans l'air. Rassurée, espérant tout de même avoir bien convaincu Zéphyr, elle prit délicatement la cage des mains de Zéphyr...avant d'avoir soudain une petite idée.

-Vous savez quoi? Vous allez garder la cage, et ce, pour le reste du cours. Je veux voir si MOI, je peux vous faire confiance, et je suis sûr que vous n'allez pas me décevoir. Vous libérerez les prochaines créature, A MON SIGNAL, d'accord?

Cette dernière phrase fût prononcée de manière autoritaire, mais sans méchanceté. Elle voulait juste voir si Zéphyr comprenait qu'un cours de créature était quelque chose qu'elle savait gérer sans qu'elle ne pousse le bouchon trop loin, et qu'il y a une différence entre ce qui est nécessaire de faire pour le bien du cours, et la limite entre le nécessaire et le moment où les bornes sont dépassés.  

-Bon. Passons à autre chose. Nous allons observer une bestiole qui me tiens déjà plus à cœur, et j'espère que vous allez l’apprécier. Attendez-moi juste ici un instant, ça ne prendra que quelques minutes.

Léandra, qui avait déjà pu observer les alentours, savait exactement où chercher. Elle avait vu récemment une des bestiole qu'elle cherche à une cinquantaine de mètres d'ici. elle commença à trottiner en dehors de la clairière, laissant quelque instant les élèves seuls. Après tout, le petit bois n'était pas dangereux, et ce n'était qu'un petit instant.

cinq minutes plus tard, elle revint avec une petite créature qui faisait à peine quinze centimètres.



Elle ouvra tranquillement la porte de la petite cage qui était encore dans les mains de Zephyr, et y déposa soigneusement la petite bestiole. Celle-ci, même si elle était craintive, semblait rester un peu plus calme que le terrocel. Elle marchait sur ses six pattes, en train d'analyser ce qui était autour d'elle.

-Notre ami ici présent est appelé: Cantoris. Une autre créature répandus des forêts. Ils portent le nom de "mélodie des forêts. Ses sens fonctionnent très bien, et sont même assez développés,  sauf un de ses cinq sens, qui, lui, ne marche pas de la manière dont on le penserait. Entre ses yeux, ses oreilles, ses narines, ses doigts et sa langue, lequel ne lui sert à rien au final? Je vous laisse deviner

Le cantoris, lui, continuait de bouger et s'arrêter, comme pour analyser chaque mouvement et chaque bruit autour de lui. La ligne de poil sur sa colonne vertébrale semblait plutôt hérissé et sensible à tout ce qui se passait. Elle regardait aussi l'audience avec ses petits yeux interrogateurs.

Croquis du cantoris :
 

~~~~
couleur:
 


Dernière édition par Léandra de Karélïs le Dim 15 Juin - 22:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniques-revalia.forumactif.com/t1534-la-violoniste-mau
Date d'inscription : 26/09/2013
Nombre de messages : 53
Age : 20
Lieux d'influence : Loin de tout.

Feuille de personnage
Race: Garou
Dons Élémentaires:
Perfectionnement:

MessageSujet: Re: 1.1 Escapade dans les bois [Cours de créatures, Première année]   Mer 7 Mai - 22:53

Le garçon qui avait posé la question m'était inconnu, ses cheveux roux en batailles tombaient sur son front et des lunettes cachaient ses yeux qui, d'où je me trouvais, paraissaient sombres. Il n'avait absolument pas l'air méchant et cherchait simplement à satisfaire sa curiosité. Le rouquin n'avait en aucun cas posé ses questions dans le but de garder enfermée cette pauvre bête plus longtemps. Je me trouvais ridicule d'avoir réagi de la sorte. Je lançais un regard désolé au petit terrocel qui était toujours en état de panique et serrais plus fort la cage contre moi dans le but de le protéger des secousses qui ne se stoppaient pas. Je ne prêtais plus vraiment attention aux élèves, essayant de me mettre à la place de cette souris apeurée. Mademoiselle De Karélïs répondit de façon assez rapide et claire. Elle connaissait parfaitement son sujet, il n'y avait pas à douter là dessus. J'écoutais sa réponse attentivement, heureuse d'avoir la cage comme excuse pour ne pas prendre de notes. Je remarquais alors une jeune fille, que je ne connaissais bien évidemment pas. Elle était en train de griffonner sur son cahier. Sans vraiment en avoir conscience, je la fixais avec un regard perçant cherchant à comprendre ce qu'elle faisait. Elle ne semblait pas écrire, mais plutôt dessiner. J'avais rarement ressenti ce genre de sentiment, mais la jalousie s'infiltra sans encombres dans mon cœur.

Perdue dans mes pensées, je ne remarquais pas tout de suite Zéphyr s'approcher de moi. On me bouscula un peu plus fort et la cage chancela légèrement dans mes mains. Une fois de nouveau stable, je jetais un regard noir à la source de ce mouvement brusque, me retenant de faire une remarque désobligeante. Cependant la cage se fit soudainement moins lourde et je tournais la tête avec vivacité, tombant nez à nez avec mon voisin d'Alchimie qui s'emparait avec un regard rassurant du terrocel. Aucun son ne parvint à sortir de ma bouche, figée par la surprise.

- Je pense que ce petit animal en a assez vu pour aujourd'hui !

J'écarquillais les yeux puis après quelques secondes d'incompréhension, je le regardais avec reconnaissance. Zéphyr était beaucoup plus grand que moi, et la cage se trouvait maintenant plus en hauteur, laissant l'air frais circuler avec plus d'aisance. Tout le monde le regardait faire mais il ne semblait pas se démonter. Calmement il ouvrit la cage et laissa la petite créature détaler dans son terrier. Je laissais s'échapper un soupir de soulagement. Le terroce maintenant libre, et l'agitation finie, l'oppression qui pesait sur moi s'était volatilisée. Mon camarade tenta d'expliquer son geste et je me surpris à appréhender la réaction de notre professeure qui contrairement au début du cours, paraissait irritée et agacée.

- Pour votre gouverne, monsieur Farore, ce que vous pensiez être des heures n'était simplement qu'une affaire de secondes, car j'allais m'apprêter à la faire sortir. Et ne pensez pas que vous êtes autorisé à faire n'importe quoi dans mon cours pour simple motif le fait que vous avez vos raisons, qu'elles soient justifiées, personnelles, logiques ou quoi que ce soit d'autre.

Je baissais la tête, il n'avait pas vraiment fait quelque chose de mal... Je me demandais alors, si son geste avait pour seul but de libérer cet animal ou s'il cherchait aussi à m'aider.  Ses mouvements avaient été doux, cherchant vraiment à porter secours à la petite bête, mais ses gestes avaient aussi stoppé radicalement toute bousculade, me permettant de prendre une grande bouffée d'air frais et de calmer l'anxiété qui montait en moi.
Après quelques secondes où notre professeure semblait chercher à se contenir, elle reprit la parole, justifiant l'utilisation de la cage pour ce cours. Le silence qu'avait crée son intervention m'avait presque permis de capter les battements de son cœur qui s'étaient affolés au fur et à mesure qu'elle enchaînait ses phrases. Pourtant, tout signe de panique avait maintenant complètement disparu, le calme régnant en seul maître. Mademoiselle De Karélïs semblait avoir retrouvé toute la confiance et l'autorité dont elle avait besoin pour mener son cours à bien.
A ma plus grande joie, elle fut clémente avec Zéphyr, lui imposant seulement de garder la cage le reste de l’excursion. Je respectais le geste de mon camarade, il avait eu l'audace d'agir, alors que j'avais simplement été passive, attendant que le calvaire de cette souris se termine. Lorsque notre professeure reprit le fil de son cours et disparut finalement derrière les barrières d'arbres de cette forêt, je me rapprochais de mon voisin d'alchimie. Je me sentais petite et vulnérable debout à côté de lui. Timidement, je tirais doucement sur une de ses manches pour attirer son attention vers moi.

- Merci..

Le ton de ma voix n'avait pas été aussi doux que je l'espérais, mais c'était mieux que rien. Gênée, je fixais devant moi une fougère, enfermant mon visage dans une inexpression habituelle. Les mots me manquaient et je redoutais sa réaction. Il avait certainement pris la cage de mes mains parce qu'il trouvait que je m'y prenais très mal pour protéger le terrocel. On a pas envie d'aider une fille qui agit étrangement, comme je l'avais fait précédemment.
Léandra De Karélïs réapparut alors. Une nouvelle créature était à ses côtés. Fascinée, je suivais du regard ce nouvel animal qui se trouvait maintenant devant moi dans la cage. Beaucoup moins peureux que le précédent, ce dernier observait autant que nous ce qu'il se passait autour de lui. Je ne comprenais pas vraiment pourquoi, mais dans ses yeux, brillait une lueur d'intelligence qu'on ne trouvait que rarement chez un animal. Mademoiselle De Karélïs fit une rapide présentation que j'écoutais avec énormément d'attention, réfléchissant à la question posée. Finalement, un garçon qui jusqu'à présent était resté en retrait, s'avança et prit la parole.

- Excusez moi, ce sens qu'on doit trouver, il ne marche pas de la façon dont on pourrait penser, parce qu'il n'est pas utile au Cantoris ou parce qu'il possède vraiment une spécialité ?

~~~~
Couleur:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniques-revalia.forumactif.com/t1505-nora-redbird
Date d'inscription : 08/09/2013
Nombre de messages : 46
Age : 24
Lieux d'influence : Sur la banquise.
Activité : Glisser sur le ventre

Feuille de personnage
Race: Humain
Dons Élémentaires:
Perfectionnement:

MessageSujet: Re: 1.1 Escapade dans les bois [Cours de créatures, Première année]   Mer 21 Mai - 16:55

Avec du recul, ce n'était peut-être pas une si bonne idée que ça.

Au vu du regard exaspérant d'une de mes camarades et de la réprimande de Mme Karélis, je pense devoir me tenir à carreaux dorénavant.
Pourtant je n'ai aucun regret. J'ai fait en sorte que la petite bête soit libérée très vite et j'ai soulagé Nora du fardeau de porter cette cage que je porte actuellement.
Notre chère professeure continue sa route en quête d'un nouvel animal à étudier et je laisse échapper un soupir de soulagement. Après tout, ça aurait pu être bien pire. J'aurais pu être exclu du cours ou que sais-je encore.
Quant à la gamine du fond qui me foudroyait du regard, elle n'a qu'à aller griffonner un brin d'herbe si ça lui chante. Je n'ai que faire des personnes hautaines, qui prennent plaisir à prendre les gens de haut et à croire savoir tout mieux que les autres.

Tandis que nous suivons Madame Karélis en tête de file, une faible pression sur mon bras entrave légèrement mes mouvements.
Je me retourne et aperçois cette fameuse demoiselle que je croise de plus en plus souvent ces temps-ci. Je crois entendre un remerciement, mais l'effet de surprise me fait douter sur ses propos. Pourtant, son expression gênée et le fait qu'elle détourne le regard confirment mon hypothèse.

- De rien. C'est normal d'aider une camarade en difficulté non? Je n'aurais pas apprécié qu'une des seules personnes que je connaisse dans cette académie soit écrasée par une foule de curieux. Une jolie bouille comme la tienne ne doit pas être abimée .

La fin de ma phrase sonne comme une sorte de flatterie involontaire, issue de mon inconscient. Enfin de toute manière, il est trop tard pour me rattraper ou rectifier mes propos. Cela risquerait de la véxer ou de lui faire penser que je ne la trouve pas jolie. Et puis après tout ne l'est-elle pas? Je pense que oui. Elle a un beau visage, de beaux yeux et la voir un peu plus vulnérable me donne une nouvelle image d'elle. Celle d'une personne sensible, timide et plutôt mignonne il faut l'admettre. La soulager du poids de cette cage aura eu au moins un effet bénéfique sur son humeur.
D'ailleurs, en parlant de cage, la voici de nouveau remplie par un nouveau spécimen, beaucoup moins attendrissant. Une créature au facès simiesque, bleue et dotée de six puissantes pattes. Le tout faisant une quinzaine de centimètres de hauteur... Étrange.
Finalement je le préfère dans une cage qu'en liberté. Le fait de m'imaginer faire une sieste et de me réveiller en ayant une bestiole comme ça sur moi m'horrifie totalement!

Je tends les bras assez loin pour que la cage soit la plus en évidence et aussi la plus éloignée possible de moi, afin d'éviter de me faire toucher par cette chose que l'on appelle apparemment Cantoris ou "Mélodie des forêt". Personnellement, je trouve ce nom bien trop joli pour une créature aussi laide, mais bon.
Les gens se bousculent pour observer au plus près cet étrange spécimen et pour répondre à la question posée par notre professeur.
On dirait un troupeau affamé par la quête d'un savoir extraordinaire, qui n'est finalement qu'une simple bestiole enfermée dans une cage.

Je ne suis pas pressé de tout apprendre, je préfère prendre mon temps et apprécier ce qui m'entoure. Se contenter d'observer une petite bête et de ne pas observer la nature qui nous entoure est un véritable sacrilège.
C'est elle qui nous fournit ce dont nous avons besoin, que cela soit des vivres ou de quoi construire nos foyers, nos outils et j'en passe.
Nora semble captivée par notre sujet d'étude et ne me paraît plus aussi angoissée ou mal à l'aise que lorsqu'elle tenait la cage.
J'aurais au moins accompli une bonne action aujourd'hui, malgré l'intervention de notre bien aimée enseignante.
Un léger sourire aux lèvres j'observe la demoiselle et revient porter mon regard sur le Cantoris, qui à mon grand étonnement est d'un calme olympien malgré la foule qui l'encercle.

~~~~



La véritable puissance réside dans les sentiments que les gens éprouvent pour les autres. La véritable force, c'est notre cœur. Si quelqu'un tient à moi, cela me rend plus fort. L"union de nos cœurs, voilà d'où vient ma force!

Kingdom Hearts


Code couleur:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniques-revalia.forumactif.com/t1500-presentation-de-z
Date d'inscription : 19/06/2013
Nombre de messages : 55
Age : 23

Feuille de personnage
Race: Garou
Dons Élémentaires:
Perfectionnement:

MessageSujet: Re: 1.1 Escapade dans les bois [Cours de créatures, Première année]   Ven 23 Mai - 15:13

Les élèves semblaient tous autant intrigués que Redd par la petite bestiole... pas qu'il n'en ai jamais vu, mais il ne s'était jamais vraiment attardé dessus. En même temps... c'était un peu pour ça qu'il avait choisi ce cour. Mais les choses ont pris une tournure à laquelle il ne... s'attendait pas, ou en tout cas... pas comme ça ? Il suffit qu'il tourne la tête un instant pour qu'un de ses camarades se mette en tete d'ouvrir la cage... Et il semblerait bien qu'il s'agisse de son fameux camarade de l'air qui en ai décidé ainsi. Il pensait peut etre faire un geste "noble" mais.. sérieusement, cet animal n'était pas en danger ou quoique ce soit, et aurait été libéré l'instant d'après ! Celle qui tenait la cage paraissait toute aussi surprise de l'acte.

Redd relâcha un soupir d'agacement suite à la fuite de l'animal, il n'aimait pas être coupé dans sa curiosité, agacement cependant relativisé par la récente réponse de l'enseignante à ses questions. Ce ne sont finalement presque "que" des souris avec un 3e oeil, mais cette particularité était suffisamment originale pour porter son attention. Enseignante qui ne perdit pas de temps pour réprimander l'acte impulsif de son camarade d'un ton qui se voulait calme, mais dans laquelle il pouvait déceler aisément de l'agacement, il ne pouvait pas vraiment lui en vouloir, il ressentait à peu de choses près la même chose. La réprimande passée, quelques instants s'écoulèrent avant qu'elle ne poursuive sa discussion avec Zephyr, de façon bien plus calme que la précédente malgré une irritation toujours relativement présente. Décidant ainsi de lui faire porter la petite cage pour le reste du cour. C'était sans doute la meilleure chose à faire, meme s'il se demandait actuellement comment le reste du cour pourrait se passer... il devrait surement attendre et l'observer un peu plus avant de discuter avec son camarade de l'air.

Un sourire plus sincère se lisant sur le visage de Mme De Karélis, celle-ci fit signe à la classe d'attendre un instant, quelques minutes s'écoulèrent, durant lesquelles Redd pu observer un peu plus les réactions de tout le monde. Nora, celle qui tenait la cage auparavant semblait partagée entre une certaine angoisse et la gratitude de ne plus avoir à tenir l'animal. Zephyr, lui, était imperturbable et laissait transparaitre bien peu de choses, ce qui fit plisser Redd des yeux d'agacement, était-il si sur de lui ou bien avait-il une parfaite maitrise de ses émotions ? Voila qui était intrigant... Enfin, l'une des élèves paraissait plus agacée encore que lui ou que l'enseignante elle-meme, la multiplicité des réactions faisait rire intérieurement Redd, exorcisant par la meme sa propre irritation.
Il ne fallut cependant pas longtemps avant que le cour reprenne, plaçant délicatement l'animal répondant au nom de Cantoris dans la cage entre les mains de son nouveau gardien. Animal plutôt courant il semblerait aussi, Redd ayant la meme sensation de "déjà-vu" que pour le Terrocel plus tot. Beaucoup plus calme que le précédent, celui-ci était moins agréable à l'oeil du garou mais bien plus intrigant, il faisait attention à trop peu de choses jusque là, et cette créature là avait tout à lui apprendre d'elle...


Ses sens fonctionnent très bien, et sont même assez développés, sauf un de ses cinq sens, qui, lui, ne marche pas de la manière dont on le penserait. Entre ses yeux, ses oreilles, ses narines, ses doigts et sa langue, lequel ne lui sert à rien au final? Je vous laisse deviner

Qu'est-ce qu'elle entendait par là ? L'animal était pourtant très réactif, et le moindre bruit ou mouvement suspect tranchant avec les autres attirait immédiatement son attention. Peut etre son odorat... ? Mais ça serait un sacré désavantage non... ? Qu'est-ce qu'elle pouvait entendre par là...

- Excusez moi, ce sens qu'on doit trouver, il ne marche pas de la façon dont on pourrait penser, parce qu'il n'est pas utile au Cantoris ou parce qu'il possède vraiment une spécialité ?

Voila une bonne question, le sens n'est pas forcément dysfonctionnel, l'enseignante a juste dis qu'il fonctionnait différemment... C'était peut etre bien l'odorat finalement, ou la vue ? Il ferait bien de le proposer à l'enseignante, après tout... si personne ne lançait ça restait intéressant à demander.

- Donc... ça pourrait etre la vue, ou l'odorat par exemple ? Il pourrait se repérer et combler ces sens d'une autre façon non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniques-revalia.forumactif.com/t1418-redd-mccloud-rena
Date d'inscription : 12/11/2013
Nombre de messages : 72
Age : 20

Feuille de personnage
Race: Humain
Dons Élémentaires:
Perfectionnement:

MessageSujet: Re: 1.1 Escapade dans les bois [Cours de créatures, Première année]   Mer 4 Juin - 19:37

- Excusez moi, ce sens qu'on doit trouver, il ne marche pas de la façon dont on pourrait penser, parce qu'il n'est pas utile au Cantoris ou parce qu'il possède vraiment une spécialité ?

-Ce sens ne marche pas de la façon dont on pourrait penser parce sa manière d'utiliser ce sens est particulier. Excusez-moi si je me suis mal exprimé. répondit-t'elle à l'élève qui lui avait posé la question.

Elle attendait toujours un petit instant les élèves, qui ne répondaient pas, à peu près tous en train de chercher la réponse à sa question. Même si la réponse ne devait pas être évident pour eux, Léandra avait laissé un bel indice dans sa description rapide du cantoris.

Redd décida de donner sa propre version des choses:

- Donc... ça pourrait etre la vue, ou l'odorat par exemple ? Il pourrait se repérer et combler ces sens d'une autre façon non ?

Elle regarda le jeune élève avec un sourire amusé.

-Non...et non. Bien tenté mais ni vous ni personne ne semble avoir trouvé la réponse. Personne? Vraiment?

Elle regarda toujours les élèves. Aucune réponse. Bon, ils n'allaient pas jouer aux devinettes pendant tous le cours. Elle décida donc de répondre à la question qu'elle a posée:

-Son surnom: "la mélodie des forêts". Cela aurait du vous mettre la puce à l'oreille...tiens, l'oreille d'ailleurs. Bien qu'il possède deux orifices latéraux, cet animal est totalement sourd. Toutefois, cela ne veux pas dire qu'il ne se sert pas du son. En effet, si vous vous approchez un peu, vous verrez la ligne de poil qui longe son dos. Ces poils là, ultrasensible, captent les ondes sonore. Cela lui permet donc de détecter les mouvements à proximité de lui, ce qui est pratique pour par exemple sentir le mouvement des hautes branches, et aussi de certains prédateurs qui préfèrent attaquer de dos.

Lorsqu'elle finit sa dernière phrase, elle passa vivement le doigt à proximité du Cantoris lui lui tournait le dos, et celui-ci se tourna immédiatement vers Léandra , regardant ensuite son doigt avec curiosité.

-Un mauvais joueur pourrait me dire qu'il s'agit plus du sens du toucher que celui de l'ouïe, étant donné le fait qu'il reçoit les ondes, plutôt que les entendre, mais il s'agit là tout de même d'un récepteur à onde sonore, même si il n'entend pas le bruit produit par la source.

La jeune femme se rendit compte qu'elle avait été plutôt maladroite en posant sa question. Elle aurait pu dire autre chose, même si effectivement, les oreilles du cantoris ne lui servait à rien. elle devait éviter de rendre son cours confus, et le rendre aussi clair et compréhensible que possible. On lui a donné la tâche de présenter le monde des animaux à des jeunes élèves, c'était de son devoir de le faire, et de le faire bien.

-Bon. Ne perdons pas de temps. Passer du temps à gambader dans la nature nous fait oublier la notion du temps et tous les cours ne peuvent pas durer éternellement. Maintenant, je vais vous présenter des créatures par croquis, notamment car elle sont dangereuse, mais aussi tout simplement car on ne les trouvera pas dans ses bois là. Aussi, Zephyr, tu peux ouvrir la cage, laisser la bestiole s'en aller, et la déposer nous n'aurons plus besoin de ça.

Elle déposa ensuite son sac à ses pieds et fouilla à l'intérieur, pour en sortir six croquis. Elle en donna un à chaque membre de chaque petit groupe. Elle donna le sixième à Redd, avant de lui demander de bien rassembler les autres autour de lui pour que ses camarades puisse bien voir.



-Je vous l'accorde, passer des souris à trois yeux et des mélodies des forêts à cette créature charmante est un peu subite, mais il faut que je vous présente toute les facette de la nature et des bois. Qui sait? Mon cours vous sauvera peut-être la vie dans le futur.

Combien de fois Léandra s'était retrouvé en danger dans la forêt? Combien de fois sa vie était en jeu lors de ses anciennes excursions dans la nature? Elle se rappelais avoir déjà vu un monopode hypnotique, un jour. Elle avait été très tenté de récupérer le poison qu'elle possédait en elle, mais heureusement, son ancien ami traqueur lui avait prévenu du danger qu'elle courrait en étudiant cette plante. Il lui avait sauvé la vie (et pas qu'une fois d'ailleurs). Elle était vivante, et son rôle était de prévenir les élèves du danger que représentait cette plante si un jour, l'un d'entre eux tombe dessus.

Le monopode hypnotique est une plante carnivore très dangereuse que l'on peux trouver dans les forêts profondes. Cette créature est connue pour posséder un système de « piège olfactif ». Profondément carnivore, le monopode capture l'odeur de sa proie lors de la digestion, puis commence à en dégager l'odeur une fois la digestion achevée. Cette technique d'imitation d'odeur animale attire non-seulement les créatures herbivores, mais également les prédateurs. Lorsque sa proie s'approche du monopode et frôle l'une de ses tiges bleuâtres, point sensible de la plante, celle-ci perçoit le mouvement et se referme, plantant les crocs aux extrémités dans sa chair. Il sécrète ensuite un poison qui paralyse en moins d'une minute les muscles, et s'intensifie jusqu'à atteindre le cerveau et paralyser tout le système neuronal. La créature affaiblie, le monopode peut alors commencer à se nourrir.

~~~~
couleur:
 


Dernière édition par Léandra de Karélïs le Dim 15 Juin - 22:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniques-revalia.forumactif.com/t1534-la-violoniste-mau
Date d'inscription : 19/06/2013
Nombre de messages : 55
Age : 23

Feuille de personnage
Race: Garou
Dons Élémentaires:
Perfectionnement:

MessageSujet: Re: 1.1 Escapade dans les bois [Cours de créatures, Première année]   Sam 7 Juin - 18:28

-Non...et non. Bien tenté mais ni vous ni personne ne semble avoir trouvé la réponse. Personne? Vraiment?

Redd s'est une nouvelle fois fourvoyé, ça en devenait relativement ennuyeux mais au moins il était dans la bonne voie... uh, même en s'étant planté 2 fois en même temps. Voila qui était frustrant ! Heureusement l'enseignante était toujours parfaitement cordiale et n'insistait pas sur ses successifs échecs, ça l'aurait sans doute poussé à faire profil bas pendant un moment, si on supposait qu'il ne le faisait pas déjà en dehors des cours.

-Son surnom: "la mélodie des forêts". Cela aurait du vous mettre la puce à l'oreille...tiens, l'oreille d'ailleurs. Bien qu'il possède deux orifices latéraux, cet animal est totalement sourd. Toutefois, cela ne veux pas dire qu'il ne se sert pas du son. En effet, si vous vous approchez un peu, vous verrez la ligne de poil qui longe son dos. Ces poils là, ultrasensible, captent les ondes sonore. Cela lui permet donc de détecter les mouvements à proximité de lui, ce qui est pratique pour par exemple sentir le mouvement des hautes branches, et aussi de certains prédateurs qui préfèrent attaquer de dos.

... Ça, ce n'était sans doute pas des plus évidents non, son surnom avait plutôt tendance à l'orienter vers une autre voie que celle là. C'est vrai, se dire que la "mélodie des forets" n'est pas capable d'entendre de "mélodies" est assez contre-instinctif. La frustration n'était pas partie mais se voyait supplée d'excuses relativement mauvaises pour se justifier à soi ces erreurs consécutives. Quoi qu'il en soit l'explication fut rapidement accompagné d'une démonstration, Mme de Karélis agitant rapidement le doigt derrière le Cantoris qui se retourna instantanément. C'était plutot convainquant, en y pensant, son doigt n'a pu etre vu et l'odorat ne l'aurait pas redirigé ici spontanément, pas seul en tout cas ou à moins que le doigt de l'enseignante soit si appétissant que ça. Pas le genre de chose qu'une si petite bête pourrait se permettre. L'air satisfaite, la professeure continua son discours, expliquant la différence avec le simple "toucher". Même s'il ne voyait pas tant le problèmes que ça, les chauves-souris se localisent avec le son en étant aveugle, ce n'est pas une forme de "vue" pour autant... L'enseignante reprend alors le cours, enchainant directement.

-Bon. Ne perdons pas de temps. Passer du temps à gambader dans la nature nous fait oublier la notion du temps et tous les cours ne peuvent pas durer éternellement. Maintenant, je vais vous présenter des créatures par croquis, notamment car elle sont dangereuse, mais aussi tout simplement car on ne les trouvera pas dans ses bois là. Dit-elle en distribuant des croquis, dont un à Redd, en demandant à son camarade de lâcher la cage.
Je vous l'accorde, passer des souris à trois yeux et des mélodies des forêts à cette créature charmante est un peu subite, mais il faut que je vous présente toute les facette de la nature et des bois. Qui sait? Mon cours vous sauvera peut-être la vie dans le futur.


"Charmante" en effet, il ne pouvait pas être plus ironique en pensant cela. Une chose était certaine, s'il avait eu le "plaisir" de remarquer les deux précédentes bestioles au par avant, celle-ci lui était totalement inconnue, et ce pour le meilleur aux dires de la spécialiste. Le garou se voyait déjà assailli par un groupe d'étudiants curieux de donner une image à la créature que décrivait l'enseignante. Heureusement qu'il avait l'image en main, un croquis pour 5 ou 6 personnes à la fois c'était bien trop dur à tenir dans un environnement pareil alors il écarta doucement les personnes autour de lui pour se faire une place un peu plus confortable. L'enseignante pris un ton plus sérieux et concerné lorsqu'elle commença à parler de la drole de plante.

Le monopode hypnotique est une plante carnivore très dangereuse que l'on peux trouver dans les forêts profondes. Cette créature est connue pour posséder un système de « piège olfactif ». Profondément carnivore, le monopode capture l'odeur de sa proie lors de la digestion, puis commence à en dégager l'odeur une fois la digestion achevée. Cette technique d'imitation d'odeur animale attire non-seulement les créatures herbivores, mais également les prédateurs. Lorsque sa proie s'approche du monopode et frôle l'une de ses tiges bleuâtres, point sensible de la plante, celle-ci perçoit le mouvement et se referme, plantant les crocs aux extrémités dans sa chair. Il sécrète ensuite un poison qui paralyse en moins d'une minute les muscles, et s'intensifie jusqu'à atteindre le cerveau et paralyser tout le système neuronal. La créature affaiblie, le monopode peut alors commencer à se nourrir.

Oui ça expliquait bien pourquoi il n'en avait jamais rencontré, ne s'étant jamais aventuré trop loin dans la foret, étant déjà rare qu'il sorte des plaines. Quelque chose lui disait de ne pas s'y rendre, l'instinct, peut être, qui sait. La capacité de la plante avait l'air assez terrible, mais jusqu'où pouvait-elle aller ? Ce n'était qu'une plante après-tout, enfin, mieux valait se méfier. Ce n'était sans doute pas pour rien qu'il leur était interdit de se rendre dans ces lieux. Cependant il y avait bien une limite à tout, poser la question lui en donnerait le coeur net encore une fois. Se faisant un peu de place pour s'approcher de l'enseignante

- Quelle taille fait cette plante, et peut-elle donc digérer n'importe quelle proie et dégager son odeur quelle qu'elle soit ?

Il se rend compte qu'il est l'un des seuls à poser des questions depuis un moment. Cet état de fait, plutot que de le rendre fier, le mettait finalement assez mal à l'aise. Il y a des fois où il aimerait etre capable de se taire alors meme qu'il ne disait finalement rien de particulier.

~~~~
Couleur:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniques-revalia.forumactif.com/t1418-redd-mccloud-rena
Date d'inscription : 26/09/2013
Nombre de messages : 53
Age : 20
Lieux d'influence : Loin de tout.

Feuille de personnage
Race: Garou
Dons Élémentaires:
Perfectionnement:

MessageSujet: Re: 1.1 Escapade dans les bois [Cours de créatures, Première année]   Lun 14 Juil - 15:33

- De rien. C'est normal d'aider une camarade en difficulté non ? Je n'aurais pas apprécié qu'une des seules personnes que je connaisse dans cette académie soit écrasée par une foule de curieux. Une jolie bouille comme la tienne ne doit pas être abîmée.

Mes joues étaient devenues plus roses que jamais et une expression de surprise était maintenant plaquée sur mon visage. J'avais beau essayer de garder toute mon attention sur le nouveau spécimen étudié, mon corps m’obligeait cependant à tourner de nouveau la tête vers ce garçon, quelque peu déroutant. Même avec toute la volonté et la force du monde, il m'aurait été impossible de cacher cette gêne soudaine, qu'il avait réussi à provoquer chez moi. Je ne savais pas combien de temps j'étais restée à le regarder sans parvenir à sortir le moindre mot de mes lèvres mais je savais qu'il avait réussi à faire apparaître un léger sourire sur mon visage. Il avait donc fait ce geste dans le but de m'aider.

- Merci beaucoup !

Ces quelques mots avaient été les seuls à réussir à passer la barrière de mes lèvres, et je ne savais même pas s'il avait pu les entendre tellement les autres élèves se bousculaient de nouveau pour observer le Cantoris. Je me rappelais alors que je n'étais plus celle qui portais la cage et que je n'avais rien pour noter ce que Madame De Karélïs disait. Je reportais alors toute mon attention sur la petite bête. Je n'étais décidément pas très attentive en cours, si je voulais réussir à faire quelque chose de ma vie, il fallait que je commence à travailler dès le début de l'année. J'allais déjà avoir assez de difficultés à cause de mon incapacité à écrire, il ne fallait pas que je prenne plus de retard. Mais... il me trouvait jolie ! Un sourire impossible à retenir s'installait doucement sur mes lèvres. Je sentais une chaleur nouvelle traverser mon corps. En ce moment même, entourée de ces élèves, à côté de mon voisin d'alchimie, au milieu de cette forêt, j'étais heureuse.

Je n'avais absolument pas écouté la question que le garçon roux avait posé, et encore moins la réponse de notre enseignante. Cette dernière était en train de passer son doigt à proximité du dos du cantoris, et je n'avais aucune idée de pourquoi. La petite créature se retourna dans la seconde qui suivie et observa avec intérêt la main de Madame De Karélïs.

- Un mauvais joueur pourrait me dire qu'il s'agit plus du sens du toucher que celui de l'ouïe, étant donné le fait qu'il reçoit les ondes, plutôt que les entendre, mais il s'agit là tout de même d'un récepteur à onde sonore, même si il n'entend pas le bruit produit par la source.

Je fronçais les sourcils. J'aurais du écouter plus tôt. Je ne savais plus de quoi on parlait et je me sentais complètement perdue. Je regardais les autres élèves, cherchant à voir si d'autre avaient été distraits pendant son explication. A mon plus grand malheur, je semblais seule dans ce cas là. Il faudrait que je me débrouille pour rattraper les informations sur ce petit animal. Je détestais dépendre des autres, de plus, il faudrait que j'adresse la parole à quelqu'un et cela ne m'enchantais guère. Je doutais que Zéphyr ai réussi à capter toutes les informations, et encore moins les noter (la cage étant dans ses mains).

La professeure enchaîna alors, distribuant des croquis à différents élèves. Mon camarade de l'air pu libérer le cantoris et je ne pu m'empêcher de le regarder faire, le remerciant mentalement une nouvelle fois, de m'avoir aidé plus tôt. Je m'approchais ensuite du jeune rouquin. Il tenait dans ses mains un morceau de papier où un dessin à l'encre noire reposait. Alors que les autres élèves du groupes s’agglutinaient autour de lui, ce dernier les repoussa légèrement pour ne pas être compressé et subir le même sort que moi quelques minutes plus tôt. Curieuse, je jetais un coup d’œil de loin sur le croquis. Une plante était dessinée : Elle paraissait tout sauf amicale ou jolie. Lorsque Madame De Karélïs prit la parole, sa voix rempli de sérieux intima le silence à toute l'assemblée. Cette plante, n'était pas simplement horriblement laide, elle était aussi très dangereuse.

- Le monopode Hypnotique est une plante carnivore très dangereuse que l'on peux trouver dans les forêts profondes. Cette créature est connue pour posséder un système de « piège olfactif ». Profondément carnivore, le monopode capture l'odeur de sa proie lors de la digestion, puis commence à en dégager l'odeur une fois la digestion achevée. Cette technique d'imitation d'odeur animale attire non-seulement les créatures herbivores, mais également les prédateurs.

Madame De Karélïs continua son explication abordant les techniques de la plante pour capturer ses proies. Elle utilisait apparemment un poison paralysant plutôt rapide, qui pourrait conduire jusqu'à la mort. J'étais presque effrayée, les techniques de chasse de ce monopode étaient excellentes, presque infaillibles. Comment une proie pourrait-elle se douter que ce qu'elle chasse est en fait son prédateur ?

- Quelle taille fait cette plante, et peut-elle donc digérer n'importe quelle proie et dégager son odeur quelle qu'elle soit ?

C'était le garçon qui tenait le croquis qui avait posé la question. Je le fixais un moment, me disant qu'il fallait peut-être que je participe au cours ne serai-ce que pour montrer que j'étais attentive. Je regardais rapidement autour de moi cherchant à voir si quelqu'un d'autre voulait parler, puis me lançais.

- Hum.. dans la nature, quand une plante est empoisonnée, on dit qu'on trouve souvent le remède juste à côté, est-ce que c'est le cas pour ce monopode hypnotique ?

~~~~
Couleur:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniques-revalia.forumactif.com/t1505-nora-redbird
Date d'inscription : 08/09/2013
Nombre de messages : 46
Age : 24
Lieux d'influence : Sur la banquise.
Activité : Glisser sur le ventre

Feuille de personnage
Race: Humain
Dons Élémentaires:
Perfectionnement:

MessageSujet: Re: 1.1 Escapade dans les bois [Cours de créatures, Première année]   Lun 4 Aoû - 22:47

Après avoir relâché la créature et déposé la cage, le professeur Karélis sortit un croquis d'une créature qui m'était familière.

- Le monopode hypnotique, mes chers enfants, est une bénédiction pour nous assassins. Abattre une cible est un fait, l'immobiliser et lui soutirer des informations avant de l'achever en est un autre. Cette formidable créature possède un venin paralysant mais également mortel. Je vous déconseillerai donc fortement de jouer avec l'un d'entre eux sans avoir couvert l'intégralité de votre peau avec une épaisse protection.

Tels étaient les enseignements de notre professeur de médecine... Enfin, "médecine" est un terme bien élogieux et valorisant si l'on compare avec sa réelle fonction. Nous passions bien plus de temps à tester différents poisons et mixtures douteuses qu'à fabriquer des antidotes et des bandages médicinaux. Autant dire que ce n'était pas la panacée...

Ne souhaitant pas me remémorer d'autres souvenirs de ce genre, je concentre mon attention sur le croquis et le fixe intensément, comme si le monopode allait d'un instant à l'autre sortir du morceau de papier.

Le brouhaha reprend son cours, causé par les plus curieux qui se bousculent devant le croquis. Comme un sempiternel rituel, les questions affluent même si une voix se détache du lot, me faisant décrocher mon regard du dessin. La voilà qui pose des questions maintenant!
J'ai bien envie de lui répondre et de lui parler de l'antidote au poison du monopode, mais cela éveillerait des soupçons à mon sujet... Et puis étaler mon savoir n'est pas une chose que j'affectionne particulièrement.
Je reste donc dans mon coin, impatient de passer à un autre sujet d'étude, qui ne me rappellerait pas mes origines.

Au final ce cours est moins spectaculaire que ce à quoi je m'attendais. J'espère vraiment que cela va s'améliorer au fil des jours. Aller titiller des insectes et des petites bestioles n'est pas gênant en soi, mais croiser des créatures légendaires et dangereuses m'enchante beaucoup plus, même si la logique voudrait que ça ne soit pas le cas.
Je me demande bien ce qu'en pensent mes camarades. Je devrais peut-être un peu plus me sociabiliser si je veux avoir une chance de me faire une place dans cette communauté... Pourtant je n'en ressens ni le besoin ni l'envie. Alors pourquoi? Peut-être pour me rassurer en me disant que je peux être monsieur tout le monde. Ce qui ne sera manifestement plus jamais le cas.

~~~~



La véritable puissance réside dans les sentiments que les gens éprouvent pour les autres. La véritable force, c'est notre cœur. Si quelqu'un tient à moi, cela me rend plus fort. L"union de nos cœurs, voilà d'où vient ma force!

Kingdom Hearts


Code couleur:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniques-revalia.forumactif.com/t1500-presentation-de-z
Date d'inscription : 12/11/2013
Nombre de messages : 72
Age : 20

Feuille de personnage
Race: Humain
Dons Élémentaires:
Perfectionnement:

MessageSujet: Re: 1.1 Escapade dans les bois [Cours de créatures, Première année]   Mer 13 Aoû - 18:50

-Quelle taille fait cette plante, et peut-elle donc digérer n'importe quelle proie et dégager son odeur quelle qu'elle soit ?

-La plupart du temps, elle fait la taille de votre jambe. Il existe toutefois certains monopodes un peu moins grand, d'environs la taille d'un bras. Son alimentation est généralement composé de créatures plus petites qu'elle, mais il faut aussi penser au fait que peu importe ce qui va lui tomber sous la main, elle va le dévorer, que ce soit un loup, un renard, un chat, un ours, ou même un homme, si un malchanceux mal avertis tombe sur cette plante. Et elle arrive presque toujours à capturer les odeurs de leur proie. Retenons le fait que plus la proie est grande, plus l'odeur est généralement forte.

Léandra était bien contente de voir que certains élèves étaient curieux et lui posaient des questions. L'organisation de son premier cours avait été assez stressant, et même avec l'assurance de la jeune femme l'angoisse de penser avoir fait un mauvais cours restait présent. Il est normal d'avoir le trac après tout. Mais comme elle pouvait le constater, tout semblait marcher comme sur des roulettes. Deux des élèves, Nora et Zéphyr tiens, semblaient un peu dans les nuages toutefois...Bah...On ne peut pas plaire à tous. Parfois, le charme de la nature n'atteint pas certains cœur...ou alors ils avaient leur propres raisons d'être absents.

Léandra se doutait que son cours allait faire pas mal de déçus. Après tout, elle était prête à parier que la moitié de la classe se voyait déjà en train de chevaucher des licornes, faire du rodéo à dos de dragon et élever pleins de petites créatures mignonnes comme tout. Elle-même aurait largement aimé faire des cours comme ça... Mais chaque chose en son temps. La rentrée en matière devait se faire de manière tranquille et douce, mettre un peu d'eau sur la nuque avant de se lancer dans l'eau.

Finalement, Nora leva la tête vers la professeure pour poser elle aussi une question:

- Hum.. dans la nature, quand une plante est empoisonnée, on dit qu'on trouve souvent le remède juste à côté, est-ce que c'est le cas pour ce monopode hypnotique ?

Futée, la gamine. Voilà d'ailleurs quelque chose que Léandra avait oublié de mentionner. Elle s'empressa d'ailleurs de répondre:

- Bonne question. Question qui va pouvoir d'ailleurs me permettre d'ajouter un point qui m'a échappé. En effet, le remède est bien plus proche que tu ne peux le penser. Il se trouve même à l'intérieur du monopode. Voyez-vous, il créé son poison qui est stocké à l'intérieur de veines situées à proximité de ses crocs, et les veines s'ouvrent lorsque les crocs sont au contact d'un corps. Le poison coule lentement sur les crocs et rentrent dans les blessures pour pouvoir ainsi se propager. Il arrive en général que ce poison s'écoule à l'intérieur même de la plante, mais son sang l’immunise des propres effets du poison en lui. Si un jour vous vous retrouvez attrapé par un monopode, prenez vite quelque chose de coupant pour pouvoir ouvrir la tige et boire un peu de son sang, avant que ne vous soyez totalement paralysé. Je dois vous avouer que boire du sang pourrait demander un certain courage pour certains d'entre vous, mais il vaut mieux ça que mourir. Rien n'est pire que la mort dans le monde de la nature.

-Bon. Ce n'est pas la peine de me redonner les croquis. Chaque membre d'un groupe va le garder avec lui, et vous allez vous le partager. Si vous insistez pour avoir votre propre exemplaire de l'image, vous n'aurez qu'à me redonner le croquis, et j'en ferais une copie. Le cours est presque terminé, nous allons encore parler de deux créatures et ce sera bon. Suivez moi.

La prochaine créature qu'elle allait leur présenter était une créature qu'ils allaient pouvoir trouver dans le bois de l'académie. En effet, c'est son milieu naturel. Une créature qui peut parfois s'avérer difficile à trouver, car sa couleur lui permet de bien se camoufler dans toute cette étendue de vert. Toutefois, elle ne craignait pas l'homme, ce qui était une bonne chose pour ce cours là : on pouvait la voir et l'admirer sans qu'elle ne s'en aille ou sans à avoir besoin de l'enfermer.

Ils marchèrent tous durant quelque minutes. Léandra avait fait un peu de repérage dans les environs, histoire de savoir où trouver les créatures qu'elle voulait présenter à ses élèves et quand. Grace à toute ses informations, elle avait pu créer un itinéraire à suivre, pour pouvoir ainsi présenter toutes les créatures présentables possible.

-Ah, parfait

La prochaine créature à étudier se trouvait sur une branche basse d'un arbre près d'elle. La créature, tranquille comme tout, n'avait pas prit peur, et regardait les divers élèves d'un air curieux.



- Voici le cellurel, ou aussi appelé le Lemurg vert. Le lemurg vert est en tous points similaire au lémurien classique concernant l'alimentation et l'habitat, sauf pour ce qui est de la couleur et de ses pattes. En effet, le cellurel est entièrement vert, ce qui lui vaut son surnom et lui permet de se camoufler dans les arbres, à l'abri des prédateurs. Ses quatre pattes se terminent par des languettes d'une trentaine de centimètres par lesquelles il s'agrippe aux branches et attire les insectes dont il se nourrit. Il est possible de croiser des lemurg verts dans chaque bois ; étant peu craintifs, ils ne s'enfuient pas à la vue d'humains. C'est une créature inoffensive et facilement approchable. Toutefois, retenez bien ça: si vous vous trouvez devant une créature que vous ne connaissez pas, partez toujours du principe qu'elle peut-être dangereuse, à moins que vous n'ayez de bonnes raisons de l'approcher.

~~~~
couleur:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniques-revalia.forumactif.com/t1534-la-violoniste-mau
Date d'inscription : 09/08/2014
Nombre de messages : 8
Age : 24

Feuille de personnage
Race: Elfe Sylvain
Dons Élémentaires:
Perfectionnement:

MessageSujet: Re: 1.1 Escapade dans les bois [Cours de créatures, Première année]   Ven 15 Aoû - 1:15

Ils avaient déjà vu le Terrocel, une petite souris à trois yeux; le Cantoris, un animal surnommé « la mélodie des forêts »  et sourd mais qu'une ligne de poils dans son dos permettait de supplanter à ce handicap en captant les ondes sonores; le monopode hypnotique , une plante carnivore extrêmement dangereuse, et le Cellurel ou Lemurg vert. Toutes avaient été observées d'un point de vue pratique, excepté le monopode hypnotique. Et heureusement ! Cependant, une avancée si rapide ne laissait que présager d'un programme chargé et, de surcroît, d’extrêmement intéressant. Du moins, du point de vue de Nómin. Il pouvait paraître étrange qu'il ait choisi le cours de Créatures alors qu'on lui avait enseigné la plupart d'entre elles dans la communauté des Elfes. Mais il ne pouvait laisser échapper ainsi l'opportunité de renouer avec la forêt. Or, ce cours en plus d'être particulièrement bien mené par le professeur de Karélïs le lui permettait. Et puis, il faut aussi avouer que, même s'il connaissait la forêt d'Astraël, celle où ils se trouvaient actuellement lui était inconnue. De surcroît, il ne connaissait pas toutes les créatures imaginables. Sa formation dans la cité de Lunalïs avait été essentiellement centrée sur le culte à la Grande Lune, la maîtrise des arts elfiques et une part d'équilibre visant à repousser ses gènes paternels d'Elfe Noir, tout en évitant le plus possible d'y faire mention. Son apprentissage n'avait pas été exactement le même que pour les autres Elfes. Plus exigeant, plus impératif. Et il faut bien  avouer que, au départ, l'éducation elfique en elle-même exige déjà une grande discipline.
Mais aujourd'hui, méfiant mais curieux, il était heureux de participer à ce cours. Le professeur de Karélïs l'impressionnait et il n'aurait jamais pensé pouvoir estimer un humain si rapidement. Elle se débrouillait si bien avec les Créatures pour le moment présentées qu'elle remontait à elle seule la race humaine dans l'estime de l'Elfe.

Après le petit incident provoqué par Zéphyr Farore au moment de la présentation du Terrocel, les choses semblaient s'être calmées et le cours avait repris son cours. Au moment où il l'avait vu s'approcher de la cage tenue par Nora, les sens aiguisés de l'Elfe lui avait permis d'anticiper ce qui allait se passer. Un peu comme si chaque seconde se voyait fractionnée en quatre temps. Cependant, il n'avait pas bougé. Il avait été étonné par l’intérêt que Zéphyr portait au petit animal et ses inquiétudes envers celle qui paraissait de plus en plus mal à l'aise. L'Elfe ne voulait pas lancer la pierre à son camarade. Sa réaction, bien qu'impulsive, était louable. N'importe quel Elfe, serviteur et protecteur de la Nature, aurait eu le cœur serré en voyant cette créature ainsi malheureuse et ne pouvait que trop comprendre une telle réaction. Cependant, la réaction de leur professeur était tout aussi compréhensive. Que les choses soient réglées aussi rapidement réconforta l'Elfe mais il ne manqua pas de remarquer la petite déstabilisation de Mademoiselle de Karélis lorsque le carnet que tenait l'une des élèves s'éleva entre ses mains. L'Elfe resta de glace, comme il le faisait depuis le début du cours. Détaché mais attentif, cela ne le regardait pas.

L'exemplaire du croquis du monopode hypnotique attribué à son groupe étant entre les mains d'un de ses camardes, Nómin sortit un parchemin et de quoi écrire et se pencha au dessus de la personne qui tenait le dit croquis pour en faire une reproduction sur son propre papier. L'expérience et l'agilité propre aux Elfes Sylvains lui permirent de réaliser ce dernier en moins d'une minute. Ensuite, il ramena son regard sur le professeur puis sur l'animal, perché sur une branche, qu'elle était en train de leur présenter. Nómin connaissait bien cette espèce et un sourire, presque inhabituel chez lui, se dessina sur ses lèvres. Il y avait aussi des cellurels dans la forêt d'Astraël. Une pensée alla vers sa vie là-bas mais il la chassa rapidement et se fraya un chemin à travers les autres élèves pour se rapprocher, doucement et avec souplesse, du premier rang. Attentif aux paroles de la télékinésiste, il s'était tenu un peu à l'écart jusqu'à présent. Se tenir si proche de représentants d'autres espèces, alors qu'il n'en avait pour la plupart jamais cotoyé avant son entrée à l'Académie, le rendait méfiant et peu sûr de lui. La vue de la créature le rassura toutefois.

Puis, alors que leur professeur de Créatures ponctuait ses propos d'un point final avant de passer à l'observation d'une dernière créature, Nómin s'avança d'un pas et leva la main. Habitué à la forêt et léger comme un Elfe, on n'entendait même pas les brindilles et autres feuilles sèches craquer sous ses bottes. La main levée, il osa prendre la parole avant de la rabaisser.
La discipline à laquelle il avait été habitué dans la cité de Lunalïs l'avait amené à bien attendre que son instructrice ait fini de parler afin de ne pas l'interrompre. Son regard flamboyant dirigé vers l'animal, il abaissa le bras et le ramena le long de son corps au fur à mesure qu'il posait sa question.

«  Professeur, le fait que le Cellurel soit de couleur verte est-il dû à une adaptation environnementale au cours des générations dans le but justement de se rendre invisible à d'éventuels prédateurs ? Ou est-ce simplement provoqué par ses habitudes alimentaires ?  »

La lumière du jour perçait à travers les feuillages, baignant ainsi la partie du bois dans laquelle ils se trouvaient d'une lueur réconfortante et protectrice. La question de l'Elfe pouvait sembler bête mais, pour lui, elle revêtait un véritable intérêt. Ramenant toute son attention vers la professeur, il attendit sa réponse. Il n'espérait ou ne s'inquiétait pas de savoir si elle paraissait évidente à d'autres ou non. Il voulait connaître la réponse. C'est tout ce qui importait pour lui en cet instant, entier et déterminé dans ce qu'il faisait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniques-revalia.forumactif.com/t1778-presentation-de-n
Date d'inscription : 26/09/2013
Nombre de messages : 53
Age : 20
Lieux d'influence : Loin de tout.

Feuille de personnage
Race: Garou
Dons Élémentaires:
Perfectionnement:

MessageSujet: Re: 1.1 Escapade dans les bois [Cours de créatures, Première année]   Lun 18 Aoû - 0:49

Notre professeur reprit alors la parole pour répondre à nos questions. Nous avions beau être entourés de végétation, cette plante m'intriguait. Non pas parce qu'elle n'en était pas réellement une, de par son côté carnivore, mais parce qu'elle utilisait un système de piège excellent d'après moi. J'écoutais donc avec intérêt chaque mot qui sortait de la bouche de notre enseignante. J'avais passé une partie de ma vie dans la forêt et il n'aurait pas été improbable que je tombe sur ce monstre. Malgré tout, le dessin donnait une impression beaucoup plus imposante que la réalité. Cette plante était approximativement de la taille d'un bras, ce que je ne trouvais pas excessivement grand, même si cela pouvait paraître déjà assez conséquent pour quelque chose de semblable à un végétal. Lorsqu'elle cita les cibles que ce monopode pouvait avaler, je me demandais comment un homme pouvait se laisser avoir par le piège de cette plante. L'humain ne chassant pas avec son odorat, il ne pouvait pas être attiré vers  cette plante carnivore. Seules la malchance et l'ignorance pouvaient causer la perte d'un homme dans ces conditions. Étrangement, cela ne me rassurait guère, j'avais besoin qu'elle me réponde. Il était hors de question que je perde la vie à cause d'une pauvre plante.

Lorsqu'elle aborda le sujet de ma question, j'avais senti une petite vague de fierté traverser mon cœur. J'étais heureuse d'avoir réussi à dire quelque chose qui permettait au cours de continuer. Même si je ne laissais rien paraître de cette joie, j'esquissais un bref sourire que personne n'était en mesure de remarquer.

- En effet, le remède est bien plus proche que tu ne peux le penser. Il se trouve même à l'intérieur du monopode. Voyez-vous, il crée son poison qui est stocké à l'intérieur de veines situées à proximité de ses crocs, et les veines s'ouvrent lorsque les crocs sont au contact d'un corps. Le poison coule lentement sur les crocs et rentre dans les blessures pour pouvoir ainsi se propager.

Je buvais tout ce qu'elle me disait, ne laissant échapper aucune information. Mais, la réalité me rattrapa bien vite. Ce n'était pas parce que j'écoutais avec une grande attention tout ce que Madame De Karélïs nous disait que je le retiendrais. Il était évident que certains éléments me resteraient à jamais dans l’esprit, mais je n'aurais jamais assez de savoir pour les examens. Je commençais à bouillir intérieurement, en colère contre moi-même. Je devais trouver un moyen de gérer ce problème rapidement ! Je tournais légèrement la tête vers Zéphyr, son expression était lasse, il ne paraissait pas apprécier ce cours.. pourtant, il devait apprendre plein de choses utiles ! Encore une fois, j'allais m'en remettre à lui... en fait... pour le moment, je n'avais que lui. Je me déplaçais doucement vers lui pour être plus proche et ne pas donner l'impression à notre professeure que je lui manquais de respect alors qu'elle était en train de répondre à ma propre question.
Avant que je ne puisse faire quelque chose, Madame de Karélïs se remit en marche, cherchant une nouvelle créature à étudier. Il en était fini des croquis pour aujourd'hui. Je me demandais si j'irais en demander un à la fin du cours, c'était toujours intéressant d'avoir une image en plus.
Nous avancions doucement le nez en l'air, scrutant les feuillages. Au bout de très peu de temps, notre enseignante nous indiqua une direction. Là, se trouvait un drôle d'animal. Je ne me rappelais pas d'en avoir déjà vu, mais il paraissait amical et inoffensif. Cette créature nous regardait sans la moindre panique dans les yeux. Son pelage vert la rendait presque invisible dans toute cette végétation, la nature faisait vraiment bien les choses ! De nouveau, Léandra De Karélïs nous exposa son savoir sur cette petite bête. J'étais de ce fait, encore dans l'incapacité de prendre en note quoi que ce soit. Toujours proche de mon voisin d'alchimie, une idée me vient à l'esprit.

- Zèph... Zéphyr ? Est-ce que, tu aurais quelque chose pour noter... Tu sais que je ne peux pas, mais... tu pourrais pour moi ?

J'avais essayé de mettre des émotions dans ce que je disais, mais mon habitude à parler de façon monotone et froide prenait largement le dessus. Lui faire un sourire était une très mauvaise idée voyant mon incapacité à parler de façon amicale. J'avais gardé mon regard posé sur notre professeure pour paraître attentive en attendant la réponse de mon voisin.

~~~~
Couleur:
 


Dernière édition par Nora Redbird le Mar 2 Sep - 23:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniques-revalia.forumactif.com/t1505-nora-redbird
Date d'inscription : 19/06/2013
Nombre de messages : 55
Age : 23

Feuille de personnage
Race: Garou
Dons Élémentaires:
Perfectionnement:

MessageSujet: Re: 1.1 Escapade dans les bois [Cours de créatures, Première année]   Mar 19 Aoû - 20:48

Booon, le cour progressait plutôt bien, toujours sous l’œil et le conseil avisé et amical de l'enseignante. Décidément ça lui faisait un drôle d'effet d'être enseigné par Yuko puis elle dans la même semaine tant les personnages sont différents. Pas de sourires taquins ni moqueurs ou de regards supérieurs, c'était reposant en un sens, enfin bon. Elle a en tout cas eu l'amabilité de prendre le temps de répondre à chaque question posée les unes après les autres, dont la sienne. Une longueur de bras c'est pas si géant... mais suffisamment intimidant pour le dissuader d'en faire des câlins. L'autre était beaucoup plus intéressante cependant, il dû bien l'admettre, il en venait de sa survie après-tout, de toute façon, même s'il ne s'était jamais risqué par là et n'en a pas vraiment envie non plus, c'était toujours bon à savoir. Et c'était même enfantin, il suffisait de boire le sang de la dite-plante. Encore faut-il y penser à ce moment, et même encore oser boire son sang et lui tailler la tige, enfin, à choisir, c'est toujours mieux que de mourir lentement par digestion...
Il semblerait qu'il soit bien temps de passer un autre animal. On ne lui rend pas le croquis ? Hmm, qu'est-ce qu'il pourrait bien faire de ça sérieusement, il avait pas vraiment envie d'attacher ça dans sa chambre, à la place il décida de le passer à un camarade qui semblait y tenir particulièrement. Il était temps de suivre une nouvelle fois l'enseignante pour il semblerait l'une des dernières créatures du cour. Cette fois-ci, pas de cages, pas de dessins... voila qui était des plus agréables. Le cellurel était leur nouvel hôte, enfin, "nouveau" était un bien grand mot, c'était un animal courant qu'il connaissait déjà.


- Voici le Cellurel, ou aussi appelé le Lémurg vert. Le lémurg vert est en tous points similaire au lémurien classique concernant l'alimentation et l'habitat, sauf pour ce qui est de la couleur et de ses pattes. En effet, le cellurel est entièrement vert, ce qui lui vaut son surnom et lui permet de se camoufler dans les arbres, à l'abri des prédateurs. Ses quatre pattes se terminent par des languettes d'une trentaine de centimètres par lesquelles il s'agrippe aux branches et attire les insectes dont il se nourrit. Il est possible de croiser des lémurgs verts dans chaque bois.

Il est vrai que ses pattes lui donne un intérêt particulier. Enfin, il était surtout amusant de voir à quel point il pouvait être passif avec plusieurs dizaines d'humains en face de lui. Il écoutait le cour à moitié, l'animal ne l'intéressait pas vraiment. Du moins, jusqu'à la question d'un étudiant qu'il n'avait pas vu jusque là, enfin, pas que la question soulevait sa curiosité. Sérieusement, qu'est-ce que ça pouvait faire ? Pour lui l'animal était vert un point c'est tout... sérieusement, comme si ça faisait une différence... Il préférait largement être dans le présent, du moins pour les créatures, savoir comment elles survivent, se nourrissent et autre lui était bien plus utile en ce sens. De son côté, nuls questions ne lui venaient à l'esprit.

~~~~
Couleur:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniques-revalia.forumactif.com/t1418-redd-mccloud-rena
Date d'inscription : 12/11/2013
Nombre de messages : 72
Age : 20

Feuille de personnage
Race: Humain
Dons Élémentaires:
Perfectionnement:

MessageSujet: Re: 1.1 Escapade dans les bois [Cours de créatures, Première année]   Mar 26 Aoû - 20:36

Le temps passait bien vite. Léandra aurait du déjà terminer ce premier cours depuis le moment où elle avait trouvé ce Cellurel. Elle aurait bien aimé leur donner plus de temps pour pouvoir parler de la dernière créature, mais ils avaient d'autres cours après, et elle ne voulait pas les voir en retard par sa faute. La prochaine fois, la jeune femme se jura qu'elle prendra plus de précaution.

Un élève, un elfe qui était resté discret depuis le début du cours, décida de poser une question à Léandra:

-Professeur, le fait que le Cellurel soit de couleur verte est-il dû à une adaptation environnementale au cours des générations dans le but justement de se rendre invisible à d'éventuels prédateurs ? Ou est-ce simplement provoqué par ses habitudes alimentaires ?

Une question intéressante qui ne relevait pas d'un doute tiré par les cheveux. Elle regarda un instant l'animal, qui commençait d'ailleurs à grimper le long de la branche pour partir, et se retourna finalement vers l'élève:

-Le cellurel fait partit de la famille des Lémuriens, et leur nourriture est la même que celle que prendrait un lémurien "classique". Hors, tous les lémuriens ne sont pas vert. Si ce n'est pas ça, c'est donc alors une adaptation: Au fil du temps, à force de vivre dans les forêts et les bois, ils se sont lentement mais sûrement adapté à la couleur prédominante de leur environnement.

Je suis désolé, mais nous allons mettre de coté l'étude sur la dernière bestiole, car je viens de me rendre compte que nous n'avons plus le temps pour nous adonner à une dernière observation. J'espère que le cours vous a plus. Si vous avez encore une question ou deux, n'hésitez pas à me la poser maintenant ou alors plus tard si vous me voyez. Le prochain cours va porter sur les créatures des plaines et nous seront donc en petit comité. Chacun doit se rappeler l'heure à laquelle il doit venir pour la prochaine fois étant donné le fait que cela va varier d'un groupe à l'autre. Comme je l'avais dis au début de ce cours, les dragons et autre créatures mythiques qui ont peut-être bercé votre enfance dans des comptes vont devoir attendre. J'espère tout de même que votre intérêt probable pour les animaux ne va pas décroître lors de cette année. Rentrons maintenant!


Elle fit un signe à tous le monde pour les inciter à la suivre, pour ainsi quitter le petit bois et se retrouver quelque minutes plus tard à l'entrée de l'académie.

Léandra était plutôt contente de ce premier cours. Elle avait été vraiment stressée, étant donné le fait que cela a été son tout premier cours de sa carrière de professeur. Les élèves allaient-t-il aimer ce qu'elle avait préparée? L'idée de les emmener un peu partout était une idée sure? Allait-t-elle trouver les bons animaux au bon moment? Toutes ses questions étaient partis depuis un certain temps, ne laissant qu'une Léandra satisfaite de voir que ses efforts l'ont amené à avoir des élèves curieux, des créatures facile à repérer et des sorties agréable. Travail terminé.

Note:
 

~~~~
couleur:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniques-revalia.forumactif.com/t1534-la-violoniste-mau
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: 1.1 Escapade dans les bois [Cours de créatures, Première année]   

Revenir en haut Aller en bas
 

1.1 Escapade dans les bois [Cours de créatures, Première année]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Chroniques de Rëvalïa - Forum RPG dark-fantasy ::  :: Edälia, leader économique humain :: L'Académie de magie d'Edälia :: L'extérieur de l'Académie :: Le Petit Bois-