AccueilGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Prologue : Un dîner mouvementé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Innen
Maître du Jeu
avatar
Date d'inscription : 20/11/2013
Nombre de messages : 45
Age : 147

MessageSujet: Prologue : Un dîner mouvementé    Dim 19 Avr - 14:45

Tout commença par un simple repas dans l'académie, professeurs et élèves mangeaient ensemble, discutant de tout et de rien. Il s'agissait plus ou moins de la seule heure où toute l'académie se côtoyait, si on exceptait les cuisiniers comme d'habitude, cachés dans leur terrible antre, les cuisines de l'enfer ! Contrairement à la plupart des établissements, l'académie n'avait aucune table réservée, tout le monde mangeait avec tout le monde, simplement. Myrddin avait créé ce système afin de faciliter l'intégration des élèves dans leurs "maisons" élémentaires et surtout promouvoir le rapport entre élèves et professeurs. Bien entendu, cela n'empêchait pas certains groupes de se créer et de ne manger qu'entre eux, tout comme il y avait des tables que l'on préférait éviter de s'approcher. Il y a quelques jours, un de ces fameux groupe s'était créé, une table en plein centre de la salle à manger, où l'on pouvait voir des personnes comme Lucien d'Elenor, Francis Dowell, Christyän Maät le professeur Shitennô Bachiatari ou encore Ayla Morg. Bien qu'une seule de ces tables puisse facilement accueillir une quarantaine de personnes, il n'y avait guère plus de monde qui avait osé s'asseoir auprès de ces fameuses personnes. La raison ? Cette élève aux cheveux violets, ne consommant que ce qui se trouvait dans le verre en face d'elle, du sang frais.

Depuis quelques semaines, les seules personnes qui osaient s'approcher d'elle étaient les gens qui s'étaient réunis autours de cette table. Le directeur avait dû rajouter des tables supplémentaires au vu du refus des élèves de s'approcher de trop près de la vampire. Le vieil homme ne pouvait pas vraiment leur en vouloir, en un regard, Ayla exprimait clairement son envie de sang, sans compter son apparence qui la rendait presque aussi effrayante que le héraut de l'Abysse, suivant les dires de certains. Fujiin, sage des vents et professeur d'artefact, avait trouvé une solution toute simple, un enchantement sur des lunettes que devait porter la jeune femme en permanence. Cela dissimulait sa vraie nature, ses yeux effrayants et même ce sentiment de se trouver face à un prédateur. Cette solution était cependant tardive, le mal était fait, il aurait fallu l'isoler pour faire passer correctement la pilule. Myrddin s'y était totalement opposé, demandant même à ses rares amis de l'encourager à se montrer de plus en plus en public, en commençant par la salle à manger lors des repas. Il avait même trouvé des cuisiniers vampires qui lui offraient volontairement une grande quantité de leur sang avec un plaisir non dissimulé. Il utilisait le fanatisme de ses employés, afin d'empêcher que sa protégée ne soit affamée au point de commettre l'irréparable. Tout semblait être sous contrôle, mais c'est souvent lorsqu'on regarde enfin l'avenir, que le passé vous rattrape.

Ayla cessa de boire, reniflant soudainement comme un chien qui venait de flairer une piste, puis ferma les yeux. Ses amis n'eurent pas le temps de réagir aux larmes pourpres coulant le long de sa peau d’albâtre, qu'elle s'était déjà levée et d'un mouvement de son pied, fit déraper la table en emportant avec elle toutes les autres, puis recommença avec d'autres, jusqu'à créer un espace vide d'environ dix mètres de diamètre. Fujiin se leva brusquement, de même que le professeur Bachiatari, ne comprenant pas les raisons de son comportement. Elle tremblait, comme effrayée par quelque chose.

- Adieu... je suis désolée...

Les fenêtres de la salle à manger furent brisées, transpercées par de multitudes de boules rouges, suivies par une épaisse fumée noire. Elles tourbillonnèrent et s'écrasèrent, réduisant à l'état de débris tout ce qui s'était trouvé quelques secondes plus tôt dans cet espace créé par la vampire. La fumée se dissipa lentement, laissant apparaître un homme, un monstre, une légende, un être dont la présence seule fit attaquer le duo le plus fameux de Rëvalïa, sans le moindre avertissement. Fujiin se déplaça à une vitesse phénoménale, sortant un katana entouré de flammes, tandis que la faux du sage de l'ombre, Mephiles, frappa avec une puissance dévastatrice le dos du nouvel arrivant. Ce dernier ricana et sortit une épée faite d'ossements, dont la garde évoquait une tête de serpent. Cette imposante épée, fut maniée avec la souplesse et la vitesse d'une rapière, le tout avec une seule main. Il dévia le katana sans problème, évitant au passage les attaques élémentaires qui s'échappèrent de la lame, tout en esquivant l'attaque de la faux, s'emparant du manche et envoyant le sage de l'ombre s'écraser contre un mur, une trentaine de mètres plus loin. Fujiin détourna la tête un court instant, afin d'observer l'état de son ami, cela ne dura qu'une simple seconde, mais ce fut suffisant pour recevoir un coup de talon en plein dans le plexus solaire, qui l'envoya à son tour voltiger dans la salle à manger. Le professeur d'artefact se réceptionna assez vite, comme si il contrôlait sa propre chute, tandis que son collègue sortit de son encastrement mural, récupérant de ses blessures en une demie seconde avec ses pouvoirs nécromantiques. Malgré la vitesse de Fujiin et la puissance de Mephiles, ils étaient incapable de percer sa défense, rien de bien surprenant, ce guerrier n'était pas n'importe qui.

Ses pouvoirs n'avaient rien à envier à son apparence, tout suggérait qu'il s'agissait d'une menace, un titan, une véritable montage se dressant sur le chemin des sages, qui, malgré leurs grands pouvoirs, ne semblaient pas capables de faire quoi que ce soit. Il était grand, d'environ deux mètres de haut, possédant une musculature rappelant bien qu'il tenait plus du guerrier que du mage, même si ses pouvoirs ne devaient pas être en reste. Malgré un long manteau rouge, aux bordures dorées, à l'aspect autant vampirique que draconique, cet inquiétant individu ne portait pas la moindre armure, laissant son torse nu à la vue de tous. Il ne possédait pas une seule cicatrice, brûlure ou toute autre marque de blessure. Un peu comme si il invitait ses adversaires à tenter de le battre, leur faisant croire qu'ils avaient une chance, avant de les détruire dans un grand éclat de rire. Le regard s'attardait après sur son immense ceinture, représentant un crane avec des crocs vampiriques, ne laissant aucun doute quant à sa véritable nature. Outre son arme gigantesque, épée que le professeur Raksha avait pu voir de près lors du festival de la réconciliation, bien qu'elle ne semblait pas posséder cette aura presque sanglante, le vampire semblait être une arme à lui tout seul. Certains enfants de la nuit avaient la capacité de transformer leurs mains en griffes, mais lui, cela semblait être permanent, il était certain qu'un simple "coup d'ongles" suffirait à trancher la gorge du guerrier le plus prudent, malgré une imposante armure. Son visage en lui même était tout aussi marquant, une longue chevelure noire, semblant presque animée par l'énergie monstrueuse qui s'échappait de son corps, un bouc de cette même couleur, ainsi que des yeux d'un rouge aussi oppressant que le sang qu'il désirait tant faire couler. Sa peau était semblable à celle d'Ayla, plus blanche que jamais, même les comtes semblaient avoir pris une cure de soleil comparé à lui. Pour finir, on pouvait voir de nombreux bijoux à ses doigts, toujours de cette couleur pourpre, signe évident de son haut statut social. Le genre de personne que personne ne peut oublier en somme.

Observant ses ennemis avec mépris, il brandit finalement son épée en direction du sage des vents, avec la ferme intention de commettre un joli petit massacre pour obtenir ce qu'il voulait.

- Fujiin, dois je l'utiliser ? Ou je n'ai pas besoin de te rafraîchir la mémoire ?
- Ce ne sera pas nécessaire... père.


Ayla s'avança lentement, essuyant ses larmes, retirant ses lunettes, qu'elle laissa tomber sur le sol, rappelant étrangement une condamnée prête à mourir. Ses cheveux violets devinrent presque blancs, le blanc de ses yeux devint noir, tandis que ses pupilles devinrent rouges. Le vampire recula instinctivement d'un pas, puis rangea son épée, un sourire gigantesque faisant son apparition sur son visage pourtant si sérieux. Il passa sa main griffue sur le visage de l'élève, puis lui tendit la main, qu'elle prit sans hésiter, elle ne voulait pas lui montrer le moindre signe de faiblesse. Ce guerrier qui semblait si monstrueux semblait à la fois être subjugué par la beauté de l'enfant de la nuit et craindre cet aspect qui lui était totalement étranger. Néanmoins, il était fier, si fier de cette enfant, de son enfant, de la fille qu'il n'avait jamais pu voir. Durant un instant, il sembla regretter d'être venu, comme s'il souffrait de ses actes, comme s'il ne voulait pas accomplir son plan, un plan qui détruirait peut être son enfant. Il s'attendait à voir celle que sa femme lui avait décrite lors de leurs rencontres dans sa prison, il était loin de se douter qu'elle serait encore plus proche de la nuit que lui même. La lune avait agit, c'était certain, il était le passé, elle était l'avenir, en agissant comme il le fallait, il laisserait à son peuple une dirigeante parfaite, la vampire ultime. Mais pour cela, il devait l'éduquer, même si cela la détruirait.

- Je pensais devoir menacer cette académie, que cette créature qui ose s'appeler sage te dissimulerait et tu viens vers moi, de ta propre initiative. Splendide ! Tu es magnifique, même ta mère n'avait pas autant de pureté et tu le seras encore plus quand tout ceci sera terminé.
- Alors ne perdez pas de temps en paroles père, partons.


Le guerrier fut surpris par tant d'empressement, il n'était pas prêt de pardonner à Fujiin tous ces siècles d'enfermement, il devait payer pour ce qu'il avait subit et à quel point son peuple avait été défiguré par cet acte. Il ne partirait pas sans un véritable bain de sang, il ne s'en sortirait pas ainsi.

- Je n'ai pas attendu toutes ses années sans lui rendre la monnaie de sa pièce, nous partirons dans un instant.

Il tendit la main, faisant apparaître cette énergie rouge qui avait été utilisée lors de son apparition. Au même instant, Mephiles invoqua un gigantesque mur de cristal noir, qu'il recréa en plusieurs exemplaires afin de prévoir une plus grande épaisseur. Shitennô, quant à lui, passa lentement sa main sur la mèche dissimulant son œil manquant, prêt à faire le nécessaire. Le sort n'eut cependant pas lieu, l'énergie fut vite dissipée quand Ayla attrapa avec force la main de son père et la posa sur son visage, fermant les yeux sous ce contact.

- Moi aussi père, j'ai attendu, un siècle pour être exact, j'ai été forcé de passer de famille en famille, tous me considérant comme un outil ou une arme. Mère est morte en me protégeant, vous êtes ma seule famille, ne gaspillez pas votre énergie contre ces faibles et cessez de me torturer. Je suis affamée et je ne saurai être sustentée par ces immondices, tout comme j'aimerai enfin profiter de votre présence, de notre foyer, ne faites pas de votre premier acte en tant que père, un combat inutile. Vous perdez du temps, vous me privez de ce qui me revient de droit, vous savez autant que moi que ces créatures ineptes ne vous arrivent pas à la cheville, ils ne méritent pas que vous dépensiez une seule autre seconde de votre temps. Prenez moi contre vous et partons à Nandoriath. Maintenant.

La vampire se colla contre le torse de son père, tout en lui parlant avec autorité, elle ne le connaissait pas, mais avait très bien compris ce qu'il pensait des non vampires, des êtres "inférieurs". Son impatience n'était pas pour autant un mensonge, malgré le fait qu'elle connaissait bien son sort, vision lunaire oblige, elle pouvait enfin être avec sa famille, même si son bonheur serait de courte durée, vu qu'elle y succomberait sans doute. De plus, elle avait vraiment besoin d'un sang, disons plus puissant, que ce que l'académie pouvait lui offrir. Il faudrait un peu de jugeote pour que ses amis comprennent qu'elle ne pensait pas un seul mot concernant leur "faiblesse", tout comme elle espérait qu'ils comprenaient que tout ce qu'elle avait fait ces dernières minutes, avait empêché leur élimination par son géniteur.

- Comme il te plaira ma princesse, ne faisons pas attendre ce royaume qui se languit de notre présence.

Le vampire éclata de rire, visiblement ravie de voir son enfant aussi autoritaire avec lui. Il l'attrapa avec force, puis leva sa main en direction du ciel, la fumée de toute à l'heure commençant gentiment à les entourer. Elle fut rapidement dissipée, le forçant à se saisir de son épée, pour parer une attaque extrêmement rapide, visant directement son cœur, lancée furtivement par le professeur d'ombre, ayant montré le véritable usage de sa canne.

- Shitennô ! Assez !

Le directeur venait presque de hurler, personne ne l'avait vu encore comme ça à ce jour. Lui jetant un regard noir, le célestin garda sa lame contre celle du vampire, sans trembler, ayant visiblement augmenté ses capacités physiques pour ne serait ce que forcer le buveur de sang à sortir son arme. Lui qui avait toujours montré un aspect joyeux, clownesque, il semblait réellement furieux, presque haineux devant ce guerrier légendaire qui osait s'inviter dans cette académie.

- Si on le laisse partir maintenant, ce qu'il lui fera sera un sort bien pire que la mort !

Le directeur s'avança, le visage emplit de dégout, comme si ses propres paroles lui donnaient envie de vomir.

- Vous n'avez pas à le juger professeur Bachiatari, le roi Drake Morg est son père légitime, il a donc tout à fait le droit de retirer Ayla de l'académie, leurs histoires de familles ne nous regardent pas. De plus, si jamais vous levez la main sur lui, comme vous représentez l'académie, vous mettrez cette institution et le royaume entier dans une possible déclaration de guerre. Veuillez excuser le "zèle" de mon collègue votre majesté, vous êtes libre de partir.

Fermant son unique œil visible, le professeur rangea sa canne épée avec dépit, tandis que le roi recommença son geste, prêt à repartir comme il était venu. Ayla regarda une dernière fois ses amis, leur adressant un simple message télépathique.

Nandoriath ne vous apportera que la mort...

Les deux vampires disparurent dans cette inquiétante fumée, qui repartit par les fenêtres, tandis que Shitennô semblait trembler, la colère étant une émotion qu'il n'avait nul besoin de simuler. Il fit apparaître dans ses mains un parchemin et une plume, écrivant rapidement un message qu'il tendit au directeur.

- Qu'est ce que ?
- Ma démission, ainsi je ne suis plus lié par les chaînes de l'académie et donc du royaume.


Sans attendre de réaction, le professeur partit rapidement vers la porte d'entrée, visiblement hors de lui, qu'il ouvrit avec une puissante déflagration élémentaire, peu enclin à perdre du temps au vu de la situation.

- Qu'est ce que vous comptez faire ?
- La chercher ! J'ai promis à sa mère de la protéger et je ne laisserai pas ce roi dément la transformer en une arme de terreur.


Le vieil homme ferma les yeux, se laissant tomber sur une chaise en soupirant, il ne pouvait le retenir, il n'en avait ni la force, ni l'envie. Il semblait fatigué, épuisé, comme si ses longues années venaient finalement le rattraper. Soupirant, il passa sa main sur son visage.

- C'est du suicide, vous n'y arriverez jamais tout seul.

L'ancien professeur s'immobilisa, jetant un regard en arrière, ne visant pas forcément le directeur. Un sourire se dessinant finalement sur ses lèvres.

- Je ne serais pas seul.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 16/12/2013
Nombre de messages : 125
Age : 23

Feuille de personnage
Race: Garou
Dons Élémentaires:
Perfectionnement:

MessageSujet: Re: Prologue : Un dîner mouvementé    Dim 10 Mai - 17:33

Voila quelques temps que "cette" journée était passée... La première fois qu'il ait pu rencontrer Ayla en chaire et en os, et en sang, aussi. Autant dire qu'il aurait préféré ne jamais avoir à vivre ça, lui comme Cyril, et sans doutes même Thaxyl d'ailleurs... Tout ne lui avait semblé n'être qu'un (très) mauvais rêve après cela, réveillé devant Thaxyl, lui expliquant calmement ce qu'il lui était arrivé. Devoir porter un tel souvenir maintenant lui était terriblement difficile, mais devant les conseils de son maître il prit ainsi la décision de ne pas fuir ces souvenirs, aussi difficile que cela ai pu l'être... Il se remarqua à ignorer du nombreuse fois Ayla du regard, lors des repas ou même dans les couloirs en ne faisant mine de rien. Il était encore trop difficile pour lui de la regarder en face. En temps normal Cyril s'insurgerait d'un tel comportement, mais il était lui même dans le même état en réalité.
Il ne trouvait plus tellement l'inspiration de parler à Theyne non plus, et leurs discussions habituelles se faisaient silencieuses, du moins, du coté du jeune garçon. Sans doute le professeur savait-il déjà tout de ce qui le tracassait, et malgré ses efforts pour rassurer son protégé, il ne semblait pas parvenir à délier sa langue... Les jours se succédaient lentement, vides, silencieux, essayant chaque jour de porter cela sur lui, ressentant tout autant culpabilité, peur et culpabilité d'avoir peur en lui, semblant de rien devant les autres. Le jour vint où Theyne lui dit qu'il l'inviterait à table avec lui le soir même, à la même table centrale où se trouverait Ayla, ainsi que d'autres. Encore une fois, ce fut lui, et pas Cyril, qui accepta, après un instant d'hésitation. La situation n'évoluait pas, et c'était le moins qu'il devait faire après-tout, au moins en tant qu'apprenti de Thaxyl, il ne pouvait pas rester ainsi. Satisfait, le professeur s'en alla, profitant avant cela de poser une main rassurante sur l'épaule du surveillant ainsi qu'un sourire.

On ne se défile plus, pas vrai ?
Voila un moment que Cyril ne s'était plus exprimé sur le sujet, ce qui lui valu un sourire calme de la part de Shisui, rassuré.
On ne peut pas continuer comme ça éternellement.
Surtout que, on est les élèves du maître dragon ! On ne le mériterait pas autrement.
La dévotion que Cyril vouait à Thaxyl amusait Shisui, en soit ils devaient le respecter autant l'un et l'autre, mais en tant que pure forme draconique, Cyril était naturellement et profondément soumis à son maître.

Le soir venu, ils n'eurent pas de difficultés à trouver leur place... dans une imposante table centrale dont toutes les tables alentours étaient vides. Rien que voir ça suffisait à déranger Shisui tandis que Theyne l'invita d'un sourire et d'un signe de la main, lui indiquant une place proche de la sienne, mais pas trop de celle d'Ayla. Lui offrant cependant tout de même une vue sur la dame qui lui semblait changée. Elle semblait beaucoup moins menaçante que dans ses souvenirs, qui étaient eux mêmes biens flous, portait-elle des lunettes ? Il s'accommoda donc bien facilement de cette nouvelle apparence plus agréable, même si sa peau si pâle le dérangeait.
Le repas se passa tranquillement, Shisui restait discret, malgré qu'on le poussait à parler un peu, il ne faisait qu'écouter les autres et les observer. Reconnaissant notamment Francis, Myrddin ainsi que le professeur de Contrôle de Soi. Enfin, tout aurait "pu" se passer bien, jusqu'à ce moment là...


- Adieu... je suis désolée...

Réaction excessive, pour une simple phrase incompréhensible. Elle venait  de fracasser la table contre un mur, Shisui et les autres eurent la chance de ne pas être blessés par le mouvement, mais lui-même était paralysé tandis qu'elle semblait trembler et pleurer des... larmes de sang...
Immédiatement, les vitres de la salle se brisèrent dans un effroyable vacarme, laissant entrer de multiples sphères rouges sombres, peu après suivies de l'apparition d'une imposante et terrifiante silhouette ricanante. Evitant d'une facilité inimaginable les attaques surhumaines des deux sages. La fumée finit par se dissiper, laissant apparaître le "monstre", un véritable titan inspirant le sang et la haine. Cyril avait disparu, Shisui pouvait à peine respirer rien qu'à le regarder. Il menaça le maître des sages de son tout aussi effroyable sabre, devant pratiquement tous les membres de l'Académie, visiblement ravi de pouvoir s'adonner à un massacre supplémentaire... Du moins, avant qu'Ayla ne s'approche naturellement de lui.
Le vampire eut une sorte d'expression d'extase en la voyant, expression qui normalement illuminait un visage, ne faisait que le rendre plus monstrueux, dévoilant ses terribles crocs. Il était cependant visiblement terriblement déçu de ne pas pouvoir en faire plus, toujours prêt à faire un massacre avant qu'Ayla, retirant ses lunettes, ne l'en dissuade une fois de plus... Elle était alors telle que dans ses souvenirs, peut être sans cette "odeur de mort" cette fois, mais le spectacle lui était tout aussi terrifiant. Deux créatures de la nuit les plus sombres qui soient à quelques mètres de lui, Shisui ne put s'empêcher de se recroqueviller sur lui-même, de sorte de se cacher un maximum à la scène. Se faisant insulter par Ayla, il ne réagissait pas, il était trop terrifié pour cela. Après tout, elle avait raison... il était faible ? Il ne pouvait rien faire ici, il était inutile, paralysé...
Ces dernières paroles semblaient avoir pris écho pour le maître des vampires, qui s'en alla après avoir une nouvelle fois souri de toutes ses dents puis éclater de rire. Parant une nouvelle attaque avec une facilité déconcertante avant une première intervention du directeur.


- Shitennô ! Assez !

Il n'avait jamais vu le directeur dans un tel état, ce fut la première parole qui le poussa à lever le regard vers lui, tout comme il n'avait jamais vu le professeur de Contrôle ainsi.

- Si on le laisse partir maintenant, ce qu'il lui fera sera un sort bien pire que la mort !

C'est vrai... qui sait ce qu'il pourrait lui arriver... ? "Non, n'était-il pas son père ?" se dit-il avant de repenser à ce qu'il lui est arrivé, et au fait qu'il ne sache absolument rien du monde vampirique que ce qu'on en disait...

- Vous n'avez pas à le juger professeur Bachiatari, le roi Drake Morg est son père légitime, il a donc tout à fait le droit de retirer Ayla de l'académie, leurs histoires de familles ne nous regardent pas.

Enfin, le roi vampire s'évapora, avec Ayla à ses côtés, laissant se dissiper la même brume sombre qui avait précédé son arrivée... Alors que le silence tombait dans toute l'Académie, Shisui pu entendre une voix dans sa tête, comme pouvaient le faire parfois Theyne ou Thaxyl.

Nandoriath ne vous apportera que la mort...

Il était encore beaucoup trop troublé par ce qu'il avait vu, ses jambes faisaient des claquettes et refusaient de répondre tandis qu'il suait à grosses gouttes et ne fermait même plus les yeux. Il observa, image par image, le professeur Bachiatari écrire une lettre au directeur avant de lui tendre, puis se diriger vers la sortie.

- Qu'est ce que vous comptez faire ?
- La chercher ! J'ai promis à sa mère de la protéger et je ne laisserai pas ce roi dément la transformer en une arme de terreur.

- C'est du suicide, vous n'y arriverez jamais tout seul. Dit le directeur, épuisé, inquiet tout autant pour l'académie que pour son professeur fétiche, tandis que celui-ci se retourna en regardant l'ensemble de la salle, un premier sourire aux lèvres.
- Je ne serais pas seul.

Le professeur claqua la porte, laissant le silence s'abattre d'interminables minutes, avant que de nombreux chuchotements ne commencent à pointer.
Qu'avait-il donc fait pour mériter tout ceci, se disait Shisui, Cyril le regardant tristement en jetant quelques regards vers la porte dont s'est servi le professeur, l'air interloqué. Pourquoi devaient-ils encore subir ça ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniques-revalia.forumactif.com/t1546-shisui-ryuuga-dra
Date d'inscription : 01/02/2009
Nombre de messages : 378
Age : 23
Lieux d'influence : Ràva, Edälia et Nandoriath.
Activité : La chasse est un bon divertissement ...

Feuille de personnage
Race: Garou
Dons Élémentaires: Terre
Perfectionnement: Aucune

MessageSujet: Re: Prologue : Un dîner mouvementé    Mar 12 Avr - 12:45

La simple présence de l'homme – du vampire – dans la Salle à Manger de l'Académie avait empli Christyän de frayeur.

Tout son être lui hurlait qu'un dangereux prédateur se tenait non loin de lui, et que le moindre geste ferait de lui une proie. Lui, le chasseur sauvage par excellence, s'était senti pour la première fois dans la peau d'une proie traquée et menacée.

Le désastre de la Salle à Manger faisait foi de la gravité de la situation. Les élèves, regroupés contre les murs, séparés de l'arène par les tables en bois massif renversées d'un simple coup de main de son amie, Ayla Von Carline.

// Non, Ayla Morg, // se souvint-il.

Devant eux, aux côtés de deux Sages des Éléments prêts à défendre l'Académie, se trouvait ainsi le responsable de la Guerre contre les Vampires, si destructrice sur Rëvalïa, datant de près de deux siècles déjà. L'homme responsable des massacres, de cette haine entre les Elfes et les Vampires, pourtant deux races nées de la Lune.

Fixant avec appréhension la scène se tenant à plusieurs mètres de lui, Christyän se remémora sa discussion avec le Sage de la terre, Arda, lorsque son rôle lui fût révélé, quelques semaines auparavant.

« Le roi vampire a alors pensé que vu qu'ils ne comprenaient que la peur, il fallait qu'ils soient calmés par une frayeur encore plus grande, » avait dit le Sage. « La femme de ce roi était une amie des elfes et une pacifiste, elle avait deux filles, l'une d'elle a été enfermée par ce même sage, l'autre … eh bien tu l'a rencontrée dans un parc, craignant le soleil. »

C'était à cet instant que Chris avait comprit la véritable identité de cette vampire si particulière, aux pouvoirs si grands et aux origines si douteuses. Mais Arda ne s'était pas arrêté là. Le loup-garou était censé se battre de paire avec Ayla, aussi le Sage avait-il délivré toute la vie de la vampire à Christyän, sans aucune discrétion pour la volonté de la jeune femme de garder cette part de son existence secrète.

Et Chris avait compris. Oh ! Comme il avait compris la douleur de la jeune femme ! Elle qui était promise à un destin qu'elle n'avait pas choisi, qui avait perdu ses proches, à qui on avait dérobé le futur, la jeunesse, la possibilité même de se redresser après avoir été descendue dans les tréfonds de l'amnésie.

« Sa mère a été tuée en protégeant sa fille et tentant de reprendre le contrôle de son royaume par pression diplomatique, son père a été enfermé, son frère adoptif a été tué pour devenir une arme et sa mère adoptive massacrée pour dissuader les vampires de tenter quoi que ce soit, » avait révélé Arda. « Son existence est un mensonge, elle vit depuis cent ans sans sa famille, son passé créé de toute pièce par une famille adoptive différente, puis oublie tout le soir de ses vingt ans … jusqu'à mourir effacée. »

Le simple souvenir de ces paroles lança un éclair de douleur dans le cœur du loup-garou.

« Sa vie, ses choix, tout a été dérobé. »

Lui qui avait perdu cent ans de sa vie à l'Abysse, il ne pouvait qu'imaginer la vie de souffrance intérieure de son amie. Et pourtant, elle avait sû se relever. Elle avait aujourd'hui des amis fidèles. Chris, Francis, mais aussi Lucien lui étaient chers.

La fumée noire emplit alors le hall, et Chris eut presque un haut-le-cœur en se rendant compte que c'était sans doute là la dernière fois qu'il verrait la jeune femme.
Son regard passa du père d'Ayla, terrifiant dans sa puissance, à la jeune vampire.

// Nandoriath ne vous apportera que la mort … // entendit-il alors dans sa tête, de la voix-même d'Ayla.

Que voulait-elle ? Lui disait-elle de ne pas venir la chercher ? De la laisser entre les griffes de cet homme cruel et plein de haine ?

La réaction du professeur Bachiatari le sorti de sa torpeur, alors que le père et la fille disparaissait dans un tourbillon de fumée, laissant la salle entière muette de stupeur et de terreur.

Le professeur de l'Ombre prit soudain d'assaut Myrddin, et si leurs voix n'étaient pas assez fortes pour que le jeune loup comprenne chacune de leurs paroles. Son regard passa à Fujiin, debout non loin de la table des professeurs.

Immédiatement, la voix du Sage de la Terre lui revint : « Nous aurions pu enfermer le roi et passer le contrôle des vampires à la reine, l'abysse aurait pu même être évitée. Pourquoi Fujiin a fait ce choix ? Car il ne comprenait pas le père d'Ayla Morg, car il ne voyait pas le potentiel de sa mère, car il avait peur. »

Si Fujiin n'était pas seul responsable, ses actions avaient entraîné la situation actuelle. Il avait indirectement fait d'Ayla ce qu'elle était aujourd'hui.

« C'est une personne, non un objet, » avait dit Arda.

Et à cet instant, les paroles du Sage emplirent l'esprit de Christyän, qui se précipita à la suite du professeur de l'Ombre.

Passant devant la table des professeurs, proche de la grand porte de bois massif, son regard croisa celui de plusieurs élèves, mais plus particulièrement celui de Myrddin.

« C'est une personne, non un objet, » dit-il d'une voix forte et pleine de déception à l'intention du Directeur, de qui il avait attendu tellement plus …

Et sa voix, prononçant les paroles d'Arda, sembla porter dans toute la salle.

// On ne t'abandonnera pas. Je te retrouverais. Je te le promets, Ayla, // jura-t-il en suivant Shitennô à l'extérieur, ses pensées faisant écho à une promesse qu'il avait fait cent ans auparavant, à son jeune frère disparu …

Tout ce qu'il espérait, c'était que cette promesse-ci, il saurait la tenir.

~~~~
« Je te retrouverai. Je te le promets, Raän. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniques-revalia.forumactif.com/t2103-fiche-de-personna
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Prologue : Un dîner mouvementé    

Revenir en haut Aller en bas
 

Prologue : Un dîner mouvementé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Chroniques de Rëvalïa ::  :: Edälia, leader économique humain :: L'Académie de magie d'Edälia :: Bâtiment Principal :: La Salle à Manger-