AccueilGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Interlude : Évasion Abyssale [Libre à tous les curieux]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Date d'inscription : 04/04/2015
Nombre de messages : 11
Age : 27

Feuille de personnage
Race: Humain
Dons Élémentaires: Aucun
Perfectionnement: Aucune

MessageSujet: Interlude : Évasion Abyssale [Libre à tous les curieux]   Mar 10 Nov - 19:08

Il est bien connu que l'académie d'Edälia n'est guère synonyme de sérénité, même le plus insignifiant des repas peut très rapidement tourner au désastre. C'est même souvent lors des repas que des catastrophes arrivent, orchestrées par des forces dépassant de loin la compréhension des pauvres élèves de l'institution, ne désirant que manger leur aile de poulet au calme ! Cependant, ce n'était pas à l'ordre du jour, en ce délicieux repas de midi, plus par instinct de survie envers les cuisiniers que par franchise, l'éternel ennemi de l'académie allait faire son grand retour.

Le premier coup fut relativement silencieux, pourtant trois personnes se levèrent en même temps, Christyän Maät, Ayla Morg et Shitennô Bachiatari, sautant par dessus leurs tables respectives et courant en direction des sous sols. Les autres habitants de l'académie n'eurent pas le temps de se poser des questions, une secousse digne d'un séisme allait très rapidement les sortir de leur torpeur. Le deuxième coup était brutal, centuplant en matière de violence et de force, comparé au premier, faisant tomber des morceaux entier du plafond. Le directeur et le professeur Myalens réagirent immédiatement, arrêtant les débris avec un sort de télékinésie, tandis que Fujiin partit à toute vitesse, bien plus rapide qu'une tornade, démontrant que sa célérité légendaire n'était pas qu'un mythe. Il renversa tous les objets présents sur les tables, doubla le groupe partit quelques secondes plus tôt et se retrouva en quelques secondes devant l'immense porte qui donnait tout droit sur l'Abysse, la grande ennemie. Les professeurs firent rapidement évacuer les élèves, bien que certains parvinrent à se frayer un chemin jusque dans les sous sols, par curiosité, courage ou bien témérité. Le sage des vents fut ensuite rejoint par le directeur, ainsi que par deux autres légendes élémentaires : Ysun et Mephiles.

Troisième coup sur la porte, tous tombèrent à la renverse, excepté le sage de l'esprit et le professeur d'ombre. L'elfe tentait tant bien que mal de contenir la force démesurée de cette sombre divinité, qui ne demandait qu'à sortir, utilisant une pression télékinétique faisant trembler la salle tout autant que les coups derrière la porte. Le céléstin, quant à lui, faisait de multiples signes avec ses mains, dessinant à distance d'immenses sceaux, afin de renforcer ceux qui avaient déjà été posés. Il fut rejoint par Mephiles qui créa un immense mur de flammes vertes, un sort nécromantique d'une puissance effrayante. Finalement, Myrddin inspira un grand coup, ses yeux devenant d'un blanc éblouissant, puis envoya une immense vague d'énergie lunaire s'écraser sur les portes, les fracassant comme l'eau sur les rochers. Mélanger ainsi esprit, ombre, techniques avancées de sceaux et de la magie lunaire avait de quoi impressionner, mais cela n'était guère suffisant, bien que le spectacle soit stupéfiant. Les rares élèves présents sur les lieux, ainsi que les quelques professeurs, restaient silencieux, certains choqués devant le déferlement de puissance qui jaillissait des mains du vieil homme. Ils n'étaient que des mortels face à une tempête magique qui dépassait leur compréhension, démontrant le réel pouvoir des plus puissants serviteurs de la lune.

Malgré tout, la porte finit par lâcher et une immense marrée noire déferla sur les élèves, professeurs et membres du personnel. L'horreur se lisait dans les yeux de chacun, que ce soit le survivant ne connaissant que trop bien cette sensation, la vampire incapable de réagir ou le vieux mage qui n'avait plus la force de maintenir son sortilège devant une attaque de cette envergure. Une seule personne n'était pas paralysée, Fujiin, qui s'interposa devant la marrée annonciatrice de mort et planta son sabre dans le sol. Tout son corps s'illumina, comme si une énergie prodigieuse voulait à tout prix s'échapper de son être, faisant limite penser à une explosion. Néanmoins, cette énergie fut canalisée dans son arme, qui servit de barrière à ce déferlement. Tous tombèrent au sol une seconde fois, de multiples plaies faisant leur apparition sur leur corps, l'énergie que déployait le chef des sages étant beaucoup trop intense. Fort heureusement, cela ne dura pas, la vague s'écrasa sur ladite barrière et fut comme absorbée ou plus exactement annulée. Tombant à genoux, Fujiin redevint à nouveau lui même, semblant tousser derrière son masque.

- La porte...il faut...

Un bruit sourd se fit entendre, la vampire était déjà dans les airs et frappa avec une force stupéfiante les lourdes portes, qui se refermèrent comme si elle n'avait que shootée un simple caillou. Le professeur Bachiatari sortit sa canne épée et se mutila avec force, envoyant le sang sur la porte, dessinant un  symbole représentant un serpent. Il jeta ensuite la lame en direction de la vampire qui fit de même, illuminant le symbole, qui fit un bruit terrifiant, avant de se transformer en une série de chaînes, d'une taille titanesque, qui bloquèrent la porte.

- Bonne réaction...Ysun, les blessés.

L'elfe se releva avec peine et courut s'occuper, avec l'aide du professeur Myalens, de toutes les blessures provoquées par la magie déployée par Fujiin. Ce n'est que lorsque tout le monde fut sur pieds, qu'elle remarqua un autre corps, dans un état bien plus critique que tous les autres. Une jeune fille se trouvait devant la porte, baignant dans son sang, elle ne faisait pas partie de l'académie, ce qui voulait dire qu'une seule chose...elle était arrivée par le portail. Affolée, l'elfe constata avec horreur l'étendue des dégâts, de nombreux os brisés, l'épaule ayant déchirée sa propre chair, bras cassés et de multiples hémorragies, que ce soit interne ou externe. Ni Theyne, ni elle, ne pouvaient la sauver à temps, il aurait fallut un miracle pour sauver cette pauvre humaine.

- Maintenez sa bouche ouverte !
- Que...
- Faites ce que je vous dis !


Ayla bondit en direction du corps et s'ouvrit le poignet, qu'elle plaça sur les lèvres de l'inconnue, le sang coulant rapidement dans sa bouche.

- C'est ta seule chance...allez ! Tu ne vas pas mourir maintenant après avoir survécu à cet enfer ! Fais le !

La jeune fille eut à peine la force d'avaler, maintenue en vie par l'énergie du professeur et du sage de l'esprit.

- Venez m'aider bon sang ! Maintenez là au sol !

Sans se poser de questions, d'autres personnes dans la salle vinrent obéir, tout ceci semblait leur échapper, mais l'autorité surprenante de l'élève et son désir de sauver cette vie semblait presque annihiler leur volonté ou au contraire, les motiver. A peine furent ils sur le corps de l'inconnue, que cette dernière se débattit, tortillant son corps dans tous les sens et mordant avec force le poignet de la vampire, sous la douleur. Les os se replacèrent avec violence, comme si le temps remontait, les bruits de chaque membre brisé se déplaçant faisant frémir ceux qui tentaient de la maintenir au sol. Elle continuait de boire, sans pouvoir s'arrêter, montrant aux autres le terrible pouvoir de séduction qu'avait le sang de la princesse. Ce fut cette dernière qui arrêta, retirant avec force son poignet, l'inconnue ne voulant pas lâcher prise, elle ne devait pas en donner plus, c'était dangereux...beaucoup trop dangereux. La jeune fille tenta de se relever en regardant Ayla, comme la suppliant de continuer, puis finit par perdre connaissance, tandis que la vampire caressait sa plaie, l'air songeuse, tandis que cette dernière se refermait.

Poussant un soupire de soulagement, ils avaient évités le pire et qui plus est...sauvé la vie d'une possible survivante de l'enfer qu'était l'abysse. Le directeur posa sa main sur l'épaule de la vampire, souriant, visiblement surpris de la réaction.

- Et maintenant ?
- Elle a besoin de repos...et moi aussi...


Ysun attrapa le corps de la jeune fille et l'emmena à l'infirmerie, où elle se reposa pendant près de six heures. Lorsqu'elle ouvrit les yeux, elle sursauta en observant tout ce monde présent autours d'elle, l'air visiblement craintive.

- Qui...êtes...vous ?

Se voulant bienveillant, Myrddin lui apporta un verre d'eau fraiche et s'assit à côté d'elle, sur le lit, tentant de la rassurer.

- Je suis Myrddin, directeur de l'académie d'Edälia, tu es en sécurité maintenant.
- L'académie ?..
- Oui, tu te souviens de quelque chose ?
- Je...non...c'est vague...je ne comprends pas...
- Qu'est ce qui te revient en mémoire ?
- Il y avait des cris, des gens qui hurlaient, je me souviens d'une femme et de deux hommes, il y avait...elle s'appelait Poesy je crois, ce nom était plus fort que les autres...
- Tu as vu quelque chose ?
- Des vagues, des éclairs, tout tournait...ma tête...je...
- Reste calme, nous en reparlerons.


Le vieil homme se leva et fit signe au professeur Bachiatari de le suivre, ainsi que les sages.

- Shitennô...
- Oui. Elle était dans le cœur, elle a vu l'Abysse naître et a sans doute été enfermée dans les niveaux les plus profonds.
- Bon sang...comment est elle en vie ?
- Je l'ignore.


Tentant de rester le plus naturel possible, le vieil homme revint vers elle dans un sourire, tentant de faire de son mieux pour l'apaiser.

- Tu as un nom ?
- Je crois...Nyx, je crois que c'est Nyx...
- Enchanté Nyx, bienvenue à l'académie. Je dois aller m'assurer que tout le monde est en sécurité, je repasserai plus tard. Vous autres, vous pouvez rester, mais ne la fatiguez pas trop, d'accord ?


Une survivante, se jetant dans une attaque de l'Abysse pour sortir de cet enfer, dire qu'il pensait avoir tout vu...Quelque chose lui disait que ce n'était que le début.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniques-revalia.forumactif.com/t2000-nyx-dowell-ou-l-a
Date d'inscription : 12/11/2013
Nombre de messages : 69
Age : 20

Feuille de personnage
Race: Humain
Dons Élémentaires:
Perfectionnement:

MessageSujet: Re: Interlude : Évasion Abyssale [Libre à tous les curieux]   Dim 29 Nov - 20:54

Et dire que la journée était longue et molle…Du moins pour Léandra, qui avait vu passer sa matinée pendant la moindre minute. Elle avait passé un cours de créature aux premières années assez plat, puis eu le reste du temps pour elle, qu’elle passa sans grande inspiration : faire voler un ruban autour de Winter pour le faire jouer pendant qu’elle était assise à ne rien faire d’autre. Il y avait plus amusant que ça, sûrement, mais elle ne voulait parfois pas faire de ses temps mort un temps utile ou lucratif. Juste un temps pour se détendre et se vider la tête...Enfin, plus ou moins, car elle savait ce qui se passait lorsqu’elle se laissait aller à la rêverie et ne se l’autorisait pas souvent.

Rapidement, midi pointa le bout de son nez et elle partit rejoindre toute l’académie à la salle à manger. Sa place, comme celle des autres professeurs, se trouvait plus en hauteur du reste. Elle avait ici une bonne vue sur tous les élèves de tous les éléments, ainsi que ceux de ses cours qu’elle saluait d’un sourire lorsqu’elle croisait le regarde de ces derniers. Ils étaient tous là à discuter, rire, sur les tables des jeunes étudiants et il en était de même pour la table des professeurs où de charmants échanges courtois et instructifs se faisaient. Léandra était l’une des rares personnes à rester silencieuse, sans pourtant être connus pour une certaine insociabilité ou solitude. Elle ne trahissait pas de gêne ou de tristesse, aucun mal-être. Non, elle donnait juste l’impression d’être fatiguée, s’être levée du mauvais pied et n’avoir rien de grandiose à dire. Une jeune femme voulant manger tranquillement.

Elle regardait les tables, les jeunes garçons et filles de l’assemblée, l’air songeur. Les plus jeunes devaient bien avoir neuf ans d’écart avec elle, et les plus âgées devaient en avoir cinq ans environs. C’était tellement peu…Il y a cinq ans, elle aurait pu se retrouver de ses rangées d’élèves. Mais c’était une professeure maintenant et le monde (relativement) insouciant de l’adolescence était parti, et pourtant le souvenir de ces année-là restaient tellement fraîches dans sa mémoire. Tellement fraîches qu’elle avait l’impression de ne pas avoir fait complètement sa transition.

Et elle regardait ses collèges. Elle n’osait même pas penser à l’âge de certains d’entre eux. Des années d’expériences et d’apprentissage qui ont fait de chacun des condensés de savoir et de maîtrise dans leur domaine respectif. Les spécialistes, la crème de la crème des célestins talentueux et des sages, des vétérans de guerre et des scientifiques, des maîtres élémentaires……Et une gamine, dont la spécialité était d’observer des animaux et faire des dessins, était assise à leur table.

Léandra se demandait si la table des professeurs était vraiment autant la sienne que celle des autres, mais en regardant la table des élèves, elle ne voyait qu’une époque révolue. Elle avait beau réfléchir, Léandra ne savait pas où était sa place, au fond. Ce n’était plus une enfant dont on pouvait accuser l’âge de la rendre incompétente, impuissante et inculte, mais ce n’était pas non plus une adulte qui pouvait se vanter d’avoir des vrais savoirs à faire partager. Tout le monde savait ce qu’était un chien, un chat, un loup, un tigre, un moineau, un dragon…Et pour les plus rares, mythes et légendes en parlaient déjà très bien à sa place, et avec plus de beauté et d’intérêt également. Apportait-elle réellement quelque chose de plus ici ? Avait-t-elle son importance et le droit de porter le titre de professeur dans une académie de magie, alors qu’elle ne savait même pas contrôler le pouvoir en elle ?

Alors qu’elle soupirait en se posant ces questions, Léandra entendit un petit glapissement de la part de Winter, qui s’était redressé un petit peu en s’appuyant sur la jambe de sa maîtresse. La professeur laissa s’échapper un sourire et découpa un morceau de viande qu’elle déposa dans une assiette, entièrement réservé à son Anbaël de compagnie. Elle devait faire attention à son régime, mais parfois, elle se laissait aller à lui offrir un petit supplément de temps en temps. En le regardant se régaler avec bonheur, la violoniste pensait à quel point ce devait être facile d’être un animal…Du moins pour les animaux domestiques. Mais pour l’ensemble du règne animal, la vie devait être simple : tout est régit par les pulsions et par l’instinct. Pas de doutes, pas de questions inutiles ou absurdes, juste la nécessité de satisfaire ses besoins primaires, parfois optionnels et voilà la clé du bonheur. Sûrement pour ça que Léandra aimait les étudier : le désir de se rapprocher d’un mode de vie qui lui était pourtant inaccessible.

Des mouvements subits attirèrent soudainement le regard de Léandra. Ces mouvements répondaient au nom de Christyän Maät et Ayla Morg. Elle reconnut rapidement le premier, qui était l’un de ses rares élèves de seconde année dans ses cours de créature. Quant à la vampire… Qui ne la connaissait pas ? Les deux individus quittèrent la salle avec une grande précipitation, suivit par le professeur Bachiatari qui sauta au-dessus de la table surélevée pour courir tout le long de la salle. Elle le regardait partir, puis jeta un air surpris à ses collègues, comme pour vérifier si elle n’était pas la seule à ne pas comprendre ce qui se passait. Mais rapidement, elle eut sa réponse lorsque des vibrations commencèrent à se faire sentir. Ces vibrations devinrent rapidement des tremblements puissants et tandis que presque tout le monde se levait, la moitié des élèves tombèrent au sol, incapable de pouvoir garder l’équilibre. Léandra, elle, garda appuyé sa main sur la table et quand bien même elle ne l’aurait pas fait, elle sentait son pouvoir l’enrober et la garder sur ses deux pieds. Ses yeux se posèrent sur le plafond, où elle vit avec horreur des morceaux entier commencer à tomber. Tandis qu’elle assistait à la scène, paniquée, les débris s’arrêtèrent soudainement au beau milieu des airs. Apparemment, le directeur et le professeur de l’esprit s’occupaient déjà de ce problème, fort heureusement. Léandra aurait pu participer à cette prestation télékinésique, mais un mage comme Myrddin et un spécialiste de la magie élémentaire de l’esprit étaient tout à fait capable de se débrouiller sans l’aide d’une troisième personne. Mais cela ne voulait pas dire qu’elle allait rester comme deux ronds de flancs à ne rien faire.

Alors que Fujin quittait la pièce en un éclair, Léandra usa de son pouvoir pour ouvrir la grande porte de la salle à manger, laissant plus de place pour une évacuation générale. C’était bien plus pratique que faire passer tout le monde par les petites portes latérales.

-Tous dehors, devant les portes de l’académie ! Restez le plus calme possible !

Elle veilla à ce que tout le monde sorte de la pièce et soient à l’extérieur du bâtiment, jetant régulièrement des regards aux diverses élèves. Postée à l’entrée de l’académie, elle observa la foule partir plus loin, avant de constater que quelques-uns prenaient un autre chemin.

-Eh !


Aucun ne s’arrêtèrent et s’approchaient plutôt de la porte menant aux sous-sols. Léandra décida de les rattraper, puis user de sa télékinésie pour claquer la porte au nez d’un élève qui n’eut pas le temps de s’engouffrer dans les escaliers comme les autres.

-Que penses-tu faire ? Pourquoi vous allez là ?!

-Le tremblement, le bruit…il vient de là, madame. Je voulais aller voir, les autres aussi voulaient…


Elle soupira en entendant ses explications. Gamins immatures ! Ils n’avaient rien d’autre comme bonne idée qu’aller vers la source du danger ? Savaient-ils au moins pourquoi cette zone de l’académie était interdite aux élèves ? Il y avait le portail abyssale, le…

-…Oh…Bon sang ! Contente-toi de rejoindre les autres, toi !

Léandra s’engouffra dans l’escalier du sous-sol, fermant la porte derrière elle. Avec une précipitation qui faillit la faire trébucher, elle courut de toutes ses forces pour rejoindre les autres. Elle retrouva rapidement Myrddin, Shitennô, Fujin, Ysun, Mephiles, ainsi que les autres élèves, Ayla y comprit…Et la grande porte menant vers l’abysse devant eux. Léandra se rapprocha des élèves de première année en hurlant :

-Sortez d’ici immédiatement ! Les professeurs s’en…

Elle fut interrompue par un coup sur la porte qui jeta au sol presque tout le monde, Léandra comprise, la surprise l’ayant empêchée d’agir à temps. La salle continuait de trembler et ce fut difficile pour elle de se relever, ce qu’elle réussit tout de même à faire. En levant la tête, elle put voir un magnifique spectacle de magie, à base de sceaux, de mur de flammes et d’énergies lunaire. Mais malheureusement…Cela n’a pas suffi.

La grande porte craqua, et en s’ouvrant, vomit une marrée effrayant de liquide abyssale. Le directeur, au même titre que tout le monde, n’était pas capable de tenir face à une force abyssale de cette ampleur et ce n’était pas les pouvoirs télékinésiques de Léandra qu’elle pourra changer la donne. La mort arrivait. Paniquée, elle ferma les yeux, comme si cela allait l’aider à moins souffrir à cette attaque.

Une impulsion la fit tomber à nouveau en arrière. Mais cette fois-ci, sa tête percuta le sol avec assez de violence. Elle tenta de garder connaissance, commençant à voir flou…Mais fini par tomber dans les pommes…


Léandra se réveilla quelque heure plus tard, ne se sentant pas bien du tout. Rapidement, l’infirmière arriva pour lui donner un diagnostic : multiples plaies et contusions. Apparemment, toutes les personnes présentes ce sont retrouvés avec ça, mais la professeur de créature a dû rester plus longtemps suite à une blessure à la tête. En entendant cela, elle ne put retenir un rire nerveux :

-Je…Je suis en vie…Tout le monde est sauf. Parfait…

Les dernières choses qu’elle avait vue était une marée noire couler et qui s’apprêtait à s’abattre sur elle. Léandra s’était attendue à mourir lentement, atrocement…

-Vous n’aurez qu’à remercier Fujiin. C’est grâce à lui que vous avez évité la catastrophe. Mais il faut que je vous laisse, j’ai un autre patient qui m’attend. Reposez-vous un peu, puis vous pourrez sortir lorsque vous vous sentirez plus en forme.

Suite à ces paroles, l’infirmière tira le rideau pour sortir et le referma à nouveau derrière elle, laissant Léandra seule dans son lit. Cette dernière soupira, se demandant si elle devait rester plus longtemps ici ou quitter l’infirmerie. Mais elle préféra rester. Vu ce qui s’est passé, elle se doutait que les cours ont dû être annulés aujourd’hui et puis rien de particulier ne l’attendait de toute manière. De plus, sa tête lui faisait toujours assez mal. Le professeur de créature toucha légèrement le bandage autour de sa tête avant qu’une grimace se forme sur son visage.

Il va falloir que je comprenne un jour pourquoi on appuie toujours là où ça fait mal…


Elle resta dans son lit pendant quelque heure, tentant de trouver un peu le sommeil, mais n’arrivant jamais à l’atteindre. Trop de choses s’étaient passés et même si tout ça l’avait assez épuisée, Léandra restait trop « en alerte » pour pouvoir dormir aussi facilement.

- Tu as un nom ?

La voix du directeur la tira soudainement de ses pensées et elle se redressa un instant, légèrement curieuse.

- Je crois...Nyx, je crois que c'est Nyx...
- Enchanté Nyx, bienvenue à l'académie. Je dois aller m'assurer que tout le monde est en sécurité, je repasserai plus tard. Vous autres, vous pouvez rester, mais ne la fatiguez pas trop, d'accord ?


Une nouvelle personne à l’académie ? Dans l’infirmerie ? Que faisais-t ‘elle là ? Léandra se leva, peut-être un petit peu trop rapidement pour sa tête car elle ressentit une vive douleur qui la fit grimacer à nouveau. Elle savait que ce n’était rien de bien grave, mais que ça ne restait pas du tout agréable et qu’elle allait devoir faire attention pendant quelque jours. Elle s’approcha de son rideau et la tira lentement, voyant un petit attroupement d’élèves et de professeurs dans la salle, tournés vers une jeune fille dans un des lits de l’infirmerie. Léandra, à vue d’œil, ne la reconnaissais pas. Une élève ? Non, sûrement pas. Elle devait être cette fille qui ne faisait pas partie de l’académie. Qu’avait-elle de si étrange ou intéressante pour que toutes ces personnes se réunissent pour mieux l’observer ?

En parcourant la foule du regard, elle vit Shisui et Theyne parmi eux. Elle s’approcha :

-Bonjour Vous...allez bien ?


Elle ne le dit pas avec banalité, mais avec une certaine inquiétude. Après tout, elle ne se souvenait de rien.

-Désolé de vous déranger tous les deux, mais…je suis tombé inconsciente lors d’une des secousses d’aujourd’hui et je ne me souviens plus rien de ce qui s’est passé après cela. Pouvez-vous m’expliquer ce qui s’est passé et pourquoi tout le monde encercle le lit d’une inconnue dans l’académie ?

~~~~
couleur:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniques-revalia.forumactif.com/t1534-la-violoniste-mau
Date d'inscription : 16/12/2013
Nombre de messages : 125
Age : 23

Feuille de personnage
Race: Garou
Dons Élémentaires:
Perfectionnement:

MessageSujet: Re: Interlude : Évasion Abyssale [Libre à tous les curieux]   Sam 19 Déc - 20:36

C'est étrange, aussi loin qu'il s'en souvienne, Shisui avait l'impression que sa vie à l'académie se succédait en une série d’événements fantastiques et grandiloquents, à l'opposé absolu de ce qu'il devait appeler "vie" sur la banquise... Les cours de maitrise de soi, sa rencontre avec Thaxyl, ses leçons et missions qu'il a dû accomplir pour lui et l'académie... Et, bien entendu, Cyril. En quelques temps sa vie et sa façon de voir les choses avait considérablement évolué, Cyril faisait une balance parfaite à sa personnalité, et toutes les personnes auxquelles il tenait désormais l'aidaient, souvent avec difficulté, à mieux se voir lui-même. Seulement, parfois... il souhaiterait profiter doucement de sa nouvelle situation, apprendre à apprécier chaque personne au calme, comme il n'en a eu que trop peu l'occasion jusqu'à présent. Ne pas avoir l'impression de voir son monde retourné tous les 2 jours sans que l'académie ne menace de s'effondrer ou qu'une mission de la plus haute importance ne lui soit confiée... Enfin, pourquoi s'encombrer l'esprit de cela ? Il était l'heure du déjeuner, au moins un moment qu'il pouvait considérer comme acquis au calme, bien que ce ne soit pas du gout de Cyril pour des raisons... relativement évidentes, puisqu'il était incorporel et ne faisait donc que s'ennuyer.
... Diiis, s'il te plait, pour une fois, laisse moi prendre le contrôle du corps là, j'en oublierais presque ce que c'est de mâcher !... C'est plutôt important, pour un dragon.
... Mais, ce sont les seuls moments que j'ai vraiment pour moi... Et puis, tu m'avais dis que tu sentais le gout des aliments, toi aussi...
Tssk... j'ai parlé de mâcher, pas du gout... S'il te plait, laisse-moi la prochaine fois, d'accord ? Dit-il, le regard implorant d'un petit dragon.

Cyril, lui aussi, avait un peu appris à respecter les "moments" de Shisui, dans d'autres circonstances, il aurait bien été capable de monter sur lui rien que pour le gêner. Shisui souris doucement au dragonnet, au fond, il savait qu'il n'était pas capable de lui refuser éternellement. Au fond, c'était important dans leurs cas, de partager, pas vrai ?
C'est promis.
Alors pendant quelques minutes le repas se passant sans encombres, Shisui aux côtés des autres surveillants. Officiellement, aucunes règles ne les forçait à rester entre eux, ou les enseignants entre eux et autres, cela se faisait juste plus naturellement et Shisui ne tenait pas à s'immiscer dans d'autres "groupes", pas encore.
Puis, soudainement, une légère secousse se fit sentir, rien de violent, aucun plat n'a bougé, cela ne fut ressenti que moins d'une seconde. Pourtant, cela n'empêcha pas certaines personnes de se lever précipitamment de leurs chaises, dont 2 têtes connues : Shitenno, et... Ayla, que Shisui et Cyril tachaient encore d'éviter instinctivement, malgré ses lunettes. Un éclair plus tard, une seconde secousse, bien plus violente, les tables se brisaient et entraînaient certains élèves avec elles dans la chute, Shisui fut retenu de justesse tandis que des morceaux du plafond tombaient rythmiquement sur le sol. Les quelques personnes déjà parties furent rejointes par les personnes les plus influentes de l'académie : Myrddin, et les sages du vent, de l'ombre et de l'esprit faisant irruption surprise dans la salle. Les enseignants se levaient et guidaient les élèves pour évacuer. Shisui tentait tant bien que mal de se lever dans ce scénario catastrophe, la boule au ventre, Cyril lui était bien plus intrigué.

Hey ! Personne ne nous regarde ! On peut suivre les sages voir ce qui se passe ! Ca doit être important !
... N... non ! J-je peux pas... c'est mon devoir d'aider à-à évacuer...
T'es plutôt en état de te faire évacuer que de faire évacuer les autres ! Laisse moi au moins là !
Shisui eut un instant d'hésitation, c'est vrai qu'il ne ferait pas grand chose dans son état émotionnel... Mais il se ravisa, c'est plus important qu'il prenne ses responsabilités que de les laisser à un autre plus fort, et puis, Cyril serait bien capable de faire défaut à ses fonctions pour suivre les sages...
... Désolé... il faut que je le fasse moi-même... dit-il, peu sûr de lui.

Il se dirigea vers la grande entrée et tenta de guider la foule hystérique d'étudiants via ses mouvements. Seulement, à cause de leur hâte et de la taille de Shisui (hey, qui imaginerait qu'il s'agirait d'un surveillant ?... et même est-ce que cela aurait vraiment une importance dans une situation pareille ? ), celui-ci se fit bousculé de toute part et eut l'occasion de se cogner la tête contre le mur, il vit une seconde Léandra s'engouffrer dans une porte avant...
La 3e secousse, tout le monde tomba à terre, y compris les enseignants, Shisui se fit écraser au passage par 2 élèves un peu trop encombrants. Quelques secondes de silence avant que les étudiants ne se lèvent, et que Shisui eut la bonne idée de se mettre à l'écart pour éviter la vague d'étudiants qui l'auraient transformé en charpie autrement. Une fois tout le monde sortit, il resta seul quelques instants dans la salle, inconscient du potentiel danger si une autre secousse se faisait sentir. Cyril saisit l'occasion pour lui reparler, un peu narquois.
Eh bien... c'était impressionnant.
Ca me parait facile à dire, lorsqu'on est incorporel. Répondit-il aussi tôt.
Mais ! Je ! L'air renfrogné de Cyril semblait comme une petite récompense pour Shisui dans cette situation, il n'avait pas l'habitude d'avoir l'ascendant de cette façon.
Hmmff... je crois qu'il est trop tard pour suivre les sages... il vaut mieux partir maintenant.
Voila qui était d'autant plus inattendu, l'humain se contenta d'acquiescer silencieusement. Avant de voir sortir un à un les différentes personnes ayant suivi les sages, puis les sages aux mêmes, transportant... une jeune fille ? Terriblement blessée, sa simple vue a failli suffire Shisui pour s'évanouir, mais il tint bon, et vit alors également l'enseignante Léandra transportée, n'ayant elle subit qu'un gros coup à la tête dont la trace restait bien visible. Il fut paralysé un instant au sol, avant de se décider à quitter la salle pour courir vers l'infirmerie.

Il pu comprendre sous les marmonnements du directeur et des enseignants que l'enfant est une "miraculée" sortie des portes de "l'abysse"... dont il n'a pu qu'entendre le nom et les méfaits jusque là, notamment lors du festival de réconciliation. Ils placèrent Léandra et cette fille dans 2 lits relativement proches à l'infirmerie, les mesures d'urgences étaient déjà appliquées à la pauvre enfant tandis que l'enseignante de créature n'avait que des soins de routines, la laissant se réveiller lentement de son douloureux sommeil. Shisui se rapprocha d'elle, de sorte de pouvoir néanmoins entendre ce qu'il se passe dans la "chambre" d'à côté malgré la foule l'encerclant. Il apprit son nom... Nyx, et ce fut malheureusement tout, il s'écarta légèrement pour laisser passer Myrddin, l'air toujours aussi bienveillant et serein. Shisui fut ainsi surpris d'entendre Léandra, déjà levée, le rejoindre avec Theyne. Il l’accueilli avec un sourire rassuré qui failli s'ensuivre d'un signe de main, mais celle-ci avait la tête trop pleine de questions, à juste titre.


- Désolée de vous déranger tous les deux, mais…je suis tombé inconsciente lors d’une des secousses d’aujourd’hui et je ne me souviens plus rien de ce qui s’est passé après cela. Pouvez-vous m’expliquer ce qui s’est passé et pourquoi tout le monde encercle le lit d’une inconnue dans l’académie ?

Un instant silencieux de leur côté, ignorant les nombreux marmonnements proches, puis Shisui commença à répondre, tentant difficilement de remettre de l'ordre dans son esprit.

- U-umm... et bien... I-il y a eu des secousses ! E-et je suis resté dans la salle, mais cette fille est sortie avec toi du sous-sol et...

Il se tut, l'air paniqué, arrivant à peine à croire ce qu'il disait, figé en repensant aux intenses secousses et au fait qu'il aurait bien pu finir dans un lit lui aussi, si une secousse supplémentaire s'était déclarée, voir pire. Pendant qu'il parlait et même après, il ne put s'empêcher de faire des signes du regard à Theyne pour l'aider à expliquer tout ça...
... Et dire qu'il eut espéré un moment à lui pendant le repas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniques-revalia.forumactif.com/t1546-shisui-ryuuga-dra
Date d'inscription : 04/04/2015
Nombre de messages : 11
Age : 27

Feuille de personnage
Race: Humain
Dons Élémentaires: Aucun
Perfectionnement: Aucune

MessageSujet: Re: Interlude : Évasion Abyssale [Libre à tous les curieux]   Ven 4 Mar - 20:28

Bien que Myrddin avait tout fait pour être rassurant, cela n'avait pas vraiment réussi à calmer la jeune femme. Pourquoi tout le monde la regardait, pourquoi étaient ils aussi proches d'elle ? Elle ne se souvenait de rien, juste des cris, de la terreur inspiré par le choc de tous ces éléments et cette immense colère. Un bassin, cette immensité, cet océan noir, une femme, sans doute une elfe, elle lui souriait. Nyx, elle se souvenait de son propre nom, cela lui allait bien, pour une raison qu'elle ignorait.

Elle fut tirée de ses pensées par les regards des habitants de cette académie et de la question de la nouvelle arrivante. Encore du monde ? Pourquoi ? Qu'est ce qu'elle avait fait ? Instinctivement, elle recula, jusqu'à toucher le mur sur lequel était collé son lit. Elle entendit les voix de ces personnes, mais également des murmures, provenant de l'intérieur de leur corps. Sa respiration s'accéléra, la peur, oui, elle connaissait ce sentiment. Qu'est ce qui lui arrivait ?!

La porte de l'infirmerie s'ouvrit avec fracas, ouverte de force par l'élan d'un chariot rempli de pâtisseries, boissons fraîches, thé et quelques assiettes chaudes qui venaient d'être faites en cuisine. Sur cette immense monture métallique, se trouvait le professeur de contrôle et d'ombre de l'académie, Shitennô Bachiatari. Arrêtant le chariot, il sauta sur le lit de Nyx et s'agenouilla pour l'observer de près. Observant le verre d'eau, il soupira et échangea sa position avec un verre rempli d'un liquide rouge relativement clair, puis sortit un gâteau au miel de sa poche.

- Que...
- Chut. On mange et on boit, pas de discussion !
- Mais je...
- On ne discute pas !


Craintive, mais relativement perturbée par cet étrange individu qui ne semblait pas avoir la même retenue que les autres personnes présentes dans la pièce, ainsi que très curieuse, Nyx prit le gâteau en main. Elle regarda la friandise avec suspicion, la renifla, puis finit par croquer un morceau, ne voulant pas contrarier cet étranger aux cheveux blancs. Ouvrant grand les yeux, elle dévora entièrement ce pauvre gâteau, puis avala d'une traite le verre de jus de framboise que lui avait aussi apporté le Célestin.

- Mais...c'est délicieux !
- N'est ce pas ? Il y en a encore dans le...


Avant qu'il n'ait eu le temps de finir sa phrase, Nyx s'était déjà assise sur le lit et goûtait tout ce qui lui tombait sous la main, boisson, pâtisserie, repas chaud, elle mélangeait tout. Elle était à la fois curieuse, affamée et extrêmement surprise de la saveur de ces aliments, comme si elle n'en avait jamais mangé.

-...chariot. Nyx c'est ça, je suis le professeur Bachiatari, j'enseigne l'ombre aux élèves dotés de ses éléments, ainsi que le contrôle de soi. J'aurais une question à te poser, tu les entends n'est ce pas ?

Finissant de manger un dernier biscuit, la jeune femme observa le professeur avec une certaine surprise, se contentant de hausser la tête.

- Ce sont leurs pouvoirs, ils ne te veulent aucun mal. Peux tu te concentrer sur elle ? Son nom est Kurai.
- Je...merci...
- Je vais vous laisser entre vous, Léandra, vous pouvez me suivre quelques minutes ? Et permets moi de te souhaiter à nouveau la bienvenue Nyx.


Faisant une légère courbette, le professeur d'ombre fit signe à sa collègue de l'accompagner, jusqu'à ce qu'ils soient hors de portée des oreilles de la jeune rescapée.

- Vous étiez assommée, alors laissez moi vous faire un rapide résumé. Cette enfant a sauté dans une attaque de l'abysse contre notre académie, afin de revenir dans notre monde. A la différence des autres survivants, elle est restée bien plus longtemps dans cet enfer et dans le niveau le plus profond. Il est absolument impossible pour un humain normal de survivre, je ne comprends juste pas. Elle semble également avoir été au cœur de la création de l'abysse, il y a cent ans, lors les directeurs de l'ancienne académie se sont affrontés. Elle n'a du connaître que les sentiments de cette sombre divinité, durant un temps que je ne saurais calculer. La confiance, la joie, l'amour, tout doit être nouveau pour elle. C'est une enfant qui découvre le monde, mais également une enfant sacré d'après Fujiin. J'ai ressenti et lui aussi, pas moins de six éléments vivant dans son corps. Ce n'est jamais arrivé, jamais. Elle a été capable d'entendre les éléments de toutes les personnes présentes dans la pièce. Ressentir c'est une chose, les entendre c'est une autre histoire...même moi, j'en suis incapable. Elle a également été imprégnée d'une énorme quantité d'énergie abyssale, chose obligatoire vu son séjour. Cela ne semble pas altérer ses pouvoirs et encore moins la blesser. Fujiin voudra l'analyser, découvrir ses secrets, mais elle a suffisamment souffert. Pourquoi je vous le dis ? Car je pense que vous êtes la seule qui soit capable de l'aider. Je peux la guider dans ses pouvoirs, mais elle doit abandonner le mode de vie de l'abysse, les émotions néfastes et je suis incapable de faire quoi que ce soit, je ne ressens pas ces choses. Vous par contre, vous n'êtes impliquée dans aucun domaine de la lune dans ce conflit avec l'abysse. Vous êtes humaine, elle vous fera confiance. Aidez là, ni Myrddin, ni Theyne et surtout pas moi, ne pouvons y arriver.

Fermant les yeux, il posa sa main sur son épaule avec un sourire que Léandra savait forcé, malgré sans doute l'envie du Célestin de ne pas simuler. Il se prépara à partir, puis se stoppa net, murmurant une simple phrase au creux de son oreille.

- Et je vous considère comme mon égale, ne doutez pas de votre place dans cette académie, professeur.

Partant, il fit réapparaître sa canne dans sa main et jongla avec, avant d'entrer dans une armoire et de la refermer. Une grande spécialité du professeur d'ombre, sa collègue savait parfaitement qu'il était inutile de voir si il était toujours là, quel étrange personnage tout de même.

Revenant dans l'infirmerie, Nyx observa Léandra avec inquiétude. Hésitante, elle finit par lui adresser la parole.

- Vous vous êtes faite grondée par ma faute ?...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniques-revalia.forumactif.com/t2000-nyx-dowell-ou-l-a
Date d'inscription : 01/02/2009
Nombre de messages : 378
Age : 23
Lieux d'influence : Ràva, Edälia et Nandoriath.
Activité : La chasse est un bon divertissement ...

Feuille de personnage
Race: Garou
Dons Élémentaires: Terre
Perfectionnement: Aucune

MessageSujet: Re: Interlude : Évasion Abyssale [Libre à tous les curieux]   Mer 11 Mai - 17:22

Rien n’aurait pu le préparer à cela.

Ou plutôt, si, tous les événements récents pointaient vers cet unique débouché, mais Chris avait été trop idiot, trop penché sur ses propres problèmes pour voir la vérité.

En y réfléchissant, tout se suivait ! L’attaque de Francis, son contrat avec la créature abyssale, puis le vol de son amulette … Même le long mois de tranquillité ayant fait suite à tout cela faisait sens.
Depuis le début, Nixilis avait voulu accéder à l’Académie d’Edälia, et la seule raison valide était celle qui se défilait désormais sous leurs pieds à tous : ré-ouvrir le portail vers l’Abysse.

Tout comme le professeur Bachiatari ou Ayla, Chris, dont la sensibilité à la magie abyssale était particulièrement élevée, avait immédiatement senti les tremblements du Portail, et s’était levé d’un bond - plus par peur et surprise que pour agir.
Et pourtant, il n’avait pas réfléchis avant de courir à la suite d’Ayla et du professeur, en direction du Hall d’entrée, puis des sous-sols. Leur but commun de détruire l’Abysse l’avait aveuglé un instant, lui laissant croire que cette fois-ci, il serait assez fort pour y faire face.

Mais son corps lui avait fait défaut à la dernière minute.

Il se souvenait s’être immobilisé à la première marche, Ayla se heurtant à son dos, les muscles tendus par le stress et la peur, incapable du moindre geste en avant.
La bouffée d’énergie abyssale qui remontait le long des escaliers de pierre était de trop pour lui, et s’il avait pu s‘approcher du Portail lorsqu’il était clos et hermétique, il en était incapable à cet instant.

Souvenir de l’Abysse :
 

Son souffle se coupa. Bon sang ! Il avait pourtant dépassé cette période ! Il n’avait plus eu de flash de la sorte depuis presque deux mois !

La vampire le contourna avec empressement, et d’un simple regard sembla comprendre la situation. D’un mouvement de tête, elle lui indiqua la salle à manger où les élèves, encore assis à leur table, jetaient des coups d’œils étonnés dans l’entrebâillement de la grande porte.

Elle s’occuperait du Portail, et lui des élèves.

Il pouvait le faire. Il lui suffisait d’inspirer, de se calmer, de se reprendre, et de se forcer à agir.

Alors que ses muscles tétanisés se relâchaient et qu’il allait la remercier, une violente secousse fit trembler le sol de l’Académie, les déstabilisant et arrachant des cris de panique dans la salle à manger. Ayla fit volte-face et se précipitant vers le sous-sol, alors que Chris faisait de même vers la salle à manger, prenant bien soin de bloquer le passage vers les souterrains.

Un morceau de marbre se détacha du plafond, s’écrasant sur les dalles noires et blanches du transporteur derrière lui et projetant des éclats dans tous les sens. Un énorme bruit se fit entendre dans la salle à manger, et Chris supposa que la même chose avait dû se produire, alors que la panique s’insinuait parmi les élèves qui se mirent à courir en dehors de l’immense salle.

« ÉVACUEZ L’ACADÉMIE ! ALLEZ VERS LE PARC ! »

Les voix fortes de certains professeurs se joignirent à la sienne, et bientôt le bâtiment principal fût évacué de tout élève. Relevant la tête, il vit quelques premières années se diriger curieusement vers l’escalier des souterrains, et la professeure de Karélïs s’interposer.
Un gémissement de douleur du garçon qu’il soutenait le ramena à sa tâche première.

« Attention à sa nuque, professeur, il en a prit un sur la tête, » fit-il en aidant à transporter un première année de l’Air qui avait eu le malheur de se trouver sous un plus petit morceau de marbre vers l’infirmerie de l’Académie.

« J’ai bien vu, merci ! » répondit agressivement le professeur de Feu en soutenant la nuque du blessé.

Les tremblements s’étaient interrompus quelques minutes après leur apparition, et malgré les efforts et le nombre élevé d’aides à apporter, une partie de Chris ne pouvait s’empêcher de prier la Lune que les professeurs présents aient réussi à refermer le Portail … sans dommages.

« Ca va aller- Kregan, c’est ça ? Le professeur Mormin est là, on t’amène à l’infirmerie, » rassura-t-il un élève du Feu de première année qui sanglotait, la jambe légèrement sanglante.

Une bonne heure avait dû passer, et les effluves d’Abysses semblaient avoir disparu de l’atmosphère de l’Académie, remplacées par une odeur de désinfectant et des bribes de magie de guérison.
Le professeur Mormin lui indiqua d’un geste dédaigneux que son aide n’était plus requise, et Chris quitta le chevet du première année avec un dernier sourire rassurant, avant de se laisser tomber dans un fauteuil collé à un des murs de l’infirmerie.

Cela n’avait pas duré longtemps, mais il s’en était trouvé tout aussi épuisé que s’il vait dû courir dans les couloirs pendant des heures. L’incident avait ravivé des souvenirs très peu plaisant, des souvenirs datant d’avant l’Abysse, d’avant son traumatisme.
Il se revoyait encore, courir dans les couloirs de l’Académie, évitant des sabres des bandits venus piller l’école, tentant de sauver un groupe de premières années restés coincés dans la tour de la Terre … Et tout cela quelques minutes seulement avant son emprisonnement dans l’Abysse et son tourment de cent ans.
Et cette fois-ci, la même chose aurait pu se reproduire. Si les professeurs et Ayla n’étaient pas intervenus, si le Portail avait été ré-ouvert, ils seraient tous enfermés de nouveau …

La porte de l’infirmerie s’ouvrit à la volée, et un groupe d’adultes entra avec fracas, une partie portant l’autre, et Chris comprit qu’il s’agissait de blessés ayant fait face au Portail. Il vit passer la professeure de Karélïs, inconsciente et portée par d’autres, ainsi qu’une jeune femme aux cheveux noirs soutenue par la Sage Ysun.
Une bouffée d’angoisse incontrôlée le prit à la vue de la jeune inconnue. Quelque chose clochait, chez elle. L’odeur diffuse et la noirceur de l’Abysse semblaient l’entourer, comme si elle-

Mais il n’eut pas le temps de finir sa pensée qu’Ayla passait la porte de l’infirmerie, titubante et affaiblie.

« Ayla ! » s’exclama-t-il en se levant brusquement, se précipitant à sa rencontre pour la soutenir.

Passant un bras sous celui de la jeune femme, il la guida jusqu’à un des lits immaculés encore libre. L’infirmier semblait assez occupé, et la vampire ne semblait pas pouvoir attendre.

L’aidant à s’allonger, il s’inquiéta de son teint anormalement pâle - plus que d’habitude - et des légères coulées de sueur sur son front. Elle était encore consciente, mais ses paroles transpiraient la fatigue. Il ignorait ce qu’elle avait fait, mais nul doute que refermer le Portail avait dû leur demander à tous des efforts inhumains.

« Dis-moi que personne n’a été touché, » la supplia-t-il presque. Si quelqu’un était entré en contact avec de la magie Abyssale … Puis il repensa à la jeune femme aux cheveux noirs. « Ayla, cette fille, » dit-il avec un mouvement de tête vers l’autre extrémité de l’infirmerie où la Sage avait transporté la blessée, « elle a été touchée par l’Abysse, n’est-ce pas ? Elle- … » Il baissa la voix, empressé, alors que l’infirmier s’attelait à panser les quelques derniers blessés, avant d’aller s’occuper de la nouvelle venue. « Elle semble en être imprégnée ! Comment peut-elle être si marquée et être encore en vie ?? »

Il lui avait suffit de la croiser, à quelques mètres d’elle seulement, et il avait pu dire d’ elle venait.

« Elle était dans l’Abysse, n’est-ce pas ? Vous l’en avez sortie ? Ce n’est pas- … » Il s’interrompit, l’empressement se mêlant à de la frustration envers lui-même. Il ne voulait plus sombrer dans la paranoïa comme il avait pu le faire à sa sortie de l’Abysse. Pourtant, quelque chose le dérangeait dans cette situation. Le Portail ne pouvait pas s’être ouvert sans une immense puissance … « Ce n’est pas une élève de l’ancienne Académie. Je ne l’ai jamais vue. »

// Vraiment ? Jamais ? //

Il eut alors un doute. Et s’il se trompait ? Et s’il antagonisait la jeune femme sans raisons autres que sa peur et sa colère ?
Et même s’il ne l’avait jamais vue, cela changeait-il quelque chose ? Si elle n’était pas dans l’Académie lors de la formation de la bulle temporelle, lors de l’attaque des bandits, Chrs avait depuis appris que de nombreux puits abyssaux s’étaient ouverts sur Rëvalïa. Elle avait pu être aspirée dans l’un d’entre eux, à Karnevriath ou à Ràva … Et de ce qu’il avait pu comprendre de ses enseignements - jusqu’à présent - les différents niveaux de l’Abysse communiquaient ; elle avait pu entrer par un des puits, et l’ouverture du Portail de l’Académie par Nixilis lui avait permis de sortir …

Mais une fois encore, et s’il avait tord ? Et si Nixilis n’était pas derrière tout cela ? Si le Portail n’avait pas été ouvert de l’extérieur, mais de l’intérieur ? Quelle puissance avait pu forcer les verrous à s’ouvrir ? Et si- …

Mais un regard au visage d’Ayla l’interrompit.
Dans sa panique, il avait à peine prêté attention à son amie. Celle-ci respirait avec difficulté, comme après un exercice éreintant. Sa pâleur, d’ordinaire naturelle, semblait ici maladive.

Quoi qu’elle ait fait dans les souterrains, cela l’avait affaiblie, voire peut-être même blessée.

« Ayla ? Ça va aller ? » Il s’assit sur le bord du lit, prenant garde à ne pas la gêner, et laissa son inquiétude pour son amie calmer sa panique. « Je suis désolé, je me suis laissé emporter. »

Il se souvint soudain du lien privilégié d’Ayla avec la Lune, et des nombreuses fois où il avait pu en être témoin ces dernières semaines. Si l’Abysse l’affectait, lui, à cause de son traumatisme, quel effet pouvait-elle avoir sur Ayla, profondément liée à la Lune ? Elle devait y être d’autant plus sensible qu’elle était affaiblie …

Elle avait besoin de repos, ils pourraient en discuter plus tard, lorsqu’elle serait remise. L’inconnue était entourée de deux Sages, ils pourraient la contenir si quelque chose arrivait.
Il vit du coin de l’oeil Myrddin faire écavuer l’infirmerie à tous les non-blessés, leur demandant de laisser les convalescents se reposer. Ayant fini se s’occuper du première année, l’infirmier se dirigeait vers le lit d’Ayla avec un regard réprobateur vers Chris, ses yeux lançant silencieusement un // Libère le champs et laisse-moi bosser ! // au loup. Pour finir de le convaincre, lorsqu’il reporta son regard sur son amie, celle-ci semblait déjà endormie.

Le directeur lui posa une main sur l’épaule en le guidant vers la sortie : « Nous avons refermé le Portail, mon garçon. Rentre te reposer, nous en saurons plus lorsqu’elle se réveillera. »

~~~~
« Je te retrouverai. Je te le promets, Raän. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniques-revalia.forumactif.com/t2103-fiche-de-personna
Date d'inscription : 12/11/2013
Nombre de messages : 69
Age : 20

Feuille de personnage
Race: Humain
Dons Élémentaires:
Perfectionnement:

MessageSujet: Re: Interlude : Évasion Abyssale [Libre à tous les curieux]   Dim 2 Avr - 16:12

-U-umm... et bien... I-il y a eu des secousses ! E-et je suis resté dans la salle, mais cette fille est sortie avec toi du sous-sol et...

Oui...Elle se souvenait de ça. Les secousses, puis elle a rejoins les autres professeurs de l'académie. La porte menant vers l'abysse, elle...avait craquée ? Que tout le monde ai survécu à ça tenait du miracle. Il n'y avait eu donc pas de morts, et juste de légers blessés ? Elle regardait autour d'elle, constatant qu'un élève ou deux étaient sur les lit, mais semblaient juste un peu blessés à la tête, au bras...des blessures superficielles. C'était rassurant ! Léandra soupira, soulagée de constater que rien de grave ne s'était passé.

Cette fille était donc une blessée comme une autre ? Elle avait un peu de mal à y croire. Pas avec tout le monde autour d'elle. Ou alors c'était une élève qu'elle n'avais jamais croisée et qui était très populaire, mais c'était la seule explication un minimum logique qu'elle avait.

Constatant qu'elle n'aurait pas plus d'information de la part du pleutre dragonnet, elle lui souri et lui posa sa main sur son épaule.

-D'accord, je vais enquêter un peu de mon côté. Prend du repos et mange un bon coup pour regagner des forces. Avec le début des secousses, peu de personnes ont vraiment eu le temps de manger et avec tout ce stress, nous devons certainement être plus affamés que jamais..

Je disposais ensuite, m'approchant un peu du lit pour regarder ce qui se passait. Sur le moment, la professeur de créature voyait surtout que cette élève dévorait les réserves de l'académie avec...passion. Nul doute que Shitennô pouvait s'occuper de son estomac. Ils discutèrent un instant, sans qu'elle ne prête une grande attention au contenu, avant que le professeur se tourne vers elle.

- Je vais vous laisser entre vous, Léandra, vous pouvez me suivre quelques minutes ? Et permets moi de te souhaiter à nouveau la bienvenue Nyx.

Entendant son nom, elle regarda son collègue avec un haussement de sourcil interrogateur. Après avoir fait ses salutations à cette Nyx, Shitennô éloigna Léandra d'elle, voulant lui parler seul à seul. Pourquoi elle parmi tout ce beau monde ? Elle allait certainement le savoir.

- Vous étiez assommée, alors laissez moi vous faire un rapide résumé. Cette enfant a sauté dans une attaque de l'abysse contre notre académie, afin de revenir dans notre monde. A la différence des autres survivants, elle est restée bien plus longtemps dans cet enfer et dans le niveau le plus profond. Il est absolument impossible pour un humain normal de survivre, je ne comprends juste pas. Elle semble également avoir été au cœur de la création de l'abysse, il y a cent ans, lors les directeurs de l'ancienne académie se sont affrontés. Elle n'a du connaître que les sentiments de cette sombre divinité, durant un temps que je ne saurais calculer. La confiance, la joie, l'amour, tout doit être nouveau pour elle.


Alors c'était ça le lien avec tout ce qui s'était passé ce midi ? La jeunne femme écarquilla les yeux. Cette jeune fille, fragile, affaiblie...Avait survécu à l'une des choses les plus dangereuses de ce monde ? Le dernier niveau de l'abysse ? Elle avait déjà étudiée un peu sur l'abysse, sur ses pouvoirs, sur les plans...ça semblait impossible, et pourtant elle était là. Cette Nyx était une preuve que quelqu'un avait survécu dans le cœur de l'abysse. D'un côté...le temps y passait différemment. Chaque niveau de l'abysse avait des règles différentes, et Léandra ne connaissais pas le sujet par cœur. Peut-être qu'un siècle dans le cœur de l'abysse comptait comme quelque secondes.

Léandra soupirait. Elle tentait de trouver des arguments à une situation qui semblait impossible. Tout ce qu'elle pouvait faire sur le moment, c'était accepter que la situation était improbable mais réelle, et continuer d'écouter Shitennô.


-C'est une enfant qui découvre le monde, mais également une enfant sacré d'après Fujiin. J'ai ressenti et lui aussi, pas moins de six éléments vivant dans son corps. Ce n'est jamais arrivé, jamais. Elle a été capable d'entendre les éléments de toutes les personnes présentes dans la pièce. Ressentir c'est une chose, les entendre c'est une autre histoire...même moi, j'en suis incapable. Elle a également été imprégnée d'une énorme quantité d'énergie abyssale, chose obligatoire vu son séjour. Cela ne semble pas altérer ses pouvoirs et encore moins la blesser. Fujiin voudra l'analyser, découvrir ses secrets, mais elle a suffisamment souffert


Six éléments...La journée devenait de plus en plus surprenante. Fascinante. Effrayante également. Cette femme avait les six éléments en elle ? Et toute l'énergie abyssale contenue en elle ne l'avait pas blessé ou causé des problèmes. C'était vraiment une fille unique...

-Pourquoi je vous le dis ? Car je pense que vous êtes la seule qui soit capable de l'aider. Je peux la guider dans ses pouvoirs, mais elle doit abandonner le mode de vie de l'abysse, les émotions néfastes et je suis incapable de faire quoi que ce soit, je ne ressens pas ces choses. Vous par contre, vous n'êtes impliquée dans aucun domaine de la lune dans ce conflit avec l'abysse. Vous êtes humaine, elle vous fera confiance. Aidez là, ni Myrddin, ni Theyne et surtout pas moi, ne pouvons y arriver.

Léandra fronça les sourcils. Elle ? La seule ? Elle commença à réfléchir à tous les professeurs de cette académie. À Theyne, à Raksha, à Shitennô...Il était vrai qu'elle était la plus humaine du lot. La plus « normale ». De là à voir cela en force, c'était de la sottise pure et dure. Elle était convaincue que beaucoup d'autre personnes pourraient faire bien mieux qu'elle. Celà dis, Shitennô était loin d'être une personne disant des sottises. Si il disait qu'elle pouvait aider, elle le ferait. C'est son travail, après tout. Elle n'était pas dans cette académie pour se gratter la plante des pieds, mais pour aider les élèves. Et c'était ce qu'elle allait faire.

-je suis plus doué en thérapie avec les animaux qu'avec les hommes, mais...mais je vais voir ce que je peux faire. La pauvre aura bien besoin qu'on la guide. Je ne vous décevrais pas.


Il posa sa main sur son épaule, et lui fit un magnifique sourire forcé. Elle savait cacher ses émotions et voir quand les autres le faisaient après tout. Elle ne pouvait pas en vouloir au célestin. Les émotions n'étaient pas son fort.

- Et je vous considère comme mon égale, ne doutez pas de votre place dans cette académie, professeur.

Aussitôt, il fit apparaître sa canne et partit en direction d'un placard, qu'il ferma derrière lui. Les portes étaient un concept pour ce professeur.

Léandra se rappella qu'elle avait un placard dans sa chambre. Il fallait qu'elle pense à le cadenasser un jour. On ne sait jamais.

Son égale...Léandra n'était en rien l'égal d'un professeur comme ça. Le contrôile de la magie de l'ombre, ses capacitées allaient bien plus loin que les capacitées de télékinésie mal contrôlée de la professeur de créature. Des jolis mots n'allaient pas changer la vérité. Juste l'adoucir.

Elle revint à l'infirmerie, pensive. Une voix la fit remettre les pieds sur terre.

-Vous vous êtes faite grondée par ma faute ?

La violoniste tourna la tête vers la jeune fille allongée dans le lit. C'est vrai...Nyx, c'était ça ? C'était après tout le sujet de cette discussion avec Shitennô.

Elle afficha un sourire rassurant et s'approcha du lit, se posant sur la chaise à côté. Utilisant son pouvoir télékinésique, elle fit voler un des petits cupcake du chariot, décidant que ce n'était pas un grand crime que de lui en dérober un. Le chariot avait de quoi nourrir toute une armée après tout. Elle le posa dans sa main et en prit un morceau. délicieux! Elle se demandait comment le professeur pouvait parfois conserver toute cette nourriture et la faire sortir de ses manches. Elle espérait qu'il s'agissait d'une téléportation et qu'il ne conservait pas de la nourriture sous ses vêtements.

Imaginer cela lui passa l'envie de manger le gâteau, qu'elle déposa sur le côté. Elle revint à l'élève.

-Non, ne t'inquiète pas, il voulait juste me parler de quelque chose.

Léandra tendis sa main vers Nyx, et prit un ton rassurant

-Je suis enchanté de te rencontrer. Je suis Léandra de Karélïs. Une professeur dans cette académie. Les choses ont du beaucoup changer, mais je suis là pour t'aider à retrouver un peu plus tes repères. Tu es Nyx c'est ça ? C'est un joli nom.

En la regardant dans les yeux, elle constata que cette Nyx dégageait une certaine aura. Elle devait avoir eu beaucoup de charisme par le passé, qui était maintenant assez étouffé par toute l'éxperience qu'elle avait vécue dans l'abysse.

~~~~
couleur:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniques-revalia.forumactif.com/t1534-la-violoniste-mau
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Interlude : Évasion Abyssale [Libre à tous les curieux]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Interlude : Évasion Abyssale [Libre à tous les curieux]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Chroniques de Rëvalïa ::  :: Edälia, leader économique humain :: L'Académie de magie d'Edälia :: Bâtiment Supérieur :: L'Infirmerie-