AccueilGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Le serpent rencontre le corbeau

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nombre de messages : 45
Age : 22
Don / Pouvoir : aucun

Feuille de personnage
Race: Humain
Dons Élémentaires:
Perfectionnement:

MessageSujet: Le serpent rencontre le corbeau   Mar 27 Sep - 23:40

Cela faisait au moins deux bonnes années que je n'étais pas revenu à la capitale. au fur et à mesure que je me rapprochais de la ville, je sentais ses effluves emplir mes narines : la pisse, la sueur et la merde. Pas très romantique mais les grandes agglomérations étaient toutes ainsi, en tout cas dans les bas quartiers. Bientôt ce ne fut plus mon sens olfactif qui fut attaqué mais bien mon ouïe. Vivre en réclusion rendait difficilement supportable le bourdonnement incessant de la ville mais j'allais devoir faire avec, des affaires importantes m’amenaient ici.

Serpentant finalement jusqu'aux portes principales, je fis face aux regards inquisiteurs des gardes. Malgré mon manteau et ma capuche dissimulant au maximum mes caractéristiques physiques, il était difficile de ne pas me faire repérer. Heureusement pour moi j'avais laissé, semblerait il, une forte impression chez certaines personnes lors du tournoi d'il y a cinq années et l'officier local fit un geste indiquant à ses subordonnés de me laisser passer. Heureusement que j'avais évité la fouille, il m'aurait été difficile d'expliquer raisonnablement pourquoi j'avais besoin d'apporter, en plus de mes épées, bolas, couteaux de lancer et autres joyeuseries. La pensée de paraître pour un trafiquant d'armes me fit sourire et égaya un peu mon trajet à travers les rues labyrinthiques de la capitale.

Tandis que je me frayais un chemin à travers la foule, j'observais les oiseaux voletant entre les toits ou picorant sur le sol. La vaste majorité des volatiles se révélaient être des pigeons, gras et débiles. Les appeler les rats du ciel était une insulte aux rats, mille fois plus intelligents que ces créatures. Non, ce qui m'intéressait, c'était les corbeaux.

En effet, après l'événement Nandoriath, j'avais décidé de quitter mon poste de professeur de combat à l'Académie afin d'effectuer une retraite... hmmm... spirituelle. Durant ces années de paix, j'en avais profité pour améliorer mes techniques de combat, communier avec mes épées afin de débloquer leur potentiel ce qui s'est révélé plus ardu qu'escompté et surtout, réfléchir à propos de la Lune. Malgré ma participation à la Guerre des éléments, je ne m'étais jamais vraiment intéressé à notre "déesse" et j'insiste sur les guillemets. J'étais à l'époque encore jeune et ne possédait pas assez de recul pour vraiment réfléchir sur le tenant et les aboutissant de cette guerre. Je charcutais là où on me disait de charcuter et point barre.

Cependant, son intervention lors de la provocation puérile en combat par feu le professeur de l'ombre de l'Académie m'avait convaincu d'une chose. La Lune était vaine et les mortels se porteraient mieux sans elle. Après tout, cette divinité créatrice nous avait conçu et par conséquent, si nous étions des êtres cupides et barbares au fond de nous c'était de sa faute. Sa manie de provoquer des catastrophes comme avec la jeune Ayla et de jouer la carte de la non-intervention ensuite faisait d'elle à mes yeux une sadique, et pas le type coquin hein, soyons clair.

Durant ces années, je songeais à cette femme qui m'avait remercié pour mon travail lors de la guerre des éléments et nous avait accompagné à Nandoriath. Edwen. La dame corbeau, la dame blanche, l'ennemie jurée de la Lune... l'ennemie jurée de la Lune. Sa puissance était indéniable, même si elle ne devait pas être au niveau de sa némésis. Mais imaginons une association d'êtres puissants, de bonnes conditions alors peut être que... je me surprenais parfois à rêver de cet acte que mon ancien collègue professeur du vent aurait jugé comme hérétique. Oui, ce qu'il fallait à Rëvalïa c'était un déicide.

Douce rêverie que tout cela. Pourtant, cette idée refusait de quitter mon esprit, elle s'obstinait à hanter mes pensées à tel point que ce qui était né d'une simple réflexion devint rapidement une obsession. Tout ça pour dire que me voilà, moi, Raksha le dernier Orochi, à Edälis, recherchant la fameuse dame corbeau dans l'espoir d'une discussion édifiante ou encore mieux, la graine d'un plan pour détruire la lune.

Je ne doutais pas qu'elle devait m'avoir déjà repéré mais je devais provoquer ma chance. Finalement, je repérai une silhouette noire du coin de l’œil suivi d'un croassement. Il semblait me regarder fixement, jackpot ! Un de mes mains sortit de mon manteau et d'un habile geste du poignée propulsa une bolas en direction sur le volatile. Ce dernier tenta de prendre son envol mais trop tard, mon projectile l'enserra le faisant tomber par terre.

Les regards se tournèrent vers moi mais je les ignorai alors que je m'approchai de ma cible. L'attrapant, l'oiseau se mit à se débattre et à tenter de piquer de son bec ma peau recouverte d'écailles, sans aucun effet évidement.

Fatigué par son boucan, je le regardai droit dans les yeux.

"Tais toi, maudit volatile ! Et écoute moi bien. Tu vas voler voir ta maîtresse et lui annoncer que je veux un entretien privé avec elle. Nous devons parler déicide. Je n'ai pas de doute à ce qu'elle réussisse à me trouver."


Libérant finalement le corbeau, ce dernier s'envola en sûreté en haut d'un toit et me lança un regard mauvais avant de repartir.

"Tss, j'espère qu'elle est de meilleure humeur que ses familiers."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniques-revalia.forumactif.com/t1475-raksha-ancien-sei
Nombre de messages : 40
Age : 26

Feuille de personnage
Race: Wendigo
Dons Élémentaires: Glace
Perfectionnement: Magie Rituelle ~ École du Corbeau

MessageSujet: Re: Le serpent rencontre le corbeau   Mer 28 Sep - 21:14

Raksha le dernier des Orochi, cela sonnait comme un roman d'aventures pour quelques nobliaux fragile. L'histoire du vieux lézard parcourant Rëvalïa, défendant la veuve et l'orphelin, anciennement professeur de la prestigieuse académie d'Edälia. Ah ! La bonne blague. Si il avait survécu à la guerre des éléments, c'était juste qu'il était particulièrement doué pour les bains de sang et qu'il n'avait pas affronté d'adversaires plus fort que lui, tout simplement. Néanmoins, je devais admettre que le gros lézard était plutôt fascinant, un grand nombre des âmes que j'avais absorbées, quand je le pouvais encore, venaient du serpent. Il avait été redoutable durant ce conflit titanesque, tout comme il avait permis d'arriver jusqu'à Drake lors de notre virée à Nandoriath, qui n'était en rien un pique-nique. Certes, c'était à moi que revenait le mérite d'avoir retiré l'immortalité du roi dément, mais notre ancien professeur de combat avait tout de même affronté les comtes et la garde royale. Des duellistes vampires et des dragons à forme humaine, vampirisés pour plus de plaisir. Ce même guerrier était encore là pour se promener dans Rëvalïa, il y avait de quoi être impressionné.

Par habitude, je surveillais toute personne ayant un lien avec moi d'une manière ou d'une autre et je considérais tout survivant de la guerre des éléments comme étant dans ce cas de figure. Seulement, pour un reptile géant avec 4 bras, il avait été plutôt discret et j'avais dû me recentrer sur des problèmes plus importants. Par exemple, comment affaiblir Fujiin, tenter de trouver le moyen de contrôler ma nouvelle magie, aider Raphaël sans me faire avoir par la Triade, m'occuper de la politique Rëvalïenne et déjouer les assassins de la Lune. Naturellement, lorsqu'un des gardes fidèle à Annabella vu Raksha, il m'en informa aussitôt, j'avais des directives très strictes envers ces chiens obéissants.

Il ne fut pas difficile de le retrouver, je me doutais bien qu'il n'allait pas aller dans les hautes sphères, mais de là à voir un tel spectacle, j'avoue que cela valait le détours. Adossée contre un mur, je le voyais en train de se battre avec un corbeau, mais qu'est ce qu'il essayait de faire au juste ? Il parla au pauvre volatile, parlant de maîtresse, entretien privé et de déicide. Tiens donc ? On dirait mon portrait craché, excepté qu'il n'ait pas parlé de ma beauté, ma supériorité et mes talents de cuisinière. Ah ! Il avait quand même parlé de mon humeur, c'était presque ça.

Habillée de mon habituelle tenue "légère", excepté que j'avais mis un pantalon cette fois, je me rapprochais du lézard dans un profond soupire.

- Si tu veux te reconvertir en dresseur de corbeaux, tu t'y prends mal. Oh et mes oiseaux sont plus discrets, ne passant par leur temps à hurler. Tu pourrais sérieusement être plus discret.

Posant ma main sur son épaule, je nous téléportais dans une de mes charmantes planques un peu plus loin. Bon, toutes ressemblaient à des maisons luxueuses, mais le raffinement n'a pas de prix voyons ! Descendant les escaliers pour arriver dans le salon, je lâcha mon bâton qui se déplaça immédiatement en direction du premier coin sombre, sans que j'ai à faire quoi que ce soit. Je lui désignais un fauteuil, avant d'ouvrir une bouteille de vin et deux verres en cristal.

- Quelque chose de plus fort peut être ?

Me laissant tomber sur le fauteuil de cuir, je croisais les jambes, puis le fixa en sirotant tranquillement mon verre, faisant tourner le liquide rouge nonchalamment. Cette boisson était hors de prix, mais tout était facturé à Annabella, donc ce n'était pas mon problème.

- Parler de déicide en pleine rue, heureusement que j'ai exterminé tous les espions de Fujiin dans les environs...Enfin, que puis je pour toi Raksha ? Cela fait quoi ? Cinq ans ? En manque de dragons vampirisés à tuer ? De rois fous à massacrer ? A moins que tu ne cherches une cible plus... compliquée.

~~~~


Knowledge is power ?



No, power is power...

Thème musical
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nombre de messages : 45
Age : 22
Don / Pouvoir : aucun

Feuille de personnage
Race: Humain
Dons Élémentaires:
Perfectionnement:

MessageSujet: Re: Le serpent rencontre le corbeau   Lun 3 Oct - 16:22

Alors que je relâchais le corbeau, j'entendais la voix de l'intéressée dans mon dos. Après une remarque sarcastique, elle posa sa main sur mon épaule et la rue ouverte disparut pour laisser place à un appartement d'apparence luxueuse. Regardant les alentours afin de prendre mes marques dans ma nouvelle localisation, j'en profitai pour repérer un support me permettant de m'installer. Je jetai mon dévolu sur un canapé que je déplaçais afin de faire face à mon interlocutrice. Cette dernière me proposa un verre que je refusai poliment. Rester sobre et éviter un éventuel empoisonnement étaient des arguments assez convaincants pour ne pas boire dans ce genre de situation. Inspectant une dernière fois la pièce, je croisai finalement le regard de la wendigo, qui me regardait tranquillement, vin à la main.

- Je cherchais à attirer ton attention. Il semblerait que ça ait réussi, même si je ne doute pas du fait que tu me faisais suivre depuis le début. Bref, ce qui me ramène à la capitale après ces cinq années comme tu le fais remarquer c'est que j'ai réfléchi à beaucoup de choses. Tu dois le savoir, je n'ai jamais été réellement engagé dans aucune cause que ce soit. Les enjeux politiques et moraux derrière la Guerre des éléments me passaient au dessus de la tête et je contentais de faire mon "boulot". Cependant, l'évènement Nandoriath a été ... très différent. J'ai pu réaliser à quelle point des gens aussi puissants que les sages ou Myrddin écoutaient et appliquaient sans jamais remettre en question les ordres de la Lune. Cette même lune qui offrit des futurs mensongers afin de nous forcer la main et d'agir en son sens. Sur le coup, on parlait tout de même de ma survie, ce qui m'importe assez je dois le dire, j'ai donc coopéré et puis il s'est avéré que la petite Ayla n'a finalement pas si mal tourné.

Les souvenirs des combats à Nandoriath réémergeaient un à un dans mon esprit, ne me rappelant que de plus belle que l'absurdité du conflit avait été déclenché par la Lune. Me tirant de cette courte réflexion, je reprenais;

- A mes yeux, la Lune est une enfant capricieuse, qui donne un coup de pied dans la fourmilière pour venir ensuite se plaindre que les fourmis ne font pas ce qu'elle attend. Mon objectif est simple. Je veux éliminer la Lune et créer un monde sans divinité. Un monde où tout un chacun peut vivre sa vie sans qu'une force supérieure s'impose comme étant la voix à suivre et à écouter. Douce utopie n'est ce pas ? Les faibles se font écraser par les forts, c'est le destin des faibles, la loi du plus fort. Cependant, faire tomber la Lune des nues où elle se trouve actuellement, nous regardant de haut depuis la voûte céleste serait déjà un premier pas.

Soupirant un bon coup, j'en venais finalement à formuler ma requête.

- Finalement, là où je veux en venir, c'est qu'en tant qu' "Ennemi de la la Lune", je me tourne vers toi pour requérir ton aide. Ne te moque pas de moi s'il te plaît. J'aimerai que tu partages avec moi les informations que tu possèdes sur elle, vu que les recueils et les discours des fidèles ne sont rien de plus que de la vulgaire propagande. Je veux la connaître comme toi tu la connais. Et surtout, je désire connaître ton avis sur la faisabilité d'un tel acte à tes yeux, que ce soit dans l'immédiat ou dans un futur à venir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniques-revalia.forumactif.com/t1475-raksha-ancien-sei
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Le serpent rencontre le corbeau   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le serpent rencontre le corbeau

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Salazar le Seigneur-Serpent. (UC)
» Enfin ! Baptême Petit Saule / Petit Corbeau
» Le baiser de la femme serpent
» Un Serpent Royal
» La chasse au serpent

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Chroniques de Rëvalïa ::  :: Edälia, leader économique humain :: La Grande Plaine :: Edälis-