AccueilGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 L'origine de la symétrie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Date d'inscription : 01/02/2009
Nombre de messages : 414
Age : 23
Lieux d'influence : Ràva, Edälia et Nandoriath.
Activité : La chasse est un bon divertissement ...

Feuille de personnage
Race: Garou
Dons Élémentaires: Terre
Perfectionnement: Aucune

MessageSujet: L'origine de la symétrie   Jeu 31 Aoû - 8:01

Le regard vert-feuille du jeune garou embrassait la forêt de conifères qui s'étendait à perte de vue vers le Sud du territoire. Du haut des derniers sommets des Montagnes isolées, il pouvait voir les côtes de la péninsule de Rochenoire à plusieurs centaines de kilomètres vers le Sud, et deviner le bleu de l'Océan Azuré …
Le territoire de Ràva, bien que peuplé depuis plus de cent cinquante ans déjà, restait intouché des désastres humains.

Oh, il y avait bien quelques villages, quelques routes tracées à travers la forêt, la jungle et les montagnes pour faciliter les échanges entre les différents clans, mais ces modifications mineures ne ressemblaient en rien aux immenses constructions en pierre qui défiguraient les royaumes d'Edälia ou de Lindörwin.
Ràva était une terre où la nature était respectée, célébrée … Elle lui rappelait étrangement Astraël, par certains côtés. Les garous comme les elfes vivaient en symbiose avec leur environnement, recréant le cycle naturel de la vie qui avait depuis longtemps été rompu dans les royaumes « développés ».

« Tu comptes rester planté ici encore longtemps ? » fit soudain une voix amusée derrière lui, le faisant se retourner. « Non pas que cet air mystérieusement songeur ne te donne pas un côté séduisant, mais il n'est pas bon de faire attendre ses hôtes. »

Faisant face à une des personnalités les plus importantes de Ràva, Christyän inspira profondément.
Détendant ses épaules, il releva le menton pour découvrir légèrement sa gorge, tel que le voulait la coutume de rencontre entre deux loups alpha.

« Alpha Drucean, je vous remercie de m'accueillir sur votre territoire. Vous avez ma parole que mes actions durant mon séjour ne mettront en rien votre meute en danger, et je m'en remets à vous pour ma protection. »

Face à lui, Hillulica Drucean, la louve alpha de la plus grande meute de Ràva dont le territoire s'étendait sur la totalité de la forêt de Karnis, lui rendit son salut avec un sourire amusé.

« Oooh, tu es si formel, petit chiot ! »

Sur le haut du crâne de la garoue, deux oreilles lupines se dressaient fièrement, joueuses, et la femme d'âge mûr posait sur lui un regard chaleureux de son seul œil apparent, le second étant masqué par un cache-œil.

« Très bien, très bien, » accepta-t-elle sans se départir de son sourire presque moqueur, « Alpha Maät, c'est avec honneur que je t'accueille sur mon territoire. Par un geste de paix, je t'offre l'hospitalité de mes repas, et l'hébergement dans ma tanière. »

Elle finit sa phrase par un clin d’œil séducteur, déstabilisant davantage Christyän qui se racla silencieusement la gorge.
Malgré leurs nombreuses rencontres, cette femme était imprévisible, et son attitude comme ses paroles ne manquaient jamais de mettre Chris mal à l'aise, ou de le faire sortir de ses gonds.

« Allez, suis-moi. Nous n'allons pas rester perchés là toute la matinée ; la meute attend que tu leur soies présenté, et un festin nous attend ! »

Le loup-garou leva un sourcil étonné.

« Un festin ? Comment ça ? »

Lui tournant le dos et commençant à descendre la pente rocheuse, Hillulica émit un rire bref.

« Tu pensais vraiment que je te laisserais parcourir mon territoire sans compensation ? » fit-elle d'un ton jovial. « C'est un plaisir de te voir te dandiner sur place lors des événements sociaux, aux côtés de ta petite reine vampire ! Tellement désespéré de t'en échapper, si mal à l'aise dans ces friches serrées impeccables que préfèrent les humains »

Suivant la louve sur le sentier abrupte, Chris poussa un soupire entre agacement et appréhension.

« Vous n'auriez pas osé … »

« Bien sûr que si, j'aurais osé, c'est si divertissant de te voir mal à l'aise, » répondit la louve en lui lançant un regard taquin par-dessus son épaule, s'appuyant sur un rocher pour maîtriser sa descente. « Mais ces soirées politiques mondaines m'ennuient autant qu'elles te terrifient, » reprit-elle en avançant de nouveau. Son ton diminua en un bougonnement si caractéristique de sa personnalité : « Toutes ces personnes "importantes" réunies pour jacqueter, bien soignées, bien maquillées, et beaucoup trop habillées … »

« Tsss … "Trop habillées", » marmonna Chris, partagé entre amusement sincère et apatie.

« Alors pour mon bon plaisir, j'ai décidé de reprendre le principe, mais sans les inconvénients ! Geralt, Kenzyn, Aryn et leurs chasseurs ont passé les deux derniers jours à sillonner la forêt, et ont ramené le meilleur gibier qu'ils aient trouvé … »

N'ayant rencontré que Geralt, Chris supposa que Kenzyn et Aryn étaient les deux autres « chasseurs en chef » de la meute Drucean.

« … et Karynä a même insisté pour préparer la tanière. Je te conseille d'accepter d'y dormir, ou tu risques de la décevoir. »

Arrivant en bas de la butte, là où commençait le plateau marquant le point d'entrée du territoire Drucean, Hillulica s'arrêta. Elle s'appuya un instant sur une pierre, la respiration haletante, légèrement essoufflée. Chris eu un pincement au cœur à cette vue.

« Mais plus sérieusement, Chris, » et la voix de la louve prit un ton plus affectueux, « tu pensais sincèrement qu'ils ne célébreraient pas la venue du père de leurs futurs alphas ? »

Elle se tourna complètement vers lui, et le loup-garou ne pu que fixer son regard sur ce qu'il avait tenté d'ignorer jusqu'alors.
La tenue d'Hillulica, bien que légère pour faciliter les transformations, attestait de son rang d'alpha et de conseillère de Derohar, la cité centrale de Ràva.

Mais surtout, elle ne cachait rien du ventre arrondi que la louve affichait avec fierté.

La vue coupa le souffle à Chris, le poids des paroles qu'elle lui avait répété ces derniers mois commençant à prendre racine dans son esprit.

« Vous … »

Elle le coupa immédiatement : « Bon sang, Chris ! Détends-toi, arrête avec cette tête de constipé. Et cesse de me vouvoyer ! … C'est un événement aussi imprévu que bienvenu pour ma meute. Je vais avoir quarante ans, Chris, je suis à la tête de la plus grande meute de tout Ràva, peut-être même de tout Rëvalïa, et je n'ai pas de Second. Ces louveteaux seront mes héritiers. Alors cesse de t'inquiéter, et réjouis-toi. Allez, tu devrais être fier ! Ces louveteaux devraient flatter ton égo et ta virilité ; ta toute première fois, dans un état d'ivresse, avec une femme qui approche de l'âge de la stérilité, est doublement fertile ! »

À mesure qu'ils approchaient du village construit par la meute Drucean, Chris pouvait entendre des loups hurler au loin, annonçant leur arrivée, d'autres répondant régulièrement.

« C'était pas ma première fois, » bougonna-t-il, ronchon et définitivement mal à l'aise sous le regard scrutateur d'Hillulica.

« Hah ! Crois-moi, il vaut mieux dire que ça l'était … On y est presque, petit chiot. Allez, à poils, » fit-elle avec un haussement de sourcil tout en commençant à se dévêtir elle-même.

Christyän retira ses vêtements sans la moindre forme d'hésitation, habitué depuis l'enfance au nudisme inhérent à chacune des transformations garoues. Comme chaque fois, il rassembla ses affaires (contenant ses vêtements, ses armes et les quelques babioles et artefacts qu'il ne quittait jamais) dans un balluchon, avant de changer de forme. Désormais à quatre pattes, le loup entièrement noir prit délicatement le baluchon entre ses crocs, et s'assit sur ses pattes arrières, fixant l'alpha Drucean qui finissait de l'imiter.
La couleur du pelage de la louve était identique à celle de ses cheveux sous forme hybride. Même sous forme animale, légèrement plus petite que lui, son état de grossesse avancée était visible.

La louve lui fit un signe de tête l'invitant à la suivre.

Après plusieurs centaines de mètres à marcher ainsi côte à côte, leurs pattes presque silencieuses sur le sol de la forêt tapis de feuilles, Christyän finit par entendre, puis par voir les premières constructions du village de Drucean. Des cabanes, en bois et en chaume, s'adaptant au maximum à l'environnement forestier, mais leur permettant une vie assez proche de celle des humains.

Bientôt, ils atteignirent le cœur du petit village, et le loup-garou leva le museau à l'odeur d'un gibier.
Une vingtaine de loups étaient assis en rang d'honneur de chaque côté de la place du petit village, laissant l'accès à une cahute qui devait être celle de l'alpha.
Juste avant d'arriver à cette cahute, Hillulica s'arrêta et fit face à la rangée de loups de droite. Tous se couchèrent, oreilles dressées, sauf les huit leur faisant immédiatement face. Queue dressée à l'arrière pour appuyer son statut d'alpha, Christyän l’imitant, Hillulica émit un grognement sourd auquel le jeune homme répondit, leurs grognements se transformant en hurlement. Mémorisant le son de son hurlement, les huit betas de la meute Drucean y répondirent après quelques secondes.

Lorsque le silence revint, la louve tourna le dos à ses betas et invita Chris à la suivre jusqu'au premier gibier en vue. Dévoilant légèrement sa gorge en signe de paix, elle invita le jeune loup-garou à manger en premier, en tant qu'invité de la meute. Chris plongea ses crocs dans la chaire encore saignante, arracha un morceau de viande qu'il avala rapidement, puis se recula.
Les hurlements retentirent de nouveau ; la coutume était effectuée, Christyän avait été présenté à la meute comme un alpha allié.

Alors que le reste des membres présents se ruait sur les plus petites proies pour participer au festin, Hillulica attira Chris vers sa cahute, où ils purent reprendre forme humaine et se vêtir.
Ils en ressortirent sous forme humaine, et la louve s'avança de nouveau vers ses sept betas, dont quatre avaient déjà repris forme humaine.

« Alpha Maät, je te présente mes chefs sentinelles : Allicya et Patrïk. »

Les deux loup-garou, une petite blonde aux yeux châtain et à la peau claire, et un grand brun à la peau très foncée, inclinèrent la tête face à Christyän, qui leur rendit le salut.

« Tu connais déjà Geralt, et voici Kenzyn. Aryn est la petite louve blanche, là-bas. Ce sont mes chefs de chasse. »

Les deux hommes inclinèrent la tête en salut, et Chris les imita de nouveau ; Geralt, que Chris avait déjà rencontré à plusieurs reprises, lui offrit un sourire enthousiaste.
Trois autres personnes s'approchèrent d'eux, dont une jeune femme qui tentait de marcher tout en remettant son pantalon, résultant en une démarche proche du saut d'un jeune cabri. La vision tira un sourire à Chris.

Hillulica reprit : « Maudë, un peu de tenue je te prie. Chris, je te présente Maudë, ma liaison avec les autres meutes. À ses côtés, ce sont Calrim et Derek, mes Responsables de vie de meute. Ils se chargent de la gestion de nos ressources, et s'assurent que les membres de la meute vivant à l'extérieur du village ne manquent de rien. »

« Vous avez une telle organisation … » ne pu s'empêcher de lâcher Christyän.

« Il le faut, avec près de 160 membres … Si je ne m'organisait pas, ce serait le chaos complet ! Allez, viens, ô alpha, le festin nous attend ! Tu as le droit de te détendre, ce soir, promis, on ne dira rien ! » ajouta-t-elle avec un clin d’œil de son unique œil, en s'avançant vers les différentes tables alignées autour de la place centrale du village, et sur lesquelles trônaient de nombreux mets et boissons.

Geralt salua Chris de façon moins cérémoniale en lui serrant l'avant-bras avec poigne, et l'entraîna vers le buffet avec un rire enjoué.

« Bienvenue chez toi, alpha Christyän Maät ! »

~~~~
« Je te retrouverai. Je te le promets, Raän. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniques-revalia.forumactif.com/t2103-fiche-de-personna
Date d'inscription : 01/02/2009
Nombre de messages : 414
Age : 23
Lieux d'influence : Ràva, Edälia et Nandoriath.
Activité : La chasse est un bon divertissement ...

Feuille de personnage
Race: Garou
Dons Élémentaires: Terre
Perfectionnement: Aucune

MessageSujet: Re: L'origine de la symétrie   Mar 5 Sep - 6:21

Allongés au creux de la tanière – un monticule de couvertures, de coussins et de draps empilés les uns sur les autres, formant un genre de nids à même le sol et en plein air, où dormait la majeure partie des jeunes célibataires, des enfants et des vieillards de la meute Drucean – Christyän et Hillulica observaient le ciel en échangeant sur les événements récents.

La tanière était pleine, comptant plus de trente loup-garous entassés les uns sur les autres. Les louveteaux dormaient en forme animale aux côtés de certains adultes, les jeunes loups quasiment nus sous forme humaine, tous allongés les uns à côté – ou au dessus – des autres, en une veille confortable et rappelant une pile de chiots venant de naître.
Ces moments-là, qui constituaient le cœur des relations d'une meute, manquaient terriblement à Chris depuis le décès de son frère.

Christyän porta à ses lèvres la chope en terre contenant l'alcool artisanal concocté par une des seules humaines de la meute, Karynä, et en prit une large gorgée.

« Hillu', » fit Aryn, une des chef chasseuse de la meute, allongée aux pieds de son alpha. « Hillu', je crois qu'il est bourré, » ajouta-t-elle d'un ton traînant qui laissait deviner son état tout aussi peu sobre.

« Hmm s'pas vrai. Karynä est juste très bonne caviste. »

« Pfffhahah, Hillu', tu peux pas le mettre dans ton lit sans qu'il soit bourré, pas vrai – Ouch ! »

Le pied de l'alpha rencontra le front de la chef chasseuse, qui émit un son de douleur noyé dans un éclat de rire éméché.

« Silence, Aryn, ou je te fais bouffer ta chope ! »

Christyän sourit bêtement au ciel étoilé, profondément amusé et attendri par cette attitude de complicité et de rivalité affectueuse entre les deux femmes.

« Conseillère, vous devriez arrêter de les martyriser. Ils vont finir par vous quitter pour rejoindre La Meute … »

Hillulica renifla bruyamment d'un air dédaigneux, portant sa propre chope – remplie d'eau claire – à ses lèvres.

« Hah ! « La Meute » ! Comme si cette racaille de Saien Menboku pouvait inspirer le moindre de mes betas ! « Chef de meute », qu'elle se dit être. Rien de plus qu'une mercenaire … Grrrrr … »

« On voit vos crocs, alpha. Vous allez faire peur aux lapins. »

« Aux lapins ?! Pfffhahaha t'es complètement allumé, petit chiot ! Et je te l'ai dis, cesse de me vouvoyer ! Ici, tu es au même niveau que moi ; tu es l'alpha de ta meute, comme je suis l'alpha de la mienne. Nous sommes hiérarchiquement égaux, et si tu continues à t'abaisser ainsi, je vais réellement finir par prendre ça comme une invitation ! »

« Q-Quoi ? » La surprise lui fit relever brusquement la tête, dé-saoulant légèrement.

La fougue de la louve retomba, et elle lui offrit un sourire triste.

« Je suis vraiment navrée que tu n'ai pas eu l'enfance que tu méritais. Si tu avais grandi au sein d'une meute, tu comprendrais tous ces codes … Très bien, je vois que tu es perdu, je vais t'expliquer. En tant qu'alpha, si tu ne valorises pas ta place et que t'abaisses face à un autre alpha, tu lui donnes l'autorisation de te courtiser. »

« Pardon ?! »

« Pas forcément sur le plan romantique ! Oh, cesse de paniquer pour rien, petit chiot ! Tu lui donnes l'autorisation de te courtiser pour te recruter et joindre vos deux meutes. Les deux meutes fusionnent, et tu deviens subordonné à l'autre alpha. Soit en tant que Second, soit en tant qu'alpha consort. C'est ainsi que j'ai agrandi ma meute au fil des années : par des alliances. »

« Pourtant, v-tu n'as pas de Second. »

Le visage d'Hillulica se ferma un instant. « Non, c'est vrai. J'ai eu plusieurs Seconds, ces vingt dernières années. À chaque nouvelle alliance, j'ai créé des nouvelles positions importantes, pour que les anciens alpha de se sentent pas « remplacés » par les nouveaux alliés. Geralt était l'alpha d'une petite meute, d'ailleurs. Tu devrais lui poser la question. »

Elle laissa sa remarque flotter dans l'air un instant, portant sa chope d'eau à ses lèvres, puis reprit : « Et puis, j'ai eu un alpha consort, il y a environ dix ans. Il a voulu investiguer sur l'ouverture du Portail à l'Est, et il n'en est jamais revenu. »

Chris comprit qu'il s'agissait du Portail vers l'Abysse s'étant ouvert brutalement il y a un peu moins de cent ans, à l'Est de Ràva.
La louve continua : « Layna était ma dernière Seconde en date. Un contrat avec cette chère Kagura a mal tourné, et ma Seconde n'est pas revenue non plus … »

« Je ne savais pas que tu travaillais avec Kagura … »

« Pfff pourquoi crois-tu que je t'ai approché si facilement au Conseil, petit chiot ? Outre ton physique avantageux et ton aura d'alpha, bien sûr, » fit-elle avec un sourire taquin, sachant pertinemment que Chris n'avait jamais été à l'aise face aux compliments. « Kagura m'a parlée de toi à plusieurs reprises, généralement pour se plaindre de ton attitude et s'énerver de la vitesse à laquelle tu apprenais. Alors je me suis dis que je voulais voir ce que tu avais dans le ventre ! Rassure-toi, tu ne m'as pas déçue … »

Un bruit sourd s'éleva alors dans la tanière, et Chris releva la tête avec difficulté, en cherchant la provenance, avant d'éclater d'un rire étouffé.
À leurs pieds, Aryn ronflait, la bouche grande ouverte et allongée en soleil sur les jambes d'un autre loup.

« … Alors, ils ne sont pas si mal, n'est-ce pas ? »

Lorsqu'il croisa le regard affectueux de l'alpha, son rire mourut et il déglutit en détournant les yeux. Alors que tous dormaient, l'ambiance de meute se chargea peu à peu d'inconfort pour Christyän.

« Hillulica … Tout ça, c'est … »

Il peinait à trouver les mots.

« Eh, respire petit chiot, » fit alors la louve en se redressant assise, jambes croisées devant elle pour soutenir son énorme ventre. Son ton devint sérieux. « Écoute, je n'attends rien de toi, d'accord ? Rien de plus que ce que tu te sens prêt à donner. Ça fait combien de temps qu'on se connaît ? Deux ans ? »

Le jeune homme acquiesça.

« Au début, j'ai eu beaucoup de mal à te cerner. Je n'arrivais pas à comprendre ce que tu faisais là, au milieu de tous ces politiques, alors que tu avais clairement l'air de détester ça. Je ne comprenais ni ton attitude, ni tes objectifs, ni ce que tu gagnais à t'investir autant dans un domaine qui t'intéresse si peu. »

« C'est vrai que « la paix dans le monde », c'est devenu une notion si naïve, de nos jours … »

« C'est vrai. Mais toi, tu y crois. Tu y crois, et tu es prêt à tout pour apporter ton aide. Tu es prêt à malmener ton cœur magique pour gagner en puissance, – »

« Comment tu – … »

« – tu es prêt à torturer ton enveloppe humaine pour être plus efficace, à sacrifier tes désirs les plus instinctifs pour ne plus avoir d'attaches, tu … » Elle s'interrompit, inspira, puis calma le ton de sa voix pour veiller à ne pas réveiller sa meute. À ses côtés, Chris s'était figé, le regard fixé sur le ciel. « Tu es prêt à te condamner à la solitude pour mener à bien ta mission … »

Le loup-garou ferma les yeux douloureusement. Il n'imaginait pas que la conversation tournerait ainsi.

« … Comment sais-tu tout ça ? »

« Kagura. Je ne suis peut-être qu'une simple chef de meute qui vit dans une cabane au fond de la forêt, mais je m'y connais assez en magie pour reconnaître quelqu'un d'anormalement doué … Personne ne devient aussi puissant en cinq ans, Chris. Personne. »

« Moi, je l'ai fais, » répondit le jeune homme d'une toute petite voix.

« Mais à quel prix ? … Nous, les garous … Notre cœur magique a beau être plus grand que celui des humains, il reste petit par rapport aux races originelles. Et même eux, les elfes, les vampires, les sirènes, ils mettent des années à contrôler leur élément, à en comprendre le fondement et à en acquérir la parfaite maîtrise. Mais toi, non, toi tu as atteint une maîtrise des sorts les plus difficiles, en seulement cinq ans … Je ne sais pas ce que ton Sage t'a fait exactement, mais pour acquérir une telle puissance, ton cœur magique a dû être étiré au-delà de ses limites ! Et l'hybridation ? »

« Hillu– »

« Non, parlons-en, Chris ! Kagura, Patrïk, moi … On est de parents garous, on a appris à changer depuis qu'on est bambins, on s'est entraîné à l'hybridation depuis qu'on est enfants … Il m'a fallu quinze ans pour y arriver, tu sais. Quinze ans, en ayant grandi dans une meute de loup-garous, en voyant chaque jour mes proches muter, en sentant leur énergie et leur magie, en étant guidée … Mais toi, qui ne l'avait jamais fait, qui ne l'avait même jamais vu, tu y es parvenu en cinq ans. Combien de ces transformations ont été une torture ? Pendant combien de jours d'affilée t'es-tu forcé à la maintenir, à forcer ton corps à accepter cette forme inhabituelle ? »

« Je n'ai pas envie d'en parler. »

« Pas la peine, Kagura m'a raconté. »

Chris se releva brusquement, lançant un regard assassin à la louve.

« J'en ai assez que vous discutiez de ma vie, Kagura et toi ! Elle a accepté de m'entraîner, j'ai fais tout ce qu'elle me demandait en échange, alors elle n'a plus son mot à dire ! Et toi non plus ! Tu penses que je ne suis pas conscient des risques que je prends ?! Tu penses qu'Arda ne m'a pas déjà mis en garde ?! Je sais pertinemment tout ça, et j'ai quand même décidé de m'y engager ! »

Il se redressa plus fermement, la colère l'emportant sur le silence.

« Cinq ans que je me démène à traquer la moindre trace de créature abyssale ! Cinq ans que je suis le soldat de la Lune, que je veille à la protection des démunis ! Et en attendant, rien n'a changé ! Les puits sont de plus en plus actifs, des elfes noirs font des incursions à Karnevriath, mon meilleur ami s'est marié à l'avatar de l'Abysse, et ces incapables de politiques se décident à inviter l'Abysse à leur banquet mondain ! Cinq ans, et rien n'a changé, ça a même empiré ! »

Une main fine se posa sur sa cheville nue, en même temps de deux bras musclés entouraient ses épaules.

« Doucement, alpha. Inspire calmement, » fit une voix à son oreille, le ramenant au présent.

Plusieurs personnes le regardaient d'un air interrogateur. À ses pieds, Aryn maintenait sa cheville d'une pression rassurante, et derrière lui, Geralt soutenait son dos et ses épaules pour l'ancrer à la réalité. Il avait dû tous les réveiller avec ses exclamations …
Il inspira profondément, se calmant, puis acquiesça aux deux loups qui finirent par le lâcher.

Face à lui, Hillulica le fixait, les yeux écarquillés.

« Désolé. Je n'aurais pas du te parler de ça. »

Il se leva et sortit de la tanière, inspirant l'air frais de la forêt. Il y faisait noir, seules les étoiles présentant une faible source de lumière.

// Reprend-toi, alpha, tu n'as pas le droit de baisser les bras maintenant, // fit la voix de Sirhc dans sa tête.

Il n'aurait jamais du aborder le sujet. Il n'aurait jamais dû en dire autant à la louve. Il s'agissait d'affaires privées, d'information restreinte, qu'il avait acquise sans aucune forme de légitimité par Arda. Lui-même n'était pas censé savoir tout ça, et voilà qu'il le balançait à n'importe qui …

Il sentit la présence d'Hillulica derrière lui.

« Par banquet, tu voulais parler de la petite sauterie à Edälia, le mois prochain ? »

Sa voix était douce, presque hésitante.

Chris acquiesça faiblement.

« Eh beh … Ta petite vampire doit être ravie … Tout le monde sait à quel point elle apprécie l'avatar abyssal … »

« Ayla souhaite que je l'y accompagne. »

« Oh … »

Elle soupira et s'approcha de lui. Chris se retourna vers elle, les nerfs encore à fleur de peau.
Hillulica avait emportée avec elle une des couvertures de la tanière, qu'elle serrait autour de ses épaules et de son ventre.

« Tu gardes trop de choses pour toi, Chris, et ça finit par exploser. Je suis désolée. Je n'aurai pas dû te pousser ainsi. Je ne pensais pas que c'était si sensible … Ces saletés d'hormones me donnent des sautes d'humeur, j'étais juste énervée de te savoir seul … »

Le loup souffla légèrement.

« Ça ne te ressemble tellement pas. »

Le ton était plus amusé ; la tension était retombée.

« Haha, c'est vrai. Je blâme tes enfants. »

Un nouveau silence s'installa entre eux, avant que Chris n'ose le rompre.

« C'est prévu pour quand ? »

« Tu aurais pu faire le calcul toi-même, » répondit la louve avec un clin d’œil. Elle posa une main sur son ventre. « Pour dans deux mois. Grëtchel, ma soigneuse, n'a pas su dire s'il s'agissait de filles ou de garçons – ou des deux. Mais elle est certaine qu'ils sont deux … Allez, ne les regarde pas comme ça, ils ne sont pas dangereux. Pas encore, du moins, » finit-elle avec un sourire amusé.

Christyän leva les yeux vers le ciel étoilé.

« Tu lui as dis ? Pour les jumeaux ? »

Il secoua la tête.

« Non. Non, pas encore. »

« Tu devrais ! Si tu la mets devant le fait accompli, ça risque de mal se passer ! »

« Je ne le réalisais pas vraiment avant de te voir ce matin, tu sais. Enfin, tu me l'avais dit il y a des mois, mais je ne me rendais pas compte. »

La louve resserra la couverture sur ses épaules.

« Je te l'ai dis, Chris. Je ne te demanderai rien de plus que ce que tu te sens prêt à donner. Nous ne sommes pas un couple, toi et moi ; il n'y a pas d'amour, pas d'attachement familial. Si tu refuses de les connaître, je respecterai ta décision. Ça sera difficile pour eux, et ça ne m’empêchera pas de les élever en leur parlant de toi, mais je n'insisterai pas … Si tu veux les voir grandir et faire partie de leur vie, mais que tu ne veux pas faire partie de ma meute, je comprendrai aussi. Ça sera difficile pour ma meute, avec les signes contradictoires, les autorisations informelles d'aller et venue sur mon territoire, tout ça, mais on se débrouillera … Mais si tu as besoin d'une meute, si tu penses que tu as besoin de cette famille et que tu veux m'aider à la protéger et à la défendre, je serai honorée de t'avoir comme alpha consort. »

Il acquiesça lentement.

« Je te remercie, alpha Drucean, pour cette proposition. Je ne peux pas te répondre maintenant, il faut que j'y réfléchisse. »

Hillulica lui sourit : « Bien sûr. Ma proposition est valide en tous temps. Mais un conseil : parles-en à la petite vampire avant, je n'ai pas envie qu'elle décime ma meute sur un coup de folie. »

Christyän inspira profondément, puis lâcha : « Tu avais tord, tu sais. Quand tu disais que j'étais prêt à me « condamner à la solitude pour mener à bien ma mission. » Je ne suis pas seul. J'ai Ayla, j'ai Francis, j'ai Remus et Crystal … J'ai Arda, Kagura, Layann, Athon, et même Lucien, à sa manière … C'est vrai que j'ai perdu beaucoup. Pendant longtemps, je me suis isolé, mais pas par devoir ou pas un sens de la justice mal placé ; par peur. J'avais peur de m'attacher de nouveau, peur de tout perdre de nouveau et de ne pas pouvoir m'en relever. Mais au fil des ans, je me suis rendu compte que seul, c'est bien pire. Ne pas avoir de faiblesse, c'est aussi ne pas avoir de force. Raän était mon point faible, mais j'ai surmonté tellement de choses grâce à lui ! Il y a cinq ans, j'ai pu sortir de la spirale destructrice dans laquelle je m'étais enfermé grâce à eux, mes amis, ma meute – même si elle est dysfonctionnelle. »

Il posa les yeux sur sa bague Gardienne. Avec les années, il invoquait son Gardien, Saùl, de moins en moins.
L'Académie avait fini par cesser d'en distribuer à tous les élèves, et les bagues dans ce genre-là étaient devenues des artefacts rares. Seuls quelques individus en avaient encore, à Edälia – des descendants des tous premiers élèves de la toute première Académie, celle du siècle passé, qui avaient conservé l'héritage magique de leurs ancêtres.
Mais lui, Chris, appartenait au temps de ces « ancêtres ».

« C'est pour eux, pour mes amis, que je me bats. Alors c'est vrai, je ne comprends pas certains de leurs choix. Comment Francis a pu se lier ainsi à l'Abysse en sachant ce qu'elle est, ce que son essence m'a fait, et ce qu'elle a fait à des centaines de personnes ; comment Ayla accepte chaque jour de souffrir pour- … Tous ces choix, je ne les comprends pas, et ils vont même parfois au-delà de mes propres valeurs. Mais c'est pour eux que j'ai passé ces cinq dernières années à parcourir tout Rëvalïa pour combattre l'Abysse. C'est pour eux que j'ai très certainement sacrifié quelques années d'espérance de vie … »

Il marqua une pause, et son ton sérieux s'accentua.

« Quelque chose se prépare, Hillulica, quelque chose de terrible. Je ne sais pas ce que c'est, je ne sais pas quand ça va arriver, mais je sais que ça va arriver, et je vis avec ce sentiment tous les jours depuis cinq ans. C'est peut-être de la paranoïa, c'est peut-être le contrecoup de ces cent ans que j'ai passé enfermé dans l'Abysse, mais si j'ai raison … Si j'ai raison, il faut que je sois prêt. »

~~~~
« Je te retrouverai. Je te le promets, Raän. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniques-revalia.forumactif.com/t2103-fiche-de-personna
 

L'origine de la symétrie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Chroniques de Rëvalïa - Forum RPG dark-fantasy ::  :: Ràva, contrée des garous :: Forêt de Karnis-