AccueilGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 N'as-tu jamais dansé avec le Diable au clair de lune ? [pv Akira]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Date d'inscription : 06/03/2017
Nombre de messages : 1
Age : 27

MessageSujet: N'as-tu jamais dansé avec le Diable au clair de lune ? [pv Akira]   Mer 14 Mar - 15:27



Edälis, quelle ville pleine de possibilités, bien mieux que Célène quand j'y pense. En arrivant ici, j'avais carrément décuplé mon nombre de contrats, ma petite équipe étant surchargée de travail. Tout le monde voulait la mort de son prochain, à Célène, tout était une question d'alliés. Même le pauvre crétin qui connaissait un membre pas trop pouilleux d'une caste, n'avait jamais de contrat sur sa tête. Enfin, soyons sérieux, c'était clairement pas ce qui allait m'arrêter, mais je ne tuais pas gratuitement. Bon, il est vrai, parfois je bousillais des gardes par plaisir, sans pouvoir, juste pour tester leurs capacités. A la différence des alteros, là, le niveau était clairement lamentable. Alors oui ! Ils avaient un entraînement militaire, mais c'était tellement basique. Ils étaient efficaces contre des paysans, des autres militaires humains ou éventuellement des révolutionnaires. En fait je pense que même les rigolos de la Meute pourraient prendre un garde, non, en fait dix. La garde royale avait un peu plus de challenge, même si cela reste globalement faible. Enfin, au moins ils étaient meilleurs qu'à Célène.

A vrai dire, ce n'était pas vraiment les gardes mon problème, ils étaient amusants. J'avais cessé de les tuer, juste pour les voir courir à essayer de m'arrêter. On faisait souvent la course sur les toits, sans utiliser mes pouvoirs, ils semblaient vraiment incapable de tenir la cadence. Quelque fois, il y avait un capitaine qui pétait un câble et tentait de faire la course, mais jamais de manière efficace. Je leur balance régulièrement un "+1 pour l'effort" avant de rentrer tranquillement. Ah, c'est bien la première fois que laisser en vie m'amuse, comme quoi, tout arrive.

Non, en fait, le problème vient plus directement des autres criminels de la ville, surtout de la triade. Mais elle me fait chier celle là, leurs agents sont lamentables, leurs assassins sont des amateurs et ils veulent encore que je leur file des parts ? Sérieusement ? Naturellement, ce qui devait arriver arriva, ces blaireaux ont utilisé un soi disant client pour piéger un de mes agents. Chaque assassin travaillant pour moi avait été recruté par mes soins, il faisait partie de la famille. Il avait du potentiel, il était jeune, plein d'avenir, ravi de faire partie des ombres...Et ces enfoirés l'avait massacré sur place, tellement facile quand on a des armes à feu et qu'on est une dizaine. Ce client, bossait pour le marché noir, cachant son établissement dans une auberge et j'allais lui rendre une petite visite. Ils voulaient faire passer un message ? Ils n'avaient encore rien vu...

Sortant mon pistolet, cette petite merveille de technologie, je ne pris pas la peine d'ouvrir la porte, l'explosant au premier tir. Quatre gardes visibles, il ne me fallut que quatre tirs et donc deux secondes. Jouant avec mon arme, je m'adressa à la salle, tirant encore une fois, au plafond cette fois.

- Salut les bouseux ! Tous ceux qui veulent rester en vie et qui n'ont rien à voir avec ce connard, je vous invite "cordialement" à quitter la pièce. Rapidement, car les escargots ça va m'énerver, je le sens...

Beaucoup partirent en toute hâte, de même que ceux que je savais de mèche avec le "tavernier", y compris ses clients officieux. Les laissant venir vers moi, je déplia ma lame en un instant et planta la premier qui passait.

- Non pas toi.


Ce fut naturellement un mouvement de panique, les clients et acolytes tentant de s'échapper. Comme c'est mignon. Je sortis une grenade collante de ma poche et l'envoya dans la nuque d'un des fuyards. L'explosion emporta tout le groupe de déserteurs, dans un joli résidu d'hémoglobines. Ah la technologie, ils avaient tellement de mal avec ce concept. Sifflotant, je commençai mon petit bout de chemin vers l'aubergiste, seuls six personnes me séparant de lui. Quelques gardes déguisé et une personne assise au comptoir, m'observant sans rien dire. Craquant ma nuque, j'attendis de pied ferme mon premier adversaire, enfin, façon de parler. Coup latéral, puissant, mais trop lent. Un simple décalage et j'étais derrière lui, pointant mon pistolet dans sa nuque, appuyant sur la détente, créant une certaine salade de cervelle. Basique.

- Bon les mecs, vous allez m'attaquer enfin en même temps ? Vous tuerez jamais un assassin en allant les uns après les autres.

Ayant visiblement compris, les trois suivants foncèrent, bien que toujours aussi prévisible. Parant avec facilité le premier coup, je le repoussai avec force, le faisant tomber sur le sol. Le second fut plus rapide, mais il suffit d'un simple mouvement vers le bas pour l'esquiver, ainsi qu'une petite rotation sur moi même en le faisant tomber d'un simple coup dans le dos. En combat, faut savoir être souple, pas qu'en combat d'ailleurs quand j'y pense. Le troisième n'eut pas le temps de réagir, un balayage du pied et il tombait au sol, aussi appelé balayette par certains. Ne le laissant pas finir sa chute, j'enfonçais ma lame dans sa bouche, la ressortant immédiatement pour aller m'occuper des autres. Le premier s'étant enfin relevé, je parais avant de lui envoyer un coup dans son "point faible masculin", plantant la lame sous son menton. Je pris appuis sur son corps tombant, pour sauter sur le dernier du trio magiquement inutile, afin d'enfoncer ma lame dans son artère axillaire et de la retirer aussitôt. Me retournant, je regardais les deux autres, visiblement effrayés, tournant ma lame dans ma main.

- C'est tout ?

Sans plus attendre, je plaçais ma main gauche en avant, ma marque s'illuminant et me déplaçais vers le premier, le décapitant immédiatement. Ah, si seulement cela ne me coûtait pas autant,  Faisant une rotation, je planta ma lame dans le coeur de l'autre dans le même mouvement, sous les cris et le regard du "pauvre aubergiste".

- Comme dirait celui que tu as tué...N'as-tu jamais dansé avec le Diable au clair de lune ?

Courant vers le comptoir, m'élançant par dessus les deux pieds en avant, je percutais ma cible qui fut déstabilisée. J'attrapai sa jambe, la coupant, avant de m'occuper de son bras, le deuxième, puis finalement sa tête.

- Voilà comment on fait passer un message.

Le poussant du pied, j'éloignais le cadavre, prenant la bouteille de ce qu'il avait de plus fort, me servant un verre.

- A la tienne "Jacky". Puisse tu éviter le Néant et trouver les portes d’Avalon.

Quoi ? C’est pas car je suis une tueuse que je peux pas avoir un côté un peu spirituel. Et puis, je suis bien placée pour savoir que tout ça, ce n’est clairement pas des conneries. Soupirant, je baissai mon “masque”, buvant le verre, savourant un peu, c’était pas du tout ce qui était marqué sur la bouteille. L’alcool était fort, mais d’une qualité largement supérieure. Ouvrant une autre bouteille, je sentis l’odeur en ricanant. Pas mal, cet enfoiré avait vidé des bouteilles de luxe, pour les mettre dans du bas de gamme, bienvenue au marché noir.

M’asseyant sur le comptoir, mon attention fut attirée par ce jeune homme qui ne cessait de me regarder. Et quel regard bon sang, ses yeux étaient tout simplement magnifiques, le genre de canon qui n’était pas conscient de l’être et qui faisait sans doute craquer pas mal de personnes. Outre ce visage angélique, ce qui m’intrigua fut cette flamme dans ses yeux. Une sorte de défi que je ne pouvais refuser, mais c’est surtout cette absence de jugement, de réaction négative qui était intéressant. Souriant, je me mis à le fixer, nos yeux étant relativement similaires dans leur couleur. Montrant une bouteille ou les armes placées dans les faux murs, que je fis pivoter d’un coup de bras du néant.

- Je t’offre un verre ? Ou une arme vu l’endroit, sers toi, on t’en voudra pas.

~~~~
Humans, gods, destiny...
I don't care.
I kill everyone !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 15/11/2016
Nombre de messages : 7
Age : 21

Feuille de personnage
Race: Humain
Dons Élémentaires: Aucun
Perfectionnement: Aucune

MessageSujet: Re: N'as-tu jamais dansé avec le Diable au clair de lune ? [pv Akira]   Jeu 15 Mar - 9:51


Cela faisait une semaine qu'il l'observait cette maison … une petite bicoque du quartier pauvre d'Edalia. A l'intérieur une jeune femme fraîchement mariée qu'il avait connu il y a plusieurs années, le genre de jeune fille qui cherchait à rester dehors le plus longtemps possible, repoussant toujours l'heure du retour malgré les dangers que la ville renfermait la nuit tombée … à croire que ses géniteurs étaient pires que des monstres. C'est sans doute pour cela qu'elle avait cherché à trouver un « bon partit » … afin de quitter cet enfer et de se sentir enfin libre … quelle monstrueuse erreur ce fut. Utilisant ses heures de temps libre le jeune métamorphe passait le plus clair de son temps à observer la ville et à régler certains problèmes qu'on lui murmurait à l'oreille au détour d'une ruelle sombre. C'est ainsi qu'il était retombé sur cette dernière … sans pour autant lui parler il l'avait suivit et avait été témoins de bien des choses … plus horribles les unes que les autres … Le responsable ? Son mari, un ignoble ivrogne passant le plus clair de son temps à l'insulter et à la battre sans aucune retenus … sans oublier de lui demander d'aller faire des courses le lendemain matin et de porter le plus de vêtements afin que nul ne puisse penser possible de tels agissements venant de lui … C'est depuis ce jour que l'enquête d'Akira commença.

Il l'avait suivit, écouté … avait une fois de plus désobéis aux lois de l'Académie … comme quasiment tout les soirs, concernant l'heure du couché et avait découvert l'envers de ses agissements. En plus d'être un mari épouvantable et un homme battant sa femme … celui-ci la faisait vivre dans la misère, elle et ses jeunes enfants … préférant garder cet or … ou l'utiliser à différents vices plus consommables … Il était hors de question que celui-ci continue de vivre aussi simplement … ignorant ses devoirs et le mal qu'il causait … c'était décidé, il se chargerait de s'en débarrasser dès ce soir.

Arrivant devant l'entrée de sa boutique, le jeune homme ne se fit pas plus remarquer qu'un autre, il faisait nuit … il était encapuchonné, dans l'univers du marché noir c'était plus répondu que les mendiants dans les rues marchandes. Passant les gardes, il n'eu pas la moindre volonté de les saluer … seule une personne l'intéressait à vrai dire … il s'avança et finit par faire face au chef des lieux …  Enfin … Pourtant il n'était pas seul, ce n'était pas ce qui dérangeait le jeune homme, pourtant il devait saisir le meilleur moment afin d'agir vite et bien … Venant s'asseoir au comptoir il se pencha vers ce dernier pour lui parler … avant d'être interrompu par le bruit sourd d'une détonation … même les gardes se mirent au sol en cet instant … seul lui se tourna vers la porte, bien qu'à plusieurs mettre il y voyait tout ce qu'il se passait aussi nettement que s'il était dans l'autre pièce … Qu'est-ce qu'il se passe ici … ? Quatre gardes tombèrent … et une voix s'élança …

-Salut les bouseux ! Tous ceux qui veulent rester en vie et qui n'ont rien à voir avec ce connard, je vous invite "cordialement" à quitter la pièce. Rapidement, car les escargots ça va m'énerver, je le sens...

Il avait beau avoir une bonne mémoire … celle-ci ne lui disait rien … et puis cette manière d'agir ... à Edalia rare étaient les personnes utilisant les nouvelles technologies … ce qui expliquait sans doute pourquoi il n'arrivait pas à la reconnaître sur le coup … ce n'était clairement pas une résidente de la ville. Plusieurs bruits sourds continuèrent de se faire entendre, même les gardes semblaient terrorisés face à cet ennemis inconnus … il avait clairement l'impression d'être le seul intrigué et non apeuré par la scène … Après tout il avait un rapport très particulier avec la mort … et l'échec, s'il devait mourir c'est qu'il devait en être ainsi, aucune raison de ne pas lui faire face, ni d'en avoir peur. La boucherie continua … et l’intrigante inconnue arriva dans la pièce …  il l'observa alors en fronçant les sourcils … Si … je la reconnais … Cet assassin était présente lors de la cérémonie des Retrouvailles … et avait été rendu coupable d'énormément de problèmes suivant cet événement … Son regard ne la quitta plus des yeux le moindre instant … La regardant agir avec un mélange de mépris et d'admiration assez déconcertant … si ses premiers ressentis étaient de lui en vouloir pour ses agissements lors de la cérémonie … Il faut dire qu'elle l'impressionnait au plus haut point … Sa technique de combat et la facilité avec laquelle elle tuait toutes personnes présentes dans la pièce …  Attends quoi ? … Il la vit alors se jeter sur l'homme pour lequel il s'était rendu sur place … Le mutilant à de nombreuses reprises avant de laisser son sang recouvrir le sol de sa boutique … Putain …

Il la vit se rendre près du comptoir et se servir parmi les nombreuses bouteilles, seuls les cadavres les entouraient, tout n'était que rouge de sang … pourtant celui-ci n'arrêtait pas de la regarder … Il ne savait pas quoi penser d'elle … elle l'énervait autant qu'elle le fascinait … Il avait autant envie de la tuer que de discuter de technique de combat … Pourtant s'il y avait une choses totalement absente de son regard c'était le traumatisme causé par les morts plus violentes les unes que les autres de chaque homme présents dans la pièce … Ses actes ne l'intéressait pas … son regard était seulement concentré sur sa personne … non sur ses agissements. Son regard croisa alors le sien, elle sembla l'observer à son tour, elle était spéciale bien plus dure à cerner que d'autre … quoi de plus normal pour un assassin après tout … pourtant il cru y voir quelques choses de positif et d'intriguée … bien que le garou soit absolument incapable d'y voir le moindre intérêt quel qu'il soit. Ses mots finirent par le tirer de son état d'observation, plongeant alors son regard dans le sien.

-Je t’offre un verre ? Ou une arme vu l’endroit, sers toi, on t’en voudra pas.

Observant le faux mur tomber et dévoiler son étrange contenus, le jeune homme commença par se lever quittant la jeune femme du regard, prouvant par ce simple geste qu'il n'était absolument pas effrayé ou inquiet par sa présence et ce malgré le massacre qu'elle venait de faire. Il s'avança alors vers le cadavres de l'homme qu'il était venu tuer, l'observant un instant avec un dégoût et une colère plus que palpable … se mettant accroupit il vint récupérer son alliance couverte de sang avant de se redresser et d'attraper un sac en toile.  Récupérant le maximum de pièce d'or présentes à la fois en évidence et de manière plus cachée, que le jeune homme n'eu aucun mal à découvrir, prouvant ainsi ses talents de voleurs. Une fois qu'il eu récupérer ce qu'il lui fallait il glissa l’alliance autour de la partie refermable du sac, qu'il finit de fermer avec un ruban, afin que rien ne puisse en sortir. Tournant le regard vers le cadavre, il attrapa l'une de ses mains, détachée de son tronc par la jeune femme, sans la moindre hésitation et vint faire une marque de mains ensanglanté sur ce sac avant de la jeter à ses pieds. Il vint alors glisser le tout dans son sac et de poser son sac à ses pieds. Venant alors à nouveau croiser le regard de la jeune femme, lui parlant de sa voix étrangement calme et imperturbable.


-Pourquoi pas ? Après tout la garde ne se rendra compte du massacre que demain matin …

Il fit descendre sous couvre-chef dévoilant alors bien mieux son visage et ses particularités ainsi que ses yeux. Il était assez étrange de passer bien plus inaperçu avec une capuche que simplement en tentant de se mêler à la foule mais bon … sa peau, la couleur de ses cheveux et la forme de ses yeux n'avaient pas grand chose de commun ici, bien qu'il n'est absolument aucun accent étranger. Sans parler de la couleur de ses yeux ... Il était simplement unique et hors des normes, qu'il se faisait un plaisir de ne jamais suivre, volontairement comme involontairement.

~~~~

La victoire est bien plus belle vue du ciel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniques-revalia.forumactif.com/t2025-presentation-de-a
 

N'as-tu jamais dansé avec le Diable au clair de lune ? [pv Akira]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Chroniques de Rëvalïa - Forum RPG dark-fantasy ::  :: Edälia, leader économique humain :: La Grande Plaine :: Edälis-