AccueilGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Sagesse et altruisme. Theyne Myalens, guérisseur et professeur.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Date d'inscription : 12/02/2009
Nombre de messages : 109
Age : 20

Feuille de personnage
Race: Dhampire
Dons Élémentaires:
Perfectionnement:

MessageSujet: Sagesse et altruisme. Theyne Myalens, guérisseur et professeur.   Sam 13 Avr - 20:42



Myalens Theyne

 

Informations

Nom Complet :: Theyne Myalens  
Âge :: 24 ans.
Lieux de vie :: Académie, et le vaste monde.
Race ::  Humain.
Grade/Métier :: Membre de la guilde des guérisseurs / Professeur de l’Esprit.
Capacité :: Maîtrise de l’esprit.

Derrière l'écran

Quel âge as-tu ? :: 15 ans.
Comment as-tu découvert le forum ::  Alavahé quatre ans auparavant.
Comment le trouve-tu ::  Si mauvais que j’ai décidé d’y revenir.
Double compte ::  Pas encore.
As-tu lu le règlement,
si oui la preuve ::
 Validé par le super Milo.
Autre ::  Saepty Lyesen est revenu.

Physique
Physique - 150 mots mini
Un jeune homme assez élégant dans ses manières, et dont les mouvements sont empreints d’une grâce et d’une maîtrise de soi même. De profonds yeux améthyste, remplis d’une gentillesse et d’une sagesse ancienne, qui contraste avec la finesse de ses traits, qui sont exempts de toute trace du temps.
Des cheveux châtains, longs mais ordonnés, retenus par un fil, tombent dans son dos, n’ayant subi depuis longtemps l’outrage des ciseaux, mais qui ne portent nulle trace de saleté, auxquels s’accordent des sourcils écartés par le pourpre des yeux.  La chevelure tombe élégamment dans un dos droit, signe d’assurance.
Un joli nez, qui passe inaperçu au milieu d’un visage glabre. Des oreilles cachées par les cheveux du mage, mais qui n’ont rien de la finesse et de la majesté de celles des elfes, sans être inélégantes. Un menton peu remarquable, ni trop long ni trop court. Non trop pointu, non double.
Une souplesse remarquable, qui contraste avec l’impression d’érudit n’ayant jamais vécu en plein air. Des pieds montrant l’usure de la route, causée par un nombre infini de voyages et la rencontre d’indénombrables personnes. Des ongles propres, bien coupés, et des mains fines et salvatrices, garantes tout autant que l’esprit du guérisseur de la santé de ses malades.
Des habits neufs, renforcés par la magie. Ils ne sont pas ceux de courtisans, ni ceux de paysans. Seulement ceux d’un guérisseur de l’ordre, d’un voyageur qui a pour seule noblesse celle de son âme et pour seule richesse son savoir.
Une permanente odeur de fleur et de plantes diverses, qui forme une senteur agréable et le rend aisément reconnaissable.
Une peau pâle, plus que celle de nombre d’hommes, qui font ressortir les yeux précédemment évoqués. Un homme fluet, sans graisse, et plus petit que la moyenne, mais qui ne donne par son attitude aucun signe de faiblesse, résistant aux maladies par un contact prolongé avec elle et non par sa naissance. Des dents étincelantes, parfaitement normales, régulièrement nettoyées avec des plantes, afin d’éviter leur dégradation, qui n’est que trop connue par les guérisseurs.
Tel est le portrait de Theyne.

Caractère
Caractère - 150 mots mini
Theyne apparait doux et serein, au premier abord, malgré un air réservé qui invite peu à la discussion. Il est altruiste, et ne refusera son aide à personne, pour peu que le motif soit valable, et le résultat positif. Il se montrera cependant plus froid envers ceux qui le dérangent sans raison ; son esprit est porté à l’introspection bien plus qu’aux soirées mondaines, et la quiétude est une de ses compagnes favorites.
Ce mentaliste a développé une curieuse habitude, celle d’examiner chaque chose en fragmentant sa pensée, en se plaçant dans chaque partie lors d’un litige. Habitude prise afin de structurer son esprit et d’être plus clairvoyant, plus juste, et exercice intéressant qui lui permet de découvrir bien des choses inattendues. Il essaie ainsi de se montrer impartial et soucieux de chaque détail, afin de ne mécontenter personne et d’avoir toujours des choix avisés. Il garde de ce fait une longueur d’avance sur nombre de gens qui ne conservent qu’un avis : le leur.
En tant que mage de l’Esprit et guérisseur, il est cependant foncièrement pacifique, et n’usera jamais à mal de cet avantage. Il n’use pas de ses pouvoirs à tort et à travers, en maintenant tout de même un certain entraînement, et sa connaissance des plantes n’est pas liée au besoin d’empoisonner son prochain, mais à sa guérison. Respectueux des règles, il ne transgresse pas les principes moraux de son ordre, et trouve en eux une règle de vie qu’il tient à appliquer. Seuls les risques que comportent un enseignement dans une école de magie pour les élèves, ainsi que le devoir d’enseigner, le maintiennent actuellement à Edälia, et il est certain qu’une fois sa mission terminée, il retournera sur les routes pour soigner.
Comme ses vocations le soulignent, il est respectueux de la vie. Végétarien, il sait comment se nourrir efficacement. Il ne mettra personne en péril pour son seul profit, et acceptera les sentences qui pourront tomber sur lui. Rien ne vaut la peine de périr, car la vie est douce, mais tout doit pousser à sauvegarder son prochain. La menace d’une épidémie ne l’empêchera pas de rester auprès de malades.
Par bien des côtés, sa sagesse, ses connaissances et son altruisme, Theyne parait hors du temps, telle une âme expérimentée qui se serait réincarnée dans le corps d’un jeune homme. Il est assez perturbant de ce fait, mais corrige cela par un comportement exemplaire.

Histoire
Histoire - 500 mots mini
Theyne est né une nuit d’automne dans un village en proie aux brigands, situé en lisière d’une belle forêt. Il se montra vite calme, et vivait d’une certaine manière isolé, muet, livré à son imagination et non au monde réel. Cependant, il était conscient du monde qui l’entourait, et ne laissait pas les chimères de son esprit le détourner de la souffrance des siens, plaie profonde qui le poussa surement à être si sage en dépit de son âge.
En son état, cependant, il était inutile à chacun, faible garçonnet sans don apparent. Il devait apprendre, afin de soulager les autres de leur fardeau. Partir en quête d’un maître qui pourrait lui enseigner comment parvenir à sa vocation.
Ce professeur arriva tôt dans sa vie ; une maladie était répandue dans son hameau natal, et menaçait de nombreuses personnes, qui furent sauvées in extremis par un médecin de l’ordre des guérisseurs. Le jeune garçon se montra intéressé par cet étranger, si gentil et si savant. Il décida de le suivre, partant de chez lui, un soir. Tous les efforts qu’il fit pour le ramener au village se soldèrent par des échecs, jusqu’à ce que le voyageur accepte sa présence. A son contact, il finit par retrouver la parole, et apprit prestement, dévorant le savoir de son professeur. Il était doué, et à son contact tous guérissaient rapidement. Parallèlement, il découvrit son formidable don.
La maîtrise de la magie de l’esprit. Un pouvoir découvert au cours des pérégrinations qu’il effectuait dans sa conscience. Un pouvoir fabuleux, qu’il pouvait utiliser afin de guérir, de protéger. Un don qui lui permettait de sentir précisément la douleur des malades, et de cerner leur mal avec préciser, qu’il mettait en œuvre en ressoudant les os. La capacité d’améliorer l’efficacité des remèdes, et d’en neutraliser les effets incommodants, et de faire oublier aux mourants la douleur par une illusion de béatitude bienvenue.  Un miracle, qu’il étudia. Il s’entraîna et explora les facettes et les limites de son pouvoir, sans jamais heurter.
Dans le même temps, il grandissait. Parti avant qu’il n’ait fêté son septième anniversaire, il connût les remèdes vers son quinzième. Alors, sa vie fut voyage. Intronisé dans l’ordre des guérisseurs vers cet âge-là, il en devint l’un des membres les plus actifs, voyageant pour aider et guérir, repoussant sans heurt les bandits, protégé par des boucliers magiques, sans blesser ses attaquants. La vengeance n’avait pas de place dans son cœur ; il était là pour soigner, et laissait la justice à d’autres personnes. Et ce quand bien même les bandits lui avaient fait peur, bébé. Il se plaçait dans la tête de tout un chacun, et savait que tous étaient pardonnables. Les bandits avaient faim, et n’étaient souvent que des gens qui avaient pris ce parti pour échapper à une justice trop sévère, ou parce qu’ils devaient choisir entre cela et mourir de faim. Il condamnait leurs actions, mais les plaignait plus qu’il ne les haïssait.
Les voyages lui firent du bien, et sa vie le satisfaisait. Ceux qu’il sauvait lui témoignaient une reconnaissance qui valait tous les efforts déployés. Un jour, cependant, il décida de changer de train de vie. Il était de son devoir d’enseigner, et de permettre à de jeunes personnes de maîtriser leurs pouvoirs, et une académie créée en ce sens venait d’ouvrir. Un lieu où les accidents pourraient être légions. Il devait la rejoindre, et enseigner en reconnaissance de son professeur.


© FICHE CRÉÉE PAR REIRA DE LIBRE GRAPH'


Spoiler:
 



Dernière édition par Theyne Myalens le Ven 20 Sep - 16:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniques-revalia.forumactif.com/t1314-sagesse-et-altrui
Date d'inscription : 28/04/2010
Nombre de messages : 295
Age : 26

Feuille de personnage
Race: Célestin
Dons Élémentaires: Ombre
Perfectionnement: Voie du Sage ~ Ombre

MessageSujet: Re: Sagesse et altruisme. Theyne Myalens, guérisseur et professeur.   Jeu 18 Avr - 11:37

Sympathique, validé Wink

~~~~


I still want to stay here...
I dont want to die...


Thème Musical
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniques-revalia.forumactif.com/t1322-votre-chapelier-e
 

Sagesse et altruisme. Theyne Myalens, guérisseur et professeur.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Chroniques de Rëvalïa ::  :: Présentation de votre personnage :: Fiches Validées :: Fiches Académie :: Fiches Professeurs-