AccueilGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Cyrilia d'Ombrefroide

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Date d'inscription : 13/11/2016
Nombre de messages : 6
Age : 26

MessageSujet: Cyrilia d'Ombrefroide   Ven 6 Jan - 21:16

Identité
Nom - D'Ombrefroide

Prénom - Cyrilia

Alias - Cyri

Age - 16 ans

Royaume - Edälia

Elément - Aucun

Race - Wendigo

Profession - Aucune

Allégeance politique - Aucune

Divinité - Aucune
Caractéristiques
Histoire - Cyrilia naquit malheureusement à Karnevriath. C'est sur cette première fausse note que débutera la tragique première partie de son existence. Le royaume glacé avait la fâcheuse habitude d'effectuer une sélection naturelle, les membres les plus faibles n'avaient guère leur place en ce lieu brutal, leurs lois allant également dans ce sens. Cela forgeait le caractère disaient les sages avec une pointe d'humour noir, mais pour notre jeune amie, cela allait surtout créer la peur de mourir de la main des personnes qu'elle aimait le plus au monde : ses parents.

La demoiselle était malheureusement née avec un étrange tatouage, une marque de naissance, sur le bas ventre. Si cela peut être très séduisant pour une jeune femme, pour cette enfant, ce crâne aux bois de cerf n'était rien de plus qu'une condamnation à mort. Depuis la guerre des éléments, tous les cinquante ans, trente enfants naissaient avec ce même tatouage, disposé à un endroit aléatoire de leur anatomie. Ils étaient destinés à devenir des Wendigos, quittant leur humanité en absorbant l'âme des mortels qui succombaient à proximité d'eux. Peu à peu, un besoin de chair humaine se faisait ensuite ressentir, seul moyen de calmer leur instinct animal et leurs terribles dons. Beaucoup craignaient qu'ils ne deviennent des tueurs en séries ou des nécromanciens comme les tristement célèbres Seigneurs du Froid, les Wendigos ayant tenté de renverser la Lune peu après la guerre des éléments. C'est pourquoi, dans la loi Karnevrienne, tout parent de Wendigo devait éliminer publiquement sa progéniture, afin de ne pas courir le moindre risque. Si cela n'était pas fait, la garde s'en chargerait, craignant la faiblesse des géniteurs d'une telle "monstruosité" en devenir. Cyrilia faisait partie de ces fameux enfants maudits.

Son père étant un membre haut placé de la garde royale, il sut très rapidement ce qu'il avait à faire et dés la naissance de cette chère enfant. Bien que torturé, ce fut grâce à l'insistance de sa compagne que sa fille ne fut pas éliminée immédiatement à l'âge de nourrisson. La jeune femme souffrant d'une maladie relativement rare, la fragilisant énormément, il craignait qu'un tel acte ne l'achève. Dés le départ, il n'éprouva aucune affection pour cette enfant, ne se souciant que du bien être de son épouse. Comment s'attacher à un tel monstre après tout ? Et puis, que ferait-il le jour où elle serait découverte si il venait à l'apprécier ? Non, c'était peine perdue.

Grâce à sa position, il dissimula assez facilement la jeune Cyrilia, l'emplacement de son tatouage facilitant bien entendu les choses, il devait juste trouver un moyen de ne pas la marier. Très tôt, la demoiselle apprit ce qu'elle était, son géniteur lui révélant les dangers qu'elle encourait, lui rappelant qu'au moindre faux pas, il l'exécuterait personnellement et publiquement, comme le voulait la tradition. Elle était un monstre, mais devait se fondre dans le monde des humains, des gens normaux. Pour cela, la Wendigo avait le devoir d'être irréprochable, parfaite, d'être exactement ce que la société Karnevrienne attendait d'elle. Dans le même temps, elle devait refuser toute avance à son encontre, une relation de couple pouvait amener à un acte charnel et il était hors de question qu'on découvre son tatouage. Elle devait simplement considérer que tout homme Karnevrien n'était pas un assez bon parti.

Cyrilia grandit donc dans la peur, se plongeant déjà à l'époque dans diverses études pour justifier son "désintérêt" pour les actions sociables. Sa mère fut son seul réconfort, tentant de stimuler son envie de lire, d'apprendre, passant de longues heures à découvrir diverses histoires, à en écrire ou de débattre sur la politique des royaumes d'Edälia. Très souvent à son chevet, la jeune fille considérait sa mère comme un trésor, comme la seule personne pouvant symboliser ce fameux "amour" qu'elle voyait dans tous ses livres à l'eau de rose. Elle allait elle même chez l'alchimiste, fit étalage de son esprit, déjà relativement brillant à l'époque, pour le convaincre de lui expliquer comment la soigner. Débrouillarde, elle préféra obtenir les plantes et les préparer elle même, réduisant d'autant plus les coûts chez cet homme de science.

Grandissant, Cyrilia dissimula sa peur viscérale d'être découverte, que son père ne l'élimine et fit son possible pour être "parfaite". Très sociable, malgré une énorme timidité, elle apprit très rapidement à jouer un rôle, faisant son possible pour être appréciée des gens qu'elle côtoyait. Puis vint malheureusement le jour de ses quinze ans...

A cette époque, la préoccupation de la jeune femme était de soigner sa mère, dont l'état déclinait de plus en plus et surtout de trouver une bonne excuse pour repousser les fameuses avances, prédites par son père. Elle ne comprenait pas pourquoi elle n'avait pas pu contacter l'Ordre des Guérisseurs ou même l'Académie pour soigner sa mère bien aimée. Malheureusement, Karnevriath n'aimait pas trop la magie et même si la chasse aux sorcières était effectivement terminée depuis environ cinq ans, son père n'avait guère confiance en ces mages qui étaient responsables de tant de maux en ce monde. Difficile de lui en vouloir pour le coup, après tout, un énorme trou donnant tout droit sur l'Abysse avait avalé l'ancienne capitale. Néanmoins, cette attitude finit par créer cette situation ô combien prévisible, la maladie emporta celle que Cyrilia aimait le plus au monde.

Le chagrin submergea le garde, ne s'étant jamais vraiment occupée de sa fille, l'ayant même toujours rejetée pour ainsi dire, le voila condamné à vivre avec cette monstruosité, sans être capable de la marier pour s'en débarrasser. Malgré tout, il était bien incapable de révéler sa vraie nature et de l'éliminer, il était difficile de voir si il détestait vraiment cette enfant maudite ou si il voulait simplement se protéger du moment fatidique où ses supérieurs apprendraient la vérité. Il ne la trahit jamais, ne révélant pas son secret, justifiant cela par une obligation de "préserver l'honneur de sa famille". Ce fut malheureusement Cyri qui se trahit toute seule. Quinze ans, l'âge de la puberté, des changements physiques et bien entendu, cela fonctionnait également pour les Wendigo.

Les yeux de la demoiselles changèrent, prenant cette teinte bleutée qu'elle aborde encore aujourd'hui. Sans compter qu'elle fut confrontée pour la première fois à son manque de nourriture, ayant besoin d'un régime de chair humaine tous les mois après tout. Ses griffes ne tardèrent pas à faire son apparition, ses dents devinrent tranchantes et elle perdit la vue, ne voyant plus que les différentes énergies magiques et des formes grâce au son. Terrorisée, elle fut très vite attrapée par la garde Karnevrienne, enfermée, puis ses habits furent arrachés, afin de dévoiler sa marque. Une fois la preuve découverte, ils ne prirent même pas la peine de la rhabiller, firent venir son père et l'emmenèrent en place publique, où elle allait être exécutée. Il n'était pas nécessaire de faire une annonce, tout devait être fait rapidement. Là bas, toutes les personnes ayant connu Cyrilia, traitèrent la jeune fille en monstre, visiblement plus que ravi de voir disparaître une telle abomination, alors qu'ils étaient on ne peut plus charmé la veille. Ce fut son père qui fut mis à l'épreuve, lui qui devait donner le coup de grâce. Une journée normale à Karnevriath, il n'y avait qu'une inconnue dans cette équation si parfaite : Edwen d'Ombrefroide.

Ayant appris l'exécution de la Wendigo, la Dame Blanche se jeta corps et âme dans la mêlée, éliminant le père indigne de la jeune femme, puis les autres gardes dans une sauvagerie propre aux membres de son espèce. Elle fut secondée par le mystérieux Capitaine, ce soldat balafré aux cheveux blancs, qui vint ensuite protéger la jeune fille avec une couverture. Observant la scène, découvrant cette femme qui venait de voler à son secours, enragée, couverte de sang, les griffes dehors, les dents tranchantes, des yeux jaunes de prédateur, Cyrilia se rendit rapidement à l'évidence de la nature de sa sauveuse, elle était elle aussi une Wendigo. Sa mère venait de succomber, cette protectrice faisait quant à elle son entrée en scène. Pour la jeune fille, cela n'était pas dû au hasard. Elle se jeta dans les bras d'Edwen, lui demandant d'être sa mère, tout en lui révélant son nom. Bien entendu, la Seigneur du Froid fut on ne peut plus perturbée, mais finit tout de même par accepter, tandis que le Capitaine la fit sortir en douce de Karnevriath, pour l'emmener à Edälis.

D'abord protégée par le soldat, qu'elle surnomma tonton, en rapport avec sa capacité légendaire à ronchonner devant n'importe quelle situation, elle fut rejointe quelques jours après par Edwen. Elle avait changée, ses cheveux étant devenus aussi noirs que les plumes d'un corbeau, plumes justement présentes dans son habillement, ravissant au plus haut point la jeune Cyri, ayant une fascination pour les oiseaux. Elle apprit que sa bienfaitrice était traquée par les ennemis de la Lune et qu'elle aurait du mal à la protéger et les combattre en même temps. Elle lui proposa alors de rejoindre l'académie, où elle serait plus ou moins prisonnière de Myrddin, le célèbre directeur. Un moindre mal, mais il fallait que la situation se tasse.

Pour Cyrilia, rejoindre l'académie signifiait avoir accès à leur bibliothèque, autant dire qu'elle avait quelques étoiles dans les yeux à ce moment précis. Elle accepta volontiers, à condition de voir sa "mère" régulièrement. Edwen accepta à son tour, lui promettant même de l'aider dans sa nature qu'elle ne comprenait que trop peu.

C'est ainsi que la jeune fille rejoignit l'académie, après discussion entre Edwen et le vieux directeur, où elle obtint des quartiers sous la surveillance du mage et dévora peu à peu, tous les livres qui tombèrent sous sa main. Sa mère prit petit à petit réellement conscience de ce nouveau rôle, préparant sorties et surtout, repas de famille, où elle cuisinait un régime "adapté" à sa charmante enfant. Cyrilia n'appréciant pas du tout sa forme de Wendigo, sa dernière expérience étant tout de même relativement traumatisante.

Elle apprit quelques techniques de défense avec "tonton", voulant s'assurer qu'elle serait apte à utiliser ses facultés raciales au bon moment, ne pouvant pas la protéger en permanence. Elle fit aussi la connaissance de Raphaël, l'étrange relation d'Edwen, qu'elle voulut identifier à un père, chose qu'il ne fit jamais, créant toujours une assez grande distance entre les deux, sans toutefois être autant blessant que son géniteur. Par la suite, Annabela Kyte fit son entrée et força un peu la main à sa chère conseillère pour emmener sa fille en soirée mondaine.

Cyrilia apprit alors à jouer la carte de la noblesse, puis celle de la parfaite élève, dissimulant en vérité ce qu'elle ressentait vraiment. Introvertie, elle profita de son statut pour laisser exploser ses sentiments à travers la musique et la danse, devenant rapidement une virtuose de la harpe et du violon. Étant ses seuls moyens d'expressions, il s'agit là de la seule et unique façon, pour le moment, de voir la véritable Cyri, bien qu'elle agisse surtout en cachette. Derrière les sourires et l'émerveillement, derrière le masque de noblesse, de son statut d'Ombrefroide, vit encore cette petite fille. Cette enfant dissimulant sa peur de mourir, obsédée par l'idée de plaire à ses parents et d'étudier. Peut être qu'un jour, elle sera capable de se libérer de ce fardeau, mais malgré tous les efforts d'Edwen, ce n'est pas encore arrivé.

Cela fait maintenant un an que cela dure, bientôt aura lieu la cérémonie des retrouvailles des anciens élèves.

Autre chapitre, autre histoire...


Physique -  Cyrilia est une jeune fille d'une quinzaine d'années, en pleine puberté, donc en pleine transition entre la fillette et la future femme. Légèrement plus grande que la moyenne, elle ne dépasse guère le mètre soixante-cinq. Relativement fine, Cyri dispose d'un corps relativement athlétique, mettant ce dernier à l'épreuve lors de ses danses endiablées servant à vider ses émotions. Il s'agit plus d'un moyen pour elle d'aller toujours plus loin dans ce domaine que d'un véritable besoin de s'entretenir. Contrairement à ce qu'on pourrait attendre d'une Ombrefroide, la Wendigo n'a pas des formes très volumineuses, bien que sa silhouette soit on ne peut plus gracieuse et passant difficilement inaperçu. Le ventre musclé, le principal détail physique marquant se situera juste un peu plus bas. Sur le bas ventre justement, un tatouage en forme de crane avec des bois de cerf fera son apparition, bien que son emplacement empêche la plupart des gens de le découvrir.

L'autre détail sortant de l'ordinaire et de loin le plus marquant est tout simplement les yeux de la jeune fille. D'un bleu glace surnaturel, avec une luminosité donnant un aspect hypnotisant et définitivement non humain. Possédant une peau relativement pâle, le mélange entre cette couleur proche du blanc et celle de ses yeux donnent un aspect presque mythique au personnage. Le visage doux, nous remarquerons également ses longs cheveux blonds, toujours soigneusement coiffés, règle à laquelle Cyrilia ne déroge jamais.

Cette beauté est entachée par sa forme de Wendigo, ne survenant que lorsqu'elle ne mange pas de viande humaine pendant un certain temps. Ses doigts s'allongent, de longues griffes noires viennent faire leur apparition, donnant un véritable côté bestial et pouvant être aussi dangereuses que des lames. Ses dents deviennent également tranchantes, faisant craindre la moindre morsure, tandis que ses yeux deviennent totalement bleus, remplaçant même le blanc de ses globes oculaires. Cela est dû au fait qu'elle devient totalement aveugle, n'ayant une vision que sur le mouvement ou les flux de magie.

Naturellement, Cyrilia déteste être dans cet état et fait tout pour dissimuler cela, le temps de pouvoir se nourrir auprès de sa mère. Si il peut être facile de procurer du sang aux vampires, faire venir de la chair humaine n'est pas vraiment dans les possibilités des cuisines de l'académie.

Pour finir, parlons de l'habillement. La plupart du temps, la jeune fille s'habille de blanc, le plus souvent de robes ou diverses tenues relativement chères, que lui offre sa mère. Relativement féminine, il est très rare de la voir porter autre chose, tout en restant relativement soft, ses tenues étant tout sauf provocatrices.

Lorsqu'elle est avec les nobles, c'est une autre histoire, ayant ce côté très "Ombrefroide", elle échange ses simples robes pour d'autres noires, beaucoup plus fines, épousant parfaitement chaque partie de son corps. Elle ne montre rien, contrairement à sa mère, mais sa silhouette est suffisamment mise en valeur pour attirer le regard des hommes et faire jalouser les femmes. Elle n'apprécie pas particulièrement cela, mais c'est ce qu'on attend d'elle.

Quant au privé, elle est plus dans des tenues beaucoup plus ouvertes, laissant son corps beaucoup plus visible, étant beaucoup plus adapté pour la danse, que des robes courtes ou longues. Il lui arrive cependant d'en porter, bien qu'elles restent fines, plus dans l'optique de faire plaisir aux personnes partageant son intimité que pour elle même.


Caractère -
Malgré ce qu'elle peut montrer, Cyrilia est un être relativement torturé, sa vie à Karnevriath ayant forgé son psyché et créé un véritable traumatisme, se ressentant dans chaque moment de son existence.

Pour commencer, elle a un besoin obsessionnel d'apprendre, elle se doit de posséder le plus de connaissances possibles et de toujours obtenir le meilleur résultat. Certains ne supportent pas l'échec, elle, ne supporte pas les petites victoires. Il n'y a pas d'assez bien, tout doit être parfait, il faut une victoire totale, écrasante et absolue. Elle ne ressent pas cela avec le travail des autres, uniquement sur elle même, ce qui la force à se mettre une pression monumentale pour atteindre cette perfection imaginaire. Cela provoque chez elle de nombreuses crises lorsqu'elle n'obtient pas le résultat escompté, bien qu'elle le fasse toujours en privé.

C'est ce besoin de toujours être parfait, conséquence de sa relation avec son père, qui fera de Cyri un être très élitiste, bien qu'elle n'éprouve aucun sentiment négatif envers des personnes beaucoup plus médiocres, n'ayant absolument pas l'ego et les attentes de sa mère. Les autres ne doivent pas être parfait, mais elle si. Malheureusement, lorsque quelque chose ne va pas, même si ce n'est pas de son fait, elle culpabilise. Si une situation échoue et qu'elle est un minimum impliquée, c'est obligatoirement de sa faute, s'en voulant au plus haut point. Elle se renfermera sur elle même, puis fera tout pour corriger l'erreur, travaillant sur elle même, encore et encore, jusqu'à l'épuisement, à moins qu'on ne l’arrête et qu'on lui fasse comprendre que tout ne dépend pas que d'elle...

Cette perfection se ressent dans les rôles qu'elle prend, les masques qu'elle porte. En tant qu'étudiante de l'académie, elle se doit de toujours être au maximum lorsque ses professeurs demandent quelque chose. C'est aussi pourquoi elle est présente à un nombre effrayant de cours à l'académie, là où plusieurs élèves auraient eu une overdose de connaissances. Cyrilia étant une Wendigo, son esprit est capable de traiter beaucoup plus d'informations et bien plus rapidement. Elle se montre également toujours souriante, joyeuse et riant facilement aux blagues de ses "camarades". Aucune tristesse ne doit se voir dans son regard et rare sont ceux capable de percevoir sa souffrance.

En tant qu'Ombrefroide, elle se doit d'avoir un charme bien supérieur aux autres, devant montrer en permanence la force de son nom. Elle qui n'est pas du tout égocentrique, devient beaucoup plus blessante dans sa repartie, s'assurant de toujours être au dessus des autres, de les rabaisser et de faire en permanence honneur à sa mère. Son apparence est beaucoup plus soignée, usant de maquillage, de robes plus provocatrices ou même de parfum.

Mais tout cela n'est pas Cyri, elle ne montre jamais qui elle est vraiment, personne n'ayant réussi à lui retirer, avec douceur ces masques, de la femme brisée. Elle est loin d'avoir vraiment cette assurance, étant en vérité d'une sensibilité et d'une timidité extrême, paniquant rapidement lorsqu'une situation ne se passe pas comme elle l'avait prévu. Elle est capable de jouer parfaitement un rôle, mais être elle même dans l'imprévu...c'est une autre affaire. Introvertie, elle ne parle à personne de sa vie passée, de ce qu'on lui a fait et de ce qu'elle ressent. C'est dans une approche artistique, dans la musique et la danse, qu'elle a trouvé le moyen de libérer ce qu'elle ressent.

La danse est son premier véritable exutoire, entrant véritablement en transe lorsqu'elle se lance. Rien de ce qui est autours d'elle ne l'affecte, il s'agit de son moment privilégié, laissant parler son corps, fermant les yeux, imaginant une musique qu'aucun compositeur n'a encore écrit. Se laissant porter par la fièvre, cette danse endiablée ne finit que lorsque son besoin s'estompe, se fichant de son environnement, du moment qu'elle est seule. Il lui est souvent arrivé de danser seule sous la pluie, une sensation toute particulière sur sa peau, profitant de sa résistance au froid pour ne jamais tomber malade. Le rythme est effréné, les mouvement sont gracieux, acrobatiques et chacune de ses actions témoignent de ses sentiments du moment. Incapable de communiquer correctement ce qu'elle ressent sur elle même, c'est uniquement à travers de cet art qu'elle le témoigne.

La musique est plus particulière, ne sachant que jouer du violon, qu'elle accompagne souvent par une autre danse, beaucoup plus gracieuse. Il s'agit surtout d'un moment de calme, d'une situation non explosive, bien qu'elle reste relativement rythmée. Son instrument favori étant le violon, permettant donc de bouger tout en jouant. Bien qu'elle ne l'ait jamais fait, elle aimerait pouvoir jouer et danser pour quelqu'un, bien que personne n'ait réussi à décrocher sa confiance et cette envie. Témoignant des sentiments profonds avec une véritable grâce, cette manière de jouer et de danser est beaucoup plus douce, souvent utilisée pour partager nostalgie, joie et autres sentiments agréables.

La harpe est son second instrument, malheureusement statique au vu de la taille, produisant également une musique absolument magnifique. En revanche, Cyrilia ne sait pas jouer d'air joyeux, elle n'utilise cet instrument que pour témoigner sa tristesse et sa souffrance, chaque note provoquant des larmes, toujours les yeux fermés.

Arrivant dans un âge où elle passera de jeune fille à jeune femme, la belle aux yeux bleutés découvre cette fascination pour l'anatomie des autres et certaines envies, même si elle ne peut pas imaginer de réelle interaction physique. Au vu de ce qu'ont fait les gardes de Karnevriath, si quelqu'un la déshabillait, elle serait tout simplement terrorisée. Elle n'est pas ignare dans ce domaine, compte tenu de l'éducation de sa mère. Elle aimerait découvrir ceci, mais pour cela, il faudrait qu'elle se laisse approcher, que les masques tombent et qu'elle trouve la personne pouvant l'aider à vaincre ce traumatisme.

Très sensible, elle apporte énormément d'importance aux présent qu'on lui fait, pouvant être matériel ou étant des marques d'attention envers elle. Pour les autres, il s'agit de simples choses, mais pour Cyrilia, cela représente beaucoup. Un sourire sincère, de l'aide, une envie de lui changer les idées, de l'humour, ces petites marques la font déjà se porter sur un petit nuage. S'étant toujours sentie comme responsable de tout ce qui arrivait de négatif, les flatteries, remarques positives et compliments ont tendance à la faire passer du blanc au rouge. Sa peur de la mort, de la violence, ont fait qu'elle est très sensible au protectionnisme des autres. Si sa mère refuse de se faire aider, symbole de faiblesse et entamant son indépendance, Cyri, elle, ressent un véritable besoin de protection, d'attention et d'affection.

Elle est terrorisée par le moindre geste brusque ou violent, en revanche, la douceur et la tendresse ont vite fait de la combler. Ce sont des choses simples, mais qu'on lui a trop souvent refusé. Malgré son immense potentiel, elle est donc incapable de se battre à cause de cela. Elle pourrait devenir la plus grande nécromancienne de notre temps, mais serait tellement terrorisée par sa propre mort et la violence des autres, qu'elle fuirait tout danger. En revanche, elle n'est pas spécialement traumatisée par la mort des autres, tant qu'ils ne sont pas chers dans son cœur. Ce lien qu'elle a avec le monde des morts lui indiquant clairement que ce n'est pas un mal et quelque chose normal.

Curieuse, ingénieuse, imaginative, elle est plus poussée par les actes que par les paroles. Elle ne parle que très peu, excepté lors des soirées mondaines. Elle préfère parler par un langage corporel ou dans ses diverses créations. Un être très particulier, une poupée en verre fissuré, mais à la beauté stupéfiante...


Relations -

  • Edwen d'Ombrefroide

    Sa mère, la personne qu'elle aime le plus sur Rëvalïa pour le moment. La rendre fière d'elle est sa principale priorité dans son existence. Elle est la seule rendant la Dame Blanche douce et réellement agréable. Ultra protectrice, mère poule et se souciant de son bien être plus que personne d'autre, Edwen est sans aucun doute la seule personne qu'elle ne veut vraiment pas décevoir.

  • Raphaël Doreagan

    Son père, bien qu'il mette une réelle distance avec elle et ne la considère pas comme telle. Elle passe son temps à vouloir capter son attention, lui expliquant qu'elle accepte totalement ses activités, mais se fait toujours repousser. Il ne la considère pas comme un monstre, mais ce rejet la fait relativement souffrir.

  • Ursoc Thorbjörn

    Compagnon de sa mère, Cyrilia a un peu de peine avec l'ours, n'arrivant pas vraiment à le cerner. Néanmoins, son envie de s'investir la fait le considérer comme son beau père et semble peu à peu se rapprocher de lui, espérant arriver à effacer le souvenir de son géniteur avec leur relation. Le considérant comme une véritable montagne, elle voit en lui,
    petit à petit, un véritable sanctuaire.

  • Fujiin

    A l'origine dans une relation conflictuelle, la Wendigo a fait petit à petit fondre le cœur de glace du professeur d'air. Lassé, vieillissant, le sage a fini par voir autre chose que la fille de son ennemie. La jeune fille est sans doute la seule chose qui lui a fait mettre de côté sa traque pour la Dame Blanche. Étant capable de voir le passé, il a aussi découvert ce qu'elle a vécu, le rendant même relativement protecteur. Il se sent responsable de sa situation, n'ayant pas réussi à arrêter le créateur des Wendigo. Cette relation le tiraille au plus haut point, partagé entre cette affection pour cette petite et son devoir envers la Lune, exigeant la mort de sa mère. Priver cette enfant d'une mère aimante étant un crime qui dépasse, selon lui, de loin, tous ceux qu'il a pu commettre au nom de la mère de toute chose.

  • Myrddin

    Le vieux directeur prend ses distances avec elle, mais la protège des menaces extérieures, tout en la surveillant de très près. C'est grâce à lui qu'elle peut vivre à l'académie, disposant même de quartiers privés, bien que sa nature la rend beaucoup trop imprévisible pour rester avec les autres. Suite à un réel harcèlement, il lui a permis d'accéder à la réserve de la bibliothèque.

  • Shitennô Bachiatari

    Le professeur de contrôle est sans doute l'enseignant le plus proche de la jeune fille. Tentant de l'aider à comprendre ses pouvoirs, Cyrilia est relativement touchée par son intérêt pour elle. Elle voit aussi un être déchiré, le professeur étant terriblement fragilisé depuis sa "résurrection", apprenant à ne pas être dévorée par ses pouvoirs plutôt morbides grâce à son aide. Elle se dispute régulièrement avec sa mère, le considérant comme faible, alors qu'elle trouve le Célestin purement admirable.



Réputation - Cyrilia est la fille d'Edwen d'Ombrefroide, bien que ce soit par adoption. Elle fut condamnée à mort par Kanevriath à ses quinze ans pour sa nature de Wendigo, bien qu'elle n'ait jamais rien fait contre personne. Elle est depuis protégée par l'académie, devenue une étudiante modèle, passionnée par la musique et les livres. Forcée de suivre sa mère dans des soirées mondaines par la reine Annabella Kyte, elle alterne entre vie à l'académie et soirées diplomatiques.
Capacités
Capacités non-magiques - Dispose d'une forte intelligence et d'un savoir considérable, dû à la fois à sa mémoire et à ses capacités mentales de Wendigo. Excellente analyste, peut s'adapter très rapidement à une situation et possède un véritable don en ce qui concerne le décorticage d'un mystère. Excellente danseuse, musicienne et acrobate.

Dons raciaux - Vision magique, ouïe surdéveloppée, esprit du Wendigo et réflexes surhumains.

Dons élémentaires - Magie des glaces

Classe - Mage

Spécialisation - Peut transformer sa glace en neige.

Perfectionnement - N'est pas encore à ce stade.

Mentor - Edwen d'Ombrefroide.
Joueur
Qui êtes-vous ? - Un xème compte

Pourquoi nous ? - Je l'ai créé. YOU TALKING TO ME ? YOU FUCK MY WIFE ?!

=> Code du Règlement :
 

Crédits image de l'avatar - Elle Fanning par Google Images.
(c) Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniques-revalia.forumactif.com/t2032-cyrilia-d-ombrefr
Date d'inscription : 01/02/2009
Nombre de messages : 379
Age : 23
Lieux d'influence : Ràva, Edälia et Nandoriath.
Activité : La chasse est un bon divertissement ...

Feuille de personnage
Race: Garou
Dons Élémentaires: Terre
Perfectionnement: Aucune

MessageSujet: Re: Cyrilia d'Ombrefroide   Mar 5 Sep - 6:29

Validé !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniques-revalia.forumactif.com/t2103-fiche-de-personna
 

Cyrilia d'Ombrefroide

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Chroniques de Rëvalïa ::  :: Présentation de votre personnage :: Fiches Validées :: Fiches Sans alignement-