AccueilGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Le coeur du corbeau

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Date d'inscription : 16/10/2014
Nombre de messages : 47
Age : 27

Feuille de personnage
Race: Wendigo
Dons Élémentaires: Glace
Perfectionnement: Magie Rituelle ~ École du Corbeau

MessageSujet: Le coeur du corbeau   Lun 27 Fév - 15:25

On pouvait dire que toute cette soirée avait été mouvementée, je trouvais presque avoir exagéré dans mes propos et mes actions. Presque. J'avais enchaîné une rencontre avec les plus puissants êtres de Rëvalïa, tout en défiant l'autorité humaine absolue, j'ai nommé Annabella, en refusant de me montrer en "noble". J'avais ensuite rencontré l'Abysse en personne, que j'avais refusé de blesser par mes paroles à ma plus grande surprise. Difficile de ne pas me voir en elle, ne choisissant pas sa nature, n'ayant pas d'autre choix que de l'assumer pour survivre, tout en passant pour un monstre aux yeux des autres et faisant tout pour ses enfants et son mari. Je n'avais pas le coeur de lui faire du mal, malgré son statut de déesse. Je m'attendrissais ? Nullement ! J'avais toujours été sensible aux personnes qui me ressemblaient, Ursoc, Cyri, Nyx...Ah ! Ma réputation de femme cruelle, manipulatrice, sans cœur et totalement nymphomane risquait d'en prendre un coup. J'avais finalement revu Fujiin, encouragé par ma chère fille, lui par contre s'était adoucit. Je voyais son côté protecteur envers Cyri, cette culpabilité et le refus de me faire du tort en sa présence. Il se sentait responsable de la création des Wendigos, à raison, notre création était son échec ! Nous étions des ennemis mortels, pourtant, en cette soirée, ni lui, ni moi, n'avions envie de nous battre.

Puis était venu mon moment préféré, le bal, juste avant l'arrivée d'Isil. Ursoc avait été mis au courant juste avant mon départ et il m'avait prise au mot lors de ma plaisanterie sur le sujet. "Je veux écraser tous les autres couples, alors ne te rate pas !" On les avait détruit, laminé, mon ours se révélait aussi bon danseur qu'il était beau ou puissant. Surprenant, mais cela devait être l'aspect que j'aimais le plus chez lui. A force de tout planifier, tout analyser, le monde me parait bien fade, totalement inintéressant. Ursoc avait un don unique, celui de détruire toutes mes prévisions, je n'arrivais pas à prévoir ses actions. Cela m'inquiétait, mais m'excitait également au plus haut point.

Après avoir révélé les noirs secrets d'Isil, créant un véritable conflit diplomatique envers les races lunaires et faisant jubiler notre chère reine Kyte. Nous étions partis avec Ursoc dans ma demeure principale, enfin celle se trouvant hors du palais royal. Un mois sans le voir et sans avoir la possibilité de le toucher, il fallait rattraper cela. Étrangement, cette fois, je ne lui laissais pas à un seul instant ne serait ce que penser pouvoir me dominer. J'étais généralement tendre, cela depuis que j'étais certaine de ce que je ressentais pour lui, mais cette fois, j'avais envie de me lâcher totalement et de libérer toutes mes pulsions. Parfois la femme exprimait ses désirs, d'autre fois c'était au tour de la Wendigo de prendre le relais. Néanmoins, de ce que j'avais pu voir, il n'avait clairement pas été déçu.

Après nos ébats, nous primes un bain bien mérité, où je pu m'abandonner à ma folle envie d'exprimer et recevoir de l'affection. Collée contre lui, me reposant, j'étais totalement vulnérable, mais cela ne m'effrayait plus. Ursoc devait être le seul être sur Rëvalïa en qui j'avais confiance, avec peut être Cyrilia. Le temps s'était écoulé étrangement, je n'avais aucune idée du temps que j'avais passé dans ses bras, me laissant aller dans ses caresses, qu'elles soient douces ou sensuelles. Seul le froid du bain commença à me faire sortir et encore, notre résistance au froid a sans doute bien diminué la chose. Comme à chaque fois que nous faisions ce genre d'activité, je m'amusais à le sécher et réciproquement. J'appréciais de voir l'eau ruisseler sur sa peau, me faisant dessiner avec le linge "accidentellement" chacun de ses muscles.

Une fois ceci fait, je l'allongeais sur le lit et je vins me poser sur lui, embrassant avec tendresse sa marque et m'amusant encore et toujours avec son torse. Je vins ensuite prendre une de ses mains et la glisser sur mon dos, la faisant descendre pour qu'il puisse toucher l'entièreté du tatouage. Naturellement, il descendit un peu plus bas que ce dernier, ayant les mains relativement baladeuses, mais cela ne me dérangeait guère, bien au contraire. Souriant doucement, je vins coller mes lèvres sur les siennes, le regardant avec tendresse. Je ne pouvais me passer d'observer ses yeux, ce bleu si hypnotisant étant devenu une véritable drogue, comme tout le reste d'ailleurs, mais cette couleur était réellement magnifique.

- Alors ? Mon petit message te plais ?

~~~~


Knowledge is power ?



No, power is power...

Thème musical
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniques-revalia.forumactif.com/t2006-edwen-d-ombrefroi
Date d'inscription : 13/09/2016
Nombre de messages : 25
Age : 21

Feuille de personnage
Race: Garou
Dons Élémentaires: Glace
Perfectionnement: Aucune

MessageSujet: Re: Le coeur du corbeau   Lun 27 Fév - 17:04

Nous approchions d'une demeure que je ne connaissais pas encore, bien plus grande et spacieuse que celle que j'avais pu voir jusqu'à présent. Si je fus quelques peu impressionné en la découvrant mon regard se posa à nouveau sur la somptueuse créature qui m'accompagnait. Cela faisait un mois que je ne l'avais pas vu, un mois qu'elle m'avait donné rendez-vous à cette soirée. Un mois que j'attendais que l'on puisse avoir à nouveau un moment seul.

Le temps et un allier comme un ennemi, si la distance et cette période avaient créé un manque qui dépassait de loin tout ce que j'avais pu imaginer, cela me permettait aussi de comprendre certaine chose. Edwen m'avait manqué, et comme a mon habitude je m’étais concentré sur la seule chose qu'elle m'avait dit avant de partir, m’entraînant chaque jour, afin de toujours l'impressionner. Je ne me lassais jamais de voir cet étonnement dans ses yeux dorés à chaque découverte qu'elle faisait me concernant, c'était une véritable drogue, comme beaucoup de choses la concernant depuis notre dernier ébat bizarrement.

En parlant d'ébat c'est sans grande surprise, que notre arrivée dans cette demeure  nous fasse nous retrouver « malencontreusement » dans sa chambre. Je n'avais nul eu le choix que de me laisser dominer totalement, à en croire ses yeux, il semblerait qu'après cette soirée, la wendigo avait décidé de prendre la parole. Si mon envie de la posséder et de la dominer entièrement n'avait pas réussis à aboutir, je me consolais en la vision que m'offrait cette satisfaction que je voyais dans ses yeux d'or. Elle adorait cela, presque autant que quand je la dominais totalement. Cette sensation de plaisir rien qu'à la vue de son propre désir était également un autre message que m'envoyait mon cœur, me criant de plus en plus à quel point je pouvais tenir à elle. Notre ébat se termina, fidèle à nous même, bien que je n'avais pas encore l'habitude de ne pas tenir les rennes, être dominé était une chose, être dominé par ma Edwen en était une autre. Je n'étais pas de ceux qui veulent se satisfaire à tout prix, au détriment de celui de l'autre, au contraire. Ce spectacle me satisfaisait parfaitement, bien que je n'ai pas été à plaindre, loooooin de là.

Nous nous retrouvions ensuite dans la baignoire, si nos ébats avaient été des plus violents et bestiaux cet instant était des plus doux et reposant. Elle était contre moi, se laissant aller à la douceur, elle profitait simplement de chacune de mes caresses, tout aussi sensuelles que tendres. Je la regardais tendrement, fermer les yeux et se sentir totalement en confiance. Cela me touchait au plus haut point, j'aurai pu rester des heures entières dans cette position, à simplement la regarder, confiante, et la caresser tendrement. Elle finit par en sortir, je la suivais de près. Nous nous séchions mutuellement comme à notre habitude, pourtant je pouvais y voir quelque chose de nouveau. Entre la dernière fois que c'était arrivé et cet instant précis, quelque chose avait changé. Son regard, ses attentions, tous étaient différent, pour mon plus grand plaisir. Je la sentais dessiner chacun de mes muscles et même si le spectacle de son corps était le plus beau que j'avais pu voir, se sentir ainsi admirer, était loin de m'être habituelle, sans pour autant être gêné j'étais simplement fier, ce qui me fit gonfler le torse quelque peu, sans que je ne m'en rende compte.

Quelques minutes plus tard, elle m'allongea sur le lit, venant se mettre sur moi. Je la regardais avec un sourire tendre, que j'avais énormément de mal à contrôler. J'étais simplement heureux de la voir, heureux qu'elle soit là, heureux que nous nous soyons retrouvé. Elle vint embrasser ma marque, me faisant doucement fermer les yeux. Je passais l'une de mes mains derrière ma tête, afin de sur-élevé quelques peu celle-ci. Je vis Edwen prendre mon autre main afin de la poser sur son dos, là où se trouvait une « petite » nouveauté. Comment ne l'aurais-je pas vu ? Sûrement, par le fait que durant cette soirée elle avait été dos nue, m'offrant une vision parfaite, ce tatouage m'avait réellement touché la première fois que je l'avais vu. Bien que je me souvienne nettement m'être secouer la tête en me disant de ne pas penser que j'étais le centre du monde, et de tout rapporter à moi. Pourtant, cela m'était réellement destiné. Je glissais mes mains le long de celui-ci, descendant quelque peu par moment, on ne change pas une équipe qui gagne. Je sentis alors ses lèvres se poser sur les miennes, m'arrachant un sourire tendre, je glissais la main qui fut précédemment sur son dos, sur sa joue pour la caresser tendrement, au moment où elle prononça ces quelques mots. Cette question me fit sourire, voir même pouffer légèrement de rire.


-Me plaire serait un euphémisme.

Je vins la déplacer légèrement, venant l'allonger sur le ventre juste à coté de moi. Je me tournais vers elle, cette position m'offrant une très belle vue sur ce présent des plus personnel. Je glissais mes doigts le long de celui-ci, n'oubliant aucune goûte d'encre. Je m'attardais quelque peu sur la partie se trouvant dans le bas de son dos, en embrassant doucement son épaule.


-Il y a tant de choses que j'aimerai te dire mais, je pense que je vais commencer par cela.

Je l'attirais vers moi, comme pour l'enlacer. L'une de mes mains, dans la courbe de son dos. Câlinant tendrement celui-ci, j'utilisais mon bras comme oreiller pour sa tête en plongeant mon regard dans le sien. Je vins alors poser l'une de mes mains sur sa joue et poser mes lèvres sur les siennes, l'embrassant tendrement, laissant transparaître toute l'émotion qui brûlait en moi à cet instant. Le baiser devenant de plus en plus intense et passionné, je glissais ma main le long de son corps afin de venir caresser sa marque, la rapprochant toujours plus de moi. Au bout de quelques instants, je mis fin au baiser , lui souriant tendrement.


-Tu m'as manqué.

~~~~

Pourquoi nous-nous battons ?
Pour les miens ... la vraie question est ...
Qu'est-ce qui vaut la peine de se battre ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniques-revalia.forumactif.com/t2008-presentation-de-u
Date d'inscription : 16/10/2014
Nombre de messages : 47
Age : 27

Feuille de personnage
Race: Wendigo
Dons Élémentaires: Glace
Perfectionnement: Magie Rituelle ~ École du Corbeau

MessageSujet: Re: Le coeur du corbeau   Lun 11 Juin - 17:50

Depuis quelques temps, j'avais eu le temps de réfléchir au sens même de ma relation avec cet ours à la beauté légendaire. Les garous sont des enfants d'Elmenda, quoi qu'on en dise, la magie coule dans leur veine, n'en déplaise aux humains. Dénigrés, chassés, considérés comme des erreurs, j'avais trop souvent sous estimé cette espèce. Je ne pouvais pourtant qu'admirer cette puissance qui avait tant sommeillé en mon cher forgeron. Leur essence était ancienne, primitive, bestiale, un peu comme ma magie, en bien plus sauvage. Il y avait également une beauté toute particulière, un fragment de la bonté d'un esprit ancestral aujourd'hui bâillonné. Tout cela était bien beau, mais cela n'était pas le sujet, la nature d'Ursoc ne se résumait pas à sa lignée, seul l'individu comptait et cette personne m'avait vraiment rendue songeuse. Je l'avais libéré, encouragé à tuer son père, puis il m'avait traquée et trouvée. Je m'étais ensuite offerte à lui, encore et encore, sans jamais pouvoir m'arrêter et pourtant j'avais eu quelques partenaires ! En plus de ses capacités tout simplement délicieuses, son respect et son admiration, j'avais ce sentiment bien particulier...Il se fichait de la guerre divine, une seule divinité comptait à ses yeux : moi. J'étais sa déesse, son affection, son amour, ses actions et nos parties de jambes en l'air étaient ses offrandes. Il m'honorait en permanence, quoi de plus normal que de tomber sous son charme dans ce cas ?

Théorie intéressante, sauf que j'étais tombée sous son "emprise" le jour d'après ? Comment l'expliquer ? Comment décrire ce sentiment me poussant à lui offrir d'avantage et surtout...demander encore plus ? Surtout aussi rapidement ? Simplement ma nature en vérité. Je traitais les informations mille fois plus rapidement qu'un être humain, ce qui veut dire que mes sensations étaient également de cette même ampleur, avec une amplification semblable. Je ne vous raconte pas les orgasmes, je me demandais comment je gardais encore ma voix ! Quoi ? Il ne faut pas rougir, il est le seul à m'avoir vraiment fait ressentir quelque chose. Ressentir, oui, c'était bien ce qui m'avait inquiété et me faisait tellement de bien...et encore plus de mal.

En un jour, j'avais eu ce sentiment, cette boule au ventre, je le voulais, je ne me voyais pas sans lui. Quelque chose qui se passait en plusieurs mois, voir une année...en un foutu jour ! Mon esprit allait trop vite, trop d'émotions, trop de sensations, trop d'attentes...et trop de satisfactions. Je peinais à me contrôler, pleurant quand je le voyais s'occuper de ma marque, pourquoi ? Car je...je ne pouvais pas. Je n'arrivais pas à lui dire, je voulais plus, tellement plus...En si peu de temps. Devais je lui dire ? Je ne savais pas...mais ça me pesait et il le voyait.

Souriant après son baiser, je caressais sa joue dans un sourire, bien que le regard était triste.

- Tu m'a manqué mon bel ours...

Sentant son regard insistant, je finis par craquer, tremblant légèrement.

- Je n'y arrive toujours pas, j'essaie même de l'écrire, je n'y arrive pas. Ça me dévore...

Passant mes mains sur ma tête, je fermais les yeux, mes tremblements s'accélérant.

- Mon cerveau va trop vite, tout est si puissant dans ma tête, je vis trop rapidement et pour la première fois j'ai peur Ursoc, pour une fois j'ai peur. Cette épidémie, le retour de mon connard de père, qui va sans doute vouloir me tuer, je pourrais tout perdre. Te perdre...

Je serrais les poings, gardant mes yeux dans les siens, en versant des larmes ô combien honnêtes.

- Te perdre, perdre Cyri...Et ne jamais pouvoir dire ce qui se trame dans mon coeur gelé...putain !

Je frappais l'emplacement de mon coeur, en pleine détresse, jusqu'à ce que mon cher et tendre ne m'attrape les poignets, me laissant finir, il savait que j'avais besoin de parler, de tenter de lui dire ce que je ressentais.

- Il va me traquer, va vouloir me tuer. Je ne fuirais pas, cela nous met en danger, mais je resterais avec toi. Je veux que tu sois plus que mon amant...tu...tu comprends ? J'emmerde ces politicards, j'emmerde le monde...je te veux...et profiter.

Me collant contre son torse, je caressais sa marque avec tendresse, un geste tendre et lourd de sens.

- Je ne veux pas affronter ça sans toi. Je suis maudite, on m'a interdit de pouvoir être heureuse. Mais je le veux, je te veux...et personne d'autre. J'ai collectionné les histoires, les corps, les gémissements éphémères. Tu m'a donnée envie d'être dévouée à une seule âme, la tienne. Je sais que c'est rapide mais...mon esprit fonctionne ainsi.

Prenant une grande inspiration, je le regardais dans un petit sourire, me tirant avec difficulté de mes larmes.

- J'ai besoin de plus, alors...Voudrais-tu d'une compagne maudite ?...

~~~~


Knowledge is power ?



No, power is power...

Thème musical
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniques-revalia.forumactif.com/t2006-edwen-d-ombrefroi
Date d'inscription : 13/09/2016
Nombre de messages : 25
Age : 21

Feuille de personnage
Race: Garou
Dons Élémentaires: Glace
Perfectionnement: Aucune

MessageSujet: Re: Le coeur du corbeau   Mar 12 Juin - 19:13

Ces yeux … peut importe combien de fois j’eus la chance de les observer j'avais l'impression de les découvrir pour la première fois … Ils représentaient tous ce que je pouvais apprécier chez cette sublime créature qui partageait ma couche … Ils étaient uniques … magnifiques … donnant un air aussi doux que puissant … pourtant … il y avait quelque chose … une chose que je n'appréciais  pas du tout dans ce regard si cher à mon cœur … de la tristesse … Tentant de comprendre ce qui n'allait pas il fallut quelques instant de plus pour qu'Edwen comprenne que ne lâcherai pas mes interrogations avant que celle-ci ne décide d'enfin me dire ce qui n'allait pas …

Lorsque j'entendis ses premiers mots … je soupirais intérieurement … une douleur laissée de coté par la joie de pouvoir partager à nouveau un moment fusionnel avec la personne la plus chère à mon cœur … revenant peu à peu à mesure qu'elle m'expliquait la raison de sa tristesse …

Ma wendigo n'était certainement pas la personne la plus facile à vivre … ni à comprendre … et encore moins à se faire comprendre … mais je m'en moquais totalement … mon intérêt pour cette dernière était net depuis déjà si longtemps … Mon amour était tel que j'avais réussis à accepter le fait que je n'entendrai jamais ces deux mots sortant de ses douces lèvres … Pour autant … enfoncer le couteau dans la plaie n'était clairement pas la chose la plus facile à vivre … mais je ne l’empêchais pas de continuer de se confier, au contraire … je la poussais à s'ouvrir complètement à moi ...

Je vis alors des larmes couler sur ses joues … cette vision me donna l'impression si désagréable de sentir mon cœur se resserrer sur lui même … me faisant aussi mal que si une lame venait de me perforer la poitrine … Je n'avais jamais vu Edwen aussi inquiète … aussi triste … cette vision était absolument insupportable … Pourtant je ne baissais pas les yeux un instant … je refusais de la laisser seule dans sa peine … Elle semblait tellement souffrir …

Elle se frappa la poitrine avec une telle violence … ne pouvant la laisser agir ainsi je vins tendrement attraper ses poignets … la simple évocation que son couard de père … voudrais à nouveau la tuer … me rendit complètement enragé intérieurement … mais contrairement à ce que j'avais pu entendre par le passé … elle ne voulait pas fuir … au risque de se mettre en danger … de nous mettre en danger … Elle voulait … rester avec moi ? C'est à cet instant que je compris enfin le pourquoi de ses craintes … et l'angoisse qu'elle pouvait ressentir en cet instant …

Je la sentis alors venir s'allonger contre moi … fermant doucement les yeux je soupirais d'aise au contact de ses doigts sur ma marque … notre marque … Le signe même de l'union entre nos deux essences …Si ma jalousie me fit ressentir une pointe de douleur au moment où celle-ci parla rapidement de ses anciennes conquêtes … ce qui suivit me fit ressentir l'exact opposé … Face à la sincérité de sa demande … et la beauté de son sourire … je ne pu retenir la larme commençant à perler lentement le long de ma joue.

Glissant ma main sur la courbe de sa silhouette je vins caresser tendrement du bout des doigts sa marque si singulière … de mon autre je venais caresser avec une immense tendresse sa joue … venant essuyer le reste de ses larmes. Un sourire doux et ému restant graver sur mon visage …

- Edwen … c'est ce que j'espère depuis que j'ai réussis à te retrouver … Pouvoir me tenir à tes côtés et t'aider à traverser toutes les épreuves de ton existence … Êtres ton pilier … pouvoir te protéger …

Venant la serrer un peu plus contre moi, je la câlinais avec une tendresse que beaucoup trouverait impossible venant d'une personne aussi imposante que moi … Déposant un tendre baiser sur son front avant de plonger à nouveau mon regard dans celui de ma chère et tendre … j'attrapais sa main pour venir la déposer au niveau de mon cœur … un geste simple … mais si lourd de sens.

- Je n'ai jamais rien demandé d'autre que de pouvoir t'appartenir et partager ta vie, ma déesse … Si tu veux bien de moi … alors je partagerais tes peines ... je serais à tes côtés .. quoi qu'il arrive, quoi qu'il se passe, tu pourras toujours compter sur moi …

Je vins alors poser mes lèvres sur les siennes, continuant de caresser sa marque avec l'une de mes mains. Ce baiser n'était que la fenêtre donnant sur la puissance et la joie que m'apportais cette demande au combien rêvée … bien que rapide pour certain … J’eus l'impression que cela faisait une éternité que j'attendais ce moment … Quittant ses lèvres dans un tendre sourire je vins poser mon front contre le sien, plongeant mon regard de glace dans ses yeux dorés, caressant sa joue du bout de mes doigts, murmurant alors avec la plus grande des sincérité.

- Je t'aime …

~~~~

Pourquoi nous-nous battons ?
Pour les miens ... la vraie question est ...
Qu'est-ce qui vaut la peine de se battre ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniques-revalia.forumactif.com/t2008-presentation-de-u
Date d'inscription : 16/10/2014
Nombre de messages : 47
Age : 27

Feuille de personnage
Race: Wendigo
Dons Élémentaires: Glace
Perfectionnement: Magie Rituelle ~ École du Corbeau

MessageSujet: Re: Le coeur du corbeau   Mar 12 Juin - 21:40

Cette horrible chose, ce que je pouvais la détester, comment osait elle toucher mon ours ? Hein ? Non je ne parle pas d'Annabella voyons ! Non, je parlais de cette larme, sa place n'était pas ici. Un pouilleux en bas de la rue je veux bien, mais pas sur ce visage si parfait. Léchant immédiatement cette larme justement, je me fis attraper dans ce que l'on appelle plus communément un "câlin". Oui, bon, je dois l'admettre, je raffolais de ce genre d'attention, mais il ne fallait pas le dire. Il m'appela encore une fois sa déesse, bon sang ce que mon ego et mon cœur adoraient cela, le genre de clé pouvant quasiment tout ouvrir. En plus il avait mis ma main sur son cœur, comment résister ? Impossible, contrairement à ce que pensais les autres, je n'étais pas sans cœur !

Vint alors ce délicieux moment où il m'embrassa, bon sang ce que j'adorais ça, impossible de m'en passer. En plus il caressait ma marque, le genre de signal qui me disait "saute lui dessus", mais ce n'était pas vraiment le moment. Il posa ensuite son front contre le mien, plongeant son délicieux regard bleuté dans mon océan doré, avant de dire quelque chose qu'il n'avait encore jamais osé me dire. Ces simples mots, que je ne pouvais prononcer, mon teint pâle passa au rouge, de quoi rendre jalouse des tomates. Je cherchais à fuir son regard, mais il semblait jubiler. Je l'enlaçais alors, posant mon visage sur son épaule, cherchant à tout prix cette affection.

- Idiot...me mettre dans cet état alors que je ne peux pas te répondre...

L'embrassant tendrement, j'affichais un tendre sourire, lui léchant les lèvres avant de lui demander de répéter dans une petite voix.

- Redis le...

Et il recommença, bon sang ce que ça me faisait du bien...comment était ce possible ? Je m'en foutais...c'était parfait, tellement parfait. M'accrochant à lui avec mes jambes, je plongeais en arrière pour récupérer quelque chose dans mon sac, faisant encore une fois preuve de ma souplesse et le laissant me dévorer du regard naturellement. Je lui pris la main et déposais un pendentif bleuté, je ne pouvais pas m'empêcher de trembler comme une feuille. Je n'avais jamais fait ça...et pourtant...

- J'ai été absente un mois, c'était pour ça. Tu sais que j'ai été sauvée par une absorption d'un fragment d'âme. Je sais que tu as souvent jalousé Raphaël, même s'il n'a jamais goutté mon corps. Ceci est mon phylactère, telle une liche, s'il se brise, je meurs. Oui chéri...

Je prenais une pause, souriant, ce petit nom était définitivement cliché, mais tellement plaisant...

- Mon fragment d'âme est là dedans maintenant. Je ne peux te le dire à part en te faisant l'amour comme personne...Mais aujourd'hui, je veux te confier ma vie.

Le reprenant, je le plaçais autours de son cou, dans un fort tremblement, mais également une émotion on ne peut plus puissante.

- Tu te disais incapable de me protéger, du moins c'était ta crainte. Maintenant sache que si tu brise ceci...je mourrais. En revanche, si tu en prends soin, je ne pourrais jamais vraiment mourir. Je t'offre mon âme Ursoc Thorbjörn...je ne peux pas te faire plus beau cadeau.

Détournant le regard, je rougissais encore plus qu'avant.

- Voila ma façon de te le dire...ça m'a pris beaucoup d'efforts, mais je ne veux cette mortalité qu'entre tes mains. Voila pour toi l'occasion de vraiment me protéger...de prendre soin de ta déesse...Tout dépend de toi...

~~~~


Knowledge is power ?



No, power is power...

Thème musical
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniques-revalia.forumactif.com/t2006-edwen-d-ombrefroi
Date d'inscription : 13/09/2016
Nombre de messages : 25
Age : 21

Feuille de personnage
Race: Garou
Dons Élémentaires: Glace
Perfectionnement: Aucune

MessageSujet: Re: Le coeur du corbeau   Mer 13 Juin - 11:56

Qu'elle surprise de pouvoir voir sur le visage si pâle de ma chère et tendre cette magnifique couleur rougeâtre colorer ses joues, je ne pu m’empêcher de sourire … qu'est-ce qu'elle pouvait être adorable dans ce genre de moment … je découvrais une nouvelle partie d'elle, qui me faisait que l'apprécier d'avantage. La laissant venir se blottir contre moi, je refermais mon étreinte autour d'elle, caressant son dos en frottant tendrement mon visage contre ses cheveux. La laissant alors m'embrasser avec une immense tendresse, je me mordis légèrement la lèvre en sentant son coup de langue, et souris d’avantage en l'entendant me demander de répéter les mots que je venais de prononcer. Alors j'approchais doucement mon visage de son oreille et avec une tendresse et un amour particulièrement sincère je répétais ces deux mots si chers à nos cœur …

- Je t'aime...

Je la sentis alors profiter de sa position pour venir s'accrocher à moi avec ses jambes … se laissant tomber en arrière en se cambrant avec toute la grâce et l'agilité qu'elle pouvait avoir … aussi puissant soit cet instant, je ne pu m’empêcher de la dévorer du regard … suivant les lignes de son corps et ses délicieuses courbes sur lesquelles je continuais de fantasmer malgré le fait qu'elles soient toutes à moi … Glissant mes doigts le long de son ventre jusqu'à sa poitrine en cet instant, je la sentis alors se redresser et déposer un objet aussi étrange que magnifique dans le creux de ma main. C'était un pendentif … semblant aussi rustique que d'une noblesse inégalée … et celui-ci dégageait une aura d'une telle puissance … Je ne me souvenais pas avoir ressentis cela auparavant … A moins que … si … Si, je connais cette force … je l'ai ressentis au moment ou j-

- J'ai été absente un mois, c'était pour ça. Tu sais que j'ai été sauvée par une absorption d'un fragment d'âme. Je sais que tu as souvent jalousé Raphaël, même s'il n'a jamais goutté mon corps. Ceci est mon phylactère, telle une liche, s'il se brise, je meurs. Oui chéri...

Perdu dans mes pensées, je sentis à peine Edwen glisser le pendentif autour de mon cou … Je fus envahit par certains souvenir de mon enfance … ainsi qu'un immense sentiment que je n'avais encore jamais ressentis … un mélange entre la peur et la reconnaissance

- Mon fragment d'âme est là dedans maintenant. Je ne peux te le dire à part en te faisant l'amour comme personne...Mais aujourd'hui, je veux te confier ma vie.

Je n'arrivais tout bonnement pas à parler … je restais les yeux fixés sur le pendentif que je gardais dans ma main … tremblante …

- Tu te disais incapable de me protéger, du moins c'était ta crainte. Maintenant sache que si tu brise ceci...je mourrais. En revanche, si tu en prends soin, je ne pourrais jamais vraiment mourir. Je t'offre mon âme Ursoc Thorbjörn...je ne peux pas te faire plus beau cadeau. 

Il était impossible pour moi de me retenir plus longtemps … cet instant était pourtant si fort que je restais comme paralysé … les yeux rivés sur l'éclat du pendentif, semblant battre tel un cœur de pure énergie …

- Voila ma façon de te le dire...ça m'a pris beaucoup d'efforts, mais je ne veux cette mortalité qu'entre tes mains. Voila pour toi l'occasion de vraiment me protéger...de prendre soin de ta déesse...Tout dépend de toi...

Fermant un instant les yeux, en laissant une nouvelle larme couler sur ma joue, je finis enfin par réussir à relever le visage … plongeant mon regard dans celui de la jeune femme … avançant ma main jusqu'à son visage, caressant tendrement cette dernière … tentant de cacher au mieux les tremblements qui parcouraient mon cœur à cet instant … J'avais songé à cette éventualité … un bon nombre de fois … je m'étais même renseigné à ce sujet … Mais … je n'aurai jamais cru qu'elle aurait un jour suffisamment confiance en moi pour le faire … Moi … qui me considérais malgré toute ma volonté et mes efforts … comme non méritant de tout ce qu'elle pouvait m'apporter … Il n'y avait pas de mot pour désigner la dévotion … et l'affection que je pouvais avoir pour elle … Dès nos retrouvailles … j'aurais été capable de me sacrifier pour elle … rien n'était plus important qu'elle à mes yeux … Et … l'idée que son existence toute entière dépendrait désormais de ma faculté à conserver ce pendentif … me fit froid dans le dos … Comment le protéger constamment ? En le gardant sur moi … mais ainsi le moindre accident … la moindre chute pourrait l'endommager … Non … cette idée m'était totalement insupportable … Elle ne serait jamais en sécurité totale … je serais la proie de quinconce voudrait lui faire du mal … et quand bien même je voudrais le cacher le plus loin possible de moi pour ne pas éveiller les soupçons … je pourrais la voir mourir dans mes bras à n'importe quel instant sans le voir venir … Si seulement je …

Une idée vint alors me traverser l'esprit … je revins alors à moi .. faisant face à une Edwen toujours en attente ,complètement insupportable, .. d'une réponse ou d'une réaction … me sentant complètement stupide je vins la serrer avec puissance et amour contre moi, comme si je venais de la retrouver après avoir entendu qu'elle était en danger … glissant une de ses mains dans sa chevelure noire et l'autre dans le bas de son dos … venant caresser les lignes de son tatouage.

- Excuse moi … je suis simplement … tellement surpris et touché par cette nouvelle … beaucoup de questions traversent mon esprit .. mais je n'ai pas ta faculté de traitement d'information rapide …

La câlinant comme la chose la plus précieuse à mes yeux … je vins déposer quelques baisers sur sa chevelure en fermant les yeux … une nouvelle larme venant perler sur ma joue, m'adressant à elle d'une voix légèrement tremblante.

- Mais … je ne peux accepter de prendre un tel risque …

Je sentis alors tout le corps de ma wendigo se contracter… comme si j'avais dis la chose la plus horrible que je pouvais dire … je la vis alors redresser la tête en plongeant son regard dans le mien … son regard était plein d'une tristesse et d'une incompréhension la plus totale … Lui souriant avec une certaine tristesse je vins caresser sa joue avec une immense tendresse.

- Devoir garder intact un tel objet … c'est quelque chose de beaucoup trop dangereux … je ne peux me permettre de laisser ton âme sous une protection aussi fragile …

Venant prendre ses mains dans les miennes, lui souriant avec tendresse bien qu'ayant du mal à cacher la légère peur qui pouvait se cacher derrière … je vins embrasser ses mains … avant de lui adresser ces quelques mots.

- Je me suis renseigner sur les risques … bien que personne n'ai encore tenté une telle expérience … Si je réussis … je pourrais enfin protéger ton âme comme je le souhaite … je me moque bien des effets secondaires … et si j'échoue …

Une larme vint alors perler sur ma joue, au moment où je vins déposer un dernier baiser sur les mains de celle que j'aime

- ...Tu resteras en vie quoi qu'il arrive … mais cela prouvera que je n'étais simplement pas assez fort …

Venant poser ma main au niveau du cœur de la jeune femme au moment ou je vins saisir le pendentif dans ma main, je vis le visage comprenant de cette dernière voulant dire quelque chose pour m'en empêcher …Je lui souriais alors avec tout l'amour que je possède

- Quoi qu'il arrive … ne m'interromps pas …

Edwen pu observer une traînée bleutée, partant de mon cœur pour se diriger vers ma main … au moment ou cette énergie atteignit la paume de cette dernière … elle fut envahit d'une essence qu'elle ne connaissait que trop bien … augmentant peu à peu ses résistances et sa puissance tandis que mes forces semblèrent m'abandonner en grande partie...Posant mon front contre le sien en souriant, je vins déposer un tendre baiser sur ses lèvres … en murmurant dans un dernier soupire.

- Je t'aime …

Au moment ou je sentis que suffisamment de mon essence m'avait abandonné … une immense lumière bleuté vint apparaître dans le creux de ma main... celle tenant le médaillon. Mon bras trembla littéralement … avant que ce soit la totalité de mon corps qui fini par subir ces tremblements … la lumière qui parcourait mon corps pour se diriger vers mon cœur semblait plus que dangereuse je ressentais comme la sensation de sentir une lame empoisonnée et corrosive me parcourir le corps … faisant carrément couler mon sang par endroit … Plus l'énergie avançait, plus la douleur devenait insupportable … Elle était bien plus violente que toutes celles que j'avais pu ressentir de toute mon existence … La sensibilité et la faiblesse créait par mon partage d'énergie ne m'aidant en rien à résister à la douleur mais … c'était le seul moyen …

C'est alors que je sentis enfin cette essence atteindre mon cœur … Je fus pris de violentes convulsions me faisant tomber du lit et hurler de douleur … mes cris étaient d'une telle puissance que j’eus l'impression que mes cordes vocales se faisait réduire en miette … mais la douleur était si forte … Cette lumière fini par passer par mes yeux … ma bouche … parcourant d'un seul coup tout mon corps … créant une douleur telle que je me sentis mourir … dans chaque partie de mon corps …

Tous mes muscles se contractèrent … ainsi que mes organes vitaux …  je tombais inerte sur le sol ...La lumière qui parcourait mon corps sembla se réunir en un seul et unique point … mon cœur … La lumière était vive … semblant plus puissante que lorsqu'on pouvait l'observer dans le pendentif … pendentif qui d'ailleurs semblait avoir perdu une partie de son éclat … Cette lumière … paradoxalement éclatante trônant sur mon corps sans vie … si stable … qu'on aurait pu tracer une grande ligne droite sur un tableau noir … cet éclat … s'étant glissé au cœur même de mon âme …

Au bout de plusieurs minutes … cet éclat commença à vaciller … elle semblait clignoter … une fois … deux fois … puis c'est un rythme semblant plus stable et répété qui se créa … rappelant … un battement de cœur … La lumière bleutée fini par donner l'impression de se fondre dans ma peau .. comme une trace d'encre se fondant dans l'eau … Ma marque alors fini par se teindre en bleu … comme si cette essence retraçait de manière éphémère les lignes de cette dernière …

C'est alors que soudainement je me redressa avec force en reprenant une grande inspiration … comme si je venais de me noyer … et que mes poumons s'étaient totalement vidé d'air … Me tenant au sol, je commençais à cracher du sang … mon corps tremblant … j'eus simplement la force de relever le visage … croisant alors ce regard embué de larme … souriant avec difficulté … une larme bleuté de la même couleur que mes yeux venant perler sur ma joue … je tendais la main en direction de sa joue … tremblante comme jamais … murmurant d'une voix totalement détruite par la douleur …

- Alors … j'ai réussis ?

~~~~

Pourquoi nous-nous battons ?
Pour les miens ... la vraie question est ...
Qu'est-ce qui vaut la peine de se battre ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniques-revalia.forumactif.com/t2008-presentation-de-u
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Le coeur du corbeau   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le coeur du corbeau

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Chroniques de Rëvalïa - Forum RPG dark-fantasy ::  :: Edälia, leader économique humain :: La Grande Plaine :: Edälis :: Quartiers Résidentiels-