AccueilGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Ils sont fous ces Ëdaliens

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Innen
Maître du Jeu
avatar
Date d'inscription : 20/11/2013
Nombre de messages : 45
Age : 147

MessageSujet: Ils sont fous ces Ëdaliens   Dim 10 Sep - 18:47

Camp des guérisseurs, quelques lieues à peine après la sortie d'Edälis.

Comme partout sur Rëvalïa depuis quelques jours à peine, l'Ordre des Guérisseurs avaient été forcés de créer des camps entiers de malades. La vitesse à laquelle se propageait l'épidémie était effrayante et pour l'instant, aucun membre de l'Ordre n'avait réussi à comprendre ce poison. Cela dépassait les compétences des mages d'esprit, même Ysun, la sage dudit élément ne comprenait pas ce qu'il se passait. Tiphereth avait convoqué un sommet, avec différents dirigeants, leur demandant de déclarer leurs états en situation de crise et de laisser l'Ordre agir. Elle craignait pour des endroits comme Karnevriath ou Edälia, entre un état radical lors de problèmes de ce genre et un peuple qui traquait des mages au moindre problème, la situation était catastrophique. Certes, elle aurait pu aider les gardiens à calmer les habitants, ayant une facilité à neutraliser toute violence rien qu'avec le son de sa voix, mais si elle n'agissait pas au niveau mondial, des milliers, voir des millions de personnes mouraient à cause de la peur.

Le second de l'Ordre, Ra's, un vieil elfe à la chevelure blanche, avait utilisé sa puissante magie d'esprit pour créer des doubles de lui même, leur offrant une dose parfaitement équilibrée de magie, contrôlant le tout depuis le quartier général des guérisseurs. La situation semblait être stable, il n'avait juste besoin que de temps, tenir jusqu'à ce que Tiphereth revienne. Le problème, c'était que le camp d'Edälia se trouvait justement à Edälia et ce royaume possédait la plus grande foule d'humains craignant la magie. Les Gardiens, les Guérisseurs qu’avait formée Tiphereth pour défendre les habitants de Rëvalïa étaient des mages de combat de l’esprit oeuvrant pour la paix. Malheureusement, bien que doués, leur entraînement difficile et le nombre de mages rejoignant l’Ordre, réduisait le nombre de ces gardiens. Il n’y avait en vérité qu’une cinquantaine de Gardiens dans tout Rëvalïa et ils devaient tous combattre l’épidémie, beaucoup utilisant également leurs capacités de soin et ne pouvaient donc se battre. Dans le camp Edälien, il n’y avait que cinq gardiens, dont deux pouvant s’occuper de défendre les malades. Le problème de tout ceci, était tout bonnement le virus. Personne ne savait ce que c’était, comment cela marchait, tout ce que l’on savait, c’était que sans infuser de la magie de l’esprit dans le corps d’un malade, celui ci mourait rapidement. Les mages tenaient plus longtemps, mais il y avait des milliers d’individus affectés, contre des centaines de mages capable de les maintenir en vie. Les guérisseurs étaient au bord de l’épuisement, tout ce que pouvait faire l’Ordre, c’était gagner du temps. Sans les facultés de Ra’s, de nombreuses victimes seraient mortes, mais pourtant, cela n’était guère suffisant. Le taux de mortalité était de 60%, pourtant cela faisait à peine une semaine que l’épidémie avait été déclarée.

Naturellement, Edälia commençait à s’agiter, comme d’habitude, c’était la faute des mages. Craignant que la situation ne dégénère, le second de l’ordre avait envoyé un rapport d’urgence à Tiphereth, qui avait demandé de l’aide aux âmes bienveillantes, espérant qu’elles arrivent à temps. Malheureusement, elle devait penser à la survie du plus grand nombre et elle devait pour cela convaincre ces fichus politiciens. Habituellement, le Conseil Rëvalïen accélérait les choses, mais la reine Thanil avait trop à faire avec ses propres malades. Nandoriath ne semblait pas touché et n’avait de toute manière que trop peu de mages de l’esprit pour aider qui que ce soit. L’ange espérait au moins avoir le soutien d’Ayla Morg, mais cette dernière semblait avoir totalement disparu. Son représentant au conseil, expliquait simplement qu’elle n’était pas en “état” de faire quoi que ce soit.

Fort heureusement, elle avait rapidement eu des réponses et pas forcément de personnes moins importantes que celle qu’elle espérait convaincre. Christyän Maät, connu pour ses liens avec le conseil, la reine vampire, Sleeping Wild, le développement de Rava et les sages des éléments, avait proposé son aide. Le disciple du sage de la terre en personne, venait aider les gardiens, voilà une bonne nouvelle. La mauvaise étant que lui non plus ne semblait pas être au courant de l’état de la reine vampire, alors qu’il était son confident, enfin, une catastrophe après l’autre.

Léandra de Karélîs et Saien Menboku étaient également de la partie, les Nouveaux Veilleurs et la Meute apporteraient donc des hommes. Saien ne pouvait faire venir que très peu de mercenaires, à peine une dizaine d’hommes, mais ils étaient tous professionnels et on ne peut plus motivé, peut être aussi car Tiphereth les payaient en tournée de bar. Elle espérait néanmoins que les Nouveaux Veilleurs feraient la différence, cela permettrait en plus de soigner leur image auprès des mages. Dans tous les cas, les deux dirigeantes seraient de la partie, apportant un soutien plus que conséquent. Après tout, ses alliés avaient l’habitude de combattre des dragons, des vampires, voir des dragons vampires ! Qu’est ce qu’une foule comparé à cela ?

L’académie avait pour habitude d’aider les habitants de Rëvalïa et n’échappa pas à la règle, envoyant un élève et un surveillant. Bien que discrets, ces deux êtres avaient visiblement de la ressource, vu que le directeur adjoint avaient autorisé ces derniers à se joindre à l’aventure. Akira Takahashi et Shisui Ryuuga, bien que le deuxième soit un peu plus connu, ayant participé au festival de la réconciliation et ayant lui aussi combattu à Nandoriath, le jeune Akira aurait toutes les occasions pour prouver sa valeur.

Et pour finir, Edwen d’Ombrefroide, en personne, s’était jointe au groupe, bien qu’étant arrivée bien plus tôt que les autres. Elle avait expliqué ses raisons et ne voulait pas qu’on la découvre, son habillement même étant plus “discret” que d’habitude. Elle ne combattrait pas, ne parlerait pas aux autres, n’étant là que pour comprendre le virus, connaissant particulièrement bien celui qui avait ordonné sa création. Ni Ra’s, ni Tiphereth n’appréciaient cette femme, mais devaient reconnaître son pouvoir et ses facultés mentales. Les wendigos traitaient des informations plus vite que n’importe quel être, sans parler de leur faculté à voir la magie. Si quelqu’un pouvait comprendre ce virus, c’était elle, bien que cela demanderait sans doute un minimum de temps. Choses qu’ils n’avaient bien entendu pas à l’heure actuelle.

Jamais Ra’s n’avait autant espéré revoir Tiphereth à temps...Il alla néanmoins accueillir ses nouveaux alliés, qui avaient réussi à passer cette foule qui hurlait auprès des mages de l’Ordre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 01/02/2009
Nombre de messages : 377
Age : 23
Lieux d'influence : Ràva, Edälia et Nandoriath.
Activité : La chasse est un bon divertissement ...

Feuille de personnage
Race: Garou
Dons Élémentaires: Terre
Perfectionnement: Aucune

MessageSujet: Re: Ils sont fous ces Ëdaliens   Jeu 14 Sep - 6:17

Le groupe parvint à se frayer un chemin au travers des petites ruelles la capitale edälienne, jusqu’à arriver à sa sortie sud.
Christyän s’était habitué à la téléportation par la Salle de la Sphère, mise en place à travers tous les royaumes depuis environ quatre ans, et il était difficile de recommencer à parcourir de longues distances sans l’utiliser ! Il espérait que quelqu’un puisse le réparer rapidement, car s’ils devaient parcourir tout Rëvalïa à pied, l’épidémie allait largement avoir le temps de décimer tout être vivant …

Plus loin devant eux, l‘ampleur de leur tâche se révéla enfin.

Plusieurs dizaines de tentes blanches étaient montées en cercle, et l’on pouvait percevoir des guérisseurs et des volontaires transporter des malades sur des civières, d’une tente à l’autre.
Le camps, vétuste et définitivement peu protégé, était entouré d’une foule d’individus agités.

Des gens criaient, le poing levé vers le ciel, semblant partagés entre la peur et la colère.

// Que crient-ils ? Je n’arrive pas à les entendre … » //

Le loup-garou appela à lui ses sens animaux, et l’instant d’après, son ouïe sembla décuplée. Ses yeux brillèrent d’une lueur dorée, un changement inévitable qu’il n’était pas encore parvenu à éviter. Faire appel à un sens en particulier, sans déclencher la transformation totale ou même l’hybridation, était un exercice délicat …

Les exclamations devinrent plus claires. Les supplications d’aide se mêlaient aux accusations.

« Ma fille ! Ma fille est malade ! Prenez ma fille, je vous en prie ! » - « Pourquoi les mages résistent mieux, hein ?! C’est vous qui avez lancé l’épidémie, pas vrai ! » - « Vous disiez que vous le sauveriez !! Vous l’avez emmené, et il est mort maintenant ! Rendez-moi mon frère ! » - « S’il vous plait, elle est faible, elle a de la fièvre depuis hier soir, elle ne répond presque plus … Aidez-la ! »

Entre les suppliques de la foule, les exclamations des quelques gardiens et guérisseurs qui tentaient de ramener le calme s’élevaient également. « Calmez-vous, » disaient-ils. « Je suis navré, nous avons fait que ce nous pouvions. » - « Un peu de silence ! Nous faisons tout notre possible ! » - « Venez, monsieur, nous allons nous occuper de vous. » - « Gardez votre calme, je vous en prie ! Vous ne faites que compliquer les choses ! »

Certains tentaient de calmer la foule par magie de l’Esprit, et Chris supposa que c’était là la raison pour laquelle le camps n’avait pas encore été submergé par la population. La peur et la colère deviendraient rapidement être trop fortes pour ces mages déjà épuisés.

Un nouveau pas en avant. Lorsque son pied se posa sur le sol, Christyän envoya un brin de magie à travers toute la zone du camps, sondant les menaces et les installations par sa magie plutôt que par sa vue.
Il sentit les poteaux de bois d’une vingtaine de tentes plantés dans le sol. Il sentit le poids des lits et des civières posées sur la terre nue, et celui des malades allongés dessus. Il sentit les pas frénétiques des guérisseurs qui envoyaient systématiquement une onde de choc dans la terre, et celui, plus mesuré, des gardiens qui tentaient de calmer la foule …

La magie ici était définitivement dérangée.
Arda ne lui avait pas encore appris à sonder la magie des races humanoïdes, mais son odorat seul lui hurlait que la mort rôdait en ces lieux.

Avant de partir, il avait à peine eu le temps de prévenir Kagura et Hillulica du danger, grâce à un des nombreux artefacts magiques qui trainaient dans l’Académie - comment personne n’avait encore tenté de les voler, cela dépassait Chris. S’il avait contacté la seconde pour lui dire d’être prudente, la première avait été particulièrement difficile à convaincre.
Kagura n’avait que faire des pauvres humains mourant par dizaines, touchés par ce poison étrange. Surtout pas les humains d’Edälia, qui l’avaient chassée et maltraitée pendant des années. Mais il n’y avait pas que des humains touchés par la maladie, à Edälia. Les garous aussi étaient affectés … Il avait fallu plusieurs dizaines de minutes, et plusieurs promesses de rendre service à Sleeping Wild en échange de ce service, pour que Kagura finisse par accepter d’envoyer du renfort.
Il n’avait même pas osé contacter Athon, sachant que les elfes d’Astraël étaient tout aussi débordés qu’eux.

En suivant la foule du regard, Chris pria silencieusement pour que les renforts arrivent au plus vite. Avec la Salle de la Sphère hors d’état de fonctionner, le voyage depuis Ràva pouvait prendre une bonne semaine. Si quelque chose les retenait, ils risquaient d’être d’autant plus ralentis …

Le loup-garou prévoyait déjà l’amélioration des défenses du camp. Si la foule se déchaînait et que le groupe ne parvenait pas à les contenir, la première chose à faire serait de créer une barrière autour du camp.
Chris pourrait en construire une en bois en quelques dizaines de minutes, mais cela risquerait de lui demander beaucoup d’énergie, la plaine devant eux comportant assez peu d’arbres. Une autre solution serait de créer une palissade en roche, en élevant le sol tout autour du camps et en ne laissant que deux entrées à l’avant et à l’arrière. Le sort serait plus simple, beaucoup plus rapide (quasiment instantanée, en réalité), moins coûteux en énergie, et donnerait un résultat probablement plus solide.
Si la situation l’exigeait, Chris pourrait agir en quelques secondes pour protéger du mieux que possible les malades à l’intérieur du camp. Mais pour ceux encore à l’extérieur, cela risquait d’être plus délicat …

À l’approche du camp, le petit groupe tenta de se frayer un chemin à travers la population. S’ils poussaient tout le monde de force, cela ne suffirait qu’à leur attirer la colère de la foule. Le plus calmement possible, Chris s’inséra entre les manifestants, suivi par les membres du groupe.

En les voyant arriver, un des gardiens demanda à la foule de s’écarter, mais seules quelques personnes entendirent sa voix et obtempérèrent.
À côté du gardien qui tentait toujours de faire évacuer la foule, un vieil elfe aux cheveux blancs apparu, les observant se faufiler jusqu’au camp comme ils le pouvaient.

Un coude se planta dans ses côtes, lui coupant le souffle l’espace d’une seconde, et il du se retenir de ne pas écarter la foule en faisant glisser le sol sous leurs pieds, par agacement.

// Du calme, du calme … Une manifestation de magie élémentaire risquerait d’aggraver les choses. On respire, on se détend … Ce sont des idiots terrifiés, ne l’oublions pas … » //

Il s’immobilisa en ayant une nouvelle idée.

// Si je créais simplement un tunnel jusqu’à l’intérieur du camp ? Ça nous faciliterait le travail à tous. //

Et ça épuiserait ton énergie, petit génie.

// Oh, Sirhc, t’es réveillé. //

Tu ne sais pas ce qui va arriver. Économise tes forces, champion, avant de finir vidé comme un client dans une maison de passe !

// Tu as de ces expressions vulgaires, parfois … //

Ça vient de to-

Chris mit immédiatement Sirhc en sourdine. Ce n’était pas le moment d’être distrait par un alter-ego grossier.

« Tout va bien, nous sommes venus aider, » dit calmement Chris à un homme qui venait de se retourner brusquement vers lui en sentant sa main sur son épaule. « Nous devons simplement accéder au camp. » Visiblement confus face au ton posé du loup-garou au milieu de l’agitation ambiante, l’homme s’écarta et laissa passer Chris.

// Ça pourrait bien marcher, en fait. La diplomatie et la politesse triomphent parfois là où la force aurait tout gâché. //

Heh, qui l’eut cru ? La vampirette serait fière de toi, si elle savait ! Christyän, le charmeur de foule !

// Oh, ferme-la. //

Le reste de la foule ne fut cependant pas aussi coopérative …

~~~~
« Je te retrouverai. Je te le promets, Raän. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniques-revalia.forumactif.com/t2103-fiche-de-personna En ligne
Date d'inscription : 16/12/2013
Nombre de messages : 125
Age : 23

Feuille de personnage
Race: Garou
Dons Élémentaires:
Perfectionnement:

MessageSujet: Re: Ils sont fous ces Ëdaliens   Dim 17 Sep - 0:00

Les évènements s'enchainent bien vite sur Revalia, et c'est particulièrement plus visible à Edalia. Un repas qui tourne mal, une déesse en rogne, une envoyée divine qui fait irruption et un nouveau danger qui guette le monde. Il faut apprendre à s'y habituer lorsque l'on vie à l'académie d'Edalia, mais en réalité, ce n'est pas vraiment possible. Et c'est d'autant plus ironique d'attendre ça d'un garçon aussi impressionnable et chétif en temps normal que Shisui...

Ce n'était pas vraiment fréquent pour lui de quitter l'Académie, ou tout du moins, il s'agissait de cas ponctuels, un voyage d'entrainement au vol, quelque chose à aller chercher à Edalis pour le compte de l'Académie... Ou encore les occasions d'être emmené à l'autre bout du monde par Fralis, qu'elle savait toujours rendre mémorable, et pas forcément par les destinations improbables auxquelles elle l'emmenait !
Cette fois, bien ironiquement, c'était lui qui était chargé d'emmener d'autres personnes à destination, pour une quête qui risquerait bien de durer un certain temps... Il prépara ses affaires en un sac de tissu assorti à sa tenue habituelle, contenant des vivres et des vêtements de rechange, tous plus ou moins dans les mêmes tons bleus et blancs... La sortie a été organisée par l'académie, le temps que les étudiants qui s'étaient portés volontaires se préparent et partent tous en même temps. Voila donc "naturellement" que Shisui se retrouve en charge d'un étudiant, un certain Akira, qu'il n'a jamais vraiment pu rencontrer. Trois autres étudiants partaient en même temps qu'eux, mais ne suivaient pas la même quête. En revanche ils se retrouvaient bien vite en présence de Christyän qui retrouvait alors l'esprit des sorties de l'académie, l'espace d'un instant. Ce serait peut être l'occasion de faire plus amples connaissances...

Dis... pourquoi on irait pas là bas en volant ? Sérieusement, c'est tellement ennuyeux de marcher...
Je sais que ça te plait pas mais... je suis surveillant, il faut bien que je surveille le seul étudiant qui nous accompagne...
Ca fait une éternité que je te dis d'arrêter ça ! Sérieusement, qu'est-ce que ça t'apporte ? Quelques pièces dans une bourse dont on se sert jamais de toute façon...
Un endroit où dormir et manger, au cas où t'aurais pas remarqué !
La belle affaire... tu sais très bien que Myrddin accepterait certainement de nous loger, de toute façon. On sait tous les deux que tu fais ça pour ne pas te sentir inutile, alors qu'il y aurait bien d'autres choses qu'on pourrait faire de mieux que ça...

Ouch, Cyril a toujours été assez cru dans sa façon de parler, mais il est rare qu'il soit blessant ce faisant... Et il savait parfaitement où appuyer dans ces conditions. Shisui se tint silencieux un moment, assez habitué aux injonctions habituelles de Cyril, mais touché quand même par ce qu'il dit...

*Soupir* Tu sais, il faudra bien à un moment que tu fasses un choix... Et je n'ai vraiment pas envie d'avoir à le faire pour toi le moment venu.

Le groupe avançait à travers les ruelles d'Edalis, silencieux, chacun ressassant ses propres pensées, tout en suivant les indications de la carte qui a été fournie, faute de Salle de la Sphère. Le silence commençant à être bien trop pesant à son gout, il se mit en tête de "briser la glace" (hah) qui commençait à s'immiscer entre les trois personnes... Jouant du peu d'autorité qu'il pouvait avoir, il prit un peu sur lui et lança la première phrase qui pouvait bien lui passer à la tête à ce moment là.


- Dites... Pourquoi avez vous décidé de venir ?

C'était une question à laquelle il n'était lui même pas vraiment sûr de savoir répondre. Peut être était-ce comme l'avait dit Cyril ? Juste parce qu'il ne voulait pas s'en vouloir et se sentir inutile, bien qu'il ait certainement bien plus que largement "payé sa dette"... Si on pouvait supposer que ça ne finisse jamais vraiment. Bien qu'à la base il voulait s'engager à retrouver le dangereux alchimiste, "défi" que Cyril considérait plus intéressant qu'une simple protection de malade... Avant qu'on ne leur dise que le groupe avait déjà été préparé.
Christyän était encore entièrement plongé dans ses pensées, il se tourna donc naturellement vers Akira, lui-même bien silencieux. Sans doute était-ce difficile pour lui aussi d'être entouré d'inconnus. Aussi, le trajet allait de toute façon bientôt s'achever au camp de guérisseur. Ca ne leur avait pris quoi... seulement quelques heures à pied ? Bon, c'était certes pas mal, quelques petites pauses ont été nécessaire sur le trajet, mais rien comparé à ce qu'ils avaient subit à Nandoriath...

Bien dommage qu'on soit cantonné à un simple camp de guérisseur... Sérieusement, que veux tu y faire ? On va juste y récupérer le même boulot de surveillant, sauf que là ça va s'appliquer à des malades ! Sérieusement, c'est pas quelques Edaliens effrayés qui vont nous poser pro...

Une foule de cris se faisait de plus en plus distincts à force de marche. Tous parfaitement incompréhensibles encore... mais les cris s'intensifiaient, et une masse de silhouettes commençaient à percer au loin puis grossissaient à vu d'oeil. Prenant des proportions gigantesques... qui firent s'arrêter un instant Shisui, qui se demandait s'il ne valait mieux pas pour lui de voler jusqu'au camp pour éviter cet effrayant attroupement d'humains furieux et... dangereux ? Il se ravisa bien vite, se rappelant de son rôle et en plus de ça... il risque d'attirer l'attention en volant, et c'est bien la dernière chose qu'il souhaite ici !
Christyän fut le premier à s'y engouffrer, il suivit la voie et fit signe à Akira de les suivre... C'était affreux, de violentes insultes se mêlaient à des pleurs d'hommes, de femmes et d'enfants terrifiés ! Les gardiens faisaient bien leur possible pour empêcher une émeute qui viendrait saccager le camp avec l'entrée en force de centaines de personnes...

Le gardien les laissa passer à la demande du disciple de la Terre, et Shisui prit une grande bouffée d'air une fois dans le camp, comme s'il sortait la tête de l'eau. Encore haletant, il balaya l'ensemble du camp du regard, qui paraissait bien petit compte tenu de l'affluence de malades et du nombre de personnes manifestant devant... Il repéra bien vite un vieil elfe qu'il n'avait jamais vu, présent en évidence au centre du camp qui lui expliqua que Tiphereth mettrait un certain temps à arriver encore et qu'ils devraient protéger les malades entre temps. Un coup d'oeil supplémentaire du camp leur permis d'avoir une meilleure perspective de l'ensemble, mais surtout pour faire un point sur leur situation, qui ne semblait déjà pas réjouissante à la base apparait clairement critique désormais... Au final, cette mission risque d'être bien plus compliquée que prévue.
D'autant plus que geler des personnes, sauf s'ils s'en prenaient directement aux malades, était une option clairement exclue... Mais tout ce qu'il avait à faire en attendant, c'était de faire ce qu'on lui demande pour aider les gardiens et soutenir les malades. C'est ainsi qu'il se rapprochait de ceux-ci, retrouvant au passage quelques têtes connues parmi les différents soutiens...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniques-revalia.forumactif.com/t1546-shisui-ryuuga-dra
Date d'inscription : 15/11/2016
Nombre de messages : 5
Age : 20

Feuille de personnage
Race: Humain
Dons Élémentaires: Aucun
Perfectionnement: Aucune

MessageSujet: Re: Ils sont fous ces Ëdaliens   Mar 19 Sep - 11:53

Ainsi, sa proposition d'aide fut acceptée par l'Académie. Si sa proposition montrait sa motivation il fut tout de même étonné de voir son nom apparaître au milieu de noms bien plus connus que le sien. Un premier année, certes premier de sa classe, premier envoyé de l'Académie d'Edälia ? Les autres s'en moquait sûrement mais pour lui c'était quelque chose d'important et de ce fait, il ferait de son mieux pour les aider, et se retiendrait momentanément de voler ces pauvres malades à l'agonie.

Tout aurait pu être parfait s'il n'avait pas eu l'impression qu'on lui avait assigné une nounou. Shisui Ryuuga, un des nombreux surveillants de l'académie mais pas le moins original. Il est vrai qu'il l'avait déjà croisé dans les couloirs se demandant comment une personne semblant plus jeune que lui pouvait défendre qui que ce soit mais, après tout, c'est ce que beaucoup pensait de lui, avant de se retrouver avec une lame sous la gorge. Sa présence en elle même ne le dérangeait pas, le voyage de plusieurs heures se passa sans réelle discussion, simplement le jeune homme n'appréciait pas les règles, ni l'idée même qu'on lui donne des ordres et si cela devait se faire, cela devait venir d'une personne ayant gagner le respect de celui-ci, ce qui n'était pas le cas du petit aux cheveux blancs.

Enfin, ces longs moments de silence lui permirent de réfléchir à la situation à laquelle ils allaient être confronté. Il était plus que certain que les malades étaient en réel danger, sinon Tiphereth n'aurait jamais fait appelle à eux. Seules missions sur place, protéger les malades, ou aider à leur confort et tenter de gérer au mieux la maladie. Akira avait certaine qualité, malheureusement la médecine n'en faisait guère partit, il serait donc sûrement assigné à la défense de ces derniers. Partant de ce principe, il s'était équipé en conséquence, prenant ses deux meilleures armes à une main, judicieusement glissées dans leurs fourreaux et maintenues à sa ceinture. Devant la distance qu'ils devaient parcourir, il prit la décision de ne pas s'encombrer d'avantage en prenant son arsenal d'archer ; songeant qu'au besoin il trouverait sûrement de quoi faire sur place, et à l'inverse, il s'adapterait.

C'est l'air songeur, encapuchonné, qu'il arriva avec les autres dans les ruelles de la cité. Elles semblaient délaissées, non entretenues, rétrogradées au dernier rend des urgences, ce qui pouvait aisément se comprendre. Ayant longtemps traîné dans les bas quartier de la capitale édalienne, le jeune homme y trouva une sorte de familiarité, à la différence de ces sons de haine et de peine qui étaient audibles dès l'entrée de la ville. A cet instant le groupe se retrouva aux cotés de Christyän Maät, un des nombreux noms connus de cette expédition, à son approche Akira le salua respectueusement, bien qu'intérieurement il ne savait pas vraiment comment il devait se sentir vis à vis de lui... Voir ainsi un métamorphe faire un avec sa forme animal était assez impressionnant, dégageant chez le jeune homme une sorte de colère liée à sa non acceptation de sa nature, et une réelle admiration et envie vis à vis de sa puissance.

Il n’eut pas le temps d'y réfléchir d'avantage, le groupe se divisa et seul les trois protagonistes restèrent ensemble, avançant en direction de la source principale de ce chahut. Sûrement dérangé par ce long silence, Shisui fut le premier à poser une question aussi banale qu'intéressante :

-Dites... Pourquoi avez vous décidé de venir ?

Restant longuement dans ses pensées, il ne sut quoi répondre sur le coup. Pourquoi avait-il décidé de venir ? Pourquoi voulait-il aider des gens qu'il ne connaissait pas ? Pourquoi voulait-il se mettre en danger pour des inconnus à l'agonie ? Il n'était pas question de vouloir sauver ces personnes même … c'est cette haine qui le dérangeait, ces hurlements de colère et de reproche sur ces malades n'ayant rien demandé à personne. Cette violence ne touchait pas seulement les malades, mais également les personnes non-humaines en général, ces gens voyaient le mal partout, étant désespérés au point de vouloir emmener ceux tenus pour responsable de la mort de leurs proches avec eux dans la tombe. Les raisons du jeune homme étaient floues … lui même ne parvenait pas à mettre des mots sur ce qui le poussait à commettre pour certains des actes irrécupérables ou incompréhensibles. Comme cela avait été le cas lors des Retrouvailles, lorsqu'il était venu se confronter à un groupe de personne ayant injustement insulté l'avatar de l'Abysse.

Il soupira longuement avant de s’apprêter à prononcer son premier mot bien qu'il n'en eu pas le temps, ils venaient d'arriver à la dernière limite mais non moins dangereuse barrière les séparant du camps où étaient rassemblés les Gardiens et les malades. Acquiesçant lors du signal de Shisui il les suivit à seulement un mètre. Serrant les dents par moment, il devait éviter de faire paniquer la foule la main posée sur l'un des pommeaux de ses épées, il se répétait intérieurement de ne pas la dégainer s'il sentait la moindre main tenter de lui voler ses armes ou de s’interposer entre lui et son objectif. Arrivant au bout de cet attroupement il sentit quelqu'un le maintenir et le tirer en arrière par sa cape. La main sur le pommeau trembla et il dut se mordre la langue pour ne pas s'en servir, se retournant directement avant que celui-ci n'eut le temps de le faire basculer. Il plongeant alors son regard perçant et doré dans les yeux visiblement pétrifiés de celui qui avait osé le toucher, lâchant par réflexe le bout de tissus. Il s'avança vers l'oreille de celui-ci lui parlant d'une voix aussi calme que terrifiante.

- Tu es bien aimable mais, fais attention. Je ne serais pas aussi clément la prochaine fois.

Se retournant alors en direction du groupe de personne, il s'avança dans le camps monté pour accueillir les malades. Il se dirigea alors vers une caisse, sur laquelle il posa son sac et enleva sa cape. Il soupira longuement avant de sortir un mouchoir en tissus de ce dernier, venant l'appliquer sur la partie ouverte de sa langue, en attendant que la cicatrisation fasse le reste. S'étirant la nuque il se tourna vers le reste du groupe, s'avançant dans leur direction. Il put observer la masse de malade présent dans ce camps, cela faisait froid dans le dos … Il était clair qu'ils n'avaient de loin pas assez de personnes pour veiller à leur sécurité et à leur guérison. C'est en rejoignant le groupe qu'il apprit la triste nouvelle de l'absence de la Grande Guérisseuse, c'était fâcheux mais ils ne devaient pas se contenter d'attendre et suivrait donc les ordres donnés par ce vieil elfe inconnu, après tout, aucune raison de ne pas lui faire confiance !

~~~~

La victoire est bien plus belle vue du ciel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniques-revalia.forumactif.com/t2025-presentation-de-a
Date d'inscription : 12/11/2013
Nombre de messages : 69
Age : 20

Feuille de personnage
Race: Humain
Dons Élémentaires:
Perfectionnement:

MessageSujet: Re: Ils sont fous ces Ëdaliens   Hier à 14:17

-On est bien dans la mouise

-Merci pour tes bons conseils, Sara.

Cela dit, elle n'avait pas tord. Léandra était en pleine réflexion sur la marche à suivre. Elle avait eu le temps de se préparer et préparer ses troupes pour se diriger vers la capitale, mais pour utiliser une stratégie efficace. Cette situation était exceptionnelle. Bien difficile à gérer. Heureusement qu'elle allait avoir de nombreux alliés avec qui communiquer pour régler toute cette affaire.

Lorsque l'épidémie commença, Léandra apprit la nouvelle bien rapidement. De nombreux villageois les avaient contactés pour qu'on aide certaines personnes malades. Vu que l'on régulait la magie et qu'on récupérait les mages dangereux, la plupart se disaient qu'on pouvait régler tous les problèmes d'ordre magique. Au début, la chef des veilleurs n'avait pas été trop alertée. Intriguée, oui, mais pas alertée. C'est au bout du troisième jour qu'elle se rendit compte qu'il s'agissait bel et bien d'une épidémie.

Elle avait proposée son aide aux guérisseurs et gardiens très rapidement. Avec elle, se trouvait une trentaine d'hommes, armés, et en armure. Dans cette équipe se trouvait également trois mages, dont l'un travaillait déjà avec les veilleur, il s'agissait de leur guérisseur officiel. Les deux autres étaient des mages qui ont déjà rencontré les veilleurs par le passé, et qui ont été aidés par ces derniers. Léandra avait pensé que contacter ces deux individus, qui avaient un certain talent dans la magie bénéfique, allaient peut-être pouvoir aider les guérisseurs déjà sur place. L'un des avantages d'être veilleur était après tout de rencontrer toute sorte de mages, dangereux ou non.

Sara aussi se trouvait auprès de sa sœur. Elle voulait aider du mieux qu'elle pouvait, et gratuitement, qui plus est! après tout c'était une aventurière qui payait ses services. Elle était tout aussi préparée que les membres des veilleurs, tenant toujours à la main sa fidèle masse d'arme, Evangéline.

l'attroupement arriva assez rapidement devant Edalïs. ça ne leur avait pas pris si longtemps, vu que les bases de l'ordre se trouvaient en Ëdalia même. Une énorme foule, une vague noire de personne se trouvait entre eux et la porte.

- Pour le moment, nous n'avons pas le choix. On va devoir s'occuper de ça comme on avait prévu.

- En gros, tu envois tes troupes devant les portes pour aider à réguler le monde, arrêter les gens, jouer à "agrougrou tu ne passeras pas", si j'ai bien compris

Léandra se mordait les lèvres en soupirant un peu

- Tu simplifies beaucoup trop. Et mon intention n'est pas de faire peur. Si ça arrive, ça peut mal se terminer. Soit la foule deviendra violente et il sera dur de se défendre, ou alors on aurait un mouvement de foule qui blesserait beaucoup de monde, et on ne pourra pas les ignorer non plus. Les malades sont déjà assez nombreux comme ça pour qu'on s'occupe de blessés.

- Doooonnncc?

- Donc je pose nos troupes à l'entrée, calmement, nous empêchons les gens de rentrer, et nous n'utilisons aucune violence. J'espère tout simplement que voir des gens armés et équipés va juste dissuader en tant que tel. Et ça me laissera le temps de m'entretenir avec nos alliés et réfléchir à de meilleurs méthodes.

L'important était que cette histoire ne se finisse pas en conflit. Ce serait catastrophique, pour la réputation des Veilleurs, pour continuer à lutter contre cette épidémie, et surtout pour le nombre de morts que ça pourrait faire.

- ...Comme j'ai dis alors. Technique agrougrou.

- Si tu veux Sara, Si tu veux...

Sa sœur était sincèrement gentille et pleine de cœur, mais il lui manquait légèrement de finesse et de sens de la diplomatie.

L'ordre des Nouveaux Veilleurs traversa assez efficacement la foule, faisant une sorte de cercle pour éviter de se séparer et espérer passer sans encombre. Ils arrivèrent rapidement devant les gardiens, qui ont reconnu Léandra et ont laissé passer l'équipe. Une fois sorti de la foule, la chef des Veilleurs se retourna vers son escouade.

- Messieurs, mesdames, vous savez quoi faire. Dix d'entre vous restent aider les gardiens devant l'entrée. Vous serez sous les ordres de Sara ici présente. Je veux également cinq veilleurs un peu partout dans le camp, faire des rondes. Il se peut que les problèmes ne viennent pas que de l’extérieur. Si c'est le cas, faites-m'en part directement. Pour les autres, restez à l'arrière des portes, prêt à aider à l'entrée si besoin, ou alors à remplacer quelqu'un. je vous fais confiance.

Une fois avoir fini de lancer ses ordres, les veilleurs ne tardèrent pas à rejoindre leurs postes. Sara se rapprocha un petit peu de Léandra, comme pour attendre un ordre également. Sa sœur lui sourit gentiment et posa sa main sur son épaule.

- Rappelle toi de ne terroriser personne. Ce sont des villageois. Ils sont tous effrayés ou en colère.

- Soit. J'essayerai d'être douce et délicate. Comme une petite princesse.

Je la sentais l'espace d'un instant perdre en assurance. Léandra aurait aimé lui dire qu'elle en manquait également. Elle aussi avait peur. Si quelque chose tournait mal, c'était sa responsabilité. Elle avait la responsabilité de sa sœur, ses hommes, les malades, la foule... Mais elle ne pouvait pas abandonner. Elle ne pouvait pas s'arrêter quand elle devait aider tant de personnes. Il lui arrivait parfois d'oublier de dormir ou de manger lorsqu'elle travaillait, et rien qu'aujourd'hui elle avait veillé toute la soirée devant les plans de la ville à réfléchir à la disposition des troupes.

Sara repartit en direction de la porte, avec la dizaine d'homme sous ses ordres. Léandra en profita pour rechercher la personne en commande. Cependant elle tomba à la place face à trois personnes, dont deux qui avaient des visages familiers.

Christyän, ancien élève en cours de créature. Elle se souvenait de lui pour cela, ainsi que pour les événements de Nandoriath. Elle prit cependant quelque secondes avant de comprendre qu'il s'agissait bien du loup garou, vu qu'elle avait quitté l'académie depuis le sauvetage d'Ayla, et n'était jamais revenu. Il avait bien changé depuis tout ce temps.

Celui qui n'avait pas changé, par contre, était Shisui. Pas changé du tout, ou presque. Léandra se rappelait bien du surveillant dragon qu'elle avait rencontré au parc un soir, ainsi que dans les couloirs de nombreuses fois. En temps normal, toute personne aurait été perturbée de le voir encore avec cet âge là. Mais Léandra connaissait la longévité des dragons. Elle s'était préparée psychologiquement à le revoir un jour comme ça.

Elle arriva vers l'équipe, remarquant qu'il y avait aussi un troisième individu dont elle ne connaissait pas le nom. Un nouvel élève de l'académie, sûrement. Il ne devait pas être là pour rien, ce garçon devait avoir une certaine utilité pour se retrouver ici.

- Je vois que l'académie a aussi envoyé de l'aide.
Fiable, comme toujours.
Dit elle avec un léger sourire. Elle s'arrêta, deux de ses camarades veilleurs à côté d'elle. Léandra était habillée d'une armure de cuir cloutée, bien résistante, et armée d'un carquois de flèches (toutefois sans arc) et d'une dague au niveau de la taille. On aurait cru une guerrière s'apprêtant à entrer dans l'arène. Elle semblait cependant un peu plus... maigrichonne qu'avant. Pourtant elle était déjà assez fine lorsqu'elle travaillait à l'académie. On pouvait aussi percevoir des cernes assez prononcées sur son visage.

~~~~
couleur:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniques-revalia.forumactif.com/t1534-la-violoniste-mau
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Ils sont fous ces Ëdaliens   

Revenir en haut Aller en bas
 

Ils sont fous ces Ëdaliens

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Chroniques de Rëvalïa ::  :: Edälia, leader économique humain :: La Grande Plaine :: Villages-